12/05/2012

Celtic Woman est de retour !

 

songs.jpg

 

 

 

Après avoir fait rapidement le complet en septembre 2011 à la Salle Reine Elisabeth d’Anvers, le quatuor de charme irlandais sera de retour en Belgique pour nous présenter leur nouvel album ‘Believe’, dont la sortie est attendue le 24 janvier 2012.

 

 

 

Leur nouvelle tournée s’annonce comme leur plus grande production jamais mise en place. Celtic Woman tourne accompagné d’un ensemble impressionnant: choristes, musiciens et danseurs celtiques feront tous partie de ‘Believe’. Ensemble, ils proposent les titres traditionnels du répertoire irlandais (‘The Water Is Wide’, ‘Green Grow The Rushes’), des classiques intemporels (‘Bridge Over Troubled Water’, ‘Tears In Heaven’) ainsi que des titres récents dans des versions totalement revisitées.

 

 

 

celticwoman1.jpg

 

 

 

Le nombre de fans du brillant trio de chanteuses et de leur incroyable violoniste ne fait que croître de par le monde.

 

 

 

20120612_celticwoman.jpg

 

 

 

 

En à peine cinq ans, le collectif féminin a trouvé le chemin du succès sans la moindre aide médiatique. Ce qui fait d’eux un cas unique surtout au regard des 6 millions de CD et DVD vendus, des dix albums de platine et des plus de 2 millions de tickets écoulés à travers le monde. Leur dernier spectacle ‘Songs From The Heart’ a été salué par la critique comme une expérience magique. Attendons-nous à encore plus de faste, encore plus d’authenticité et de merveilles musicales le 12 juin 2012 à la Lotto Arena à Anvers où Celtic Woman pourra se déployer à sa véritable dimension!

 

 

 

19:00 Écrit par Boubayul dans Musique, Spectacle | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/11/2011

La valse d'Anthony Hopkins

 

Anthony Hopkins, André Rieu, And the waltz goes on, Musique

 

 

 

Anthony Hopkins peut faire bien plus qu’effrayer les cinéphiles. Il fait vibrer les amateurs de musique classique.

 

 

 

Anthony Hopkins, André Rieu, And the waltz goes on, Musique

 

 

 

L’acteur compose des pièces depuis maintenant plusieurs années. L’une d’entre elles, And the Waltz Goes On, a été interprétée par le violoniste hollandais André Rieu et son orchestre dans la capitale autrichienne.

 

 

 

Anthony Hopkins, André Rieu, And the waltz goes on, Musique

 

 

 

Pour l’occasion, Anthony Hopkins et son épouse ont fait le voyage entre Los Angeles et Vienne.

 

 

 

 

 

 

La valse composée par le célèbre comédien se retrouvera sur le prochain album d’André Rieu. Le musicien devrait également l’interpréter en concert lors de sa tournée nord-américaine, qui l’amènera à Montréal le 23 novembre.

 

 

 

 

 

 

29/10/2011

Mais où donc est passé Robert Lamoureux ?

 

i_2631___cm___robert_lamoureux___2___l_apprenti_.jpg

 

 

 

Le chansonnier, auteurs de films et de pièces de théâtre Robert Lamoureux, réalisateur du très populaire "Mais où est donc passée la 7ème compagnie?", est décédé le 29 octobre 2011 à l'âge de 92 ans.

 

 

 

Robert Lamoureux a régné sur le comique populaire pendant plus d'un demi-siècle, comme chansonnier, puis comme réalisateur et auteur de pièces de théâtre. Le succès populaire de son vaudeville militaire "Mais où est donc passée la septième compagnie", qui a entraîné la réalisation de deux suites, bat aujourd'hui encore des records d'audience à la télévision.

 

 

 

mais7ecie01.jpg

 

 

 

Egalement comédien de talent, Robert Lamoureux a été nommé trois fois aux Molière.

 

 

 

 

 

 

Né le 4 janvier 1920 dans une famille parisienne modeste, Robert Lamoureux arrête sa scolarité à la fin de l'école primaire et entame une série de petits boulots dès l'âge de 14 ans.

 

 

 

Venu au cabaret en 1949, il y triomphe rapidement grâce à des monologues dont certains sont passés à la postérité, comme "Papa, maman, la bonne et moi" (Grand Prix du disque 1950) ou "La chasse au canard".

 

 

 

 

 

Après avoir vainement tenté de s'imposer au cinéma comme acteur, Robert Lamoureux renoue avec le succès à la fin des années 60, d'abord grâce au théâtre. Il a écrit 14 pièces de boulevard, dont certaines tiendront l'affiche plusieurs années.

 

 

 

C'est le cas de "La Soupière" (1971, 2.000 représentations), "La brune que voilà" (1957), reprise en 1986 et adaptée pour Michel Leeb sous le titre "Le Tombeur", "Diable d'homme" (1980) et enfin "Si je peux me permettre..." (1996), dont la millième a été jouée le 19 avril 2000 au théâtre Saint-Georges, à Paris.

 

 

 

 

 

Mais c'est surtout le cinéma qui lui apporte la consécration, dans les années 70, grâce aux aventures de la "7ème compagnie", qui mettent en scène les périples de soldats français livrés à eux-mêmes pendant la débâcle de 1940 et qui surmontent tous les obstacles grâce au "système D". Interprété notamment par Jean Lefebvre, Pierre Mondy et Pierre Tornade, le premier film de la série ("Mais où est donc passée la 7ème compagnie", 1973) a atteint les 4 millions d'entrées.

 

 

 

Marié une première fois à 22 ans avec une amie d'enfance dont il a eu trois enfants, Robert Lamoureux s'était remarié au début des années 60 avec la comédienne Magali de Vendeuil qui lui a donné une fille.

 

 

 

Robert Lamoureux avait été fait Officier de la Légion d'honneur dans la promotion de Pâques 2000.

 

 

 

 

 

17:00 Écrit par Boubayul dans Actualité, Musique, Spectacle | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/08/2011

Varius Coloribus Experience

 

Capture.JPG

 

 

 

Varius Coloribus fut fondé en 1996 par Pan Peter (passé plus tard chez Cultus Ferox et aujourd'hui Corvus Corax) et Jennifer Amend et se composait, alors, avec plus ou moins de musiciens invités. A cette époque, le premier disque "Varius Coloribus" fut aussi produit.

 

 

 

En 1998, Pan Peter et Abul firent connaissance chez Spilwut et passèrent un certain temps aussi comme duo sur scène.

 

 

 

En 2000, le groupe connut avec l'arrivée de Sackwahn une sorte de deuxième fondation. Depuis ce temps, le nom du groupe s’adjoignit le terme "Experience".

 

 

 

En 2002, le groupe connaît un nouvel agrandissement avec l’arrivée d’un joueur d’instrument à cordes, Renaldo et sa « Nyckelharpa ». Le deuxième disque "Nix Tralala" fut produit et 2 ans plus tard, le troisième album "Manehf".

 

 

 

A la fin de 2004, Pan Peter rejoignit Cultus Ferox et Don Kailypso arriva dans le  groupe.

 

 

 

Certains morceaux furent enregistrés, mais rien ne fut produit. Dès qu'en hiver 2008, Lenz-a-Lot rejoignit le groupe et enrichit les jeunes avec sa viole de gambe, Varius se sentit assez complet pour vendre leurs idées et ils commencèrent en 2009 les enregistrements de leur quatrième album "555", qui fut produit en automne 2010.

 

 

 

varius-coloribus-1-yuriy-shevchuk.jpg 

work_1054279_2_flat,550x550,075,f_varius-coloribus-nils-song.jpg

work_1120097_2_flat,550x550,075,f_varius-coloribus-3.jpg

 

 

 

Présentation du groupe « VARIUS COLORIBUS EXPERIENCE »

 

 

 

Abul : « Sperrmüllophon » (ensemble d’instruments encombrants) et autres tambours

 

Sackwahn : Cornemuses, flûtes doubles, flûtes et percussion

 

Renaldo : « Nyckelharpa », basse, e-guitare et percussion

 

Don Kailypso : Cornemuses, flûtes et percussion, voix

 

Lenz-a-Lot : Viole de gambe, e-basse, contrebasse et percussion

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Voir suite du concert sur Youtube

 

24/07/2011

No Rehab for Amy Winehouse

Amy Winehouse

 

 

 

La chanteuse britannique Amy Winehouse, née le 14 septembre 1983, a été retrouvée morte ce samedi 23 juillet 2011 à Londres. Elle était âgée de 27 ans.

 

 

 

Sa voix soul au timbre atypique avait marqué les esprits au début des années 2000. Son premier album, Frank, paraît en 2003 et reçoit un bel accueil en Grande-Bretagne tout en passant quasiment inaperçu à l'international.

 

 

 

C'est en 2006 qu'elle reçoit le succès qu'elle attendait tant, avec l'album Back to Black. Un succès qu'elle doit notamment au hit Rehab, devenu incontournable et incontestablement le tube marquant de sa carrière. Pour cet album, elle s'est entourée du groupe Sharon Jones & The Dap-Kings. Le résultat est absolument exceptionnel : salué par la critique qui lui reconnait une écriture soignée et une production vintage, l'album s'écoulera à plus de 12 millions d'exemplaires à travers le globe, dont un million dans l'Hexagone.

 

 

 

 

Amy, souvent surnommée "la chanteuse à la choucroute" en raison de sa chevelure abondante, est adulée. Tout le monde ne réclame qu'elle. Lors des cérémonies de récompenses, elle ne laisse aucune chance à ses adversaires. Victorieuse de plus de 20 distinctions (dont cinq Grammy Awards, un Brit Award et un MTV Europe Music Award), la star jouit enfin d'une reconnaissance du public à la hauteur de son génie.

 

 

Amy Winehouse

 

 

Malheureusement, ses addictions diverses et ses excès éclipsent son talent et, rapidement, les journaux s'intéressent à davantage à ses déboires qu'à ses qualités d'artiste. La chanteuse se battait depuis des années contre de nombreux problèmes d'addiction à l'alcool et à la drogue. En octobre 2010, elle affirme lors d'une interview avoir totalement arrêté de consommer des drogues dures.

 

 

 

 

 

En janvier 2011, elle faisait un retour remarqué sur scène au Brésil pour une série de cinq représentations. Elle ne se produira plus sur scène avant le mois de juin dernier. Elle recevait alors un accueil glacial à Belgrade et décidait de se retirer de la scène musicale pour une durée indéterminée et d'annuler sa tournée européenne prévue pour cet été.

 

 

Amy Winehouse

 

 

Depuis plus de deux ans, elle promettait un retour sur le devant de la scène en grande pompe... Le destin ne lui aura pas laissé le temps de livrer ses derniers chefs d'oeuvre. Son talent, sa créativité, son humour et son génie manqueront à la scène musicale.

 

15:30 Écrit par Boubayul dans Actualité, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amy winehouse |  Facebook |

Notre ami Paulot ne verra pas mourir l'été...

 

pxy_45830989_42260315_256_1354136.jpg

 

 

 

De son vrai nom Vital-Paul Delporte, il était le frère du peintre Charles Delporte et le cousin d'Yvan Delporte, auteur de bande dessinée bien connu des amateurs du journal Spirou.Paul Louka, de son vrai nom Vital-Paul Delporte, est un célèbre auteur, compositeur, interprète, comédien, écrivain, peintre, et saltimbanque belge, né à Marcinelle en août 1936, décédé à Montignies le 23 juillet 2011.

 

 

 

En 1959, après une rencontre avec Jacques Brel, il "descend" trois ans à Paris pour se produire de cabaret en cabaret (Chez Moineau, la Bolée, Ma cousine, la Colombe, le Cheval d'Or, le Port du salut, l'Échelle de Jacob, la Tête de l'art, Les Trois Baudets…). Il rencontre des artistes tels que Raymond Devos, les Frères Jacques, et entame à partir de 1962, une grande amitié avec Georges Brassens avec qui il se produira en première partie à Bobino. Il a notamment chanté "Cerise", "Saragosse", "Marcinelle", ou encore "Vas-y Paulot".

 

 

 

 

Ancien administrateur délégué de la SABAM (de janvier 1996 à décembre 2009), il est également le frère du peintre Charles Delporte et le cousin germain d'Yvan Delporte, figure marquante de la bande dessinée belge et du journal de Spirou.

 

 

 

Homme d’une grande simplicité, j’ai eu l’occasion de déjeuner à plusieurs reprises dans le même restaurant que lui. La conversation s’était rapidement engagée en toute sympathie et le bon vivant nous avait fait profiter de ses bons mots d’humour. Ce furent des moments très rares mais tellement agréables. Tu vas nous manquer, Paulot !

 

 

 

 

 

Triste bonhomme vêtu de noir,

Quand tu me parles de ton savoir,

De tes sanctions, de tes rigueurs judiciaires,

Quand les vautours de tes milices

Traînent leurs plumes et leur pelisse

Dans nos jardins et nos volières

Si petites

 

Moi, Monsieur, je suis un enfant

Je ne sais pas qui est bon ou méchant

Les gendarmes et même le roi

Seront tous morts avant moi,

C'est la vie et c'est la loi.

 

Triste bonhomme vêtu de vert,

Quand tu nous parles de tes compères

De tes factions, de tes ardeurs cocardières,

Quand les tambours de tes batailles

Marquent le pas des représailles

Dessus nos îles et nos frontières

Si petites

 

Moi, Monsieur, je suis un enfant

Je ne salue pas votre régiment

Les sergents et même le roi

Seront tous morts avant moi,

C'est la vie et c'est la loi.

 

Triste bonhomme vêtu de blanc,

Quand tu nous parles de ton argent,

De tes actions, de tes valeurs financières,

Quand les lingots de tes tirelires

Font du dollar ou de la lire

En Suisse loin de nos gibecières

Si petites

 

Moi, Monsieur, je suis un enfant

Pour toute fortune, j'ai les quatre vents

Les banquiers et même le roi

Seront tous morts avant moi,

C'est la vie et c'est la loi.

 

 

Triste bonhomme vêtu de gris,

Quand tu nous parles de ton parti,

De tes idées, de tes faveurs éphémères,

Quand les couleurs de ton drapeau

Changent de ton, changent de peau

Devant nos allures libertaires

Vite, vite

 

Moi, Monsieur, je suis un enfant

Je vote pour papa, j'écoute maman

Les ministres et même le roi

Seront tous morts avant moi.,

C'est la vie et c'est la loi.

 

00:07 Écrit par Boubayul dans Actualité, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paul louka, marcinelle |  Facebook |

13/07/2011

Dracula, l'amour est plus fort que la mort

 

wallpaper_dracula_001_1280x800.jpg

 

 

 

Après “Le Roi Soleil” et “Cléopâtre, la dernière reine d'Egypte”, Kamel Ouali revisite le mythe du comte DRACULA pour en faire le personnage principal de son nouveau spectacle musical “DRACULA, L’AMOUR PLUS FORT QUE LA MORT”.

 

 

 

Sur des chansons originales, le spectacle met en avant l’histoire de l’amour impossible de Dracula, en quête d’un idéal, tiraillé entre passion et raison.

 

 

 

Tout en s’appuyant sur la personnalité complexe du héros de Bram Stoker, à la fois énigmatique et mélancolique, Kamel Ouali présente dans ce spectacle un vampire troublant mais attachant, au destin solitaire, brave et sensible, loin d’une créature terrible et sanguinaire.

 

 

 

La troupe de chanteurs comédiens et danseurs évoluera dans un univers onirique, tantôt obscur, tantôt ludique. Les décors et costumes mêleront modernité et réminiscences baroques. Kamel Ouali promet de rester fidèle à sa conception du grand spectacle musical et d’innover par un travail sur les images et les lumières encore jamais proposé à ce jour, pour surprendre, et même renouveler le genre.

 

 


 

Canal Youtube : http://www.youtube.com/user/draculaofficiel

 

A partir du 30 septembre 2011 au Palais des Sports de Paris

Les 2 et 3 mars 2012 à Forest National (Bruxelles)

 

 

 

05/07/2011

Avantasia - The flying opera

 

Avantasia_DVD_Cover.jpg

 

 

 

La nouvelle avait bousculé la scène métal mélodique et symphonique : après deux opus inoubliables et cultes, Tobias Sammet reformait le groupe pour un nouveau projet, des nouveaux invités et un nouveau concept sous l’impulsion d’un Sascha Paeth (producteur / guitariste) ayant joué un grand rôle dans la dernière trilogie conceptuelle d’Avantasia. Mais l’idée allait bien plus loin qu’un simple nouvel album studio… Il fallait monter sur scène pour une tournée exceptionnelle d’une dizaine de dates. Entreprise colossale mettant en scène une quinzaine de musiciens et chanteurs, Tobias sonne l’heure du bilan en ce début d’année 2011 en livrant avec "The Flying Opera : 20 Around the World" un testament audio et visuel de cette épopée épique à travers les plus grands festivals d’été de 2008.

 

Présenté d’une manière tout aussi esthétique et travaillée, le produit se livre dans un sublime coffret deux cds et deux dvd ultras complets, contenant deux digibook A5 indépendant, l’ensemble dans une box des plus belles.

 

C’est un concert complet, mais enregistré autant au Wacken qu’au Masters of Rock de République Tchèque qui est livré dans le premier dvd.

 

Mais le plus important est évidemment la scène… Et quel concert. Outre une setlist de rêve, Tobias débute le show avec "Twisted Mind", plombé à souhait et vêtu d’un costume grandiloquent infiniment classe, puis le chef d’œuvre "The Scarecrow", où le premier invité entre en scène.

 

 

 

 

 

 

En bête de scène d’exception, Tobias harangue l’immense foule comme un jeune gosse devant une salle dégustant ses pitreries. A ses côtés, André Matos, Kai Hansen, Jorn évidemment ou Bob Catley ne sont jamais en reste pour communiquer et chauffer un public au fer rouge. Des ultras speed et jouissifs "Reach Out for the Light" et "No Return", aux moments de grâce que sont "Inside" ou "The Story Ain’t Over" en allant dans les horizons les plus épiques de "Shelter From the Rain", "Sign of the Cross" ou "The Toy Master", l’exécution est d’une telle perfection que les larmes ne sont jamais loin tant voir ses musiciens animés par la même passion de jouer ensemble est grande et vive.

 

On retiendra particulièrement le magique et réellement merveilleux "Farewell", repris en chœur par la foule entière, réalisant des vagues d’une beauté presque surnaturelle. Comment ne pas évoquer également les frissons à l’écoute du refrain de "The Seven Angels", repris par l’ensemble des vocalistes présents ce soir là ?

 

 

 

 

 

 

 

Si le spectacle se décline également sous la forme de deux disques audio, sans aucune coupure (même les longs dialogues sont présents), un second dvd forme un documentaire très intéressant, retraçant toute l’histoire d’Avantasia, des prémices de "The Metal Opera" au retour avec "The Scarecrow", l’épreuve de la scène et la fin de la trilogie avec un assez long passage revenant sur "The Wicked Symphony" et "Angel of Babylon" ainsi que leurs invités (Jon Oliva, Michael Kiske, Tim Owens, Russel Allen…).

 

 

800px-Avantasia_Sweden_Rock_2008.jpg

 

 

17/06/2011

Fête de la musique 2011

 

Capture3.JPG

 

 

 

Les réjouissances auront lieu du 17 au 21 juin, à Bruxelles mais aussi partout en Wallonie.

 

Coup d’envoi vendredi avec Joy as a Toy et surtout les Bruxellois K-branding, qui fe ont trembler les murs de la Maison des Musiques au détour du parcours "Musique de Travers". Un projet dont le Magasin4 sera également le théâtre, déroulant un line-up électro-éclectique aux pseudos déroutant (Dj Elephant Power, Squeaky Lobster, Herrrmutt Lobby, Music 4 rabbits, Alek et Les Japonaises). Quittons la capitale pour Louvain-la-Neuve et la Ferme du Biéreau, où une dizaine d’artistes fêteront la musique autour de l’œuvre de Gainsbourg. Parmi eux, Auryn, Karin Clercq ou encore Marie Warnant. A Charleroi, Le Vecteur vous propose une soirée corsée dédiée à la nouvelle scène rap. Vous y croiserez entre autres Grems et le projet PMPDJ, l’excellent dDamage et la légende locale Sopranal.

 

Samedi, nombre de cités wallonnes se mettent au diapason. À Namur, la Place d’Armes sera prise d’assaut par Suarez, Joshua et bien d’autres. À Charleroi, la Brasserie de l’Eden vous convie à une "female edition" où vous croiserez les Tellers, Intergalactic Lovers, Blanche&Bietnik, OK Cowboy ! et Vive La Fête. Sur la Grand-Place de Binche joueront les Belges de Lucy Lucy !, Bikinians et Great Mountain Fire. À Liège, ce sera Jaune, Orange et rock au Mad Café avec Fastlane Candies, The Engines of Love, Blue Velvet, The Mash, Dan San et The Experimental Tropic Blues Band. Enfin, à Mons, aura lieu le tremplin du Dour Festival au studio On Air, que clôtureront Romano Nervoso et Elvis Black Stars.

 

Dimanche 19, Malmédy balancera au rythme du festival Vibrations, Place Saint-Géréon. Du côté d’Izel, une multitude d’artistes se succéderont sur les deux scènes du centre culturel, dont Birdpen, les Moon Invaders, Balthazar, les Vismets et l’excellent Bony King of Nowhere. Sans oublier le traditionnel podium du Carré de Moscou, que se partageront Prezy-H, Kel Assouf, Applause, Hoquets, Joy, Les Vedettes, etc.

 

Le lendemain, Coffee or Not foulera encore la scène de la Maison des Musiques. Et cette édition 2011 se terminera en beauté mardi au Parc d’Avroy liégeois, avec Yew et Daan le dandy.

 

Toutes les infos et les détails de la programmation : http://2011.fetedelamusique.be

 

 

 

Capture.JPG

 

 

 

France 2 et Air Productions ont choisi la ville de Bruxelles pour la soirée événement «TARATATA fête la Musique» : 4 heures de spectacle et de musique live au cœur de l’Europe !

 



Capitale de l’Europe, Bruxelles est aussi une formidable scène musicale, et le berceau de nombreux artistes renommés ! Aujourd’hui les frontières n’existent plus vraiment, et, avec France 2, l’idée de rejoindre Bruxelles le temps de cette soirée exceptionnelle nous a beaucoup plu ! Créée en 1982, la Fête de la musique est aujourd’hui célébrée dans une centaine de pays, sur les cinq continents : même certains quartiers de New-York la fêtent le 21 juin ! Je suis très heureux que cela se concrétise aujourd’hui, car Bruxelles, à la fois par ses capacités d’accueil et d’infrastructure, nous permettra de mettre en scène une superbe soirée : quatre heures de direct live, des artistes des scènes française, belge, et des quatre coins du monde ! Nous renouvellerons aussi notre « Opération Jeunes Talents », initiée l’an dernier, et ouverte à tous les musiciens amateurs pour venir sur scène accompagner les grandes stars de la musique françaises et internationales.
Je tiens par ailleurs à remercier très chaleureusement les villes qui ont fait acte de candidature auprès de nous : beaucoup de dossiers étaient séduisants, mais nous avons adoré l’idée de donner à cette nouvelle édition une couleur européenne
, a déclaré Nagui, qui présentera et produira cet événement.

 



AVEC : Louis Bertignac, Scorpions, Duran Duran, Martin Solveig, Milow, Ayo, Stromae, Aloe Blacc, Yael Naïm, Asa, Ayọ, Selah Sue, Nolwenn Leroy, Christophe Maé, Yannick Noah, Julien Doré, La Fouine et Sexion d'Assaut

 



«TARATATA fête La Musique» sera diffusée en direct sur France 2 depuis la Place des Palais, le mardi 21 juin prochain à partir de 20h35, ainsi que sur Europe 1.

 

 

 

Place-des-Palais059.jpg

15/06/2011

Couleur café 2011

 

Capture.JPG

 

 

C'est un tour du monde musical que nous vous proposons avec comme destinations le hip hop d'Afrique, d'Europe et des Amériques, le reggae des USA et de France, la cumbia de Colombie et le dancehall de Jamaïque pour la 22ème édition de Couleur Café, qui se déroulera du 24 au 26 juin 2011 à Tour & Taxis.

Il est loin le temps où Couleur Café entassait ses souks, ses restos et ses musicos dans les Halles de Schaerbeek, les anciennes halles maraîchères situées en plein coeur de Bruxelles et désormais reconverties en centre culturel européen...

 

Un festival typiquement bruxellois

 

Ancré dans la ville, Couleur Café se nourrit des brassages culturels qui forment Bruxelles et les grandes métropoles en général. Couleur Café, c'est un peu un "Schengen" culturel à l'échelle planétaire, une abolition des frontières pour une libre circulation des influences musicales. Un festival urbain où se côtoient sans complexe les légendes à l'origine des grands courants musicaux du XXe et ceux qui aujourd'hui en réinventent les règles à coup de "crossovers".

 

Edition 2011

 

Tiken Jah Fakoly est impatient de retrouver son public belge à Couleur Café, où il s'était produit en 2005 et 2008. L'artiste phare du roots reggae Africain est fort attendu par notre public, comme démontré dans notre enquête facebook de novembre 2010. Il mettra sans aucun doute le feu sur la scène Titan !

 

Concerts

 

Couleur Café c'est une fraîche cascade d'éclectismes avec de grands noms et de nombreuses bonnes découvertes pour les aventuriers de musique. A chacun son parcours !
Funk, soul et pop fans vont trouver leur goût avec Seal, Janelle Monáe, Puggy, Arsenal, Yael Naim, Irma, Absynthe Minded, ou Wild Boar & Bull Brass Band.
Celui qui aime le reggae, le ragga et le dub a un choix luxueux entre Ziggy Marley, Tiken Jah Fakoly, Patrice, Selah Sue, Dub Inc, Alborosie, SOJA, Ziggi Recado, Ghostpoet, Almamegretta, Raggasonic et Jammin Troopers.
Les amateurs de hip-hop peuvent se délecter avec IAM, Method Man & Redman, DJ Shadow, Hocus Pocus, Blitz the Ambassador, Keny Arkana et notre artiste Wanted! Gloria & Brzzvll.
Pour les afficionados de tous les rythmes latino, le festival propose Calle 13, Sergent Garcia, Ojos de Brujo, Suarez, Zule Max, Los Callejeros et Buenas Ondas.
Le parcours afro world mène de Seun Kuti & Egypt 80, Smod et Sayon Bamba à la grande création live « Congotronics Vs. Rockers ».
Les balkan beats sont assurés par Band of Gypsies 2 (le choc musical entre Kocani Orkestar et Taraf de Haidouks), Merdan Taplak (live) et Antwerp Gipsy Ska Orchestra.
Ceux qui viennent pour danser pourront suivre Kid Koala et DJ Shadow, mais aussi les 9 DJ Wanted! qui se produiront dans le Dance Club le soir, et dans les nouvelles Dance Caravanes, disséminées sur le site.

 

 

Capture2.JPG

10/06/2011

Claude Léveillée a rejoint "Frédéric"

 

110609_hu0sa_leveillee-claude_sn310.jpg

 

 

 

Claude Léveillée est et restera sans contredit l'un des plus grands de la chanson québécoise et même de la chanson française. Il s'est éteint paisiblement le 9 juin 2011. Il continue de marquer notre imaginaire avec des titres comme Frédéric, La légende du cheval blanc, Taxi, Soir d'hiver, Les vieux pianos, Emmène-moi au bout du monde, Le rendez-vous et La scène, pour n'en nommer que quelques-uns.

 

  

Depuis le milieu des années cinquante et malgré les caprices de ses divers cycles de création, Claude Léveillée mène de front les carrières de musicien, de comédien et d'auteur compositeur interprète. Au moment même où ses premières mélodies peuvent être entendues d'un public clairsemé, il trouve son premier vrai succès savamment déguisé en clown sur les ondes de la télévision nationale: le personnage de Cloclo fait les délices de milliers d'enfants pendant les saisons 1957-1959.

 

 

 

110609_7z2va_leveillee-1969_p6 cloclo.jpg

 

 

  
Parallèlement à ce rôle très médiatisé, Claude partage avec deux autres chansonniers débutants, Hervé Brousseau et Jean-Pierre Ferland, le projet de doter Montréal d'une nouvelle boîte où leurs créations pourraient se faire entendre à loisir. Ils sont vite rejoints par Clémence Desrochers, Raymond Lévesque qui rentre justement de Paris, et le pianiste André Gagnon puis donnent à leur rendez-vous le nom de Chez Bozo, en hommage à la chanson d'un de leurs principaux modèles, Félix Leclerc.

 



Pour Claude, l'expérience sera de courte durée. Un jour de juin 1959, de passage au Québec, Édith Piaf entre Chez Bozo et, après avoir entendu le jeune pianiste, lui propose de l'accompagner en France. Ce premier séjour européen sera pour lui une école des plus efficaces. En une dizaine de mois, il compose ses premiers chefs-d'oeuvre tels "Boulevard du crime" et Le vieux piano" puis s'attaque à un projet de comédie ballet en compagnie de Michel Rivgauche intitulé "La Voix" qui ne verra finalement le jour que cinq ans plus tard.

 



À son retour, en 1961, il fait la connaissance de Gilles Vigneault et amorce une intense collaboration avec le poète de Natashquan. Sur son premier album Léveillée enregistre "Le rendez-vous", premier fruit de cette rencontre, ressort son texte original de "Les vieux pianos" que Piaf avait fait modifier, et s'impose comme un des artisans majeurs du mouvement chansonniers qui marque alors le Québec. L'année suivante, en 1963, ce sont six autres textes de Vigneault qu'on retrouve sur le nouvel album de Léveillée: "L'hiver", "Comme guitare" et quatre autres poèmes mis en musique y côtoient les futurs succès du chanteur pianiste: "Taxi" et surtout l'inoubliable "Frédéric" son classique instantané. Sur cette lancée, le voici en vedette à la Place des Arts au mois d'avril 1964, une première pour un artiste québécois.

 

 

 

456PX-~1.JPG

 



Tout au long des années soixante, il partage de plus en plus ses soirées entre les nouvelles salles de spectacle accessibles à un plus grand public et les innombrables boîtes où la chanson continue de se glisser à l'oreille des étudiants en pleine effervescence. Pendant ses spectacles en salle, il partager la scène avec André Gagnon, autre prodige du clavier avec qui il grave les deux albums "Léveillée-Gagnon" et "Une voix, deux pianos", ce dernier avec la participation vocale de Nicole Perrier. En 1969, sa chanson "Pour les amants" connaît un double succès, soit sa propre version chantée et l'adaptation instrumentale par Gagnon.

 



La réputation de Claude Léveillée déborde rapidement les frontières du Québec. D'abord la France, d'où il ramène deux albums intitulés "Claude Léveillée à Paris", puis les États-Unis où il se rend participer au Ed Sullivan Show en 1966, et l'U.R.S.S. où il effectue des tournées en 1968 et 1973.

 



Toujours concerné par la création théâtrale, il compose la musique de nombreux téléthéâtres dont plusieurs pièces de Marcel Dubé, la plus connue étant Un simple soldat en 1967, ainsi que des revues musicales coécrites avec Louis-Georges Carrier, notamment Ne ratez pas l'espion et Elle tournera la terre. En plus de contribuer de ses compositions musicales, Claude Léveillée joue lui-même dans certaines de ces pièces et participe au film La Ligne de démarcation de Claude Chabrol, en 1966.

 



Le tournant de la décennie soixante-dix est marqué d'un nouvel élan pour les divers aspects de la carrière de Claude Léveillée. Alors qu'il domine les palmarès avec "L'étoile d'Amérique" et l'album du même nom, on retrouve son nom au générique de nouveaux téléthéâtres comme Des souris et des hommes ou de films comme Quelques arpents de neige et Les beaux dimanches (la pièce). Son deuxième voyage en Union Soviétique est suivi d'une tournée en Europe et en Asie centrale. Pendant son absence, sa voix et sa musique demeurent présentes grâce aux chansons "Pour quelques arpents de neige", "La froide Afrique" et "Les amoureux de l'an 2000". En 1975, il collabore avec le poète Claude Péloquin pour la chanson titre de l'album "On remonte en amour" qui contient aussi la chanson "Ce soir, si on s'aimait".

 



Claude Léveillée est l'un des cinq grands qui sont de l'édition 1976 de la Fête nationale à Montréal, avec les Vigneault, Ferland, Charlebois et Deschamps et dont la performance collective fait l'objet de l'album "Une fois cinq". La même année, il présente une série de spectacles avec Félix Leclerc au Théâtre de l'Île d'Orléans qui sont également rappelés à notre souvenir par le document "Léveillée/Leclerc - Le temps d'une saison".

 

 

les_grands_succes_CD_large.jpg

 


 

Plusieurs de ses compositions instrumentales sont créées à l'occasion d'événements d'envergure: les Jeux Olympiques de Montréal en 1976, le 370ième anniversaire de la ville de Québec en 1978, les commémorations historiques acadiennes "Le Rassemblement" et "Ce rêve qui ne finira jamais" l'année suivante. On en retrouve la trace sur les albums "Black Sun" et "Escale 84".



 

 

 

 

  
En 1988 il tient un rôle secondaire dans le film Jésus de Montréal de Denys Arcand, puis se remet à la préparation d'un nouvel album, le premier en sept ans. "Enfin revivre" paraît en 1989. En 1990, le cinéaste Jean-Claude Labrecque tourne un documentaire intitulé 67 bis boulevard Lannes qui rappelle son passage dans l'équipe Piaf à la fin des années cinquante. L'animateur radio Daniel Guérard publie à peu près au même moment un essai biographique qui résume le parcours de l'artiste: Claude Léveillée, aux trapèzes des étoiles.

 



Cette parenthèse musicale fait à nouveau place au métier de comédien alors qu'il incarne le personnage d'Émile Rousseau, un magnat de la presse que les téléspectateurs aimeront haïr, pendant deux saisons de la série Scoop au début des années quatre-vingt-dix. À peu près au même moment, il participe aussi à un thriller fort convaincant mais malheureusement méconnu: Meurtre en musique. Puis, constatant que la plupart de ses enregistrements musicaux ont été éliminés du marché suite à l'arrivée du nouveau format de disque audionumérique, il entreprend la réédition - et parfois le réenregistrement - de ses chansons sous le titre "Mes années 60", 70, et 80.

 
 
À la fin des années quatre-vingt-dix, c'est le chanteur qui reprend goût à la scène. On le voit notamment en spectacle au Festival d'été de Québec, en juillet 1998. D'autres disques compacts sont aussi mis en marché: réédition d'enregistrements de la décennie soixante sur un coffret de la série Émergence, ainsi que les albums "Rêves inachevés" et "Un homme, un piano" où on découvre ou redécouvre de savoureuses versions de plusieurs classiques. Lors de la 3e édition de l'émission Star Académie, édition québécoise, sa chanson "L'étoile d'Amérique" est choisie comme thème de la saison.

 
 
Un des compositeurs les plus prolifiques de sa génération, Claude Léveillée a également composé pour la scène, le cinéma et la télévision. Pionnier du genre, il a signé la musique de plusieurs comédies musicales.

 

  

Il a écrit la musique des séries télévisées "Les fils de la liberté" (SRC, 1981) et "Scoop" (SRC, 1991-1995) ainsi que les musiques d'enchainement de la chronique artistique "Bon dimanche" (TVA, 1988). Il a mis en musique les contes Le dict de l'aigle et du castor de Gilles Vigneault (1972) ainsi que La légende du petit ours gris et Le journal d'un chien de Félix Leclerc (1979).

 


ClaudeLeveillee.jpg



 

 

 

00:25 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : claude léveillée, frédéric, québec |  Facebook |

22/03/2011

20 ans après, Gainsbourg-Gainsbarre est toujours vivant...

 

album_large_4077801.jpg

 

 

 

"Dieu est un fumeur de havanes

C'est lui-même qui m'a dit

Que la fumée envoie au Paradis..."

 

 

album_large_4077890.jpg

 

Serge Gainsbourg, voilà vingt ans, sans provoc, sans frime, tout seul comme un grand, a mis sa mort en accord avec sa vie. On lui avait posé la question, un soir à la télévision : "Comment aimerais-tu mourir ?" Il avait répondu derrière le nuage de sa Gitane, en souriant : "Moi ? J'aimerais mourir vivant." Pari gagné. "L'homme à la tête de chou" laisse une jeunesse en larmes, qui l'avait plébiscité à son dernier Zénith en 1989. Il avait alors plus de trente années au compteur de sa gloire, les mains tremblantes et le poil gris, mais rien de vieux, d'abîmé, d'abdiqué dans ses musiques, dans ses chansons, toutes ses chansons d'amour, de hargne et de lumière. Une œuvre, mon p'tit gars, ça s'appelle comme ça.

 

album_large_4077834.jpg

 

 

Longtemps, Lucien Ginzburg s'est cru peintre; il ne s'accordera jamais le droit de se réjouir de s'être trompé. A trente ans donc, en 1959, il va s'asseoir derrière un piano, comme son père l'avait fait avant lui. Au Milord l'Arsouille, cabaret "rive gauche", intime et bon enfant, qu'anime Francis Claude. Quand le jeune homme pâle joue Gershwin ou Cole Porter, on l'écoute un peu, il ferme toujours les yeux. Il écrit aussi des chansons, paraît-il, mais refuse de les chanter. Chaque soir, on l'en prie, il secoue la tête, non, non. Un jour, tout de même, il se lève, aussi blême qu'un condamné. Des yeux étirés d'amandes noires, une intensité inquiète, quelque chose de Kafka. La première chanson qu'il livre, d'une voix bizarre, pas gracieuse, d'une langueur impérieuse, insolitement mélodieuse, laisse pantois. Elle a tout pour elle, rythme, contenu, compassion, ironie. C'est " le poinçonneur des Lilas, le gars qu'on croise et qu'on n'regarde pas... "

 

 

 

 

A l'époque, la chanson "à texte" tient encore le haut du pavé, mais ce texte-là est différent, sort des codes, des clichés bien pensants. Drôle et déchirant, il ne doit rien à personne si ce n'est un léger tribut d'admiration et de reconnaissance à Boris Vian, celui qui a encouragé et pressenti, aussitôt tout compris et l'a dit.

Boris Vian a eu raison. En plus de trois décennies et plus de trois cents chansons, Gainsbourg, qui s'estimait en sursis depuis que, "en 1942 on lui avait cousu une étoile de shérif sur la poitrine" et que, en plus, il s'était réfugié un moment, par hasard, dans un village tout proche d'Oradour-sur-Glane, n'a pas cessé de caracoler, gouailleur et ténébreux, sur la crête des vagues musicales.

Même lorsqu'elles n'étaient pas à son goût, il les a toutes récupérées, annexées, au bon moment, endossant successivement – sans paraître jamais déguisé – les costumes jazzy, pop, yé-yé, rock, afro-cubain, reggae, funky. Intelligence, faculté d'adaptation, compétence musicale, certes. Mais, mieux que cela, plus que tout, adéquation des rythmes du temps collectif à des mots rien qu'à lui.

 

album_large_4077809.jpg

 

Chez Gainsbourg, ce sont les mots qui dansent et la musique les suit, les mots à double sens, les mots à double fond. Jeux de rimes, calembours cascadants, "Baby alone in Babylone", assonances, onomatopées, "Shebam ! Pow ! Blop ! Wzz !", allitérations, embrassements torrides, enjambements câlins, jouissive prosodie, "J'avoue, j'en ai bavé, pas vous..", vers essentiels, "Le soleil est rare et le bonheur aussi", envolées rimbaldiennes d'un exégète de Verlaine,

"Ils rêvent de hijacks et d'accidents d'oiseaux

Les naufrageurs naïfs armés de sarbacanes

Qui sacrifient ainsi au culte du Cargo

En soufflant vers l'azur et les aéroplanes".

 

 

album_large_4077885.jpg

Erotomane militant mais jamais pornographe, Gainsbourg ne voudra jamais guérir du syndrome de Lolita. Quand, de temps en temps, il n'y a pas de place pour lui au mât doré des hit-parades, il se fait tailleur pour dames en devenir, adolescentes rêvées, androgynes divines, fantasmes murmurants à qui il demanda beaucoup et donna énormément. Elles devaient être belles et avoir peu de voix, ou mieux encore une voix qui ne chanterait pas, qui soupirerait, chuchoterait, expirerait en de jolis abandons de chaton étranglé, en quelque sorte, l'inspirerait.

De France Gall à Vanessa Paradis, sans oublier Anna Karina "sous le soleil exactement, pas à côté, pas n'importe où", ou Isabelle Adjani dans son petit pull marine au fond de la piscine. Ou Charlotte, for ever.

 

 

 

Sans oublier, évidemment, Brigitte Bardot. En 1968, elle n'a "besoin de personne en Harley Davidson". La chevauchée solitaire de ce "terrible engin" n'est pas qu'explicitement sexy, elle est prémonitoire et projette BB vers d'autres solitudes à venir... "Je t'aime moi non plus" : titre de pure poésie, c'est-à-dire de fulgurante vérité.

 

 

 

Entre les "Je vais et je viens", les râles, les coups de reins, des vers magnifiques, qui, sans qu'on le sache, désamorcent le scandale. La beauté ne peut être choquante, c'est toujours la leçon de l'art.

"Comme la vague irrésolue...                                            

Tu es la vague moi l'île nue...

L'amour physique est sans issue."

 

 

 

 

  

La chanson a été écrite pour Bardot. Elle sera lancée le 22 janvier 1969 par la vraie dame de cœur, Jane Birkin. 6 250 000 exemplaires vendus et l'anathème du Vatican. Tout est bien.

 

album_large_4077829.jpg

 

 

A partir de là, le succès ne lâche plus Gainsbourg, qui, au fil des ans, laisse lentement Gainsbarre le rejoindre. Qui est ce Gainsbarre chaloupant de plateaux de télé en virées nocturnes, les doigts roussis de nicotine comme par un mortel henné. Ce Gainsbarre qui multiplie les propos minutieusement pâteux et les bras d'honneur approximatifs, qui va faire le coup de poing contre les paras à Strasbourg à la santé d'une triomphante Marseillaise reggae, Aux armes et caetera..., qui brûle un billet de 500 francs en direct à la télévision. Le public s'en fout. Il comprend, il admet, il admire même ce "cacaboudisme" sexagénaire qui n'enlève rien au talent unique, inaltéré, qui laisse l'œuvre aller son chemin, grandir, s'épanouir, s'imposer dans sa totalité avant le verdict évident de la postérité. Il sait, le public, que ces enfantillages pathétiques ne sont que l'expression d'une pudeur chagrinée, la manifestation souvent "jouée", exagérée, d'une terrible lucidité, l'antidote désespéré à la déglingue visible d'une carcasse martyrisée par le couple maudit qui ne la quitte plus : Gitane et pastis. Les derniers temps, Serge Gainsbourg va multiplier les testaments conjuratoires. Un dernier film, le plus beau, confession avant suicide d'un exhibitionniste, un dernier 45 tours, Hey man, amen, une dernière adresse à son fils Lucien.

 

 

 

"Lorsque j'aurai disparu

Plante pour moi quelques orties

Sur ma tombe

Petit Lulu..."

 

 

 

 

Des orties ? Pourquoi pas, s'il le veut ainsi. Mais des orties douces et belles que l'on cueillera à tout jamais, ne vous déplaise, en dansant la Javanaise.

 

(Article publié dans Le Monde le 5 mars 1991 adapté pour l’anniversaire des 20 ans de son décès)

 

20:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/02/2011

Poutine chante

 

 

Poutine chante devant Delon, Depardieu, Sharon Stone


Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a exhibé ses talents de musicien en acceptant de jouer quelques notes de piano avant d'entonner l'air de Blueberry Hill devant un parterre de stars lors d'un concert de bienfaisance à Saint-Pétersbourg.

 

 

10/02/2011

Gary Moore got the final Blues

 

600full-gary-moore.jpg

 

 

 

Le guitariste de rock Gary Moore, ancien membre du groupe Thin Lizzy, a été retrouvé mort dimanche 6 février 2011 dans une chambre d’hôtel en Espagne. Gary Moore, âgé de 58 ans, avait fait ses débuts dans le groupe irlandais Skid Row avant de rejoindre le groupe Thin Lizzy où il a remplacé Eric Bell.

 

Né à Belfast, en Irlande du Nord, Gary Moore avait commencé à apprendre la guitare à l’âge de huit ans. Il a mené une carrière en solo entre deux participations au groupe Thin Lizzy, collaborant avec George Harrison, les Beach Boys et Ozzy Osbourne.

 

mooremain.jpg

 

Le chanteur et bassiste de Thin Lizzy, Phil Lynott, participe en 1979 à son deuxième album solo, Back on the Streets , et est l’auteur du titre Parisienne Walkways , le plus grand succès commercial de Gary Moore avec Still got the Blues (paru en 1990).

 

Depuis 1973, Gary produisait régulièrement des albums solo, sous son nom ou sous l’étiquette de groupes de circonstance : Gary Moore Band , G-Force , Bruce-Baker-Moore , etc. Dans les années 1970, il mêle hard rock et blues rock, et participe à quelques autres expériences, notamment de jazz-rock (ou jazz fusion) avec Colosseum.

 

 

 

08/02/2011

"Bretonne" de Nolwenn Leroy

 

nolwenn-leroy-bretonne-cover.jpg

 

 

Nolwenn Leroy est une artiste qui aime surprendre, et une fois encore elle le prouve avec son nouvel album Bretonne, sorti il y a quelques jours.

Dans cet opus, la chanteuse rend hommage à ses origines du Finistère en reprenant des chansons traditionnelles celtes et bretonnes. Un pari osé mais le résultat est aussi agréable qu’insolite.

Le grand public connait déjà la plupart des titres comme La jument de Michao, Tri Martolod ou encore Les prisons de Nantes mais c’est là l’occasion de les redécouvrir avec la voix de la jeune chanteuse.

Nolwenn interprète même la moitié des chansons en breton comme pour montrer à ceux qui en doute qu’elle a la légitimité pour proposer cet album.

 

 

 

 

 

20:32 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nolwenn leroy, bretonne |  Facebook |

11/01/2011

Bobby Farrell a rejoint Rasputin

 

Bobby%20Farrell-thumb-400xauto-15321.jpg

 

 

Bobby Farrell, né Alfonso Farrell, le 6 octobre 1949 à Aruba dans les Petites Antilles et mort le 30 décembre 2010 à Saint-Pétersbourg en Russie, est un danseur et chanteur néerlandais. Il était la figure de proue (et le seul homme) du groupe disco Boney M. qui, avec les voix de Liz Mitchell, Maizie Williams et Marcia Barrett, eut son heure de gloire de 1976 à 1985.

 

 

boney-m-1977.jpg

 

 

Le groupe connaît la gloire dans les années 1970 grâce à des tubes chantés en anglais tels que Daddy Cool (1976), Sunny (1977), Ma Baker (1977), Rivers of Babylon (1978) et Rasputin (1978). Bobby Farrell, qui en est le seul élément masculin, s'y singularise par son style de danse, ses costumes moulants et scintillants, sa coiffure afro et ses apparitions torse nu.

 

 

bobby-farrell.jpg

 

 

Il est retrouvé mort par un employé dans sa chambre d'hôtel de Saint-Pétersbourg le 30 décembre 2010, au lendemain d'un concert du groupe. Selon le journal populaire russe Life News, il se serait senti mal après une altercation pendant le spectacle et serait mort d'une crise cardiaque. De fait, depuis une dizaine d’années, il avait des problèmes de santé, notamment cardiaques, respiratoires et gastriques.

 

 

 

bobby-farrell-really-work.jpg

 

 

Bobby Farrell meurt le même jour que Grigori Efimovitch Raspoutine, un 30 décembre (selon le calendrier grégorien), et également à Saint-Pétersbourg. Or, le groupe Boney M avait donné le titre de Rasputin (Raspoutine) à l'une de ses plus célèbres chansons.

 

 

 

 

 

Bobby Farrell.jpg

 

 

 


Décès de Bobby Farrell, chanteur de Boney M
envoyé par BFMTV.

 

20:30 Écrit par Boubayul dans Loisirs, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bobby farrell, boney m |  Facebook |

15/12/2010

"Emily" de Soan

 

soan3.jpg

 

 

 

 

J'aimerais tenir dans mes mains ce maudit Saint Graal
Qui se cache, on ne sait "z'"où : Il se rit bien de nos promesses
Je ne serais pas mécontent que se pendent à mon cou
Quelques félicitations, un peu de gloire et bonne presse
Je n'ai rien contre la fortune et si je veux bien rester droit
J'aime autant dormir sous la lune uniquement quand c'est un choix
J'aimerais voir de nos yeux un gosse de moi sourire
Que ce p'tit con m'appelle papa, le voir grandir et vivre vieux...

Et si je n'ai rien de tout ça, peu importe
J'irai chanter devant ta porte, Emilie
Et si on ne m'ouvre pas, que le Diable m'emporte
Peu m'importe les saveurs du paradis!

J'aimerais découvrir le monde avant que d'en crever
Quitte à saigner de trop, de pas voir si la terre est ronde
Mourir un an, peut-être deux, me reposer un peu
Puis revenir en conquérant tant que mes dents tiennent ces lieux
Et même dans des oripeaux, des habits peu troués,
Martyrisés par manque de pot, une fois le temps d'abandonner
Moi qui voulais tous les ans virer les murs à tomber
Moi qui n'aurais su réussir, j'ensorcelle ton escalier

Et si je n'ai rien fait de moi, peu importe
Je chante devant ta porte, Emilie
Et si l'on ne m'ouvre pas, que le Diable m'emporte
Peu m'importe les saveurs du paradis!

Si je n'ai rien fait de moi, peu importe
Je chante devant ta porte, Emilie
Et si l'on ne m'ouvre pas, que le Diable m'emporte
Peu m'importe les saveurs du paradis!

 

 

10:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soan, emily |  Facebook |

10/01/2010

Mano Solo est "rentré au port"

 

704648076

 

 

Le chanteur français Mano Solo, connu pour son franc-parler et ses textes d'écorché vif, est mort dimanche 10 janvier 2010 à l'âge de 46 ans.

Né Emmanuel Cabut le 24 avril 1963, Mano Solo était un artiste et homme multicartes, à la fois poète, dessinateur, peintre et engagé aux côtés d'associations.

Sur son site officiel, sa mère, Isabelle Monin, militante écologiste, écrit dimanche: « Il ne viendra plus nous invectiver. Il ne viendra plus nous encourager. Il ne viendra plus nous donner tout ce qu'il avait : son talent, sa force, son élan, sa générosité. »

Dès la sortie de son premier album « La Marmaille nue », en 1993, Mano Solo s'était imposé comme un poète sur la scène française, n'hésitant pas à dire sa douleur dans ses chansons ni à aborder les thèmes sociaux les plus durs.

Il n'avait jamais caché qu'il souffrait du sida, contracté dans les années 1980.

A la sortie de son dernier disque, « Rentrer au port », en septembre, il explicitait son besoin de parler sans détours des choses de la vie.

Fils du dessinateur Cabu, Mano Solo a eu une adolescence tourmentée et marquée par une passion pour la culture punk.

Après deux expériences en groupe, c'est seul que cet auteur, compositeur et interprète séduit le public en 1993 avec son premier disque qui s'écoulera à plus de 100.000 exemplaires.

Le succès est également au rendez-vous pour « Les années sombres », en 1995, et Mano Solo s'installe dans le paysage musical français, où il est suivi par de nombreux fidèles.

Durant sa carrière jalonnée d'une dizaine de disques, il véhicula une colère et des émotions ayant peu d'égales dans la chanson, les mêlant à une musique influencée par les sonorités du monde.

Mano Solo avait été hospitalisé en novembre, après un concert à l'Olympia, à Paris.

 

 

 

 

 

 

 

19:25 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mano solo |  Facebook |

16/09/2009

Partir un jour ...

Filip Nikolic

 

 

Le chanteur français Filip Nikolic, qui s’est fait connaître du grand public dans les années 90 en tant que membre du boys-band, les « 2 be 3 » est mort ce mercredi matin des suites d’une surdose médicamenteuse.

Le chanteur et comédien de 35 ans a été découvert mort, mercredi matin, à Paris.

Après deux albums et une série quotidienne sur TF1 « Pour être libre » avec les 2be3, en 2000, Filip Nikolic fait ses débuts en solo en tant que comédien dans le film américain « Simon Sez » avec Dennis Rodman. Il passe l’année suivante au petit écran dans « Navarro » pour TF1. Il tourne dans la série jusqu’en 2005 puis intègre la « Brigade Navarro ».

L’ancienne idole des jeunes filles prépubères arrive second de l’émission « Je suis une célébrité, sortez-moi de là! » en 2006. Avant de faire ses premiers pas sur les planches lors d’une tournée théâtrale en France dans la pièce « Viens chez moi j’habite chez une copine ».

Père d’une fille de quatre ans qu’il a eue avec son ex-compagne Valérie Bourdin, Filip Nikolic revenait d’une deuxième tournée pour la pièce « Drôle de parents » aux côtés de Maurice Risch et de Julie Arnold. Il préparait, par ailleurs, son premier album solo.


 

 

 

 

 

 

 

19:03 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : partir un jour, filip nikolic, 2 be 3 |  Facebook |

31/08/2009

"Coz I luv you" de Slade

31 Slade


I won't laugh at you when you boo-hoo-hoo coz I luv you
I can turn my back on the things you lack coz I luv you
I just like the things you do mmm,
don't you change the things you do mmm
You get me in a spot and smile the smile you got and I luv you
You make me out a clown then you put me down I still luv you
I just like the things you do mmm,
don't you change the things you do mmmm

When you bite your lip you're gonna flip your flip but I luv you
When we're miles apart you still reach my heart how I love you
I just like the things you do mmm,
don't you change the things you do mmm,
Only time can tell if we get on well coz I luv you
All that's passed us by we can only sigh hihi coz I luv you
I just like the things you do mmm,
don't you change the things you do mmm.

la la laa la la..

 


 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : slade, coz i luv you |  Facebook |

30/08/2009

"My Lady d'Arbanville" de Cat Stevens

30 CatStevens


My Lady d'Arbanville, why do you sleep so still?
I'll wake you tomorrow
and you will be my fill, yes, you will be my fill.

My Lady d'Arbanville why does it grieve me so?
But your heart seems so silent.
Why do you breathe so low, why do you breathe so low,

My Lady d'Arbanville why do you sleep so still?
I'll wake you tomorrow
and you will be my fill, yes, you will be my fill.

My Lady d'Arbanville, you look so cold tonight.
Your lips feel like winter, 
your skin has turned to white, your skin has turned to white.

My Lady d'Arbanville, why do you sleep so still?
I'll wake you tomorrow
and you will be my fill, yes, you will be my fill.

La la la la la....

My Lady d'Arbanville why does it grieve me so?
But your heart seems so silent.
Why do you breathe so low, why do you breathe so low,

I loved you my lady, though in your grave you lie,
I'll always be with you
This rose will never die, this rose will never die.

I loved you my lady, though in your grave you lie,
I'll always be with you
This rose will never die, this rose will never die.

 


 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cat stevens, lady d arbanville |  Facebook |

29/08/2009

"You are the first, my last, my everything" de Barry White

29 white barry

We got it together, didn't we?
Nobody but you and me.
We got it together, baby.

My first, my last, my everything,
And the answer to all my dreams.
You're my sun, my moon, my guiding star.
My kind of wonderful, that's what you are.

I know there's only, only one like you
There's no way they could have made two.
You're, you're all I'm living for
Your love I'll keep for evermore.
You're the first, my last, my everything.

In you I've found so many things,
A love so new, only you could bring.
Can't you see if you,
You'll make me feel this way,
You're like a first morning dew on a brand new day.

I see so many ways that I can love you,
'Till the day I die....
You're my reality, yet I'm lost in a dream.
You're my first, my last, my everything.

I know there's only one, only one like you
There's no way they could have made two.
Girl, you're my reality.
But I'm lost in a dream,
You're the first, you're the last, my everything.

 


 

 

28/08/2009

"How deep is your love" des Bee Gees

28 Bee Gees


I know your eyes in the morning sun
I feel you touch me in the pouring rain
And the moment that you wander far from me
I wanna feel you in my arms again
And you come to me on a summer breeze
Keep me warm in your love, then you softly leave
And it's me you need to show

How deep is your love, how deep is your love
I really mean to learn
'Cause we're living in a world of fools
Breaking us down when they all should let us be
We belong to you and me

I believe in you
You know the door to my very soul
You're the light in my deepest, darkest hour
You're my saviour when I fall
And you may not think that I care for you
When you know down inside that I really do
And it's me you need to show

How deep is your love, how deep is your love
I really mean to learn
'Cause we're living in a world of fools
Breaking us down when they all should let us be
We belong to you and me

 


 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bee gees, how deep is your love |  Facebook |

27/08/2009

"Bohemian rhapsody" de Queen


27 Queen

Is this the real life
Is this just fantasy
Caught in a landslide
No escape from reality
Open your eyes
Look up to the skies and see
I'm just a poor boy,I need no sympathy
Because I'm easy come,easy go,
A little high little low,
Anyway the wind blows doesn't really matter to me,
To me

Mama,just killed a man,
Put a gun against his head,
Pulled my trigger now he's dead,
Mama,life had just begun,
But now I've gone and thrown it all away
Mama ooo,
Didn't mean to make you cry
If I'm not back again this time tomorrow
Carry on carry on as if nothing really matters

Too late, my time has come,
Sends shivers down my spine
Body's aching all the time,
Goodbye everybody-I've got to go
Gotta leave you all behind and face the truth
Mama oooh (any way the wind blows)
I don't want to die,
I sometimes wish I'd never been born at all

I see a little silhouetto of a man,
Scaramouche, scaramouche will you do the Fandango
Thunderbolt and lightning-very very frightening me
Galileo Galileo,
Galileo Galileo
Galileo figaro-Magnifico
But I'm just a poor boy and nobody loves me
He's just a poor boy from a poor family
Spare him his life from this monstrosity
Easy come easy go-,will you let me go
Bismillah! No-,we will not let you go-let him go
Bismillah! We will not let you go-let him go
Bismillah! We will not let you go-let me go
Will not let you go-let me go
Will not let you go let me go
No,no,no,no,no,no,no
Mama mia,mama mia,mama mia let me go
Beelzebub has a devil put aside for me,for me,for me

So you think you can stone me and spit in my eye
So you think you can love me and leave me to die
Oh baby-Can't do this to me baby
Just gotta get out-just gotta get right outta here

Nothing really matters,
Anyone can see,
Nothing really matters-,nothing really matters to me,

Any way the wind blows....

 


 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : queen, bohemian rhapsody |  Facebook |

25/08/2009

"Porque te vas" de Jeannette

 

25 Jeanette

Hoy en mi ventana brilla el sol, y el corazón
Se pone triste contemplando la ciudad
Porque que te vas,
Como cada noche desperté pensando en ti
Y en mi reloj todas las horas vi pasar
Porque te vas.

{Refrain:}
Todas las promesas de mi amor se irán contigo
Me olvidarás, me olvidarás
Junto a la estación lloraré igual que un niño,
Porque te vas, porque te vas,
Porque te vas, porque te vas...

Bajo la penumbra de un farol
Se dormirán todas las cosas
Que quedaron por decir se dormirán
Junto a las manillas de un reloj esperarán
Todas las horas que quedaron por vivir, esperarán.

{au Refrain, x2}

 


 

 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeannette, porque te vas |  Facebook |

20/08/2009

"Ophélie" de Dave

 

20 Dave

Elle se croyait toute seule près de l'eau
Quand soudain je l'ai vue se pencher un peu trop.
Devinant qu'elle voulait noyer son chagrin
Je n'ai pu m'empêcher de lui crier de loin :

Ophélie, Ophélie, moi je t'aime.
Ophélie, Ophélie, pense à moi.
Dire adieu à la vie serait une folie
Dis bonjour à l'amour
Sèche tes larmes, sèche tes larmes.

Ophélie, Ophélie, moi je t'aime.
Ophélie, Ophélie, pense à moi.
Dire adieu à la vie serait une folie
Dis bonjour à l'amour
Sèche tes larmes, sèche tes larmes.

Elle a essuyé les larmes de ses joues
Et soudain sur la Terre, il n'y avait que nous.
Que m'importe son prénom puisque aujourd'hui
C'est toujours Ophélie qui fait chanter ma vie.

Ophélie, Ophélie, moi je t'aime.
Ophélie, Ophélie, pense à moi.
Dire adieu à la vie serait une folie
Dis bonjour à l'amour
Sèche tes larmes, sèche tes larmes.

Ophélie, Ophélie, moi je t'aime.
Ophélie, Ophélie, pense à moi.
Dire adieu à la vie serait une folie
Ophélie, Ophélie, moi je t'aime.

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dave, ophelie |  Facebook |

19/08/2009

"Viens maman on va danser" de Noam

 

 

19 Noam

 

Tu m'appelles ton petit homme
C'est vrai j'ai 13 ans déjà
A 13 ans on est un homme
Papa serait fier de moi

Dans tes yeux je vois briller
Le souvenir d'un bonheur
Il faut vite l'oublier
Je ne veux pas que tu pleures.

{Refrain:}
Viens maman on va danser
Il y a la fête au lycée
Les parents sont invités
Allez viens.
Viens maman on va danser
On va rire, on va chanter
Je serai ton cavalier
Viens maman,
On va danser.

Tu dis que je lui ressemble
Que je suis toute ta vie
Mais à chaque fois ta voix tremble
Quand tu me parles de lui

Tu sais je t'aime aussi fort
Que papa quand il t'aimait
Et tu es plus belle encore
Alors essaye d'être gaie

{au Refrain, x2}

 

 

 




 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : viens maman on va danser, noam kaniel |  Facebook |

10ème anniversaire de "La Nuit des Choeurs"

Nuit des Choeurs 2009

 

 

Le domaine majestueux de Bois-Seigneur-Isaac, composé d’un château, d’une abbaye et d’une ferme brabançonne, ouvrira exceptionnellement son écrin idyllique à La Nuit des Chœurs pour fêter les 10 ans de cette représentation.

 

Six ensembles vocaux de renommée internationale, au style musical bien distinct, font vivre le domaine historique intégralement illuminé pour l’occasion. Répartis sur 6 scènes (disséminées dans le vaste domaine), les artistes répètent leur concert de 20 minutes à 4 reprises au cours de la soirée. Les horaires de ces concerts vous permettent de découvrir, en alternance et à votre propre rythme, l’ensemble des formations vocales tout en profitant des espaces de repos et de restauration. En fin de soirée, les artistes se rassemblent sur la grande scène pour une apothéose inoubliable et unique, rehaussée par un feu d’artifice grandiose sur 180°.

 

Au programme de cette année:

 

I Muvrini... qui présenteront un programme inédit !


 

Gospellissimo : un groupe de 25 chanteurs internationaux qui ont participé entre autres à plusieurs concerts de Johnny Hallyday, et autres stars de la scène;

 

Les Cantores Brugge, un ensemble qui est né au moment de la guerre et évolue toujours;

 

Les Petits chanteurs à la Croix de Bois, qui ont quitté leur collège pour passer spécialement par chez nous;


 

The Movie London Voices, qui ont enregistré les bandes originales de films tels que Harry Potter, les Star Wars, Le Seigneur des Anneaux, ... ;

 

L'ensemble Vocado, qui nous vient de Suède dans un langage Jazz, Pop et classique, et qui jouent dans toutes les sonorités...


 

28 et 29 août 2009

La Nuit des Choeurs 2009

Château de Bois-Seigneur-Issaac

Rue Armand de Moor, 1421 Ophain-Bois-Seigneur-Isaac 

http://www.nuitdeschoeurs.be/

 


 

 

 

18/08/2009

"Le zizi" de Pierre Perret

 

18 Pierre Perret


Afin de nous ôter nos complexes
Ô gué, ô gué
On nous donne des cours sur le sexe
Ô gué, ô gué
On apprend la vie secrète
Des angoissés d' la bébête
Ou de ceux qui trouvent dégourdi
De montrer leur bigoudi
Une institutrice très sympathique
Nous en explique toutes la mécanique
Elle dit nous allons planter le décor
Ô gué, ô gué
De l'appareil masculin d'abord
Ô gué, ô gué
Elle s'approche du tableau noir
On va p' têt' enfin savoir
Quel est ce monstre sacré qui a donc tant de pouvoir
Et sans hésiter elle nous dessine
Le p'tit chose et les deux orphelines

{Refrain:}
Tout tout tout
Vous saurez tout sur le zizi
Le vrai, le faux
Le laid, le beau
Le dur, le mou
Qui a un grand cou
Le gros touffu
Le p'tit joufflu
Le grand ridé
Le mont pelé
Tout tout tout tout
Je vous dirai tout sur le zizi

Des zizis y'en a d'toutes les couleurs
Ô gué, ô gué
Des boulangers jusqu'aux ramoneurs
Ô gué, ô gué
J'en ai vu des impusilfs
Qui grimpaient dans les calcifs
J'en ai vu de moins voraces
Tomber dans les godasses
Çui d'un mécanicien en détresse
Qui a jamais pu réunir ses pièces
Y a le zizi tout propre du blanchisseur
Ô gué, ô gué
Celui qui amidonne la main de ma sœur
Ô gué, ô gué
J'ai vu le zizi d'un curé
Avec son p'tit chapeau violet
Qui juste en pleine ascension
Fait la génuflexion
Un lever de zizi au crépuscule
Et celui du pape qui fait des bulles

{au refrain}

Le zizi musclé chez le routier
Ô gué, ô gué
Se reconnaît à son gros col roulé
Ô gué, ô gué
J'ai vu le zizi affolant
D'un trapéziste ambulant
Qui apprenait la barre fixe à ses petits-enfants
L'alpiniste et son beau pic à glace
Magnifique au-dessus des Grandes Jorasses
J'ai vu le grand zizi d'un p'tit bedeau
Ô gué, ô gué
Qui sonne l'angélus les mains dans le dos
Ô gué, ô gué
Celui d'un marin breton
Qui avait perdu ses pompons
Et celui d'un juif cossu
Qui mesurait le tissu
Celui d'un infirmier d'ambulance
Qui clignotait dans les cas d'urgence

{au refrain}

J'ai vu le p'tit zizi des aristos
Ô gué, ô gué
Qui est toujours au bord de l'embargo
Ô gué, ô gué
J'ai roulé de la pâtisserie
Avec celui de mon mari
Avec celui d'un Chinois
J'ai même cassé des noix
Avec un zizi aux mœurs incertaines
J'ai même fait des ris de veau à l'ancienne

{au refrain}

 


 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pierre perret, le zizi |  Facebook |

17/08/2009

"Le vin me saoule" de Nicolas Peyrac

 

17 Nicolas Peyrac


Le vin me saoule donne-moi la main
Mes bras s'enroulent autour de tes reins
Le vin m'emporte vers d'autres chemins
Ferme la porte, l'amour revient
Le vin me brûle je perds la raison
Le temps recule il fuit la maison
Le temps s'évade il reste tes yeux
Le temps s'attarde rien que pour nous deux
On n'a toute la nuit et tant que tu voudras
La moitié de la vie pour s'aimer toi et moi
Je m'appelle soleil tu t'appelles l'oiseau
Tu nages dans le ciel je te brûle la peau

Le vin me saoule donne-moi la main
Mes bras s'enroulent autour de tes reins
Le vin m'emporte vers d'autres chemins
Ferme la porte l'amour nous revient
Et dans notre prison faite de cris de joie
Il n'y a plus de saison plus de peur plus de froid
Et dans notre désert où tout n'est que soleil
Il n'y a qu'un été qui nous semble éternel

Le vin me saoule donne-moi la main
Mes bras s'enroulent autour de tes reins
Le vin m'emporte vers d'autres chemins
Ferme la porte l'amour revient
Le vin me brûle je perds la raison
Le temps recule il fuit la maison
Le temps s'évade il reste tes yeux
Le temps s'adapte rien que pour nous deux

Le vin me saoule donne-moi la main
Mes bras s'enroulent autour de tes reins
Le vin ....


http://fr.netlog.com/go/explore/videos/videoid=fr-3483109


 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nicolas peyrac, le vin me saoule |  Facebook |