12/09/2007

Che Guevara - 40 ans après ...

 

CHE 00

 

Le 9 octobre 1967, Ernesto Guevara de la Serna, dit le « Che », trouve la mort en Bolivie. Ce jour-là, un mythe naît. Quarante ans après son assassinat, sa légende est plus vivante que jamais. C’est l’objet et l’intérêt de cette exposition.

 

Celle-ci s’articule en trois grandes parties :

 

Dans la salle des expositions temporaires : sa famille, ses voyages, ses rencontres, son parcours politique, de la révolution cubaine à sa fin tragique en Bolivie. Des affiches originales de graphistes cubains, dessinées entre 1960 et 2000.

Dans le cloître, l’exploitation de l’image du Che, mais aussi des facettes moins médiatisées de sa personnalité comme son goût pour la poésie ou ses idées sur la famille, la santé, l’éducation ou encore le terrorisme.

Dans la « Chapelle », le Cuba d’aujourd’hui. L’histoire de l’île et ses principales ressources, sa musique, ses croyances et ses traditions .Enfin, une exposition de peintres belges et étrangers évoquant le « Che », chacun à leur manière.

Intéressante sans être gigantesque, l’exposition stavelotaine a pris le parti de retracer les principales étapes du parcours peu banal de ce médecin argentin asthmatique, amateur de rugby, féru de poésie, qui devint maquisard, président de la Banque nationale de Cuba, ministre de l’Industrie de Fidel Castro, se mua en exportateur de révolution et reste aujourd’hui encore une icône pour beaucoup. Sans être hagiographique, l’expo n’évoque donc pas les critiques soulevées par l’action du Che. Les panneaux se veulent essentiellement didactiques : les organisateurs espèrent attirer de nombreuses écoles dès la rentrée scolaire. Ils sont agrémentés de diverses illustrations : une vingtaine de tableaux, des photos, des affiches cubaines.

« Che Guevara, 40 ans après », jusqu’au 31 décembre à l’Abbaye de Stavelot.

 

 

CHE