28/03/2008

Carnaval de Tilff

 

TILFF 01


  L'intronisation du Prince carnaval 2008, Tobon VI, a marqué, le 2 mars 2008, le début des festivités carnavalesques à Tilff, la cité des Porais.Un soleil rayonnant a accueilli les différents groupes folkloriques de la cité des Porais qui se sont réunis autour du perron du Château Brunsode pour accueillir la foule des invités venus assister à la traditionnelle passation des pouvoirs entre Princes carnaval.Adieu Tonton XIII, vive Tobon VI. C'est, en effet, le samedi qu'ont eu lieu la cérémonie d'abdication du Prince carnaval 2007, Tonton XIII, représentant le groupe des célèbres «Porais tilffois» et l'intronisation du 53e Prince carnaval de Tilff, qui a pris le nom de «Tobon VI» appartenant au groupe des «Amis du Folklore». Il a présidé aux différentes manifestations et régnera sur la ville pendant toute l'année.Les cérémonies et festivités dans la grande salle du château ont duré plusieurs heures. Au son des fanfares, dans les rires et entre les tournées de pékèt, ce moment que les Tilffois attendent chaque année avec impatience était marqué d'instants très solennels.

Au cours de la manifestation, le nouveau Prince a reçu de la bourgmestre, Laura Iker, la clé de la cité tilffoise ; son sceptre également, des mains du président du Folklore tilffois, tandis que son prédécesseur lui remettait la grande plume que tout prince se doit de porter à son chapeau. Après la remise de ces symboles indispensables, preuves du pouvoir, le public a écouté avec attention le décret carnavalesque de son nouveau Prince, Tobon VI. Dans la salle, c'était le délire qui accompagnait le coup d'envoi de la période de carnaval qui s'étalait du 9 février au dimanche 2 mars, le jour du carnaval du Laetare, au cours duquel la cité des bords de l'Ourthe s’est déchaînée, a accueilli des dizaines de chars, de groupes, soit près de 1 000 personnes costumées, maquillées et hautes en couleurs et, bien sûr, la grande foule des spectateurs, 10 à 12 000 personnes qui sont venues se tremper dans une ambiance de carnaval aux accents liégeois et à l'humour liégeois.

TILFF 02

 

TILFF 03

 

TILFF 04

 

 

TILFF 05

 

 

TILFF 06

 

 

TILFF 07

 

 

TILFF 08

 

 

Depuis le XIIème siècle, le village de Tilff, qui appartenait au Chapitre de la Cathédrale Saint-Lambert de Liège, payait une dîme en général égale au dixième des récoltes. En 1586, la moisson étant insuffisante, il fut admis qu'une partie de la dîme serait acquittée au moyen de produits maraîchers. Cette mesure exceptionnelle fut" depuis lors, tolérée de nombreuses années.  L'Histoire n'en dit pas plus; la tradition se veut plus précise.   Il est rapporté que la culture dominante de l'époque était celle des poireaux et que ce légume servit à acquitter la dîme. Or, en 1586, vivait à Tilff, un jardinier nommé Joseph le Repiqueur (en wallon = Djôsef Ii R'pikeû). Grâce à sa science et à son esprit inventif, il avait fabriqué un engrais très efficace pour cultiver le poireau. Le secret de la composition était jalousement gardé et seuls les maraîchers de Tilff bénéficiaient de l'engrais miracle.  Les récoltes étaient abondantes et les poireaux, vu leurs dimensions, étaient appelés les «Gigantesques de Tilves ». Le poids obtenu était quatre fois celui d'une récolte normale. Devant cette situation les villageois estimaient que le nombre de poireaux à livrer devait être moindre que celui fixé.  Ils demandèrent au responsable de la dîme, l'Echevin et meunier Collar, dit « le Moulnier », d'intervenir auprès du Chapitre de la Cathédrale afin d'obtenir une réduction de la quantité de légumes à livrer. La réponse négative du Chapitre irrita les maraîchers; et ceux-ci, répondant à l'appel de Joseph le Repiqueur, tinrent conseil et décidèrent de faire justice eux-mêmes. Et ainsi les villageois, pendant la nuit précédant le jour de la livraison, firent mystérieusement disparaître la moitié des poireaux entreposés dans la cour du moulin banal. Le lendemain, l'Echevin Collar constata la disparition et ne découvrit aucune trace d'effraction. Il avisa le Chapitre, et un chanoitle-délégué vint à Tilff, pour éclaircir ce mystérieux évanouissement. Le chanoine, après enquête et ne trouvant pas de coupable, laissa l'affaire sans suite, estimant suffisante la quantité de poireaux restante. Les poireaux s'étaient enfuis comme s'ils avaient des jambes.

 

00:45 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : carnaval de tilff, les porais |  Facebook |