30/01/2011

La Serva Amorosa

 

la-serva-amorosa.jpg

 

 

 

Au péril de sa réputation, Coraline, servante, sollicitant ressources inattendues et subterfuges inespérés, va ramener l'ordre dans 2 familles et ... l'amour dans les coeurs.

 

Ottavio, riche bourgeois de Verone, au bord de la tombe, a épousé en secondes noces Béatrice, une intrigante dans la force de l'âge, veuve comme lui.

Celle-ci s'emploie maintenant à priver de son héritage le fils légitime d'Ottavio, l'aimable Florindo, qu'elle a mis à la porte, pour assurer l'avenir de son propre fils Lélio, son imbécile de fils chéri.

 

La médiation de Pantalon, un sage bourgeois du voisinage, ne suffit pas à ramener le vieil Ottavio à la raison, tant ce dernier craint son dragon domestique.

 

C'est Coraline, une simple servante de la maisonnée qui a suivi Florindo dans son malheur, qui va rétablir le jeune homme dans ses droits.

 

la-serva-amorosa 2.jpg

 

Molière 2010 de la Comédienne dans un Second Rôle pour Claire Nadeau.

Molière 2010 du Décorateur – Scénographe pour Catherine Bluwal.

 

Auteur : Goldoni

Artistes : Clémentine Célarié, Robert Hirsch, Claire Nadeau

Metteur en scène : Christophe Lidon

 

 

 

01:01 Écrit par Boubayul dans Spectacle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la serva amorosa, théâtre |  Facebook |

06/11/2009

"Sentiments provisoires", l'art du malheur heureux

 

 

61376_testudberleandardiune

 

 

 

 

Tous deux ont la cinquantaine. Marc (Arditi) se veut heureux de sa réussite d'auteur, heureux avec sa femme Hélène, heureux de sa belle maison à la campagne, heureux que son meilleur ami Félix soit avec eux ce week-end. Félix (heureux en latin) prend les traits bien ronchons de François Berléand, pas tellement heureux, même si enfin il a réussi à chiper Hélène à son pote Marc. Il pousse Hélène à tout avouer à Marc, titillant, agaçant, comme un gosse : "Allez, dis-lui que tu le quittes." Hélène n'y tient pas vraiment. Se profile déjà l'idée : pourquoi quitter un type de 50 ans pour un autre du même âge? Bien d'accord, Hélène, réfléchis bien ! 

Lorsqu'elle finit par tout déballer à Marc (scène extraordinaire), celui-ci lui demande, évidemment : "Comment fait-il l'amour?" Et elle, honnête, dit doucement dans un sourire : "Comme toi." L'éternel trio? Oui, et alors? Celui-ci est impayable. Tout est là pour notre plaisir : les grandes envolées, ponctuées de "Merde !" tonitruants de Marc/Arditi qui comprend qu'il souffre, ah ! là le coeur, aïe ! ça crispe, ça tord, je vais mourir !... la bougonnerie délicieuse de Berléand en ami dominé qui n'a trouvé son salut que dans l'ombre de son envahissant double. Il voulait être poète, il est prof à Arpajon. Marc lui écrit des scénarios improbables pour la télé : "des histoires d'amour, de rencontres, il la voit, elle le regarde, il la désire, elle l'embrasse mais comme il faut que ça dure un grand nombre d'épisodes il la trompe, elle perd sa mère, il a un cancer..." Là aussi, grand moment.

Et miss Hélène ? La surprise et la bonne. Sylvie Testud est étonnante dans ce rôle de jeune femme proche d'une héroïne de Sagan : gentiment consolante avec Félix, ennuyée de faire du mal à Marc, mais appelée déjà par l'air du large, du lointain.

Bernard Murat a orchestré cette belle partition de Gérald Aubert, en respectant l'espace privé de chacun des trois : L'un parle sans que les autres l'entendent et parfois les propos se répondent en écho, ou repris en canon, comme pour souligner que l'amour parfois c'est bien regarder ensemble dans la même direction et c'est aussi se tromper ensemble de direction. La soirée est délicieuse, les numéros d'acteurs laissent bouche bée, Sylvie Testud est craquante, le texte suffisamment profond pour qu'on se sente léger. Les cicatrices saignent un peu et, comme on est au théâtre, notre trio a l'élégance de ne rien en laisser paraître.


Théâtre Edouard VII, jusqu'à janvier
10 Place Edouard VII. Paris 9e,
matinées le samedi à 17 h 30, le dimanche à 15 h 30. 01 47 42 59 92




  

 

21:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : theatre, sentiments provisoires |  Facebook |

01/11/2009

Conversations avec mon pénis

olileborgne

 

 

 

Le zob, le vit, le dard, la pine, le paf, la matraque, le gourdin, ...

 

Le dictionnaire de la sexualité dénombre plus de deux mille termes pour désigner l’organe mâle, et la liste n’est pas exhaustive !

 

Olivier Leborgne enrichira votre vocabulaire en la matière, mais il distillera aussi et surtout de croustillantes révélations inhérentes à l’attribut masculin.

 

Tout, tout, tout, vous saurez tout… !

 

Les 16 et 17 novembre 2009

Comédie centrale de Liège

87 rue du Plan Incliné

4000 Liège

Tél: 04 254 05 00 

Fax: 04 254 05 54

Email : info@comediecentraledeliege

 

 

 

Faites l'amour avec un Belge

dufour

 

 

 

Une femme française et un homme Belge forment un couple hors du commun.

 

Elle aime le foot, la bière, le sexe et ne gifle pas le premier soir. Lui il aime la tendresse et le shopping, mais ce n’est pas le pire, il fait aussi l’amour ! 

 

Une comédie hilarante haute en bonheur, efficace et crédible, avec juste ce qu’il faut de caricature.

 

Avec Michaêl Duffour et Laëtitia Giorda en alternance avec France Renard

 

Du 19 novembre au 6 décembre 2009

Comédie centrale de Liège

87 rue du Plan Incliné

4000 Liège

Tél: 04 254 05 00 

Fax: 04 254 05 54

Email : info@comediecentraledeliege


 

19/11/2007

La Tour Vagabonde

 

TOUR 00

  Quelque part aux alentours de Fribourg, en Suisse, une poignée de constructeurs visionnaires a fait naître un lieu théâtral exceptionnel, d'inspiration élisabethaine, une tour de 11 mètres de haut sur 12 de diamètre : la Tour Vagabonde.

De l'extérieur, l'endroit subjugue, y entrer émerveille. Fascinée par cette structure, la Compagnie Arsenic (Eclats D'Harms, Le Dragon,...) a cherché un projet artistique inspiré par cet espace, une pièce qui l'habiterait pleinement et jouerait de ses spécificités. Macbeth s'est imposé par son univers fantastique et son univers onirique. Le parcours de Macbeth, du rêve aux cauchemars, du fantasme aux hallucinations, sera l'épine dorsale de la représentation. Pour appuyer le jeu des comédiens de la compagnie Arsenic, le tchèque Petr Forman enrichira le travail de l'équipe de sa science des marionnettes. Le Macbeth d'Arsenic se vivra comme un voyage dans une tour dévolue à l'imaginaire, un moment magique et bouleversant, poétique et questionnant, tel que l'avait pensé Shakespeare...


TOUR 01
 
Du 14 novembre au 1er décembre 2007Présenté sous chapiteau dans le Parc de Bruxelles