02/11/2011

Les aventures de Tintin : Le secret de la licorne

 

Les aventures de Tintin : Le secret de la licorne , Film

 

 

 

Le film de Spielberg combine trois albums d’Hergé : Le crabe aux pinces d’or, Le secret de la licorne et Le trésor de Rackham le rouge. Est-il bien nécessaire de vous rappeler que notre intrépide reporter à la houppe, son fidèle compagnon Milou et l’indécrottable Capitaine Haddock partent à la recherche d’un trésor enfoui avec l’épave de La licorne, un bateau commandé autrefois par un ancêtre du Capitaine ?

 

Les aventures de Tintin ont été filmées totalement en images de synthèse grâce à la technologie « motion capture » (les acteurs jouent avec des capteurs sur le corps, les images sont travaillées ensuite par ordinateur).

 


Comme l’ami Spielberg cultive la parano comme un des beaux arts, il ne nous a pas été possible de voir le film en amont de cette présentation. Mais nous sommes quand même bluffés par la bande-annonce qui nous immerge dans la chair de la ligne claire d’Hergé.

 

 

 

 

 

Titre original : The Adventures of Tintin : Secret of the Unicorn
Réalisateur : Steven Spielberg
Acteurs : Jamie Bell, Andy Serkis, Simon Pegg, Daniel Craig, Gad Elmaleh, Nick Frost
Origine : États-Unis

 

Critiques

 

Evene

N'en déplaise aux tintinophiles, les enjeux de l'adaptation de Spielberg dépassent de loin la houppe de Tintin. Derrière le succès ou l'échec du film se cache le futur de la motion capture et du cinéma mainstream hollywoodien. Si la rédaction d'Evene n'aime pas cette version de Spielberg, reconnaissons au réalisateur américain une belle opiniâtreté. Il lui aura fallu trente ans pour en arriver là et quitter ainsi la cohorte des cinéastes tentés par une adaptation d'Hergé mais restés à quai.

 

Le Monde

Les péripéties du scénario, les éléments de décor, certains gags témoignent d'une connaissance admirable des albums d'Hergé. Le rythme hystérique, la surenchère de destructions est en revanche le signe d'un certain désarroi.

 

Filmsactu (Pierre Delorme)

Enfin un vrai "Indiana Jones 4".

 

Le Journal du Dimanche (Stéphanie Belpêche)

POUR : L'histoire, habile, tricote avec fluidité et pertinence des détails chipés de-ci de-là, au point qu'on a l'impression de découvrir une aventure inédite. (...) N'attendez plus, tonnerre de Brest !

 

Le Journal du Dimanche (Danielle Attali)

CONTRE : La technique a évolué, mais à l'image, la laideur persiste. Les visages irréels sont inquiétants, le scénario se révèle sans surprise. (...) Sans humour ni émotion.

 

Les Inrockuptibles (Jacky Goldberg)

Spielberg arrache "Tintin" à l'aplat et la ligne claire pour le catapulter dans une malle aux trésors numériques à multiples fonds. Virtuose.

 

Ouest France (La rédaction)

Le metteur en scène a parfois la manie de se laisser déborder par les surenchères visuelles, mais le résultat est toujours ébouriffant. Un panel d'émotions surgies d'un pétaradant feu d'artifice.

 

Le Monde (Thomas Sotinel)

Les péripéties du scénario, les éléments de décor, certains gags témoignent d'une connaissance admirable des albums d'Hergé. Le rythme hystérique, la surenchère de destructions est en revanche le signe d'un certain désarroi.

 

TéléCinéObs (Guillaume Loison)

Spielberg signe là une "Mort Aux Trousses " version 2.0.

 


 

 

 

19/10/2011

L'affaire Rachel Singer

L'affaire Rachel Singer, film, cinéma

 

 

 

Trois agents du Mossad sont devenus célèbres, en 1966, pour avoir capturé et tué un criminel de guerre nazi à Berlin. En 1997, la fille de Rachel Singer, une des trois agents de 1966, publie un livre sur leur aventure.
Rachel va alors se remémorer les préparatifs et la capture de Dieter Vogel, et la véritable histoire de cette mission qui fut sa première sur le terrain. Les trois agents avaient une mission d'autant plus difficile que l'ancien nazi recherché se trouvait à Berlin-Est, d'où ils devaient le ramener pour un procès en Israël.
En 1997, l'ancien mari de Rachel, Stefan - lui aussi membre du trio d'agents -, lui révèle qu'en Ukraine, un vieillard déclare être ce même criminel nazi. Il lui demande de s'y rendre.

« Ce qui m'a énormément intéressé dans L'Affaire Rachel Singer, c'est la possibilité de fouiller le côté psychologique des personnages, explique le réalisateur de Shakespeare in Love, la fameuse comédie aux sept oscars. J'ai grandi avec les films des années 1970 tels que L'Espion qui venait du froid, adapté du roman de John Le Carré. Inspiré du film israélien La Dette, le script que m'a confié Matthew Vaughn (réalisateur de Kick Ass et de X-Men: le commencement) avait une grande force, doublée d'une complexité incroyable. »
L'affrontement entre Vogel, le Chirurgien de Birkenau brillamment incarné par le comédien danois Jesper Christensen, et la jeune Jessica Chastain, retient particulièrement l'attention. « Au départ, commente le cinéaste, j'avais songé à engager quelqu'un comme Bruno Ganz pour le rôle. Puis, lors de la première londonienne du James Bond
Quantum of Solace, on m'a présenté Jesper. Un comédien d'une grande humilité. Il a tout de suite compris le personnage. Son ambiguïté, sa fausse douceur. Il lui a apporté toute sa subtilité, son jeu élégant et nuancé, ainsi que ce je-ne-sais-quoi de dangerosité latente. Il fallait également faire comprendre que Vogel a enfoui son secret au plus profond de lui. Ce n'est que sous l'extrême pression d'une torture morale intense qu'il révèle sa véritable nature, son côté manipulateur et l'horreur qu'il porte en lui.»

 

 

 

Réalisateur : John Madden

 

Acteurs : Helen Mirren, Sam Worthington, Tom Wilkinson, Jessica Chastain

 

 

 

 

 

 

19:00 Écrit par Boubayul dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l'affaire rachel singer, film, cinéma |  Facebook |

12/10/2011

La guerre des boutons ou la nouvelle guerre des boutons?

La guerre des boutons, la nouvelle guerre des boutons, film, cinéma

 

 

 

1960, un village dans le sud de la France.
Une bande de garçons, âgés de 7 à 14 ans, menée par l'intrépide Lebrac, est en guerre contre les enfants du village voisin, leurs ennemis jurés. Une guerre sans merci, qui dure depuis des générations. On se bat pour l'honneur et la fidélité, et pour gagner tous les moyens sont bons. Même, s'il le faut, combattre nu comme un ver, ou pire, accepter l'aide de Lanterne – une fille ! – la nouvelle recrue de la bande, pleine de panache et d'ingéniosité. Mais il n'est pas facile d'être une armée de petits hommes sans se faire attraper par papa et maman. Quand, après la bataille, on rentre à la maison, les vêtements en lambeaux et des boutons en moins, mieux vaut se faire discret.

La guerre des boutons est une comédie familiale tendre, drôle et poignante, qui traite des thèmes de l’indépendance et de la solidarité, des petites et grandes batailles de l'enfance, et du passage à l'âge adulte. Ne vous attendez cependant pas à entendre la fameuse phrase du P’tit Gibus : « Si j’aurais su, j’aurais pô v’nu », celle-ci ne vient pas du roman, mais du film d’Yves Robert. Et la guerre des droits d’auteur a rendu impossible l’utilisation de la phrase. Gageons que les enfants du film de 2011 sauront vous attendrir avec d’autres merveilleuses fautes de syntaxe !

 

Réalisateur : Yann Samuell
Acteurs : Eric Elmosnino, Mathilde Seigner, Fred Testot, Alain Chabat et beaucoup d’enfants!

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La guerre des boutons, la nouvelle guerre des boutons, film, cinéma

 

 

 

Mars 1944. Alors que la planète est secouée par les soubresauts de la guerre mondiale, dans un petit coin d'une campagne française se joue une guerre de gosses... Car, depuis toujours, les gamins des villages voisins de Longeverne et Velrans s'affrontent sans merci. Mais, cette fois, leur guerre va prendre une tournure inattendue : tous les petits prisonniers se voient délestés des boutons de leurs vêtements, en sorte qu'ils repartent presque dénudés, vaincus et humiliés. Ce conflit porte désormais un nom : la "guerre des boutons". Et le village qui aura récolté le plus de boutons sera déclaré vainqueur... En marge de ce conflit, Violette, une jeune fille d'origine juive, fait battre le coeur de Lebrac, le chef des Longeverne. La véritable origine de Violette sera-t-elle dénoncée et découverte ?

 

 

 

Réalisateur : Christophe Barratier

Acteurs : Laetitia Casta, Guillaume Canet, Kad Merad

 

 

 

 

 

 

 

05/10/2011

Habemus papam

 

Habemus papam, Cinéma, Film

 

 

 

 Après la mort du Pape, le Conclave se réunit afin d'élire son successeur.

 

Plusieurs votes sont nécessaires avant que ne s'élève la fumée blanche. Enfin, un cardinal est élu ! Mais les fidèles massés sur la place Saint-Pierre attendent en vain l'apparition au balcon du nouveau souverain pontife. Ce dernier ne semble pas prêt à supporter le poids d'une telle responsabilité. Angoisse ? Dépression ? Peur de ne pas se sentir à la hauteur ? Le monde entier est bientôt en proie à l'inquiétude tandis qu'au Vatican, on cherche des solutions pour surmonter la crise…

 

 

 

Ceux qui s’attendaient à un brûlot virulent contre l’Église seront déçus. Le mordant est là, l’ironie facétieuse de Moretti fait merveille (on rigole forcément de ce garde suisse qui s’empiffre, de ces cardinaux qui jouent au volley en soutane), et chacun en prend pour son grade, les psychanalystes en tête. Mais ce n’est pas un film où l’acide sulfurique de l’anticléricalisme s’immisce dans l’institution apostolique et la défigure durablement par sa charge incendiaire. Le propos est ailleurs, plus profond, plus émouvant, plus intime : les choix d’un homme qui fait enfin retour sur lui-même et trouve une vaste plaine déserte. Un homme empreint de la tristesse d’être passé à côté de sa vie, qui ne comprend plus son propre parcours qui l’a fait passer d’une vocation de comédien à cardinal désabusé. Vidé par les minuscules failles qui ont grignoté son être, il se confronte à l’extérieur pour mieux cerner son doute et sa lassitude, et prendre enfin une décision qui vient intimement de lui-même.

 

 

 

Réalisateur : Nanni Moretti

 

 Acteurs : Michel Piccoli, Nanni Moretti, Jerzy Stuhr, Renato Scarpa

 

 

 

 

 

23:22 Écrit par Boubayul dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : habemus papam, cinéma, film |  Facebook |

30/03/2011

La solitude des nombres premiers

 

19647609_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110124_022925.jpg

 

 

1984, 1991, 1998, 2007. Autant d'années qui séparent la vie de Mattia et d'Alice. Deux enfances difficiles, bouleversées par un terrible événement qui marquera à jamais leur existence. Entre leurs amis, leur famille et leur travail, Mattia et Alice sont malgré eux rattrapés par leur passé. La conscience d'être différent des autres ne fait qu'augmenter les barrières qui les séparent du monde, les menant à un isolement inévitable, mais conscient.

 

Réalisé par Saverio Costanzo

Avec Isabella Rossellini, Luca Marinelli, Alba Rohrwacher

 

 

 

23/03/2011

True Grit

 

19666375_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110209_012242.jpg

 

 

 

1870, juste après la guerre de Sécession, sur l'ultime frontière de l'Ouest américain. Seul au monde, Mattie Ross, 14 ans, réclame justice pour la mort de son père, abattu de sang-froid pour deux pièces d'or par le lâche Tom Chaney. L'assassin s'est réfugié en territoire indien. Pour le retrouver et le faire pendre, Mattie engage Rooster Cogburn, un U.S. Marshal alcoolique. Mais Chaney est déjà recherché par LaBoeuf, un Texas Ranger qui veut le capturer contre une belle récompense. Ayant la même cible, les voilà rivaux dans la traque. Tenace et obstiné, chacun des trois protagonistes possède sa propre motivation et n'obéit qu'à son code d'honneur. Ce trio improbable chevauche désormais vers ce qui fait l'étoffe des légendes : la brutalité et la ruse, le courage et les désillusions, la persévérance et l'amour...

 

Réalisé par Ethan Coen, Joel Coen

Avec Jeff Bridges, Matt Damon, Josh Brolin

 

 

 

09/03/2011

Le discours d'un roi

 

19634452_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110110_033550.jpg

 

 

D’après l’histoire vraie et méconnue du père de l’actuelle Reine Elisabeth, qui va devenir, contraint et forcé, le Roi George VI (Colin Firth), suite à l’abdication de son frère Edouard VIII (Guy Pearce). D’apparence fragile, incapable de s’exprimer en public, considéré par certains comme inapte à la fonction, George VI tentera de surmonter son handicap grâce au soutien indéfectible de sa femme (Helena Bonham Carter) et d’affronter ses peurs avec l’aide d’un thérapeute du langage (Geoffrey Rush) aux méthodes peu conventionnelles. Il devra vaincre son bégaiement pour assumer pleinement son rôle, et faire de son empire le premier rempart contre l’Allemagne nazie.

 

Réalisé par Tom Hooper

Avec Colin Firth, Helena Bonham Carter, Derek Jacobi

 

 

 

02/03/2011

Requiem pour une tueuse

 

19587095_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101108_113332.jpg

 

 

Lucrèce est tueuse à gages.

Spécialisée dans l'usage des poisons, et passionnée d'Opéra, elle va devoir s'acquitter d'un contrat difficile au cœur des Alpes Suisses. Sous les traits d'une chanteuse lyrique, Lucrèce devra se produire sur la scène du très select Festival d'Ermeux et tenter d'y abattre l'un de ses partenaires : le baryton britannique Alexander Child. Ce dernier, récemment acquéreur d'une distillerie en Écosse, demeure le seul obstacle à un projet de pipeline stratégique aux enjeux économiques considérables. Il vient de gagner un long bras de fer juridique contre la British Oil, qui n'a plus d'autre choix que de l'éliminer.

Pour compliquer le tout, le contre-espionnage français, informé de ce contrat, envoie Rico, ancien du Service Action, pour s'infiltrer dans l'orchestre, démasquer et effacer tous ceux qui en veulent à Alexander Child. Rico n'a aucune information sur la tueuse et il aura beaucoup de difficultés à la localiser au milieu de toute une galerie de portraits : un chef d'orchestre odieux, un ténor particulièrement orgueilleux et un directeur de festival étrangement stressé...

Au rythme des répétitions du sublime Messie de Haendel, c'est donc un chassé-croisé haletant qui commence...et pourrait bien finir en Requiem...pour une tueuse !

 

Réalisé par Jérôme Le Gris

Avec Mélanie Laurent, Clovis Cornillac, Tchéky Karyo

 

 

 

16/02/2011

Au-delà

 

19623706_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101217_040037.jpg

 

 

 

Trois personnages hantés par la mort et les interrogations qu'elle soulève vont croiser leur destin. George est un américain d'origine modeste, affecté d'un "don" de voyance qui pèse sur lui comme une malédiction. Marie, journaliste française, est confrontée à une expérience de mort imminente, et en a été durablement bouleversée. Et quand Marcus, un jeune garçon de Londres, perd l'être qui lui était le plus cher et le plus indispensable, il se met désespérément en quête de réponses à ses interrogations. George, Marie et Marcus sont guidés par le même besoin de savoir, la même quête. Leurs destinées vont finir par se croiser pour tenter de répondre au mystère de l'au-delà.

 

Réalisé par Clint Eastwood

Avec Matt Damon, Cécile de France, Thierry Neuvic

 

 

 

 

20:30 Écrit par Boubayul dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : au-delà, film |  Facebook |

09/02/2011

Black Swan

 

19627032_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101223_112619.jpg

 

 

Nina est ballerine au sein du très prestigieux New York City Ballet. Sa vie, comme celle de toutes ses consœurs, est entièrement vouée à la danse.

Lorsque Thomas Leroy, le directeur artistique de la troupe, décide de remplacer la danseuse étoile Beth Mcintyre pour leur nouveau spectacle, « Le Lac des cygnes », son choix s'oriente vers Nina. Mais une nouvelle arrivante, Lily, l'impressionne également beaucoup. « Le Lac des cygnes » exige une danseuse capable de jouer le Cygne blanc dans toute son innocence et sa grâce, et le Cygne noir, qui symbolise la ruse et la sensualité. Nina est parfaite pour danser le Cygne blanc, Lily pour le Cygne noir.

Alors que la rivalité de Nina et Lily se mue peu à peu en une amitié perverse, Nina découvre, de plus en plus fascinée, son côté sombre. Mais s'y abandonner pourrait bien la détruire...

 

Réalisé par Darren Aronofsky

Avec Natalie Portman, Mila Kunis, Vincent Cassel

 

 

 

 

 

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1775/Oscars/article/detail/122...

 

 

20:30 Écrit par Boubayul dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : black swan, film |  Facebook |

19/05/2010

Robin des Bois ou Robin Hood

 

RH01

 

 

Robin des Bois est un héros archétypal du Moyen Âge anglais. Selon la légende, telle qu'elle est répandue aujourd’hui, Robin des Bois était un brigand au grand cœur qui vivait caché dans la forêt de Sherwood et de Barnsdale. Habile braconnier, mais aussi défenseur des pauvres et des opprimés, il détroussait les riches. Avec ses nombreux compagnons, il redistribuait ensuite le butin aux pauvres.

 

Son nom anglais Robin Hood signifie littéralement «Robin la Capuche», et non pas «Robin des Bois», comme la paronymie de hood avec wood l'a souvent laissé penser. Robin des Bois est aussi peut-être un personnage plus ancien de la Bretagne insulaire : hood = c'hoad en vieux breton, signifie effectivement «bois». La fameuse capuche serait donc un élément rajouté a posteriori par la légende anglo-saxonne pour expliquer le nom anglais «Robin Hood».

 

La première mention manuscrite de Robin des Bois se trouve dans Pierre le laboureur (Piers Plowman) de William Langland (1377), où Sloth, un prêtre paresseux, déclare : « Je connais des rimes de Robin des Bois. » Trois ans plus tard, le chroniqueur écossais John Fordun écrit que le personnage de Robin des Bois dans les ballades « plait mieux que tous les autres. »

 

De nombreuses versions imprimées de ces ballades apparaissent au début du XVIe siècle au moment où l'imprimerie connaît ses premiers essors en Angleterre. Robin y est qualifié de gentleman, ce qui à cette époque signifie un commerçant ou un fermier indépendant. Ce n'est qu'à la fin du siècle qu'il acquiert un titre de noblesse et prend le nom de « Robin de Loxley », ou encore de « Robert Fitz Ooth, comte de Huntington ».

 

Son association romantique avec Marianne (ou « Marion », parfois appelée « Mathilde ») date de cette période tardive. Le nom de « Marion » provient d'une pastourelle lyrique du poète français Adam de la Halle, le Jeu de Robin et Marion (vers 1283). À part les noms, rien cependant ne permet d'établir une correspondance entre les deux personnages.

 

À la fin du XVIe siècle, l'histoire de Robin des Bois recule dans le temps pour se situer vers les années 1190 au moment où le roi Richard Cœur de Lion part pour la troisième croisade. Au XVIIe siècle, Robin des Bois figure dans The Sad Shepherd (Le Triste Berger, 1641) de Ben Jonson. Puis, au XIXe siècle, Robin des Bois devient un des héros du roman Ivanhoe (1819) de Walter Scott. L'idée que Robin est un rebelle saxon combattant les seigneurs normands date de cette époque.

 

On a accusé de plagiat Thomas Love Peacock (1785-1866) pour le célèbre Maid Marian, paru trois ans après Ivanhoé. Peacock a toujours soutenu que son livre avait été écrit en 1818, un an avant la parution de celui de Scott. L’influence de Rabelais y est sensible, notamment à travers le personnage de frère Tuck.

 

Autour du personnage de Robin, de nombreuses incohérences se sont introduites au fil du temps. Il est dit que Robin le Seigneur de Loxley (chef lieu du comté de Hallamshire) fut dépossédé de ses terres par le Shérif de Nottingham et déclaré hors-la-loi. Le shérif apparaît en effet dans les premières ballades, où Robin finit par le décapiter, mais il n'y est pas question de ses terres. Ses autres ennemis sont un chasseur de primes du nom de Guy de Gisbourne, ainsi que de riches abbés, lesquels sont également tués par Robin. Mais si les anciennes ballades font mention d'un prêt accordé par Robin à un chevalier malchanceux, elles ne disent rien d'une redistribution des rapines aux pauvres. Il est dit encore que Robin réside dans la verte forêt de Sherwood, dans le comté de Nottingham, alors que les ballades le font évoluer à Barnsdale, dans le comté de York, soit à près de 80 kilomètres au nord.

 

Du Moyen Âge à nos jours, chansons et ballades, pièces de théâtre et comédies musicales, films et séries de télévision ont façonné un mythe en résonance avec leur époque, soumis au passage à de nombreuses manipulations idéologiques, comme le montrent par exemple le personnage de Marianne, qui joue tantôt le rôle d'une guerrière, tantôt celui d'une jeune fille passive, ou celui de Robin des Bois lui-même, présenté tantôt comme un vulgaire bandit, tantôt comme un résistant qui combat pour une juste cause.

 

 

 

20:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, robin hood, robin des bois |  Facebook |

13/02/2010

L'autre Dumas

 

L_autre_dumas_grande

 

 

Petit-fils d'une esclave noire de Saint-Domingue, fils d'un général métis, le grand romancier populaire Alexandre Dumas se fit traiter de nègre par des journalistes qui ne partageaient pas ses idéaux républicains et fustigèrent son visage « bronzé », sa tignasse crépue.

 

Mais s'il y eut du nègre chez ce colosse au « langage de ruelle » et au prurit séducteur, c'est chez « l'autre », celui qui, de 1844 à 1851, participa à l'écriture de ses pièces et de ses romans, et lui fit un procès en 1858 pour en revendiquer la paternité.

 

Jeune romantique révolté comme lui, écrivain peu estimé, Auguste Maquet fut en effet le nègre de Dumas, le coauteur des « Trois Mousquetaires », du « Comte de Monte-Cristo », de « La Reine Margot »... Professeur d'histoire, fouilleur d'archives, Maquet fut enrôlé comme documentaliste, débroussailleur d'intrigues. Dumas lui demanda de trouver des trames historiques à exploiter. Notant sous la dictée les idées du patron, il écrivait un premier jet des textes dont Dumas peaufinait la facture, en lui donnant du style.

 

C'est en remaniant une pièce de Cyril Gely et Eric Rouquette « Signé Dumas » que Safy Nebbou a retracé la collaboration étroite et l'affrontement entre l'écrivain anonyme et son mentor.

 

Comme l'indique le titre du film, et en dépit de l'abattage d'un Gérard Depardieu convaincant en Dumas avec sa tignasse bouclée, le héros en est ce méconnu Maquet, dont Benoît Poelvoorde dramatise discrètement la honte et la fatalité de rester un second couteau, éternel homme invisible.

 

C'est une comédie sur les masques et les faux-semblants, un vaudeville dont la première méprise résulte d'un échange de chambres dans une auberge de Trouville. Pris pour Dumas par une jeune fille dont il tombe amoureux, Maquet se prend à rêver d'être vu autrement que comme un Sganarelle, « un petit fonctionnaire » et usurpe l'identité du grand écrivain révolutionnaire. Lui, le monarchiste pépère, se lance dans une imposture condamnée d'avance, entraînant une cascade de quiproquos.

 

Safy Nebbou filme le drame intérieur du gratte-papier victime de sa fiction comme un feuilleton avec la distance auto-ironique requise. Conjugués au féminin pluriel, les personnages secondaires offrent un contrepoint réaliste aux appétits fantasmatiques des deux scribes.

 

 

 

 

 

10/01/2010

Invictus

 

Invictus

 

En 1994, l'élection de Nelson Mandela consacre la fin de l'Apartheid, mais l'Afrique du Sud reste une nation profondément divisée sur le plan racial et économique. Pour unifier le pays et donner à chaque citoyen un motif de fierté, Mandela mise sur le sport, et fait cause commune avec le capitaine de la modeste équipe de rugby sud-africaine. Leur pari : se présenter au Championnat du Monde 1995...

Un film de Clint Eastwood. Avec Morgan Freeman et Matt Damon.

 

 

 

01:42 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, clint eastwood, morgan freeman, invictus |  Facebook |

13/12/2009

"Océans"

 

19145974.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20090728_120523

 

 

Filer à 10 noeuds au coeur d'un banc de thons en chasse, accompagner les dauphins dans leurs folles cavalcades, nager avec le grand requin blanc épaule contre nageoire... Le film « Océans » c'est être poisson parmi les poissons.

 

Après « Himalaya » et « Le Peuple migrateur », Jacques Perrin nous entraîne, avec des moyens de tournage inédits, des banquises polaires aux tropiques, au coeur des océans et de ses tempêtes pour nous faire redécouvrir les créatures marines connues, méconnues, ignorées.

 

« Océans » s'interroge sur l'empreinte que l'homme impose à la vie sauvage et répond par l'image et l'émotion à la question : " L'Océan ? C'est quoi l'Océan ? "

 

Réalisé par Jacques Cluzand, Jacques Perrin, Jacques Cluzaud

Date de sortie cinéma : 27 janvier 2010 

 

 

 

21:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, oceans, jacques perrin |  Facebook |

26/11/2009

"Le Concert" de Radu Mihaileanu

19184889.jpg

 

 

A l'époque de Brejnev, Andrei Filipov était le plus grand chef d'orchestre d'Union soviétique et dirigeait le célèbre Orchestre du Bolchoï. Mais après avoir refusé de se séparer de ses musiciens juifs, dont son meilleur ami Sacha, il a été licencié en pleine gloire. Trente ans plus tard, il travaille toujours au Bolchoï mais... comme homme de ménage. Un soir, alors qu'Andrei est resté très tard pour nettoyer le bureau du maître des lieux, il tombe sur un fax adressé à la direction du Bolchoï : il s'agit d'une invitation du Théâtre du Châtelet conviant l'orchestre officiel à venir jouer à Paris... Soudain, Andrei a une idée de folie : pourquoi ne pas réunir ses anciens copains musiciens, qui vivent aujourd'hui de petits boulots, et les emmener à Paris, en les faisant passer pour le Bolchoï ? L'occasion tant attendue de prendre enfin leur revanche... 

 

Réalisateur : Radu Mihaileanu

Acteurs : Mélanie Laurent, Aleksei Guskov, Dimitry Nazarov, Valeri Barinov, François Berléand, Miou-Miou, Lionel Abelanski, Lionel Abelanski


 

Critique

Le scénario, le superbe jeu des acteurs, leur talent et leur sincérité séduisent totalement. Il ne s'agit pas uniquement d'une description linéaire des époques troubles de l'URSS au temps du totalitarisme sous la dictature de Brejnev. Le réalisateur montre là toutes les difficultés à vivre « LA » liberté, notamment pour les artistes, dont on verrouillait politiquement la créativité au nom de l'idéologie communiste, en les « cassant » de façon inhumaine et tellement discriminatoire. En l'occurrence, dans le film, il s'agit de musiciens, mais il en était de même pour les écrivains, les scientifiques, les peintres, les acteurs... Le scénario est rempli de séquences émotionnelles, d'amour, mais aussi de beaucoup d'espoirs. Ces scènes s'alternent de façon inattendue et tiennent le spectateur en haleine tout le long de la projection. Les séquences se succèdent, ainsi, on passe de la tristesse à l'espoir, de l'humour à la dérision, de la dérision à l'amour et ainsi de suite... Tout cela est mené avec brio et intelligence. Quant aux acteurs, fussent-ils russes ou français, leur interprétation est magistrale.


 

 

http://www.leconcert-lefilm.com/


19149466.jpg

21:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, le concert |  Facebook |

17/11/2009

2012 : la prophétie des Mayas se réalisera-t-elle?

 

19186143.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091020_062405

 

 

Les Mayas, l'une des plus fascinantes civilisations que la Terre ait portées, nous ont transmis une prophétie : leur calendrier prend fin en 2012, et notre monde aussi. Depuis, les astrologues l'ont confirmé, les numérologues l'ont prédit, les géophysiciens trouvent cela dangereusement plausible, et même les experts scientifiques gouvernementaux finissent par arriver à cette terrifiante conclusion. La prophétie maya a été examinée, discutée, minutieusement analysée. En 2012, nous saurons tous si elle est vraie, mais quelques-uns auront été prévenus depuis longtemps...


Réalisateur : Roland Emmerich

Acteurs, rôles, personnages :

John Cusack (Jackson Curtis), Chiwetel Ejiofor (Adrian Helmsley), Amanda Peet (Kate), Oliver Platt (Carl Anheuser), Thandie Newton (La fille du président), Danny Glover (Le président), Woody Harrelson (Charlie Frost), Thomas McCarthy (Gordon), Chin Han (Lin), Ana Mae Routledge (Officier Tay)

 

 


 

 

 

 

 

De nombreux acteurs connus, un sujet qui intéresse beaucoup de monde, deux heures d'effets spéciaux grandioses mais c'est pratiquement tout ce qu'il faut attendre de ce film... Des dialogues parfois niais, des scènes souvent un peu exagérées (les protagonistes passent environs 20 fois à deux doigts de la mort en 30 minutes)... On retiendra du film 2h30 de suspense et de grand spectacle!

 

 

20:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, 2012 |  Facebook |

03/09/2009

Numéro 9

Numéro 9

 


Dans un futur proche, la Terre a été ravagée par une grande guerre entre les hommes et les puissantes machines qu'ils avaient créés. Sachant l'humanité condamnée, un scientifique crée 9 petites créatures, fragiles et sans défense à partir d'objets divers ramassés dans les décombres. Incapables de s'opposer aux machines, ils ont formé une petite communauté survivant au jour le jour dans les décombres. Mais le dernier né de cette famille, le Numéro 9 a une mission. Il détient en lui la clé de leur survie et devra convaincre ses camarades de quitter leur refuge de fortune pour s'aventurer au coeur du royaume des machines. Ce qu'ils vont découvrir en chemin représente peut-être le dernier espoir de l'Humanité.

Film réalisé par Shane Acker, avec Elijah Wood, Jennifer Connelly, Crispin Glover

Au départ, Numéro 9 n'était qu'un court-métrage de fin d'études. Nominé aux Oscars en 2005, le film d'animation de Shane Acker a immédiatement séduit Tim Burton. Sentant la puissance de cet univers postapocapyptique, faisant référence à Robert Oppenheimer (l'inventeur de la bombe A), le créateur d'Edward aux mains d'argent ou de L'Étrange Noël de Mr. Jack a financé d'enthousiasme la production du long-métrage.


 

20:01 Écrit par Boubayul dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, numero 9 |  Facebook |

16/05/2009

Millenium : le film

 

19070375

 

 

Mikael Blomkvist est journaliste économique dans le magazine Millenium. Condamné pour diffamation, il décide de prendre de la distance avec sa vie et son métier. Mais Henrik Vanger, grande figure de l'industrie suédoise, fait appel à lui afin d'enquêter sur un meurtre non élucidé, celui d'Harriet Vanger, nièce du grand homme et disparue à l'âge de seize ans. Au cours de ses recherches, Blomkvist se rend compte que La famille Vanger semble cacher bien des haines et des secrets. Dans le cadre de son enquête, le journaliste est amené à rencontrer Lisbeth Salander. La jeune femme de vingt-quatre ans possède un don exceptionnel, celui de découvrir des informations introuvables. Tous deux vont être amenés à se croiser dans une enquête qui va révéler beaucoup plus que ce que chacun aurait pu imaginer...

 

 

Plus d'infos sur ce film

 

 

 

19:22 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, millenium, stieg larsson |  Facebook |

12/05/2009

Anges et démons

 

19091795

 

 

Une antique confrérie secrète parmi les plus puissantes de l'Histoire, les "Illuminati", qui s'était juré autrefois d'anéantir l'Eglise catholique, est de retour. Cette fois, elle est sur le point de parvenir à son but : Robert Langdon, expert en religions d'Harvard, en a la certitude.


Langdon a peu de temps pour comprendre ce qui se trame contre le Vatican et déjouer ces nouveaux crimes. Une course contre la montre et contre les tueurs qui démarre tel un jeu de piste : des églises romaines aux cryptes enfouies, des catacombes les plus profondes aux majestueuses cathédrales...


Pour l'aider à comprendre toutes ces énigmes, Langdon va rencontrer Vittoria Vetra, une scientifique aussi belle que mystérieuse.


Cette fois, il sait à qui il se cnfronte. Cette enquête diabolique est un piège, chaque secret est une clé, chaque révélation un danger...


 

 

 

 



 

09:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, anges et demons |  Facebook |

20/02/2008

Sweeney Todd

 

Sweeney Todd

 

 

Le réalisateur visionnaire Tim Burton, accompagné de Johnny Depp, nous livre un nouveau thriller dramatique, "Sweeney Todd The Demon Barber of Fleet Street", une vision irrésistible et originale basée sur la sensation musicale.

 

Depp y incarne Benjamin Barker, un homme injustement emprisonné pendant 15 ans à l'autre bout du monde, de retour à Londres pour assouvir sa vengeance, au-dessus de l'établissement de Nellie Lovett, incarnée par Helena Bonham Carter, sa complice au dévouement obsessionnel.

 

Adoptant les traits de Sweeney Todd, Barker se réinstalle dans son salon de barbier au dessus du magasin de tartes de Madame Lovett, et cristallise sa vengeance sur le Juge Turpin qui, avec l'aide de son infâme acolyte Beadle Bamford, l'a exilé sous un chef d'inculpation fallacieux dans le but de lui voler sa femme Lucy et sa fille.

 

Madame Lovett révèle à Todd que son épouse s'est empoisonnée après que le Juge Turpin en eut abusé. Mais lorsqu'un barbier rival, le flamboyant Italien Pirelli, menace de révéler la véritable identité de Sweeney, Todd le tue en lui coupant la gorge. Ne sachant que faire du corps, Madame Lovett voit cette crise comme une solution potentielle pour son activité en déclin, et suggère l'utilisation de chair humaine comme garniture pour ses tartes.

 

Sweeney découvre alors que le Juge s'est à présent épris de Johanna, la fille de Sweeney à présent adolescente, devenue la pupille de Turpin. Emprisonnée dans sa maison, Johanna est un jour reconnue par Anthony, le jeune marin qui a sauvé Sweeney, naufragé en mer. Éperdument amoureux, Anthony se jure de sauver Johanna et de l'épouser.

 

Pendant ce temps, les tartes de Madame Lovett deviennent le sujet de discussion préféré du tout Londres, et alors que ses affaires reprennent, elle rêve de respectabilité et d'une vie aux côtés de Sweeney en tant qu'époux et de Toby, l'ancien assistant de Pirelli, devenu son fils adoptif.

 

Mais Sweeney ne rêve que d'une seule chose au détriment de toute autre : la vengeance.

 

Réalisé par Tim Burton, avec Johnny Depp, Laura Michelle Kelly, Helena Bonham Carter, Timothy Spall

  

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sweeney todd, film |  Facebook |

03/02/2008

Je suis une légende

 


FILM 19
Réalisé par
Francis Lawrence, avec Will Smith, Alice Braga, Charlie Tahan

Robert Neville était un savant de haut niveau et de réputation mondiale, mais il en aurait fallu plus pour stopper les ravages de cet incurable et terrifiant virus d'origine humaine. Mystérieusement immunisé contre le mal, Neville est aujourd'hui le dernier homme à hanter les ruines de New York. Peut-être le dernier homme sur Terre... Depuis trois ans, il diffuse chaque jour des messages radio dans le fol espoir de trouver d'autres survivants. Nul n'a encore répondu. Mais Neville n'est pas seul. Des mutants, victimes de cette peste moderne - on les appelle les "Infectés" - rôdent dans les ténèbres... observent ses moindres gestes, guettent sa première erreur. Devenu l'ultime espoir de l'humanité, Neville se consacre tout entier à sa mission : venir à bout du virus, en annuler les terribles effets en se servant de son propre sang. Ses innombrables ennemis lui en laisseront-ils le temps ? Le compte à rebours touche à sa fin...

Le film est assez excellent. Un film sublime et magnifique. De bons effets spéciaux et de super acteurs. Will Smith joue parfaitement son rôle sauveur et ne surenchérit pas dans des bavardages incessants. Les scènes sont émouvantes et drôles à la fois. La ville de New York est magnifiquement filmé avec ses rue désertes, ses voitures abandonnées et l'herbe qui pousse un peu partout, la musique imprègne un sentiment de solitude rare.

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je suis une legende, film |  Facebook |

01/02/2008

Stardust, le mystère de l'étoile


FILM 08

Réalisé par Matthew Vaughn, avec Charlie Cox, Claire Danes, Robert De Niro

Il était une fois un petit village anglais si tranquille qu'on aurait pu le croire endormi. Niché au creux d'une vallée, il devait son nom inhabituel - "Wall" - au mur d'enceinte qui depuis des siècles dissuadait ses habitants de s'aventurer dans le royaume voisin, peuplé de lutins, sorcières, pirates volants et autres engeances malfaisantes.
Un jour, un candide jeune homme, Tristan, qui convoitait la plus jolie fille de Wall, s'engagea à lui rapporter en gage de son amour... une étoile tombée du ciel. Pour honorer sa promesse, il fit ce que personne n'avait encore osé : il escalada le mur interdit et pénétra dans le royaume magique de Stormhold...

C'est un film absolument incroyable, une épopée grandiose qui mêle fantastique, burlesque et conte de fées et aventures fantastiques dans de superbes paysages, avec de l'humour et des stars en prime. Le titre par contre est peu évocateur, on s'attendrait à de la Science Fiction...

 

31/01/2008

Astérix aux jeux olympiques

 

 

FILM 20

Astérix et Obélix devront remporter les Jeux Olympiques, permettre au jeune Gaulois Alafolix d'épouser la Princesse Irina et lutter contre le terrible Brutus, prêt à tous les stratagèmes, pour lui aussi gagner les Jeux Olympiques et se débarrasser de son père : Jules César.

Réalisé par Thomas Langmann, Frédéric Forestier, avec Clovis Cornillac, Gérard Depardieu, Alain Delon

 

06:30 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : asterix aux jeux olympiques, film |  Facebook |

23/01/2008

Lions et agneaux

 


FILM 16

Réalisé par Robert Redford, avec Tom Cruise, Meryl Streep, Robert Redford  

Ils sont six. Tous sont impliqués de près ou de loin dans le combat de l'Amérique contre le terrorisme. Chacun arrive à un tournant de sa vie, et les enjeux ne vont en être que plus élevés... A Washington, un sénateur aux ambitions présidentielles essaie de vendre la dernière stratégie globale à une journaliste d'information de télévision redoutée. Entre eux, c'est une lutte d'intelligence, de charme... et d'intérêts.
Dans une université de la côte Ouest, un professeur idéaliste tente de convaincre un étudiant blasé de changer l'orientation de sa vie pour réaliser son potentiel.
De l'autre côté de la planète, dans les montagnes enneigées de l'Afghanistan, deux de ses anciens élèves, loin des discours politiques et des arguments de leurs mentors, se battent juste pour survivre...

Lions et agneaux nous amène à une réflexion sur la situation politique et sociale des Etats Unis. Conçu comme un film choral et dans une contrainte de temps d'une journée soutenue par des flash backs, ce film est d'une virtuosité époustouflante. La réalisation est sobre mais offre des images impressionnantes.  Il s'agit d'une virtuosité de dialogues et du point de vue des personnages. Le film nous fait réfléchir et nous enchante sur notre condition d'êtres humains fragiles. Une très belle combinaison, une histoire contemporaine qui nous touche tous et une histoire sur la vie et ce que l'on en fait.

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lions et agneaux, film |  Facebook |

21/01/2008

Les Animaux amoureux

 


FILM 13

Réalisé par Laurent Charbonnier, avec Cécile de France

A chaque saison, la terre entière résonne des chants, des râles et des cris amoureux des animaux. La danse et les offrandes sont souvent les meilleurs instruments pour attirer l'être convoité, donnant lieu à des parades parfois cocasses ou attendrissantes, souvent spectaculaires.
Dauphins, lions, poissons clowns, oiseaux de toutes sortes, kangourous, singes, crabes ou insectes, tous les individus s'évertuent à séduire pour s'accoupler et donner la vie. Leurs rites amoureux constituent un miroir où l'homme se reconnaîtra bien souvent...
A travers des images magnifiques et touchantes, Les Animaux amoureux nous invite à un voyage aux quatre coins du monde, au coeur des plus extraordinaires épopées amoureuses.

Superbe documentaire, bercé par une musique qui lui colle parfaitement. Quelle beauté! Un film rare, contemplatif d'un univers d'amoureux qui nous séduisent et nous font d'autant plus sourire qu'on y reconnait bien souvent des comportements communs avec les humains. De très belles scènes se succèdent. Un spectacle superbe et réjouissant.

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les animaux amoureux, film |  Facebook |

19/01/2008

Le Royaume

 


FILM 11

Réalisé par Peter Berg, avec Jamie Foxx, Jennifer Garner, Chris Cooper

Riyad (Arabie Saoudite). Un attentat des plus sanglants jamais perpétrés contre des Occidentaux fait plus 100 morts et 200 blessés parmi les employés de la société pétrolière Gulf Oasis et leurs familles. Tandis que les bureaucrates de Washington discutent "droit d'ingérence" et "territorialité", l'agent du FBI Ronald Fleury et les membres de sa section d'intervention négocient un discret voyage de cinq jours en Arabie Saoudite pour identifier le cerveau de l'attentat.
Dès leur arrivée au Royaume, Fleury et les siens sont confrontés à l'hostilité des Saoudiens, qui prétendent mener seuls l'enquête. Entravés par un protocole tatillon et pressés par le temps, les quatre agents comprennent qu'ils doivent gagner au plus tôt la confiance de leurs homologues saoudiens, aussi décidés qu'eux à retrouver les terroristes...

L'histoire est convenable et plausible car basée sur des fait réels. Les scènes d'actions sont très réalistes. Le scénario montre la fragile situation en Arabie Saoudite entre les bon musulmans, les térroristes islamistes et l'anti américanisme qui règne dans le pays. Les acteurs sont excellents.

 

 

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le royaume, film |  Facebook |

17/01/2008

Invasion

 


18796700_w434_h_q80

Réalisé par Oliver Hirschbiegel, avec Nicole Kidman, Daniel Craig, Jeremy Northam

Une immense explosion embrase le ciel, de Dallas à Washington, répandant sur des milliers de kilomètres carrés les restes de la navette spatiale Patriot. Les autorités prennent rapidement la situation en main, mais d'étranges rumeurs ne tardent pas à circuler : on aurait trouvé, collée aux fragments de l'engin, une matière inconnue, hautement toxique, capable de résister à des températures extrêmes. Et les premiers à entrer en contact avec elle n'auraient plus d'humain que l'apparence... Mais pas question de déclencher la panique pour autant.
Quelque temps après le crash, Carol assiste à une vague de phénomènes aberrants. Une de ses patientes se plaint, par exemple, qu'on lui a "changé" son mari. Simple délire ? Mais pourquoi tant de gens à travers le pays en sont-ils affectés ? Et pourquoi les rues des villes sont-elles devenues si paisibles, comme si personne n'osait plus s'énerver ? Plus inquiétant : Oliver, le jeune fils de Carol, ramène le jour d'Halloween un sucre d'orge enduit d'une matière inconnue... et vivante !

L’ambiance du film, avec son atmosphère froide et tendue, sa réalisation nerveuse, sa photographie volontairement éblouissante, son silence de mort, une Nicole Kidman troublante,... accompagne l'oppressante tension tangible. Le film conjugue les genres de la science-fiction, de l’horreur et du thriller psychologique et paranoïaque pour créer une terreur d’une grande intensité et un suspense d’une grande maîtrise.

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : invasion, film |  Facebook |

15/01/2008

Le Goût de la vie

 


FILM 07

Réalisé par Scott Hicks, avec Catherine Zeta-Jones, Aaron Eckhart, Abigail Breslin

Kate règne sur les cuisines du 22 Bleecker, un des restaurants les plus cotés de Manhattan. Inventive et exigeante, précise et rigoureuse, elle mène sa petite équipe à la baguette et accomplit chaque soir de nouveaux prodiges dans une ambiance studieuse et concentrée. Consciente de ses mérites, elle se veut irréprochable et ne s'autorise aucun relâchement. Son perfectionnisme fait l'admiration de tous, mais intimide les hommes et décourage les avances. Fréquemment levée avant 5 heures, jamais couchée avant minuit, Kate mène une existence quasi monacale...
Après la mort soudaine de sa soeur cadette, Kate recueille et prend en charge sa nièce, Zoe, 9 ans, en faisant de son mieux pour l'aider à surmonter l'épreuve. Mais la fibre maternelle lui fait cruellement défaut, et ses efforts les plus méritoires se heurtent à la résistance polie de la fillette, qui lui reproche d'en faire trop.
De retour au restaurant après une semaine d'absence, Kate a la désagréable surprise de trouver en cuisine un nouveau sous-chef : Nick, blagueur et exubérant, braillant à pleins poumons des airs de Verdi et Puccini pour la plus grande joie du personnel...

La rayonnante Catherine Zeta-Jones et le charmant Aaron Eckhart font des étincelles en formant un couple tendre et glamour, que la loi des opposés faisait tout pour séparer...  L'histoire est simple mais mise en valeur par toute une série de dialogues savoureux, une bonne dose d'humour légère et pétillante et une atmosphère générale si délicieuse. Situations dramatiques, cocasses ou romantiques, le plaisir est de toutes les scènes. Subtile, raffinée, délicate, ce film est une de ces comédies romantico-culinaires dont seuls les américains ont la recette !

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le gout de la vie, film |  Facebook |

13/01/2008

Prémonitions

 


FILM 05

Réalisé par Mennan Yapo, avec Sandra Bullock, Julian McMahon, Nia Long

Linda Hanson a tout pour être heureuse : un mari aimant, deux filles adorables, une maison de rêve... Mais un jour, tout s'effondre : Linda est avertie que son mari, Jim, est mort dans un accident de la circulation. Le lendemain matin, à son réveil, Linda constate que Jim est bien vivant. Ce n'était donc qu'un banal cauchemar...
Mais voilà que ce mauvais rêve, loin de se dissiper, revient la hanter, jour après jour, sans cesse changeant, et toujours plus perturbant. Certains matins, Linda se retrouve veuve ; d'autres fois, c'est aux côtés d'un Jim en pleine forme qu'elle s'éveille. Quel sens donner à ces prémonitions ?
Privée de ses repères habituels, ballottée entre des émotions contradictoires, et craignant de sombrer dans la folie, Linda résiste de toutes ses forces à une tragédie imminente. Un seul but désormais : arrêter la ronde infernale du Temps pour tenter de sauver son mariage, son bonheur, son avenir...

Ce film se démarque des autres films du genre avec une dimension dramatique plus développée, un scénario habile, et un rythme qui offre des rebondissements en permanence. Le spectateur prend plaisir à plonger dans ce puits sans fond, à l’encontre de secrets cachés, où la frontière entre le rêve et la réalité semble s’être brisée.

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, premonitions |  Facebook |

12/01/2008

Voleurs de chevaux

 


18837303_w434_h_q80

Réalisé par Micha Wald, avec Adrien Jolivet, Grégoire Colin, François-René Dupont

1856, quelque part à l'Est. Jakub est un jeune homme récemment chassé de sa troupe de Cosaques pour s'être fait dérober son cheval. Au cours de cette attaque, Jakub a aussi perdu son frère, tué par un des voleurs de chevaux.
Elias et Roman sont deux jeunes frères qui volent des chevaux, dont celui de Jakub... Ce dernier est déterminé, il veut retrouver sa monture et venger la mort de son frère...

Ce film, premier film de ce réalisateur, est une pure merveille. Bien dirigés, les acteurs sont justes et nous touchent. La réalisation est exemplaire.  Les décors naturels somptueux aident à faire de ce film un chef d'oeuvre. Le réalisateur met en scène des corps, des sentiments. Il filme avec violence l’homme bestial, abrupt en état de nature omniprésente dans le film. Et qu’importe les maladresses ou le peu de véracité historique, là n’est pas l’importance du propos. L’époque retenue et le lieu ajoutent un degré sur l’état primitif de leurs vies. Hypnotique est ce film, à l’image d’une sublime bande originale, à condition de se laisser porter, et de s’embarquer dans ce qui est l’une des premières œuvres les plus originales de ces dernières années. L’intérêt du film repose aussi sur le jeu des acteurs.


06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voleurs de chevaux, film |  Facebook |