16/12/2007

L'orientalisme dans la BD

 

53337

 

 

Lorsque la bande dessinée commencera à s’intéresser à cet ailleurs lointain, les codes narratifs et décoratifs orientalisants sont déjà bien définis. Au travers du journal Tintin, Paul Cuvelier, Edgar. P. Jacobs et Jacques Laudy se tournent vers l’Orient pour divertir leurs lecteurs des affres de la guerre qui vient de se terminer et réalisent notamment « Corentin », Le Mystère de la Grande Pyramide et « Hassan et Kaddour ». Ce n’est que récemment que les auteurs européens osent montrer une face moins fantasmée, plus réaliste de l’Orient. Leurs regards se font plus durs, plus objectifs et plus en phase avec l’actualité. Les portes de cet univers que l’on pensait si différent du nôtre révèlent la pauvreté, la dictature, le silence des femmes et le désespoir. Certains auteurs s’attachent alors la plupart du temps à installer un cadre historique à leurs récits. L’Inde ne peut plus se lire sans ses relations anglaises, le Tibet sans la Chine ou l’Algérie sans la France. Mais le lecteur ne se lassera sans doute jamais de l’Orient romantique, univers de plaisir, de sensualité et de mystère… L’Orient est une source inépuisable qui permet plusieurs variétés d’histoires, que l’exposition « L’Orientalisme dans la bande dessinée » a tenté de représenter. Le visiteur passera par les récits des premiers auteurs franco-belges qui ont décrit l’Orient : Jacques Laudy, E. P. Jacobs, Cuvelier et Hergé, dont nous exposerons deux planches du mythique album Tintin au Tibet. A leurs côtés, des planches de Jacques Ferrandez et ses célèbres Carnets d’Orient, d’Ana Mirallès et Djinn, les splendides dessins de Jean-François Charles tirés d’India Dreams ou encore les dernière limites avant l’extrême-Orient avec Cosey, Jonathan et le Bouddha d’Azur. Notre parcours s’arrêtera également sur le travail de Joann Sfar dans Le chat du Rabbin, de David B. et ses étonnants Chercheurs de trésor, de la formidable Tentation de Renaud de Heyn ou encore du tout nouveau Croisades de Xavier et Dufaux. Ce voyage ne saurait être complet sans les adaptations des Mille et Une nuits que sont les Cinq conteurs de Bagdad de Duchazeau et le mythique Sharaz-de de Sergio Toppi.  Au travers de l’aspect narratif et de l’aspect plus visuel de chaque bande dessinée, nous tenterons de dessiner l’évolution de l’orientalisme dans la bande dessinée. Nous essayerons de comprendre les différents regards que l’Occidental a portés sur ces terres méconnues, liées dans nos esprits à des mythes qui se doivent d’être à présent dépoussiérés, ce que certains auteurs ont fait avec intelligence et passion.

Du 8 novembre 2007 au 11 avril 2008 à la Fondation R. Leblanc

Informations : http://www.fondationrleblanc.be