16/09/2011

Ciné Clip Clap

 

nicky-clipclap.jpg

 

Tenez-vous au courant de l'actualité cinématographique en suivant l'émission de Nicky Depasse "Ciné Clip Clap" sur Liberty TV!

 

 

 

07/02/2008

Faussaire

 

18774804_w434_h578_q80

En 1971, Clifford Irving devint l'homme le plus célèbre de son temps pour avoir accompli un exploit extraordinaire. Alors que tout le monde en rêvait sans jamais y parvenir, ce modeste auteur avait obtenu les confidences du multimilliardaire Howard Hughes, qui vivait reclus après une vie d'excentricités. Tout à coup, le géant du cinéma et de l'aviation, ce séducteur désormais enfermé chez lui sans aucun contact avec l'extérieur, avait livré les secrets de sa vie. Le document était à la mesure de la légende de Hughes et les éditeurs se déchaînèrent pour s'offrir le manuscrit. Irving récolta richesse et renommée. Le seul problème, c'est qu'il n'avait même jamais rencontré Hughes et qu'il avait tout inventé... Embarqué dans un mensonge qui devint chaque jour plus complexe, Irving osa tout devant une industrie, des médias et un public tellement avides d'une histoire rocambolesque qu'ils avalèrent toute l'affaire. Aussi incroyable qu'authentique, voici la saga de cet homme qui trompa le monde entier et provoqua des remous jusqu'au sommet de l'Etat avec l'un des plus grands faux de l'Histoire...

Réalisé par Lasse Hallström, avec Richard Gere, Marcia Gay Harden, Alfred Molina  

L'histoire est incroyablement maîtrisée, le scénario monte en puissance au fur et à mesure et nous captive complétement. On plonge dans les tourments du héros et on s'imprègne de son esprit troublé. La manière dont il avance est jubilatoire à suivre. Ce film est pourtant très calme, sans la moindre action, mais on y est suspendu du début à la fin. Déjà l'histoire atypique de ce personnage véridique (C.Irving) vaut le détour. Le jeu de Richard Gere donne plaisir à voir.

 


Faussaire
envoyé par gotti57

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : films, faussaire |  Facebook |

14/01/2008

Les Fantômes de Goya

 

Goya

A la fin du XVIIIe siècle, alors que le royaume d'Espagne subit les derniers sursauts de l'Inquisition et que les guerres napoléoniennes bouleversent l'Europe, le frère Lorenzo, impitoyable inquisiteur, s'en prend à Inès, la muse du peintre Francisco Goya. Abusivement accusée d'hérésie, Inès se retrouve emprisonnée. Pour Goya, c'est le début d'une période qui changera sa vie et son oeuvre à jamais...

Réalisé par Milos Forman, avec Natalie Portman, Javier Bardem, Stellan Skarsgard

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les fantomes de goya, films |  Facebook |

02/01/2008

Ocean's 13

 

18771134_w434_h578_q80

Douce vengeance sous le ciel de Las Vegas... Danny Ocean et sa bande ne pouvaient avoir qu'un seul motif pour tenter leur braquage le plus audiacieux à ce jour : sauver un des leurs. Mais la chance ne suffit pas toujours lorsque l'on veut faire sauter "The Bank"... Le cruel propriétaire de casino Willy Bank ne s'attendait pas à une telle riposte lorsqu'il trahit en envoya l'ami et mentor de Danny, Reuben Tishkoff. Mauvais, très mauvais calcul, car Danny rameute ses fidèles complices pour infliger à Bank un châtiment exemplaire le soir de l'inauguration de son nouveau casino, The Bank.

Réalisé par Steven Soderbergh, avec George Clooney, Brad Pitt, Matt Damon

On retrouve l'esprit "Las Vegas" du premier épisode, son humour subtil et sa classe. Le scénario, proche du premier film, a été suffisamment retravaillé pour avoir l'impression d'être face à une oeuvre nouvelle. Une production distrayante et fraîche, que l'on découvre avec plaisir dans le désert cinématographique estivale. Le plaisir que procure la réalisation ainsi que le jeu des acteurs comble largement l'invraisemblance du scénario, à grand renfort de culture pop en plus.

 

 

22:59 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ocean s 13, films |  Facebook |

04/11/2007

Mémoires de nos pères et Lettres d'Iwo Jima

 

Mémoires de nos pères2

 

Au cinquième jour de la sanglante bataille d'Iwo Jima, cinq Marines et un infirmier de la Navy hissent ensemble le drapeau américain au sommet du Mont Suribachi, tout juste repris aux Japonais. L'image de ces hommes unis face à l'adversité devient légendaire en l'espace de quelques jours. Elle captive le peuple américain, las d'une guerre interminable, et lui donne des motifs d'espérer.
Pour mettre à profit cet engouement, les trois "porte-drapeaux" sont livrés à l'admiration des foules. Leur nouvelle mission : servir leur pays en vendant les précieux Bons qui financent l'effort de guerre.
Le laconique John "Doc" Bradley, le timide Amérindien Ira Hayes et le fringant Rene Gagnon se prêtent au jeu avec un dévouement exemplaire. Ils sillonnent sans relâche le pays, serrent des milliers de mains et prononcent des allocutions. Mais, en leur for intérieur, une autre bataille se livre...

Réalisé par Clint Eastwood, avec Ryan Philippe, Adam Beach, Neal McDonough

 

Lettres d'Iwo Jima2

En 1945, les armées américaine et japonaise s'affrontèrent sur l'île d'Iwo Jima. Quelques décennies plus tard, des centaines de lettres furent extraites de cette terre aride, permettant enfin de donner un nom, un visage, une voix à ces hommes ainsi qu'à leur extraordinaire commandant.
Les soldats japonais qu'on envoyait à Iwo Jima savaient que leurs chances de survie étaient quasi nulles. Animé d'une volonté implacable, leur chef, le général Kuribayashi, exploita ingénieusement la nature du terrain, transformant ainsi la défaite éclair annoncée en 40 jours d'héroïques combats.
De nombreux soldats américains et japonais ont perdu la vie à Iwo Jima. Leur sang s'est depuis longtemps perdu dans les profondeurs du sable noir, mais leurs sacrifices, leur courage et leur compassion ont survécu dans ces Lettres.

Réalisé par Clint Eastwood, avec Ken Watanabe, Kazunari Ninomiya, Shido Nakamura.  

Ces films font partie de la Saga Iwo Jima / Clint Eastwood.

Réaliser deux films de guerre dans un face à face humaniste voilà le défi qui relie les "Mémoires de nos pères" et les "Lettres d'Iwo Jima". La couleur utilisée donne une dimension sur les combats et les évènements sans insister sur le coté sanglant. C'est un mélange unique qui ne prend jamais parti. Les hommes des deux camps traversent espoir, orgueil, et désillusion, ils sont semblables, égaux. En somme, ces deux films de guerre font l'éloge de la paix, pour que nous n'oublions jamais que derrière la guerre, se trouve toujours des Hommes.

22/08/2007

Transformers

 

18784915_w434_h578_q80

Une guerre sans merci oppose depuis des temps immémoriaux deux races de robots extraterrestres : les Autobots et les cruels Decepticons. Son enjeu : la maîtrise de l'univers... Dans les premières années du 21ème siècle, le conflit s'étend à la Terre, et le jeune Sam Witwicky devient, à son insu, l'ultime espoir de l'humanité. Semblable à des milliers d'adolescents, Sam n'a connu que les soucis de son âge : le lycée, les amis, les voitures, les filles... Entraîné avec sa nouvelle copine, Mikaela, au coeur d'un mortel affrontement, il ne tardera pas à comprendre le sens de la devise de la famille Witwicky : "Sans sacrifice, point de victoire !"

Réalisé par Michael Bay, avec Shia LaBeouf, Megan Fox, Josh Duhamel.

Transformers est un film d'action à l'état pur avec des dialogues parfois limites, un scénario un peu tiré par les cheveux, une belle nana, des armes et des flics... Les effets spéciaux sont géniaux et la musique électrisante. Les robots sont superbement modélisés et très bien animés. Même si l'histoire ne casse pas trois pattes à un canard, c’est un film qui se laisse regarder, pour se distraire.

06:15 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : transformers, films |  Facebook |

21/08/2007

L'illusionniste

 

Illusionniste

Vienne, dans les années 1900. Surgit un jour le charismatique et mystérieux illusionniste Eisenheim, qui ne tarda pas à devenir l'homme le plus célèbre de la ville, l'incarnation vivante d'une magie à laquelle personne n'osait plus croire... Mais la gloire d'Eisenheim est intolérable au Prince héritier Leopold, dont la popularité décroît à mesure que grandit celle de ce showman consommé. Rationaliste convaincu, avide de pouvoir, le Prince a une raison supplémentaire de jalouser Eisenheim : ce dernier fut le grand amour de jeunesse de sa fiancée, la belle Sophie von Teschen, qui nourrit encore pour lui de très tendres sentiments. Décidé à écarter ce rival, Leopold charge son homme de confiance, l'inspecteur Uhl, d'enquêter sur l'illusionniste et de dévoiler ses impostures. Une partie serrée s'engage entre les deux hommes...

Réalisé par Neil Burger, avec Edward Norton, Paul Giamatti, Jessica Biel.
Un film somptueux, grandiose, magique, envoûtant, mystérieux, fascinant! Tout y est : un scénario original, bien mené et bien mesuré, une réalisation exemplaire, des acteurs talentueux à l'aise dans leur personnage et une superbe musique à vous donner des frissons. On rentre dans l'histoire dès les premières minutes sans se lasser une seule seconde! On en sort émerveillé. Sans vous parler bien sûr du dénouement de l'histoire qui vous laissera bouche bée pendant au moins la première minute de générique.

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l illusionniste, films |  Facebook |

18/08/2007

Adieu Cuba

 

18652005_w434_h578_q80

En 1958, l'île de Cuba est loin d'être un paradis. Le dictateur Batista oppresse le pays et asphyxie son peuple. Dans les champs de canne à sucre et les jungles perdues des montagnes de l'est du pays, les forces révolutionnaires M26 de Fidel Castro et d'Ernesto "Che" Guevara se préparent à marcher sur La Havane.

Alors que les troubles agitent l'île, Fico Fellove dirige son club, El Tropico. Dans la tourmente, il se bat pour garder l'unité de son clan, et pour l'amour d'une femme. Fico ne voulait pas s'impliquer dans tout ce qui bouleverse son pays, mais le destin ne va pas lui laisser le choix.
El Tropico va devenir un monde déchiré de passions, d'idéaux politiques, où les rêves doivent apprendre à se battre pour survivre...

Réalisé par Andy Garcia, avec Andy Garcia, Dustin Hoffman, Tomas Milian
Maîtrisé et "sculpté" par une main de maître, l'amour d'Andy Garcia pour son pays ne peut laisser le spectateur de marbre. Il a vraiment réalisé un film qui rentre pleinement dans l'histoire de Cuba et de La Havane de la fin des années 1950. Le scénario est très bien amené avec une musique enjouée et une épopée humaine des plus émoustillantes. L'esprit de famille est au coeur de l'histoire. On navigue entre révolution et désillusion, entre amitié et trahison. La révolution cubaine est autant critiquée que justifiée. Un film qui fait voyager! Il n'en demeure pas moins une réussite par sa simplicité, sa sincérité et une reconstitution historique tout à fait honorable.

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : adieu cuba, films |  Facebook |

16/08/2007

Ratatouille

18709674_w434_h578_q80

Le rat bleu Remy a toujours rêvé d'être un grand cuisinier. Or, par un concours de circonstances, il se retrouve à Paris, près du restaurant du défunt chef Auguste Gusteau. Encouragé par le fantôme de ce dernier, Remy pénètre dans la cuisine et y concocte une soupe délicieuse. Le chef Skinner en conclut qu'elle est l'œuvre du timide apprenti Linguini. Désireux de garder sa place, ce dernier décide de faire équipe avec le petit rongeur. Ainsi, caché sous sa toque, Remy le manipule tel un marionnettiste afin de lui faire exécuter d'exquises recettes. Le stratagème fonctionne au point que Linguini gagne le cœur de sa consœur Colette. Entre-temps, l'autoritaire et méfiant Skinner découvre que son apprenti est le fils légitime de Gusteau. Il met alors tout en oeuvre pour l'empêcher d'hériter du prestigieux restaurant.

Réalisé par Brad Bird, avec Guillaume Lebon, Thierry Ragueneau, Camille.

Ratatouille est le meilleur film d'animation du moment. Il s'agit plus que de l'animation pour les petits avec l’ajout d’une dimension définitivement plus adulte à l'ensemble. Le film est unique pour son originalité et son inventivité, tant sur le plan de l'histoire que des dialogues et des dessins. Le ton est juste, la musique pour une fois est utilisée avec parcimonie, le doublage est très bon. Côté technique c'est la perfection : le graphisme de l’ambiance mi-nostalgique mi rêvée de Paris est génial. L'animation réinvente la notion de mouvement et de liberté avec une fluidité à tomber et un rythme emballant. Avec son scénario achevé, ses idées à foison et ses rebondissements, « Ratatouille » est un film sans temps mort qui délivre, tout en finesse, des messages sur la tolérance, les a priori et le courage ... Du pur bonheur!

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ratatouille, films |  Facebook |

14/08/2007

Le Labyrinthe de Pan

 

18680999_w434_h578_q80

Espagne, 1944. Fin de la guerre. Carmen, récemment remariée, s'installe avec sa fille Ofélia chez son nouvel époux, le très autoritaire Vidal, capitaine de l'armée franquiste. Alors que la jeune fille se fait difficilement à sa nouvelle vie, elle découvre près de la grande maison familiale un mystérieux labyrinthe. Pan, le gardien des lieux, une étrange créature magique et démoniaque, va lui révéler qu'elle n'est autre que la princesse disparue d'un royaume enchanté. Afin de découvrir la vérité, Ofélia devra accomplir trois dangereuses épreuves, que rien ne l'a préparé à affronter...

Réalisé par Guillermo Del Toro, avec Ivana Baquero, Sergi Lopez, Doug Jones.

Ce conte sombre nous fait voyager à travers un monde chaotique et monstrueux, celui de l'Espagne franquiste. Un monde dont une jeune fille veut s'échapper absolument. Un voyage entre deux mondes et deux cauchemars. Un film qui oscille entre réel et irréel, qui hésite entre politique et idéologie niaise. La partie féerique est lourdement illustrée, hésitant maladroitement entre effroi et absurdité. Le traitement réservé au côté historique n'est guère plus convaincant. Les idées sont là mais ne sont malheureusement qu'à demi exploitées.

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le labyrinthe de pan, films |  Facebook |

13/08/2007

Eragon

 

18700877_w434_h578_q80

Autrefois, la paix et la prospérité régnaient en terre d'Alagaësia. Les Dragons avaient alors fait don à leurs Dragonniers de pouvoirs magiques, et même de l'immortalité. Aucun ennemi ne pouvait les vaincre... jusqu'à ce que l'un des leurs, Galbatorix, décide de trahir pour s'approprier tous ces pouvoirs et en jouir seul en détruisant tous les autres Dragonniers.
Un jeune homme, Eragon, découvre un oeuf étrange aux lueurs bleues, qui donne naissance à un Dragon femelle. Il le baptise Saphira. Le temps des Dragonniers est revenu...
Avec l'aide de son mentor, Brom, Eragon va découvrir quel est son vrai destin. Lui seul peut faire renaître l'âge d'or de la justice, il est l'unique espoir du peuple d'Alagaësia, mais pour cela il va devoir affronter Galbatorix et vivre la plus fabuleuse des sagas...

Réalisé par Stefen Fangmeier, avec Edward Speleers, Jeremy Irons, Rachel Weisz.

L'histoire des dragons et des dragoniers est très émouvante et très prenante. On est plongé dans l'histoire d'entrée et on n'en sort pas avant la fin. Les effets spéciaux sont extraordinaires, les paysages sont magnifiques. Avis aux amateurs de fantastique!

14:17 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eragon, films |  Facebook |

11/07/2007

Persepolis

18761581_w434_h578_q80

 

Téhéran 1978 : Marjane, huit ans, songe à l'avenir et se rêve en prophète sauvant le monde. Choyée par des parents modernes et cultivés, particulièrement liée à sa grand-mère, elle suit avec exaltation les évènements qui vont mener à la révolution et provoquer la chute du régime du Chah.
Avec l'instauration de la République islamique débute le temps des "commissaires de la révolution" qui contrôlent tenues et comportements. Marjane qui doit porter le voile, se rêve désormais en révolutionnaire.
Bientôt, la guerre contre l'Irak entraîne bombardements, privations, et disparitions de proches. La répression intérieure devient chaque jour plus sévère.
Dans un contexte de plus en plus pénible, sa langue bien pendue et ses positions rebelles deviennent problématiques. Ses parents décident alors de l'envoyer en Autriche pour la protéger.
A Vienne, Marjane vit à quatorze ans sa deuxième révolution : l'adolescence, la liberté, les vertiges de l'amour mais aussi l'exil, la solitude et la différence.

Film réalisé par Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud. Avec Chiara Mastroianni, Catherine Deneuve, Danielle Darrieux.

 

Ce film d'animation est un exercice très difficile. Le scénario est de très bonne qualité, tout à la fois triste, drôle et véridique. Rien à dire sur l'esthétique. Ce film permet de se poser des questions sur la condition des femmes dans les pays islamistes et nous conte une histoire d'une rare dureté avec un humour fin sans chercher à juger ou à dénoncer.

22:31 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : persepolis, films |  Facebook |

Die Hard 4 - retour en enfer

18765026_w434_h587_q80

 

Pour sa quatrième aventure, l'inspecteur John McClane se trouve confronté à un nouveau genre de terrorisme. Le réseau informatique national qui contrôle absolument toutes les communications, les transports et l'énergie des Etats-Unis, est détruit de façon systématique, plongeant le pays dans le chaos. Le cerveau qui est derrière le complot a tout calculé à la perfection. Ou presque... Il n'avait pas prévu McClane, un flic de la vieille école qui connait deux ou trois trucs efficaces pour déjouer les attaques terroristes.

 

Ce film fait partie de la Saga Die Hard et est réalisé par Len Wiseman. Avec Bruce Willis, Justin Long, Timothy Olyphant.

 

Digne successeur des épisodes précédents, ce nouveau film conserve la frénésie d'acion et l'humour qui ont fait leur succès. Le scénario regorge d'idées originales sur un rythme haletant jusqu'à la fin, tout en répartissant les moments d'action en alternance avec des moments plus calmes.. Les cascades sont époustouflantes, les effets spéciaux très réalistes. On retrouve tout ce qui a fait le succès des autres films avec la technologie en plus et un héros toujours aussi invincible.

 


22:10 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : die hard 4, retour en enfer 4, films |  Facebook |

Harry Potter et l'Ordre du Phénix

18778375_w434_h578_q80

 

Alors qu'il entame sa cinquième année d'études à Poudlard, Harry Potter découvre que la communauté des sorciers ne semble pas croire au retour de Voldemort, convaincue par une campagne de désinformation orchestrée par le Ministre de la Magie Cornelius Fudge. Afin de le maintenir sous surveillance, Fudge impose à Poudlard un nouveau professeur de Défense contre les Forces du Mal, Dolorès Ombrage, chargée de maintenir l'ordre à l'école et de surveiller les faits et gestes de Dumbledore. Prodiguant aux élèves des cours sans grand intérêt, celle qui se fait appeler la Grande Inquisitrice de Poudlard semble également décidée à tout faire pour rabaisser Harry. Entouré de ses amis Ron et Hermione, ce dernier met sur pied un groupe secret, "L'Armée de Dumbledore", pour leur enseigner l'art de la défense contre les forces du Mal et se préparer à la guerre qui s'annonce...

Ce film fait partie de la Saga Harry Potter et est réalisé par David Yates. Avec Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson

 

Les acteurs améliorent leur jeu d'année en année, les combats sont géniaux et les effets spéciaux fantastiques. Bien que le sujet soit plus sombre, l'histoire passe avec plus de facilité et moins de scènes horribles. On trouve un scénario développé et richement construit. C'est la scène de combat de la fin qui est sûrement la meilleure scène de tous les Harry Potter! En clair, enfourchez votre balai magique et allez voir ce nouvel épisode !

 

26/06/2007

Le Concile de Pierre

18669873_w434_h578_q80

Laura Siprien se demande si elle n'est pas en train de perdre la raison.
Cauchemars et hallucinations la plongent depuis quelques semaines dans une angoisse incontrôlable. Qui est vraiment son fils Liu-San ? D'ou vient-il ? Que signifie l'étrange marque apparue sur son torse ? Quelques jours avant son septième anniversaire, l'enfant est enlevé. Persuadée de savoir où il a été emmené, Laura se jette à corps perdu dans un périple aux confins de l'étrange et du fantastique.

Film réalisé par Guillaume Nicloux, avec Monica Bellucci, Catherine Deneuve, Moritz Bleibtreu.
 

Quand on sait comment l'adaptation d'un roman de Jean-Christophe Grangé peut être casse-gueule, on pourra dire que Guillaume Nicloux, lui, ne s'en sort pas trop mal, fidèle à son style habituel, à ses effets de caméra. Il arrive à créer l’ambiance noire d’un thriller captivant qui nous emmène dans un univers de stress et de peur, de surnaturel et de transmission de pensée. On nous montre, cependant, une Monica Belluci très fragile avec une présence atone et un jeu inexpressif. Le film perd en force à cause d’un scénario alambiqué, d’un final guignolesque et d’une Catherine Deneuve peu crédible dans son rôle. On reste souvent perplexe face à une interprétation machinale d’un scénario brouillon.

07:15 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le concile de pierre, films |  Facebook |

25/06/2007

Lady Chatterley

18680450_w434_h578_q80

 

Dans le château des Chatterley, Constance coule des jours monotones, enfermée dans son mariage et son sens du devoir. Au printemps, au coeur de la forêt de Wragby, elle fait la connaissance de Parkin, le garde-chasse du domaine. Le film est leur histoire. Le récit d'une rencontre, d'un difficile apprivoisement, d'un lent éveil à la sensualité pour elle, d'un long retour à la vie pour lui. Ou comment l'amour ne fait qu'un avec l'expérience de la transformation.

Un film réalisé par Pascale Ferran, avec Marina Hands, Jean-Louis Coulloc'h, Hippolyte Girardot.

 

Parallèle entre la nature saisonnière et l’éclosion des corps et des désirs, « Lady Chatterley » (film aux cinq Césars) narre l’histoire d’un amour charnel montré dans tout son naturel. Ce film, qui prend son temps, dresse au travers de ses personnages un beau tableau du désir et de la liberté en transcendant les classes sociales. Les plans aux couleurs chatoyantes, aux lumières éclatantes sont travaillés et soutenus par une photographie magnifiquement belle, un usage parcimonieux de la musique. Aucune image n’est choquante ni excessive, malgré la véhémence de la passion des personnages.

07:15 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lady chatterley, films |  Facebook |

24/06/2007

Jugez-moi coupable ( Find me guilty)

18660694_w434_h578_q80

Jugez-moi coupable est inspiré par l'histoire vraie de Giacomo "Jackie Dee" DiNorscio, un membre de la famille Lucchese. De fait, les dialogues de la majeure partie des scènes du prétoire sont tirés des minutes mêmes du procès. Déjà incarcéré pour trente ans, Jackie se voit offrir une réduction de peine s'il témoigne contre ses amis les plus proches. Dégoûté par la bureaucratie du système pénal et refusant de trahir sa "famille", Jackie décide d'aller au procès à la fois en tant qu'inculpé et en tant qu'avocat. Avec son humour extravagant et outrancier, sa détermination farouche et sa loyauté sans faille, il devient vite la vraie vedette de ce procès, ne cessant de surprendre le juge, le jury, sans parler de ses co-inculpés plus ou moins sceptiques...

Film réalisé par Sidney Lumet, avec Vin Diesel, Peter Dinklage, Linus Roache.

 

L'authenticité de cette histoire est retranscrite avec perfection. Vin Diesel prouve de façon exceptionnelle sa capacité à endosser des rôles où on ne l'attend pas. Il défend sa famille avec des dialogues et un franc parlé particulier teinté de cynisme et d'humour noir. Son jeu est net, précis et naturel. Le film mélange subtilement les doses d'humour et d'émotions intenses.

17:11 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jugez-moi coupable, films |  Facebook |

06/06/2007

Indigènes

18653664_w434_h578_q80

 

En 1943, alors que la France tente de se libérer de la domination nazie, le parcours de quatre "indigènes", soldats oubliés de la première armée française recrutée en Afrique. Abdelkader, Saïd, Messaoud et Yassin, réputés pour leur courage, sont envoyés en première ligne. Argent, amour pour la France ou pour l'armée française, foi en la liberté et l'égalité, leurs motivations divergent pour un même combat, libérer la France, les armes à la main.

 

Film de Rachid Bouchareb. Avec Jamel Debbouze, Samy Naceri, Roschdy Zem.

 

A chacun de se forger sa propre opinion sur ce volet de l'histoire que l'on se plaît à passer sous silence, sur ces hommes de courage qui ont contribué à défendre leur pays et n'ont pas reçu les honneurs dûs!

"Indigènes" est un film grandiose emmené par des acteurs qui jouent avec leurs tripes : c'est un chef d'oeuvre qui mérite amplement les récompenses récoltées à Cannes.

 

23:13 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : indigenes, films |  Facebook |

29/05/2007

Casino Royale

18674702

 

Pour sa première mission en tant que "007", James Bond doit faire face au banquier de terroristes internationaux redoutés, Le Chiffre. Pour mettre fin aux activités du criminel et neutraliser le réseau terroriste, Bond doit battre Le Chiffre au Casino Royale lors d'une partie de poker à la mise très élevée. Au départ, Bond n'est pas enthousiaste du tout quand la ravissante collaboratrice du ministère des Finances britannique, Vesper Lynd, est chargée de lui remettre l'argent nécessaire et de surveiller l'utilisation des fonds du gouvernement. Mais alors que Bond et Vesper survivent à une série d'embuscades orchestrées par Le Chiffre et ses acolytes, une attirance mutuelle se développe entre eux qui les plongera dans des situations encore plus dangereuses et changera la vie de Bond à tout jamais.

Film réalisé par Martin Campbell. Avec Daniel Craig, Eva Green, Mads Mikkelsen.

"Casino Royale" nous propose un récit issu tout droit du roman culte de Ian Flemming. Daniel Craig incarne une jeune et inexpérimentée recrue du MI6 venant d'obtenir son matricule double 0. Il impose sa carrure dans chaque scène d'action qui semble renaître dans une violence sèche et réaliste avec des combats à mains nues très bien réalisés et des poursuites à pied. Il se révèle efficace dans son rôle. La scène de poker est une merveille de suspense et James Bond présente des défauts qui le rendent humain. Eva Green, la nouvelle James Bond Girl n'est pas en reste. Les gadgets sont beaucoup plus réalistes. Un 21ème volet tout à fait acceptable!

 

08:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : films, casino royale, james bond, 007 |  Facebook |

Le Parfum : L'histoire d'un meurtrier

18653460

 

Jean-Baptiste Grenouille naît en 1744. Dès ses premères heures, il connaît un destin aussi fascinant qu'effrayant. Enfant solitaire, malade, il devient un jeune homme à part grâce à un don unique : son odorat. Grenouille n'a pas d'autre passion que celle des odeurs et chaque seconde de sa vie est guidée par ce sens surdéveloppé. Survivant misérablement, il parvient à se faire embaucher comme apprenti chez les maîtres parfumeurs de la capitale. Il découvre alors les techniques et les secrets de la fabrication des parfums. Son don lui permet de composer quelques chefs-d'oeuvre olfactifs, mais son but ultime devient rapidement la mise au point de la fragrance idéale, celle qui lui permettrait de séduire instantanément tous ceux qui croiseraient son sillage. Dans sa recherche d'ingrédients, Grenouille est irrésistiblement attiré par le parfum naturel des jeunes filles. Il va aller jusqu'à en tuer beaucoup pour leur voler leur odeur...

Film réalisé par Tom Tykwer, selon le roman de Patrick Süskind. Avec Ben Whishaw, Dustin Hoffman, Alan Rickman

Le film est d'une puissance époustouflante, la réalisation impeccable, les musiques envoûtantes à souhait. Dans la parfaite reconstitution de Paris et de l'Italie au 17ème siècle, il y a la prestation dantesque de Ben Whishaw, qui ne parle pas beaucoup mais qui nous transmet beaucoup d'odeurs indescriptibles de beautés et possède le don de faire de l'essence humaine la composante majeure de l'elixir d'amour. Avec un très bon niveau de jeux des acteurs, le réalisateur signe une oeuvre étonnante jusqu'à la fin.

07:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le parfum, patrick suskind, films |  Facebook |

28/05/2007

La faille (Fracture)

18754385

 

Willy Beachum est un ambitieux assistant procureur de la République. Au moment où sa carrière semble enfin démarrer, une affaire très embarrassante arrive entre ses mains. Ted Crawford a tué sa femme après qu'il ait appris que celle-ci le trompait. A première vue une affaire facile mais qui devient tout à fait différente lorsque Crawford est libéré suite à un vice de procédure. Il s'ensuit un dangereux jeu du chat et de la souris entre Beachum et Crawford qui semble avoir commis le crime parfait ...

Film réalisé par Gregory Hoblit. Avec Anthony Hopkins, Ryan Gosling,David Strathairn

La Faille est un bon mélange de suspense et de jeu d'acteur. Ce thriller est mené de main de maître d'un bout à l'autre avec un Anthony Hopkins manipulateur et tordu. La toile, sur meurtre parfait orchestré avec brio, exploite à nouveau le thème de la présomption d'innocence ainsi que la perfidie et la ruse juridique. Un reproche à ce film : il traîne un peu en longueur d'autant que l'on devine la fin dès les premières minutes.

17:28 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la faille, fracture, films |  Facebook |

27/05/2007

Spider-Man 3

18754165

 

Peter Parker a enfin trouvé le juste milieu entre son attachement pour M.J. et ses devoirs en tant que superhéros. Cependant, une tempête se prépare à l'horizon. Quand son costume change tout à coup, devient noir comme du charbon et renforce ses pouvoirs, il transforme aussi Peter lui-même et fait ressortir le côté sombre et vindicatif de sa personnalité qu'il essaie en vain de contrôler. Sous l'influence de son costume, Peter devient présomptueux et commence à négliger les gens qui sont le plus profondément attachés à lui. Finalement, il est obligé de choisir entre le pouvoir séduisant de son nouveau costume et le héros plein de compassion qu'il était avant. Peter devra vaincre ses démons personnels et faire face à deux des scélérats les plus redoutés du monde, Sandman et Venom. Leur pouvoir hors pair et leur soif de vengeance menacent Peter et tous ceux qui lui sont chers ...

Ce film fait partie de la Saga "Spider-Man" et est réalisé par Sam Raimi. Avec Tobey Maguire, Kirsten Dunst, James Franco, ...

Le réalisateur attache plus d'importance à la profondeur des personnages. Il joue avec des effets spéciaux de grande qualité graphique et une très forte dose d'action, se résumant la plupart du temps à des combats.

 

15:12 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : films, spider-man 3 |  Facebook |

Le Diable s'habille en Prada

18668315

 

Fraîchement diplômée, Andrea débarque à New York et décroche le job de rêve. Mais en tant qu'assistante de la tyrannique rédactrice en chef d'un prestigieux magazine de mode, elle va vite découvrir ce que le mot "enfer" veut dire...

Réalisé par David Frankel. Avec Meryl Streep, Anne Hathaway, Emily Blunt, ...

Ce n'est pas le film du siècle même si le jeu de Meryl Streep est parfait en Cruella de l'édition de la mode et Anne Hathaway est touchante dans son surjoué de potiche intellectuelle muée en un coup de baguette magique en garce opportuniste. Il faut être fan du milieu de la mode pour apprécier ce film dont l'histoire, cousue de fil blanc, est sans rebondissement, sans surprise. Le scénario manque de mordant et la mise en scène est d'une extrême platitude.

 

15:02 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le diable s habille en prada, films |  Facebook |

25/05/2007

Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde

18754731

 

Will Turner et Elizabeth Swann s'allient au Capitaine Barbossa afin de libérer le Capitaine Jack Sparrow du piège de Davy Jones qui parcourt les sept mers à bord du terrifiant navire fantôme. Le voyage de Will et Elizabeth est pimenté de tricherie, de traîtrises et d'eaux dangereuses. Ils naviguent en direction de Singapour et doivent confronter Sao Feng, un pirate Chinois extrêmement rusé. En direction des confins les plus éloignés de la terre, chacun doit choisir son camp pour la bataille finale, parce que non seulement leurs vies sont en jeu, mais aussi le futur de tous les pirates!

 

Ce film fait partie de la Saga "Pirates des Caraïbes". Réalisé par Gore Verbinski, il est sorti le 23 mai 2007. Avec Johnny Depp, Orlando Bloom, Keira Knightley, ...

 

Le film est grandiose! Il pousse les limites du dépaysement encore plus loin que les deux précédents volets : les eaux hantées de l'antre de Davy Jones, Singapour, l'îles des naufragés, rien que des décors fantastiques! La scène de fin est vraiment hallucinante. Les acteurs sont fabuleux, on ne sait plus qui croit quoi, qui trahit qui, c'est l'embrouille ... avec énormément d'humour. La musique est encore plus envoûtante. Un très bon film entre le film de divertissement et le grand film d'action. Un dernier volet génial avec de nombreux rebondissements, des combats sublimes et un Johnny Depp au charisme extravagant.