06/03/2009

Abbaye de Villers-la-Ville (2)

 

VLV 29

 

VLV 30

 

VLV 31

 

VLV 32

 

VLV 33

 

VLV 34

 

VLV 35

 

VLV 36

 

VLV 37

 

VLV 38

 

VLV 39

 

VLV 40

 

VLV 41

 

VLV 42

 

VLV 43

 

VLV 44

 

VLV 45

 

VLV 46

 

VLV 47

 

VLV 48

 

VLV 49

 

VLV 50

 

VLV 51

 

VLV 52

 

VLV 53

 

VLV 54

 

VLV 55

 

VLV 56

 

 

04/03/2009

Abbaye de Villers-la-Ville (1)

 

VLV 00

 

 

L'Abbaye de Villers, située dans la commune de Villers-la-Ville dans la province du Brabant wallon, dans un domaine de plus de 36 hectares, est un lieu d'évasion empreint d'émotions.

 

Sa fondation remonte au 12e siècle, sous l'impulsion de saint Bernard. Aujourd'hui, ses ruines majestueuses constituent l'un des témoignages les plus prestigieux de la vie des moines de l'Ordre des cisterciens.

 

Villers est cité au début du IXe siècle (Vilers): un certain Rouin (Rothing), et son épouse Gile (Gisla) y achètent une exploitation appartenant au roi (mansus fiscalis) "dépendant depuis fort longtemps de l’autel de saint Pierre prince des apôtres". Cette dernière en fit don à l'abbaye de Gembloux que venait de fonder son petit-fils saint Guibert (Wichpert), donation entérinée en 946 par une charte d'Otton Ier.

 

Cependant l'histoire et le développement de Villers-la-Ville sont liés à l'évolution de l'abbaye cistercienne. Celle-ci fut progressivement érigée par des moines cisterciens venus de Clairvaux dès 1146 sur le modèle de la maison mère de Cîteaux.

 

Les moines et les convers aménagent ce lieu encaissé et marécageux grâce à un ingénieux système hydraulique constitué de canalisations souterraines, moulins et étangs. Le vaste cloître construit au XIIIe siècle constitue le centre du monastère autour duquel s'articulent les bâtiments construits ou aménagés par les religieux pour la prière et le recueillement mais aussi pour des activités manuelles.

 L’abbaye reflète tous les styles architecturaux qui se sont succédé dans ces contrées. Devenue une importante puissance au XVIIIe siècle, l’abbaye est pillée en 1794 par l'armée française. Entre les ruines de l’abbaye et le centre du village, la ferme de l’abbaye des XVIIe et XVIIIe siècles fut exploitée par les moines jusqu'en 1796.

 

L’abbaye connut des crises graves suivies de périodes de restauration et devint même le plus gros propriétaire foncier du Brabant possédant plus de 10.000 ha de terre. En 1794, celle-ci fut pillée par les troupes françaises. Les terres et les bâtiments furent vendus comme biens nationaux en 1893. Le site classé en 1972 est en cours de restauration et de consolidation.

 

VLV 01

 

VLV 02

 

VLV 03

 

VLV 04

 

VLV 05

 

VLV 06

 

VLV 07

 

VLV 08

 

VLV 09

 

VLV 10

 

VLV 11

 

VLV 12

 

VLV 13

 

VLV 14

 

VLV 15

 

VLV 16

 

VLV 17

 

VLV 18

 

VLV 19

 

VLV 20

 

VLV 21

 

VLV 22

 

VLV 23

 

VLV 24

 

VLV 25

 

VLV 26

 

VLV 27

 

VLV 28

 

 

09/06/2008

"De Quaeye Werelt" à Sterckshof (Anvers) - La bataille

 

affiche sterckshof

 

 

Depuis plusieurs années, « De Legende » organise dans le domaine vert  Rivierenhof près du Sterckshof (Anvers) "Le Quaeye Werelt".

 

L'événement, qui se déroule le premier week-end de Juin, est devenu un événement international majeur. Au cours de ce week-end, quelques 200 tentes médiévales sont plantées et plus de 500 figurants viennent de toute l’Europe à Deurne pour vivre un week-end de plaisir. L'intérêt du public pour cet événement augmente chaque année. Le point d’orgue est la bataille médiévale entre les armées de Bourgogne et les troupes d’Anvers.

 

Voici le court récit historique de l’événement.
 Nous parlons de l'année 1477, c’est une période troublée pour nos pays. Quelques mois auparavant, le duc de Bourgogne, Charles le téméraire, est décédé sur le champ de bataille de Nancy. Le grand apparat bureaucratique de Bourgogne chancelle. Marie de Bourgogne est prête pour prendre le pouvoir, mais n’est pas facilement acceptée; les villes en particulier font usage de sa position de faiblesse pour récupérer certains droits perdus.   Le résultat a été des émeutes féroces dans toutes les villes flamandes et brabançonnes. De même à Anvers. Ce que vous voyez ici aujourd'hui est une de ces émeutes, les Anversois mécontents entrent sur le champ de bataille contre les forces organisées de Bourgogne. Il n'est pas improbable que les notables de Bourgogne aient essayé de résister aux bourgeois mécontents dans un lieu stratégiquement important comme Sterkshof.

 

S 01

 

S 02

 

S 03

 

S 04

 

S 05

 

S 06

 

S 07

 

S 08

 

S 09

 

S 10

 

S 11

 

S 12

 

S 13

 

S 14

 

S 15

 

S 16

 

S 17

 

S 18

 

S 19

 

S 20

 

S 21

 

S 22

 

S 23

 

S 24

 

S 25

 

S 26

 

S 27

 

S 28

 

S 29

 

S 30

 

S 31

 

S 32

 

S 33

 

S 34

 

S 35

 

 

Venez voir le campement dans l'article "De Quaeye Werelt" à Sterckshof (Anvers) - Le campement

 

 

27/08/2007

Journées du patrimoine 2007

 

52717_1

Cette année, les 8 et 9 septembre 2007, notre regard portera spécialement en Wallonie sur le patrimoine militaire au sens large … Non seulement les forts, les fortifications et les casernes, mais aussi les remparts, les donjons, les citadelles, les enceintes, les bâtiments d’intendance ou les monuments commémoratifs.

Tous ces bâtiments et tous ces sites sont intimement liés aux grands événements de notre passé. Ils marquent encore de manière indélébile les paysages de nos campagnes et ils contribuent aussi à la configuration même de nombre de nos cités. Mais, il faut bien l’avouer, ce n’est pas un thème facile, car il couvre de nombreuses périodes depuis l’ère romaine jusqu’aux guerres du vingtième siècle. Pour parvenir à un succès comparable à celui des années précédentes, il fallait parier sur la sagacité, sur la réflexion et sur l’imagination de tous les organisateurs.

 

Ces témoins, il importe de les conserver comme un « Patrimoine vivant pour tous ». À nous de savoir donner un visage à notre avenir, nous dit le grand historien Pierre Nora, le maître d’oeuvre des «Lieux de mémoire».

Informations : http://www.journeesdupatrimoine.be/

 
Affiche

La journée « portes ouvertes » des monuments en Flandre a lieu cette année le 9 septembre et le thème est «L’habitat». Il s'agit non seulement de l'habitation. La notion d’« habiter » couvre la culture entière des valeurs dont les gens se s’occupent quand ils résident quelque part, ainsi le centre de coordination de la journée « portes ouvertes » des monuments de Flandre.

« À côté des monuments, beaucoup d’habitations privées seront aussi ouvertes au public, ce qui en fait une expérience unique », nous dit un représentant du centre de coordination de la journée « portes ouvertes » des monuments de Flandre.

En Flandre, d'innombrables activités se trouvent sur le programme comme les promenades guidées et les randonnées à bicyclette le long de quartiers d'habitations selon un thème défini.

Informations : www.openmonumenten.be

 

affiche2007_S

Les Journées du Patrimoine en Région de Bruxelles-Capitale se dérouleront les 15 et 16 septembre 2007 et auront pour thème « Lumière et éclairage ».

Par ce thème, la Région de Bruxelles-Capitale souhaite mettre l'accent sur le rôle de la lumière, tant naturelle qu’artificielle, dans l’architecture.

 

L’utilisation de la lumière zénithale, de verrières, de vitraux ou de jardins d’hiver dans les bâtiments publics, maisons particulières, anciens grands magasins, lieux industriels, ateliers d'artistes, … sera ainsi mise en valeur. Il en est de même pour l’éclairage des théâtres et des cinémas et les plans lumière établis pour certains lieux ou sites.

 

Une multitude d’animations, en rapport avec le thème et les lieux visités, seront organisées par les administrations communales et les diverses associations œuvrant pour la préservation et la mise en valeur du patrimoine, en complément des visites des lieux.

Informations : http://www.journeesdupatrimoine.be/ 

Affiche

Journées européennes du Patrimoine 2007 en FranceLes métiers du patrimoine : des hommes et des femmes au service des biens culturels

Les prochaines Journées européennes du patrimoine les 15 et 16 septembre 2007 seront l’occasion pour la France de valoriser l’ensemble des métiers qui interviennent pour la connaissance, la conservation, la restauration et la mise en valeur du patrimoine.

Ces métiers, anciens ou contemporains, techniques ou innovants, dont l’implication au service du patrimoine reste, pour certains d’entre eux, méconnue ou insoupçonnée, ont un rôle déterminant dans les mécanismes de sauvegarde du patrimoine. Ils constituent eux-mêmes un élément important de notre patrimoine national et contribuent à l’enrichissement de la mémoire de notre société.

Les Journées européennes du patrimoine doivent ainsi permettre au public d’aller à la rencontre de ces métiers et d’échanger avec celles et ceux qui agissent quotidiennement en faveur du patrimoine.

Aux métiers traditionnels de la construction et de la restauration (tailleurs de pierre, maîtres verriers, charpentiers, sculpteurs, ...) s’ajoutent des métiers plus récents de haute technologie (informaticiens, chimistes, cartographes, …).

Ces Journées européennes du patrimoine doivent couvrir l’ensemble des champs patrimoniaux dont le ministère de la culture et de la communication a la charge, depuis l’archéologie et les monuments jusqu’aux locomotives en passant par la photographie, de l’étude des savoir-faire au repérage ou à l’identification de nouveaux patrimoines. La richesse des ressources documentaires accumulées depuis cent cinquante ans qui trouvent aujourd'hui des utilisations extraordinaires grâce à la numérisation et à Internet pourrait également être à l'honneur.

Ce thème est aussi l’occasion de mettre l’accent sur les métiers des partenaires du ministère de la culture et de la communication qui concourent également à la défense du patrimoine, comme par exemple les services de police qui permettent de lutter contre le trafic des œuvres d’art, les laboratoires de recherche pour combattre la pollution des matériaux comme le béton ou le verre, les entreprises de restauration des monuments historiques qui garantissent aujourd'hui l'excellence des pratiques professionnelles dans ce domaine ou encore les collectivités territoriales pour la valorisation pédagogique et touristique du patrimoine.

Enfin ces Journées européennes du patrimoine, en valorisant les acteurs, permettront aussi de présenter toutes les filières de formation liées à ces domaines.

http://www.journeesdupatrimoine.culture.fr/presentation.php

 

20/08/2007

Moissons à l'Abbaye de Bonne-Espérance

 

BE 01
BE 02

La fête de la Moisson à Bonne-Espérance a été créée en 1994. Les objectifs de cette manifestation s'inscrivent dans un mouvement d'ensemble qui anime l'abbaye de Bonne-Espérance depuis une bonne trentaine d'années. L'année des Abbayes, en 1973, a fait découvrir le caractère unique de Bonne-Espérance comme monument historique prestigieux. Ce caractère unique a, entre-temps, été consacré par la région wallonne qui l'a classé parmi les quelques édifices hennuyers jugés « d'intérêt exceptionnel ». Toute une série de gens de bonne volonté, véritables amoureux du site, se sont mis en tête de faire valoir toute la richesse du patrimoine de l'abbaye et Bonne-Espérance est maintenant le lieu de nombreuses manifestations culturelles, religieuses et sportives.  Mais il est une dimension qui n'avait pas encore ou peu développée : l'influence prépondérante de l'ancienne abbaye sur l'agriculture de toute une région. Le site de Bonne-Espérance comporte en effet six magnifiques fermes, un moulin, une boulangerie, des près, des champs, …autant de souvenirs du passé agricole de la communauté norbertine aujourd'hui disparue. La « MOISSON à l’ABBAYE » veut d’abord rappeler ce rôle capital joué par les chanoines réguliers dans le développement de l’agriculture.

BE 03

 

BE 04

BE 05

BE 06