23/08/2011

Romeo aime toujours Juliette

 

Romeo et Juliette.JPG

 

 

 

Sous la direction musicale de Yannis Pouspourikas (chef titulaire de l’opéra des Flandres) et adapté et mis en scène par François de Carpentries, le chef-d’œuvre théâtral de Shakespeare, conjugué à la brillante musique de Gounod, à la magie du plein air et à la beauté des décors, fera de ces quelques soirées exclusives l’affiche culturelle à ne pas manquer. Alors vous aussi, au coucher du soleil, venez rejoindre le décor de votre choix et laissez-vous envoûter par les émotions de l’une des plus célèbres histoires d’amour !

 

 

 

Gounod tomba amoureux de l’histoire des amants maudits de Shakespeare dès l’âge de dix-neuf ans après avoir assisté à une répétition d’orchestre de la “symphonie dramatique” de Berlioz. Plusieurs dizaines d’années plus tard, il se décida à créer une version opératique de Roméo et Juliette. Ses anciens collaborateurs, le célèbre tandem de librettistes Jules Barbier et Michel Carré, suivirent l’illustre tragédie scène par scène, concoctant un livret en à peine trois mois. Ils simplifièrent l’histoire originale de Shakespeare, éliminant des personnages secondaires et réduisant l’action à l’essentiel. Cela permit à Gounod de se concentrer sur l’histoire d’amour passionnée qui est au cœur de l’histoire. Au printemps 1865, inspiré par la beauté de la nature sur la Côte d’Azur, Gounod s’attaqua au travail d’écriture avec ardeur. Bientôt subjugué par l’argument de l’opéra, les notes se déversèrent sans effort de sa plume. Dans une lettre à son épouse, Gounod admit qu’écrire Roméo et Juliette lui donnait le sentiment d’avoir de nouveau vingt ans. Les personnages des jeunes amants étaient tellement présents dans son cœur qu’il sentait véritablement leur présence autour de lui.

 

 

 

Les superbes arias et duos d’amour passionnés de Gounod apportèrent à Roméo et Juliette un énorme succès lors de sa création mondiale à Paris en avril 1867. En moins d’un an, l’opéra draina les foules en Angleterre, en Belgique et en Allemagne. Quelques représentations furent même accompagnées d’une participation surprise du public! Ainsi, lors d’une soirée à Chicago avec Nellie Melba (Juliette) et Jean de Reszke (Roméo), un jeune spectateur du balcon se fraya un chemin jusqu’à la scène; lui aussi venait de tomber amoureux de Juliette! Il est aussi arrivé que les chanteurs eux-mêmes se retrouvèrent entraînés par les émotions émanant de l’opéra. Quand Adelina Patti chanta avec son Roméo, Nicolini, à l’Opéra de Paris, elle rallongea la scène du balcon de vingt-neuf baisers, du jamais vu! Elle ne manqua pas de divorcer peu après du marquis de Caux pour devenir Mme Adelina Nicolini.

 

 

 

Gounod, dans son écriture, se concentra sur l’impact de l’émotion et non pas la perfection dramatique. Il s’attacha à exprimer avec justesse chaque chapitre de l’histoire des jeunes amants, dépeignant scrupuleusement leurs émotions respectives dans sa musique. Le public d’aujourd’hui est toujours séduit par ce véhicule, transport d’émotions qu’est l’opéra de Gounod. Son œuvre est reconnue dans le monde entier comme l’une des plus grandes adaptations musicales de la pièce de Shakespeare.

 

 

Château du Cercle de Wallonie à Namur - 25 et 26 août à 21h

 

Château de La Hulpe - du 31 août au 4 septembre à 21h

 

Château d’Ooidonk - 8, 9 et 10 septembre à 21h

 

13/08/2011

Excalibur au Stade de France

 

pax2ev30.jpg

 

 

 


LA LÉGENDE DU ROI ARTHUR ET DES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE

Ce spectacle familial en 10 tableaux vous plongera au cœur d’une ambiance médiévale spectaculaire et envoûtante.

Alternant cascades, joutes équestres, projections de lumières, effets spéciaux et pyrotechniques… et scènes plus intimistes, vous serez captivés par un conte mêlant chevalerie, amour, trahison, vengeance et magie !


 

 

 

La période médiévale avait repris à son compte les mythes de l’Antiquité en y rajoutant la richesse des légendes et des croyances des peuples du Nord, les Germains, les Saxons, les Celtes… des mythes nés au fond des forêts, sur les bords des cours d’eau. Ces mythes sont faits des peurs et des espoirs de nos ancêtres. C’est cela qui nous rapproche de l’homme et de la femme médiéval. Ce n’est pas un cousin lointain, c’est notre grand-père ou notre grand-mère. Nous sommes leurs héritiers et nous sommes d’autant plus leurs descendants qu’ils nous ont légué les récits qui les faisaient rêver, qui leur faisaient comprendre l’univers. Nous nous sentons proches d’eux parce que ces histoires nous parlent encore. Elles réveillent en nous les questions qui nous taraudent constamment et ces questions tournent toujours autour de la même problématique : quel est le sens de notre passage sur cette terre?

L
e récit symbolique de tout cela, c’est la légende du Roi Arthur. Plus que récit, il conviendrait de dire les récits car il y a eu plusieurs versions du texte original. Au milieu du 12ème siècle, Chrétien de Troyes signe le plus célèbre. C’est le premier Roman de l’histoire de l’Humanité. On l’appelle ainsi parce qu’il est rédigé en langue romane…

C
eux qui, à l’époque, l´écoutent ou le lisent y apprennent les leçons de l’existence. Ils tirent de ce récit initiatique un enseignement sur les grands principes qui régissent notre passage sur Terre. Quels sont-ils ? Le mal est toujours tapi dans l’ombre. Il est là ! A l’extérieur et à l’intérieur de nous. Pour l’avoir libéré, les hommes ont perdu le contact privilégié avec la nature. Ils ont été chassés de l’Eden. Un homme, Arthur, élu par des forces surnaturelles, soutenu par un puissant magicien, Merlin, peut rétablir l’équilibre. Encore faut-il qu’il s’en montre digne ! Arthur est capable de régner, de pourfendre les ennemis du Bien, mais il ne sait pas résister lorsque Merlin lui conseille de ne pas épouser Guenièvre car elle fera sa perte. Le choix est là ! L’amour ou la raison ! Il choisit l’amour, mais il ne saura pas aimer Guenièvre comme elle le souhaite. Lui est toujours seul face à sa charge. Personne ne peut l’en soulager. Alors, il est trahi car il ne saura pas voir la souffrance de son épouse et le mal qui n’attend qu’un faux pas pour s’emparer du trône.

P
our sauver l’humanité, il va devoir prendre tous les risques, perdre tous ses compagnons d’armes et mettre sa vie en jeu, car l’existence ne vaut d’être vécue que si l’on s’engage, si l’on paye de sa personne, que si on lui donne un sens.
C’est ce souffle épique et mystique qui animera les travées du Stade de France le soir de la représentation.

 

 

 

 

Scènes équestres et cascades sous la direction de Mario Luraschi

 

Ce grand cascadeur et conseiller équestre a collaboré à plus de 400 films (Jeanne d'Arc de Besson...), sans oublier les spectacles (Ben Hur au Stade de France).
Ce sera l’occasion de découvrir le plus grand tournoi de chevalerie jamais organisé, avec une quarantaine de chevaux et de cavaliers.

 

Quatre tableaux phares

 

Une épée, un roi
Arthur réussissant à extraire Excalibur du rocher devient roi.
Le mariage
Une fastueuse cérémonie au château de Camelot.
Le grand tournoi
Les meilleurs chevaliers s’affrontent. Le moment où Arthur rencontrera Lancelot.
Les chevaliers de la Table ronde
Les chevaliers siègent à la légendaire Table ronde, jurant de porter la renommée d’Arthur et les vertus de l’ordre auquel ils appartiennent.

Réservez-vite vos places pour assister à cet événement médiéval qui promet d'être grandiose!

«Excalibur, la légende du roi Arthur»
Stade de France

93210 Saint-Denis
23 et 24 septembre 2011

 

 

 

19:00 Écrit par Boubayul dans Spectacle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : excalibur, stade de france, spectacle |  Facebook |

06/08/2011

"Les Misérables" au pied de la butte du lion à Waterloo

 

 

Du 6 au 17 septembre, venez assister à des représentations théâtrales exceptionnelles des Misérables, d'après l'œuvre de Victor Hugo. Un grand spectacle au pied de la Butte du Lion de Waterloo !

 

 

 

 

sans-titre.png

 

 

 

 

 

LES 150 ANS D’UNE OEUVRE MAJEURE

                                  

En 1861, Victor Hugo termine l’écriture de son célèbre roman sur le site de Waterloo (il logeait à Mont-Saint-Jean). Son roman comporte d’ailleurs une description de la bataille de Waterloo et il y fait intervenir le personnage de Thénardier qui détrousse les cadavres et sauve le père de Marius.

 

En 2011, il y aura donc 150 ans que l’un des plus grands romans du XIXème siècle fut achevé à Waterloo ! C’est cet anniversaire qui sera commémoré par la création d’un grand spectacle en plein air coproduit par l’Asbl Bataille de Waterloo 1815 et DEL Diffusion (les producteurs des spectacles d’été à l’Abbaye de Villers).

 

VICTOR HUGO ET WATERLOO

   

Victor Hugo a séjourné 14 fois en Belgique entre le 16 août 1837 et le 1er avril 1871, durant environ 1000 journées. Ces séjours sont de trois types : touristiques (les premiers en 1837 et 1840), forcés par l’exil (huit mois en 1851 et 1852) et ensuite le retour après dix ans (il reviendra chaque année passer quelques mois entre 1861 et 1871). En 1871, à 69 ans, il est exilé de Belgique par ordre du roi Léopold II parce qu’il prend position pour le régime de la Commune en France.

             

Dans "Les Misérables", Victor Hugo évoque abondamment Waterloo, un site qu’il connaît bien. Lors de sa première visite touristique en Belgique en 1837, il n’avait toutefois pas voulu visiter Waterloo, considérant que la victoire de Wellington était le triomphe de la médiocrité sur le génie. En 1840, il publie un long poème (Le Retour de l’Empereur) dont les dernières strophes sont consacrées à Waterloo. Le 17 mars 1861, Victor Hugo note sur le manuscrit des "Misérables" : “Interrompu pour les préparatifs de voyage en Belgique” et le 5 mai 1861, il note dans ses carnets : “Anniversaire de la mort de Napoléon. Je vais aller à Waterloo”. Il s’y rend le 7 mai 1861 et descend à l’Hôtel des Colonnes à Mont-Saint-Jean avant de gravir les marches du célèbre monument. Il repart le lendemain à Bruxelles mais revient à Mont-Saint-Jean huit jours après pour y rester durant plus de deux mois et y reprend l’écriture des "Misérables" le 22 mai. Et c’est, installé face au lion de Waterloo dans sa chambre d’hôtel, qu’il terminera Les Misérables. “Je suis en Belgique à Mont-Saint-Jean, hôtel des Colonnes chez Mademoiselle Dehaze. Les deux fenêtres de ma chambre donnent sur le lion de Waterloo. De mon lit, je vois le lion” (22 mai 1861).

                                         

[d’après “Victor Hugo chez les Belges” de Jean-Marc Hovasse]

 

 

 

UN SPECTACLE D'UNE GRANDE AMPLEUR

                                           

Le spectacle adapté du roman "Les Misérables" ne peut qu’être réalisé que de manière spectaculaire. En effet, il s’agit de l’histoire d’une vie aux multiples turpitudes et événements qui met en scène de nombreux protagonistes. Ainsi, l’action se déroule dans une multitude de lieux qui nécessitent donc une vaste scène permettant de différencier les espaces tout en offrant des combinaisons scénographiques variées. Voici un aperçu des différents tableaux : l’accueil de Jean Valjean chez Monseigneur Myriel ; Monsieur Madeleine, maire de Montreuil ; Fantine et Cosette ; la mort de Fantine ; la rencontre de Jean Valjean et de la petite Cosette ; la taverne des Thénardier ; Javert poursuit Cosette et Jean Valjean qui trouvent refuge dans le Couvent du Petit Pic-Pus ; l’éducation de Cosette ; la rencontre de Cosette et Marius ; Eponine ; les barricades et les combats ; la mort de Jean Valjean.

 

            

 

19:00 Écrit par Boubayul dans Spectacle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les misérables, waterloo, spectacle |  Facebook |

13/07/2011

Dracula, l'amour est plus fort que la mort

 

wallpaper_dracula_001_1280x800.jpg

 

 

 

Après “Le Roi Soleil” et “Cléopâtre, la dernière reine d'Egypte”, Kamel Ouali revisite le mythe du comte DRACULA pour en faire le personnage principal de son nouveau spectacle musical “DRACULA, L’AMOUR PLUS FORT QUE LA MORT”.

 

 

 

Sur des chansons originales, le spectacle met en avant l’histoire de l’amour impossible de Dracula, en quête d’un idéal, tiraillé entre passion et raison.

 

 

 

Tout en s’appuyant sur la personnalité complexe du héros de Bram Stoker, à la fois énigmatique et mélancolique, Kamel Ouali présente dans ce spectacle un vampire troublant mais attachant, au destin solitaire, brave et sensible, loin d’une créature terrible et sanguinaire.

 

 

 

La troupe de chanteurs comédiens et danseurs évoluera dans un univers onirique, tantôt obscur, tantôt ludique. Les décors et costumes mêleront modernité et réminiscences baroques. Kamel Ouali promet de rester fidèle à sa conception du grand spectacle musical et d’innover par un travail sur les images et les lumières encore jamais proposé à ce jour, pour surprendre, et même renouveler le genre.

 

 


 

Canal Youtube : http://www.youtube.com/user/draculaofficiel

 

A partir du 30 septembre 2011 au Palais des Sports de Paris

Les 2 et 3 mars 2012 à Forest National (Bruxelles)

 

 

 

05/07/2011

Avantasia - The flying opera

 

Avantasia_DVD_Cover.jpg

 

 

 

La nouvelle avait bousculé la scène métal mélodique et symphonique : après deux opus inoubliables et cultes, Tobias Sammet reformait le groupe pour un nouveau projet, des nouveaux invités et un nouveau concept sous l’impulsion d’un Sascha Paeth (producteur / guitariste) ayant joué un grand rôle dans la dernière trilogie conceptuelle d’Avantasia. Mais l’idée allait bien plus loin qu’un simple nouvel album studio… Il fallait monter sur scène pour une tournée exceptionnelle d’une dizaine de dates. Entreprise colossale mettant en scène une quinzaine de musiciens et chanteurs, Tobias sonne l’heure du bilan en ce début d’année 2011 en livrant avec "The Flying Opera : 20 Around the World" un testament audio et visuel de cette épopée épique à travers les plus grands festivals d’été de 2008.

 

Présenté d’une manière tout aussi esthétique et travaillée, le produit se livre dans un sublime coffret deux cds et deux dvd ultras complets, contenant deux digibook A5 indépendant, l’ensemble dans une box des plus belles.

 

C’est un concert complet, mais enregistré autant au Wacken qu’au Masters of Rock de République Tchèque qui est livré dans le premier dvd.

 

Mais le plus important est évidemment la scène… Et quel concert. Outre une setlist de rêve, Tobias débute le show avec "Twisted Mind", plombé à souhait et vêtu d’un costume grandiloquent infiniment classe, puis le chef d’œuvre "The Scarecrow", où le premier invité entre en scène.

 

 

 

 

 

 

En bête de scène d’exception, Tobias harangue l’immense foule comme un jeune gosse devant une salle dégustant ses pitreries. A ses côtés, André Matos, Kai Hansen, Jorn évidemment ou Bob Catley ne sont jamais en reste pour communiquer et chauffer un public au fer rouge. Des ultras speed et jouissifs "Reach Out for the Light" et "No Return", aux moments de grâce que sont "Inside" ou "The Story Ain’t Over" en allant dans les horizons les plus épiques de "Shelter From the Rain", "Sign of the Cross" ou "The Toy Master", l’exécution est d’une telle perfection que les larmes ne sont jamais loin tant voir ses musiciens animés par la même passion de jouer ensemble est grande et vive.

 

On retiendra particulièrement le magique et réellement merveilleux "Farewell", repris en chœur par la foule entière, réalisant des vagues d’une beauté presque surnaturelle. Comment ne pas évoquer également les frissons à l’écoute du refrain de "The Seven Angels", repris par l’ensemble des vocalistes présents ce soir là ?

 

 

 

 

 

 

 

Si le spectacle se décline également sous la forme de deux disques audio, sans aucune coupure (même les longs dialogues sont présents), un second dvd forme un documentaire très intéressant, retraçant toute l’histoire d’Avantasia, des prémices de "The Metal Opera" au retour avec "The Scarecrow", l’épreuve de la scène et la fin de la trilogie avec un assez long passage revenant sur "The Wicked Symphony" et "Angel of Babylon" ainsi que leurs invités (Jon Oliva, Michael Kiske, Tim Owens, Russel Allen…).

 

 

800px-Avantasia_Sweden_Rock_2008.jpg

 

 

25/06/2011

"Le Nom de la Rose" à Villers-la-Ville

 

59051.png

 

 

 

Un grand spectacle adapté du roman d'Umberto Eco...

 

Pour fêter le 25ème spectacle théâtral d'été à l'abbaye de Villers-la-Ville, Patrick de Longrée et Rinus Vanelslander présentent un spectacle exceptionnel créé à la démesure du site du 14 juillet au 13 août 2011.

 

Pour la première fois, le Nom de la Rose, le célèbre roman d'Umberto Eco est porté à la scène. Le public cheminera de lieu en lieu, de scène en scène, sur les lieux mêmes de l'Abbaye du Crime (titre envisagé par Umberto Eco).

 

L'histoire

 

An de grâce 1327, la chrétienté est en crise. Les hérésies sont traquées. Le pape lutte à la fois contre l'empereur Louis de Bavière et contre ses ennemis intérieurs. Il s'oppose à tous ceux qui souhaitent réformer l'Eglise. En arrivant dans le havre de sérénité et de neutralité qu'est cette abbaye - admirée de tout l'Occident pour la science de ses moines et la richesse de sa bibliothèque - afin de mettre la dernière main à la rencontre entre deux délégations opposées, l'ex-inquisiteur Guillaume de Baskerville, accompagné du novice Adso de Melk, se voit prié par l'Abbé d’enquêter sur la mort suspecte d’un des moines. Rapidement, d’autres crimes surgissent qui font écho aux sept trompettes de l’Apocalypse. L’enquête est menée scrupuleusement malgré les entraves qui surviennent de toutes parts et, d’hypothèses en découvertes, Guillaume de Baskerville parviendra à dénouer les fils de ces mystères, dans les tumultes d’une abbaye désemparée qui sombrera dans les flammes.

 

Distribution

 

PASCAL RACAN (Guillaume de Baskerville)

JÉRÉMIE PETRUS (Adso de Melk)

DANIEL NICODÈME (Messer l’Abbé)

LAURENT BONNET (Bernardo Gui)

YVES CLAESSENS (Jorge de Burgos)

PETER NINANE (Venantius de Salvemec)

DIDIER COLFS (Malachie de Hildesheim)

THIERRY JANSSEN (Bérenger d'Arundel)

OLIVIER FRANCART (Bence d'Upsala)

DENIS CARPENTIER (Séverin de Sant'Emmerano)

GÉRALD WAUTHIA (Rémigio de Varragine)

MARC DE ROY (Salvatore)

JEAN-LOUIS LECLERCQ (Ubertin de Casale)

CÉDRIC CERBARA (Michel de Césène)

BENOÎT PAUWELS (Jérôme de Caffa)

JEAN-FRANÇOIS ROSSION (Bertrand du Pogetto)

YANN LERICHE (Jean d'Anneaux)

KEVIN ECOBECQ (Jean de Baune)

VALENTINE JONGEN (La fille du village)

 

14/06/2011

Le condamné à mort

 

prev_11251_img1.jpg

 

 

 

Jeanne Moreau & Etienne Daho interprètent "Le condamné à mort" le samedi 18 juin 2011 à 21:00 au Palais des Beaux-Arts / Salle Henry Le Bœuf à Bruxelles.

 

Ils ont triomphé à l’Odéon (Paris) en novembre 2010, ont fait un disque, et les voilà sur la grande scène du Palais des Beaux-Arts. Étienne Daho et Jeanne Moreau. À l’occasion du centenaire de la naissance de Jean Genet (1910-1986), l’icône du cinéma et le pape de la pop française mettent en musique Le Condamné à Mort (1942), la première œuvre littéraire du vibrant auteur. Elle qui l’a bien connu en témoigne sans fard, tandis que lui, qui s’y est retrouvé, y puise une profondeur nouvelle.

 

Moreau en blanc, Daho en noir, comme les deux faces d’une même pièce, cisèlent chaque syllabe de cette ode fantasmée à un assassin de 25 ans, guillotiné en 1939. Eros et Thanatos, incarnés comme jamais, susurrent la puissance du désir et l’angoisse de la mort. « J’ai tué pour les yeux bleus d’un bel indifférent »...

 

Le disque et le spectacle de Moreau et Daho reprennent le disque enregistré par Hélène Martin (musique et direction), Marc Ogeret (vox) et Jean-François Gaël (arrangements) en 1970.

 

 

 

07/01/2008

Les Etoiles du cirque de Pékin

 

cirque-pekin


JUNGUA - Le Descendant du Dragon

Li Ya, la fille de l'empereur désireuse d'épouser l'officier Yang avec qui elle partage un lourd secret, se voit contrainte de renoncer à son amour pour des raisons de statut social...
Un ensemble de numéros inédits et exceptionnels mêlant cirque, acrobaties, Kung Fu et performances des moines Shaolin, en exclusivité au PHENIX.

JUNGUA est un spectacle inédit différent des spectacles précédents des Etoiles du Cirque de Pékin au PHENIX. La nouvelle saison embarque les spectateurs dans une épopée pleine d'aventures et de surprises. Certes les numéros sont choisis pour leur virtuosité et pour la force de l'impact sur le spectateur, mais des directions nouvelles sont exploitées. Ainsi cette année  l'histoire d'amour contrariée entre la fille d'un empereur et un valeureux descendant des dragons est contée. Cette aventure a permis d'introduire des éléments empruntés aux moines shaolin dans la mise en scène du spectacle.

Dans le but de garantir au spectateur des spectacles de qualités produits dans des conditions respectables en parfaite harmonie avec l'éthique française, il fut décidé, en accord avec les organismes de tutelle des cirques de Russie et de Chine, que l'appellation « ÉTOILE DU CIRQUE » véritable label de qualité définirait désormais, les artistes de Cirque Chinois ou Russes se produisant sous la coupole du PHENIX et uniquement au Phénix. C'est le cas depuis 2000. Il ne s'agit donc plus du traditionnel Cirque de Pékin ou Cirque de Moscou mais d'une version néoclassique interprétée par les Etoiles du Cirque de Pékin ou de Moscou.

Du 20 au 22 mars 2008 à Forest national - Bruxelles


05/01/2008

Bharati - "The Wonder That Is India"


 

0602498377352

Plus qu'un spectacle, Bharati est un mélange délicieux de danses, musiques, et traditions de l'Inde. L' assistance est guidée par un bref mais scintillant aperçu de l'ahurissante richesse culturelle indienne. A travers l'histoire d'amour entre Siddartha, un jeune ingénieur Indien élevé à Los Angeles, et Bharati, une jeune femme symbolisant tous les charmes et les traditions de l'Inde, le spectateur fait un voyage qui fait découvrir les trésors cachés de ce vaste pays. Sa diversité géographique, linguistique, historique et philosophie, ses peuples et innombrables traditions ont servi d'ingrédients à la composition des différents tableaux qui nous sont présentés. On est séduit par cette merveilleuse rencontre avec l'Inde, et le spectacle se révèle immédiatement amusant et intrigant. Il faudrait sans doute plus d'une vie pour visiter l'Inde et Bharati nous en donne un savoureux avant-goût le temps d'un spectacle musical.

L'Inde comme vous ne l'avez jamais vue 100 Artistes sur scène : danseurs, acteurs, musiciens, et plus de 700 costumes.

Le 5 février 2008 à Forest National.

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bharati, la magie de l inde, spectacle |  Facebook |

27/12/2007

Spectacle : Le Livre de la Jungle

 

 

LJ 01

Flamboyante adaptation du célèbre roman de Rudyard Kipling qui met en scène 15 artistes danseurs, comédiens et chanteurs.
Un spectacle musical d’une heure, pour toute la famille (dès 3 ans).

Qui ne connaît pas l’histoire extraordinaire et initiatique de Mowgli, fils de la jungle, découvert abandonné et élevé par des animaux ?
Bébé perdu dans le milieu hostile de la jungle, Mowgli est heureusement recueilli par une meute de loups et placé sous la responsabilité de Bagherra, la panthère noire. Aidée par Baloo, l’ours pédagogue et fantasque, Bagherra transmet au jeune enfant des principes dont les vertus sont aujourd’hui encore les règles de base pour grandir et devenir un homme : l’autonomie, la responsabilité, l’amitié, la solidarité, la tolérance et l’honnêteté.

LJ 02

Le Livre de la Jungle nous raconte cette merveilleuse aventure dans un grand spectacle musical pour toute la famille, où l’on retrouve aussi Kaa le serpent persifleur et roublard, et Sherkan le tigre menaçant.

Une mention particulière pour la chorégraphie et les costumes, les enfants s’émerveillent tandis que les adultes retrouvent leur âme d’enfant. Un spectacle musical pour petits et grands.

 

Les 2 et 3 février 2008 à Namur
Le 4 février 2008 à Liège

06:15 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le livre de la jungle, spectacle |  Facebook |

22/12/2007

Mozart vs Mozart

 

Mozart VS Mozart 2

 

Le nouveau spectacle d'humour musical de FFortissimo, avec Christophe Gillis et Bernard Vancraeynest. Léopold Mozart, le père, musicien professionnel de haut vol, avait un nom et même un prénom. Son talent et sa renommée pouvaient lui laisser entrevoir les portes de la gloire. Mais c’était compter sans la naissance d’un fils anormal, qui lui ravirait involontairement et comme par erreur tous les lauriers auxquels il pouvait prétendre. En une dizaine de tableaux musicaux désopilants et un tantinet iconoclastes, les Mozart père et fils, accompagnés par un somptueux quintette à cordes en grande tenue d’époque, nous relatent les épisodes les plus croustillants de la grande et de la petite histoire de la vie de Wolfgang Amadeus.  Une heure trente de grande musique live commentée et sept virtuoses costumés, pour un voyage décalé dans la vie du compositeur le plus follement génial de tous les temps : Wolfgang Amadeus Mozart !

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mozart vs mozart, spectacle |  Facebook |

18/05/2007

CAVALIA

Dans ce spectacle créé par Normand Latourelle, l'homme et le cheval nous emmènent dans leur imaginaire. On se laisse charmer par leur complicité.  L'orchestre distribue les notes au rythme des longues crinières. Les décors époustouflants nous font voyager à travers le temps et l'espace. Les artistes nous transportent dans un univers fabuleux, à l'aide d'effets spéciaux, d'éclairages colorés et de projections multimédias.

Laissez- vous emporter par la magie du 23 août au 16 septembre 2007 sur le site de Tour et Taxis. Plus d'informations sur le site de Cavalia : http://www.cavalia.net/

 

 

21:47 Écrit par Boubayul dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cavalia, cheval, spectacle |  Facebook |