18/06/2011

Bernar Venet au château de Versailles

 

7e07d975f01b63ff06ab000dcf25b750-bpfull.jpg

 

 

 

Bernar Venet est l’invité du château de Versailles jusqu’au 1er novembre 2011. Il souligne à travers ses œuvres, à la fois les relations entre l’art, les paysages et l’architecture, mais aussi entre l’art, l’époque et l’histoire. C’est à Jean-Jacques Alliagon, ancien ministre de la culture et président de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, que l’on doit cette initiative.

 

 

D7EB6D90-CC97-856D-2E1D-8036E9771601File-450x3371.jpg

 

 

« J’étais très excité quand Jean-Jacques Alliagon m’a proposé d’exposer mes œuvres au château de Versailles, car cet édifice représentait une magnifique toile de fond pour mes sculptures et aussi parce que c’était une belle opportunité d’y exercer ma conception de l’espace. J’ai toujours trouvé Versailles fascinant et cela bien avant qu’ils commencent à organiser des expositions d’art contemporain. J’ai fait mes propres photomontages en superposant mes sculptures avec en toile de fond le château. (…) Versailles, tel que je le vois, est un espace tout en perspectives et en grandeur qui étirent le regard aussi loin que possible. C’est le lieu parfait pour mes sculptures et un défi d’exposer dans un endroit si grandiose » a confié Bernar Venet.

 

 

DE6A83F8-58C5-00DC-06BA-B626816A825BFile-450x337.jpg

 

 

Les œuvres de Venet seront exposées dans l’ensemble du château. On peut notamment les voir sur le bassin d’Apollon, le bassin du fer à cheval, les jardins d’eau et dans le parterre bas.

 

 

 

 

 

31/03/2011

Trônes en majesté

 

Trônes en majesté, Exposition, Château de Versailles

 

 

L'exercice de la souveraineté associe deux notions universelles et intemporelles : l'autorité et la puissance.  L’autorité «assied» son détenteur sur des bases jugées plus stables que celles offertes par la puissance, toujours éphémère à plus ou moins long terme. Ainsi, symboliquement, les images figurent-elles de préférence assis le représentant de l’autorité et debout le puissant qui a su faire montre de sa supériorité. Deux types d’attributs matérialisent la spécificité de chacune de ces deux notions : le trône pour l’autorité, la couronne et les autres attributs de la domination pour le vainqueur. Mais, peu à peu, la symbolique du siège, a fini par s’estomper et disparaître de nos horizons et semble être aujourd’hui entièrement exclue des mentalités contemporaines.

 

Trônes en majesté, Exposition, Château de Versailles

 

Dans le domaine culturel, aucune exposition, à ce jour, n’a véritablement porté sur l’autorité et son symbole comme si le trône était chassé du paysage culturel et des consciences. Dans le contexte politique, cette évolution conduit aujourd’hui la plupart des chefs d’Etat à s’exprimer debout.

 

Trônes en majesté, Exposition, Château de Versailles

 

En surmontant la hantise ou la méfiance récurrentes des sociétés modernes envers le siège royal et ses multiples déclinaisons, l'exposition «Trônes en majesté» s'attache, pour la première fois, à présenter un ensemble de trônes, fixes ou mobiles, profanes ou sacrés, provenant des quatre continents, appartenant à toutes les époques de l'histoire. Se dessine, au-delà des formes et des styles, un langage universel inscrit dans les profondeurs de chacune des civilisations ainsi évoquées. Environ quarante sièges de toutes les civilisations sont exposés dans le circuit des Grands Appartements du Roi et de la Reine, certains accompagnés de leurs accessoires et d’autres éléments iconographiques, permettant ainsi au public de mieux comprendre l’universalité de la représentation assise de l’autorité, qu’elle soit politique ou religieuse. Des sièges emblématiques tels que le trône du Roi Dagobert ou la Portantina du Pape Léon XIII rappellent la réelle fascination que le trône a connue ou qu’il exerce encore.

 

Trônes en majesté, Exposition, Château de Versailles

 

«Trônes en majesté» bénéficie de prêts exceptionnels, comme ceux consentis par le Vatican, la Cité interdite de Pékin, les résidences royales européennes (Madrid, Varsovie...). Dans une mise en scène adaptée, des sièges emblématiques, tels que celui du roi Dagobert, de Napoléon, de Louis XVIII, le roi restauré, ou la sedia gestatoria du pape Pie VII rencontrent des sièges taïnos, africains, chinois ou thaïlandais...

 

 

 

 

 

Jusqu’au 19 juin 2011

Grands appartements et galeries de l’histoire de France

Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles

Versailles