21/03/2011

François Nourissier a rejoint le"Musée de l'Homme"

 

1604044940.jpg

 

 

 

Après des études universitaires chaotiques à Sciences-Po, à la Sorbonne et en Droit, François Nourissier vit de petits boulots et se consacre à l'action humanitaire avec le Secours Catholique en faveur des personnes déplacées et des réfugiés. Il entre ensuite dans le monde de l'édition en devenant secrétaire général des éditions Denoël de 1952 à 1955, puis il occupe le poste de rédacteur en chef de la revue La Parisienne de 1955 à 1958, et de conseiller aux éditions Grasset de 1958 à 1996. En tant que journaliste, il collabore à de nombreux journaux, surtout comme critique dramatique ou littéraire (Nouvelles littéraires, Le Point, Elle, Vogue, Paris Match, Le Figaro magazine.. .). L'homme qui se dit écrivain mais pas « viscéralement romancier » se fait remarquer en 1964 avec « Un petit bourgeois », considéré comme son chef-d' oeuvre, deuxième volet d'une trilogie autobiographique entamée avec « Bleu comme la nuit » en 1958 et qu'il clôt en 1966 avec « Une Histoire française », grand prix du roman de l'Académie française. Il obtient le prix Fémina quatre ans plus tard avec « La Crève », en 1970. Il est élu en 1977 à l'académie Goncourt, il en devient secrétaire général en 1983 puis président en 1996. Il quitte ses fonctions en février 2002, mais reste néanmoins membre influent du jury. Des problèmes de santé le forcent à démissionner de l'académie en 2008. Jugeant le moment opportun, François Nourissier publie la même année « Eau-de-feu », autobiographie qu'il avait écrit plusieurs années auparavant. Il y décrit la lente agonie du couple qu'il forme avec Hélène Cécile Muhlstein, artiste peintre qui sombre dans l'alcoolisme alors que lui est frappé par la maladie de Parkinson, qu'il nomme « Miss P. »

Il décède le 15 février 2010, à l'hôpital Sainte-Perine à Paris, à l'âge de 83 ans.

 

 

1013395710.jpg

 

 

 

Bibliographie

  • 1951 - L'Eau grise
  • 1952 - La vie parfaite
  • 1956 - Les Orphelins d'Auteuil
  • 1956 - Les Chiens à fouetter
  • 1957 - Le Corps de Diane
  • 1958 - Bleu comme la nuit
  • 1964 - Un petit bourgeois
  • 1965 - Une histoire française (Grand prix du roman de l'Académie française)
  • 1970 - Le Maître de maison
  • 1970 - La Crève (prix Femina)
  • 1973 - Allemande
  • 1975 - Lettre à mon chien
  • 1978 - Le musée de l'homme
  • 1981 - L'Empire des nuages
  • 1987 - En avant, calme et droit
  • 1985 - La Fête des pères
  • 1990 - Bratislava
  • 1992 - Le Gardien des Ruines
  • 1996 - Roman volé
  • 1997 - Le Bar de l'escadrille
  • 2000 - À défaut de génie
  • 2003 - Prince des berlingots
  • 2005 - La Maison Mélancolie
  • 2008 - Eau-de-feu

 

 

1492423501.jpg

 

 

 

 

 

« Ils ne me font pas sourire les inconnus qui murmurent : "Ah, si je vous racontais ma vie, quel livre vous en feriez !" Ils ont raison, ces naïfs. Rien de plus émouvant qu'une vie réputée "ordinaire", rien de plus amer, secret, étrange et étranger. Les matériaux quotidiens font la comédie humaine : une tâche sur laquelle vous saignez ; une mère qui glisse à l'absence ; une femme qu'enfin vous aimez après toutes celles que vous avez désaimées, perdues ; l'âge qui arme ses fusils... L'homme total et ordinaire méritait bien son musée. Je lui ai donné l'apparence d'un carnet de croquis : onze autoportraits de M. Tout-le-Monde. Voici le narrateur en père, fils, mari, en notable et en fantôme, en écrivain et en homme au rancart. Un petit bourgeois était une confidence sournoisement subjective - une patate chaude. Ici le conservateur a repris les choses en mains, mis de l'ordre, et il propose ce catalogue de mes expositions permanentes. » François Nourissier.







http://www.dailymotion.com/video/xf26yw_francois-nourissi...



20:00 Écrit par Boubayul dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : françois nourissier |  Facebook |