19/03/2008

19 mars 1314 : mort de Jacques de Molay

 

Le Templier Jacques de Molay sur le bûcher

Rappelez-vous le début de la série « Les rois Maudits » lorsque Gérard Depardieu, dans le rôle de Jacques de Molay, lançait la malédiction sur les rois de France.

 

jacques-de-molay
 

 

 

 

 

Le 19 mars 1314, Jacques de Molay, 22ème et dernier grand Maître du Temple, entend son jugement devant Notre Dame de Paris, le lendemain soir, sur l'île aux juifs au bout de l'île de la Cité, il meurt sur le bûcher en compagnie d'autres dignitaires Templiers. C'est alors, commençant à brûler vif qu'il se serait écrié : "Pape Clément, Roi Philippe, avant un an je vous cite à comparaître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste châtiment ! Maudits ! Maudits ! Tous maudits jusqu'à la treizième génération de vos races". Le Pape Clément V meurt le 20 avril 1314 d'étouffement, abandonné par ses proches, seul dans sa chambre en Avignon, c'est le seul pape qui mourra ainsi. Le Roi Philippe IV le Bel mourra dans la nuit du 26 au 27 novembre 1314 d'un ictus cérébral suite à un accident de chasse dans la forêt de Fontainebleau. Les trois fils de Philippe le Bel, Louis X le Hutin, Philippe V le Long et Charles IV le Bel disparaîtront dans les douze ans sans laisser d'héritiers mâles mettant ainsi fin à la dynastie des Capétiens directs, et préparant la France à la Guerre de Cent Ans avec l'Angleterre... Le Chevalier Guillaume de Nogaret, âme damnée de Philippe le Bel, et organisateur de la liquidation de l'Ordre du Temple, meurt la même année que son maître. 

JaquesDeMolayBurned

L'histoire des Templiers est étroitement liée à celle des huit croisades (1096-1270) en Palestine. Cet ordre qui associait la croix à l'épée, dans les mains d'un guerrier, moine et chevalier est né de la nécessité de défendre le royaume que les croisés avaient conquis. La quasi totalité de ceux qui participèrent à la première croisade voulue par le Pape Urbain II (1096) et prêchée par Pierre l'Hermite sous la devise Dieu le veut furent massacrés au cours de leur voyage à travers les Balkans. L'expédition commandée par Godefroy de Bouillon, Duc de la Basse Lorraine, parvint (1099) à conquérir Jérusalem et Godefroy reçu le titre de Défenseur du Saint Sépulcre. En 1118, onze chevaliers français, réunis par Hugues de Payns fondèrent à Jérusalem l'Ordre religieux-militaire des Pauvres Chevaliers de Christ, qui adopta les règles monastiques de Saint Augustin. Lorsque Baudouin II, oncle de Godefroy, devint roi de Jérusalem, il les installa dans l'ancien Temple de Salomon et, de ce fait, ils furent appelés Chevaliers du Temple de Sion (Jérusalem) ou Templiers.

templier

  

Qui étaient les Templiers

Les Templiers étaient des Chevaliers, en général, nobles et cultivés et leur Grand Maître avait la dignité de prince. En 1128, l'Ordre fut confirmé par le Concile de Troyes et par le Pape Innocent II. Le fondateur des Templiers, Hugues de Payns trouva en la personne de l'abbé français Bernard de Chiaravalle, prédicateur cistercien de la deuxième croisade, un partisan convaincu qui, en exaltant l'humilité, le zèle et la pauvreté des Templiers, en favorisa le recrutement.

En 1148, le Pape Eugène III assigna aux Templiers les règles de base bénédictines et l'habit: manteau blanc à la croix rouge vermeil. A l'époque, l'Ordre s'était déjà diffusé et enrichi, grâce aux nombreuses donations qu'il avait reçues et disposait de plusieurs forteresses en Palestine. Bientôt, les anciens Pauvres Chevaliers, qui grâce à leurs règles de pauvreté avaient accumulé d'importantes richesses, devinrent les banquiers des pèlerins et par leur argent, ils financèrent les efforts considérables que l'on devait faire pour soustraire la Terre Sainte aux mains...païennes des infidèles.

livre-la-revelation-des-templiers

  

Les accusations d'hérésie et d'immoralité

Les bonnes fortunes de cette espèce de "société financière" durèrent jusqu'au moment où le roi de France, Philippe le Bel (qui avait déjà été excommunié par le Pape Boniface VIII, en 1303, et était à couteaux tirés avec le Pape Clément V), après avoir profité de l'argent que l'Ordre lui avait octroyé à foison, pensa qu'au lieu de rendre ce qu'on lui avait prêté pour ses guerres contre les aragonais, les anglais, les flamands il aurait pu éliminer les Templiers et s'emparer de leurs immenses richesses.

Les Templiers, qui comme bien d'autres ordres religieux avaient perdu, en cours de route, bon nombre de leurs vertus primitives, furent accusés de toutes les iniquités possibles et imaginables. Philippe le Bel en fit arrêter, à l'improviste, 138 et, après un procès-farce de sept ans (1307-1314), en dépit des timides protestations de Clément V, ils furent tous condamnés. Certains d'entre eux moururent sous les tortures, d'autres périrent sur le bûcher.

 

 

panplac