23/06/2007

Les Feux de la Saint-Jean

JEAN 01

 

La 2e grande fête populaire de la capitale du Hainaut, après la traditionnelle Ducasse de Mons, a lieu le vendredi 29 juin 2007. Chaque année, l'ASBL "les Feux de la Saint Jean" vous invite à suivre les cortèges, de la Grand'Place à la place Nervienne, pour y allumer le feu.
La fête des Feux de la Saint-Jean est issue des fêtes solaires, qui remontent aux civilisations antiques. On y voit clairement les fêtes orientales importées en Occident par les peuples d'origine aryenne : Perses, Égyptiens, Grecs, Romains, Germains, Celtes et Scandinaves. On honore les deux équinoxes (de printemps et d'automne) et les deux solstices (d'été et d'hiver). Quelle que soit la gestion du sacré de chaque civilisation, on fête au solstice d'été le retour de la fertilité, on implore les divinités pour favoriser les moissons, si vitales en ces temps anciens, on exorcise le malin, le diabolique. C'est le Dieu soleil qui est célébré, et pour toute divinité, il faut un symbole. Le feu était tout indiqué pour représenter le soleil, aussi fut-il choisi comme son emblème le plus parfait. La civilisation judéo-chrétienne s'est adaptée au culte païen en intégrant ses plus fortes célébrations fixées d'après le calendrier solaire. Ainsi, ce n'est pas du tout un hasard si la naissance du Christ est fêtée au solstice d'hiver (le 24 décembre, le jour le plus court de l'année).

Mais quant est-il à Mons ? Jusqu'en 1822, on y fête la Saint-Jean en allumant des feux dans chaque quartier; un coq en cage est placé à côté de chaque feu Les foyers sont alimentés par le bois récolté par les enfants. A la Saint-Jean a lieu aussi un concours de chants dont le premier prix est un coq vivant. Raison pour laquelle celui-ci est promené dans la ville en tête de cortège. En 1822, à l'instar de nombreuses cités, le Collège des Bourgmestre et Échevins interdit les feux de la Saint-Jean. Probablement faut-il y voir la conséquence d'un incendie survenu lors de cette fête dans une ville du Royaume. Cependant, on fêtera encore la Saint-Jean jusqu'en 1870 (des tables à bougies remplaceront les feux). Les feux renaissent à Mons le 23 juin 1990. La recette est simple, des cortèges aux tambours parcourent la Ville pour annoncer la mise à feu d'un bûcher sur la Place Nervienne. De nombreuses animations culturelles se déroulent sur cette place et dans les casemates toute la soirée. Très vite, il semble évident qu'il n'y a pas lieu d'effectuer une "restauration" des Feux de la Saint-Jean comme cela a été réalisé sous la houlette du Chanoine Puissant pour la procession du Car d'Or à Mons. Au contraire, il s'agit ici de réinterpréter ce culte ancestral au 21e siècle. C'est dès lors avec beaucoup de liberté que la rénovation est en cours dans une version contemporaine. Il n'y a pas de costumes moyenâgeux ni de reconstitution historique. Depuis le 23 juin 1990, la fête a considérablement évolué. Aujourd'hui, on compte plus de 15.000 personnes lors de l'allumage du feu.

 

JEAN 04

 

 

JEAN 02

 

JEAN 03


06:45 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : feux de la saint-jean, mons |  Facebook |