07/07/2010

Tour de France 2010 : Cambrai-Reims

 

7 juillet 2010

 

CARTE

 

 

Cambrai, ville des géants Martin et Martine, connue surtout pour ses «bêtises», est chef-lieu d'arrondissement et de deux cantons. Ses habitants sont les Cambrésiens.

 

Érigée en capitale des Nerviens à la fin de l'Empire romain, Cambrai est depuis longtemps le siège d'un évêché (Fénelon, surnommé «le cygne de Cambrai», en fut archevêque), et, jusqu'à son rattachement à la France en 1678, fut le centre d'une petite principauté ecclésiastique officiellement indépendante, à l'intérieur du Saint-Empire romain germanique. Les terres fertiles qui l'entourent et l'industrie textile, notamment les toiles de batiste, font sa prospérité au Moyen Âge, mais à l'époque moderne elle perd de son importance, s'industrialise beaucoup moins que ses voisines du Nord-Pas-de-Calais et ne réussit pas à attirer les grandes lignes de chemin de fer qui relient Paris au Nord et à la Belgique. Occupée par l'armée allemande pendant la Première Guerre mondiale, Cambrai voit se dérouler à ses portes en 1917 la bataille qui porte son nom, où les chars sont pour la première fois utilisés massivement. Le développement économique et démographique qui suit la Seconde Guerre mondiale est brutalement inversé par le premier choc pétrolier de 1973.

 

Cambrai est aujourd'hui une ville moyenne aux fonctions locales, qui a su garder un cadre de vie agréable et cherche un nouveau souffle économique grâce à sa position sur les grands axes autoroutiers et fluviaux.

 

 

Champs et écluses aux alentours de la ville de Cambrai 2

 

Champs et écluses aux alentours de la ville de Cambrai 

 

IMG_6894

 

 

Porte des Arquets et Tour du Caudron

 

Porte des Arquets et Tour du Caudron

 

Hôtel de ville - Carillon

 

Hôtel de ville

 

Carillon-Cambrai avec Martin et Martine

 

Carillon de l'Hôtel de Ville avec Martin et Martine

 

Cathédrale Notre-Dame

 

Cathédrale Notre-Dame

 

Beffoi_de_Cambrai

 

Beffroi de Cambrai

 

Bêtises

 

Bêtises

 

 

 

 

 

Reims est connue pour être la ville du vin de Champagne et pour avoir été celle du sacre des rois de France.

Bordée par les prestigieux coteaux de la Montagne de Reims, elle est le siège de beaucoup de grandes maisons de champagne.

Théâtre, en souvenir du baptême de Clovis par l’évêque Rémi en 489, du sacre des rois de France (excepté à trois reprises) de 1027 à 1825, Reims est fière de sa cathédrale datant du XIIe siècle et emblématique de la période gothique à son apogée. Depuis 1991, la cathédrale Notre-Dame est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO ainsi que le Palais du Tau, ancien palais de l’archevêque de la ville, la Basilique Saint-Rémi et, adjacente, l’ancienne abbaye royale du même nom où était conservée la Sainte Ampoule du sacre des rois.

 

 

Basilique Sainte Clothilde

 

Basilique Sainte Clothilde

 

Basilique Saint-Rémi 2

 

Basilique Saint-Rémi

 

Cathédrale Notre-Dame 2

 

Cathédrale Notre-Dame

 

Hôtel de Ville

 

Hôtel de Ville

 

Palais du Tau

 

Palais du Tau

 

Place Drouet

 

Place Drouet

 

Place Royale

Place Royale

 

 

 

 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : reims, cambrai, tour de france 2010 |  Facebook |

06/07/2010

Tour de France 2010 : Wanze - Porte du Hainaut

 

6 juillet 2010

 

CARTE

 

 

Située dans la vallée de la Meuse, entre Liège et Namur, la commune de Wanze regroupe six villages et un hameau. Les zones réservées aux commerces, à l’habitat et à l’activité économique y sont en plein développement. La localité présente un visage moderne et des zones à caractère industriel, où sont exploitées des carrières fournissant de la pierre à chaux et une sucrerie renommée. Depuis 2009, une toute nouvelle usine, BioWanze, y produit du bioéthanol. Elle est installée à proximité du Pont Père Pire, un pont haubanné qui enjambe la Meuse.

Soucieuse de concilier développement économique et qualité de vie, Wanze entend rester une commune où il fait bon vivre. Intégrée au Parc naturel des vallées de la Burdinale et de la Mehaigne, elle a su profiter de l’attrait de ses zones rurales pour développer un tourisme vert. Des circuits de promenades permettent aux visiteurs de découvrir les richesses de la région, parmi lesquelles figurent les ruines du château féodal de Moha et le Musée du cycle. On peut y admirer une remarquable collection de 180 vélos fabriqués de 1830 à nos jours.

Wanze accueille tous les ans une bourse d’échange internationale sur le cyclisme où se retrouvent collectionneurs et passionnés.

 

 

Pont de Wanze

 

Pont de Wanze

 

Chateau à l'horloge ( Wanze ) 2

 

Château de Wanze à l'horloge

 

Chateau à l'horloge ( Wanze )

 

 

 

 

 

Le Tour adresse un clin d’œil avec une arrivée à Arenberg, où se trouve le plus célèbre secteur pavé du monde. La «Drève des Boules d’Hérin» est désormais connue de tous sous son surnom de «trouée», où la reine des classiques a si souvent choisi ses vainqueurs et ses perdants. L’endroit avait été signalé aux organisateurs par le champion du monde Jean Stablinski, qui fut mineur de fond à Wallers.

La Porte du Hainaut est une Communauté d’Agglomération de 150 000 habitants au coeur du Nord-Pas de Calais. Un territoire fort d’une activité économique renouvelée et d’une grande attractivité touristique. Ses 39 communes offrent une mosaïque d’attraits : une architecture héritée de l’ère industrielle ; des eaux aux vertus bienfaisantes, valorisées par des thermes, une gastronomie qui reflète le goût du terroir, une activité festive haute en couleurs autour des Géants,… La Porte du Hainaut propose également de riches possibilités d’activité : circuits de randonnée à pied, en VTT ou à cheval, en forêt domaniale et le long de l’Escaut, de la Scarpe...Le site minier d’Arenberg figure dans le dossier de candidature au Patrimoine mondial de l’Unesco déposé par la France. Inscrit au Pôle d’Excellence Image régional, il est l’objet d’un projet structurant comme lieu de tournages. Sa vocation : développer une plate-forme technologique favorisant la recherche, le transfert, le perfectionnement professionnel dans l’audiovisuel et les services numériques.

 

 

Arenberg

 

La trouée d'Arenberg

 

 

 

 

 

05/07/2010

Tour de France 2010 : Bruxelles-Spa

 

5 juillet 2010

 

CARTE

 

 

Connue pour ses eaux thermales, probablement depuis l’époque romaine, Spa commença à prendre son essor au XVIe siècle lorsque la réputation des eaux entraîna un réel commerce. Le terme Spa est devenu un terme générique pour le thermalisme en anglais et dans quelques autres langues.

 

Spa étant devenu un rendez-vous couru de la noblesse européenne, l’empereur Joseph II (après sa visite en 1781) la surnomma le « Café de l'Europe ». Et c’est d’ailleurs à Spa qu’est né le premier casino moderne, la Redoute, à l’initiative des co-bourgmestres Gérard de Leau et Lambert Xhrouet. Parmi les personnalités ayant séjourné à Spa, retenons Victor Hugo, le tsar Pierre le Grand, toute la famille royale de Belgique, Casanova, Alexandre Dumas père, Meyerbeer. La vie mondaine au XVIIIe siècle à Spa est largement présentée dans le film Barry Lyndon de Stanley Kubrick.

 

En mars 1918, l’armée allemande y installa son quartier général des opérations. C’est de là que les stratèges allemands déclenchèrent la dernière offensive allemande d’envergure de la Première Guerre mondiale : l’Offensive Michael. La Conférence de Spa se tiendra du 5 au 16 juillet 1920 et fixera la frontière russo-polonaise le long de la ligne Curzon.

 

Après une période d’assoupissement à la fin des années 1950, le thermalisme redémarre de plus belle avec les superbes installations d’Annette et Lubin, au sommet de la colline dominant la ville. Un funiculaire permet d’y accéder.

 

Les environs de Spa sont propices à la promenade dans la haute Ardenne, surnommée l’Ardenne bleue, qui abrite de nombreuses étendues d’eau comme le lac de Warfaaz et le lac de la Gileppe. La région est aussi connue pour le célèbre circuit automobile de Formule 1 de Spa-Francorchamps.

 

Les Francofolies de Spa, créées en 1994 à l’initiative prémonitoire du chanteur compositeur Verviétois, feu Pierre Rapsat, sont devenues au fil des années une véritable entreprise. Les Francofolies de Spa, ce sont deux cents concerts sur cinq jours.

 

 

Bains

 

 

Bains

 

21705594_20030907113931

 

 

eau


 

 

Casino

 

 

Casino

 

casino 2

 

 

Fontaine du jardin du casino

 

Fontaine du jardin du casino

 


 

 

Colline Annette et Lubin

 

 

Colline Annette et Lubin

 

Funiculaire

 

 

Funiculaire

 

Église Notre-Dame et Saint-Remacle 2

 

 

Eglise Notre-Dame et Saint-Remacle

 

Église Notre-Dame et Saint-Remacle

 

 

Francorchamps

 

 

Francorchamps

 

francofolies

 

Francofolies

 

 

 

 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : spa, tour de france 2010 |  Facebook |

04/07/2010

Tour de France 2010 : Rotterdam-Bruxelles

 

4 juillet 2010

 

CARTE

 

 

Bruxelles, ville des "zinnekes" est la ville étrangère qui a le plus souvent accueilli le Tour, venu en voisin à onze reprises par le passé. La Grande Boucle, qui avait eu le plaisir de partir de Bruxelles en 1958, année de l’Exposition universelle, n’y était cependant plus revenue depuis 18 ans. Voilà donc un retour bienvenu.

 

Voyons un peu le Bruxelles insolite pour changer du tourisme habituel :

·         Savez-vous que nous avons des faucons à Bruxelles : Depuis quelques années, c’est devenu une habitude : le même couple de faucons pèlerins a choisi l’une des tours de la cathédrale Saint-Michel et Gudule pour y élever ses jeunes.

 

·         Dîner dans une cabane en bois perchée sur un arbre à 5 mètres de hauteur, ça vous dirait ? Exceptionnel pour un tête-à-tête amoureux ou pour tout événement particulier pour deux ou quatre personnes. Car «La Cabane du Fou», à Uccle, c’est quarante mètres carrés de bonheur et d’intimité

 

·         Voyager au cœur de la plus grande galerie d'art souterraine, c’est possible grâce au métro (www.stib.be).

 

·         Depuis deux ans, les rues et les places de Bruxelles sont rebaptisées au nom de héros de bande dessinée durant chaque Quinzaine BD. Ces plaques sont vendues aux enchères, et les fonds récoltés seront remis à l’association Le Huitième Jour qui œuvre pour les jeunes adultes trisomiques et handicapés mentaux.

 

·         Recyclart, on aime ou on aime pas mais ça ne se rate pas. Une gare encore en fonction transformée en lieu culturel c’est pas courant. Punk et skaters, artistes fous et autres addicts de sons éléctro s’y sentent en tout cas comme à la maison.

 

·         Voir des T-Rex au cœur de Bruxelles : Avec plus de trente squelettes complets (originaux et moulages) et de nombreux fragments de dinosaures (dont quelques crânes authentiques), la nouvelle galerie des dinosaures du Muséum des Sciences naturelles est bien la plus grande exposition de dinosaures d’Europe. Parmi les vedettes, vous pouvez observer Iguanodons, Diplodocus, Tyrannosaurus rex, Stegosaurus, Triceratops, Maiasaura, Cryolophosaurus…

 

·         Un vignoble à Bruxelles : Depuis une dizaine d'années, un lieu secret détient une denrée rare pour telle région. C'est la commune d'Uccle qui abrite cet îlot protégé de 4 ares dont les précieux fruits font une cuvée des plus originales. Située sur une pente idéalement orientée, le choix de l'emplacement tend à prouver qu'il y eut au moyen-âge de telles cultures sur ce sol.

 

·         Avoir un « Caprice des Dieux » qui ne soit pas un fromage, c’est aussi typique de Bruxelles. Il s’agit du Parlement européen en raison de sa forme ovale qui rappelle les boîtes du fromage du même nom.

 

Magritte et Manneken-Pis (le petit Julien), antiquités et marché aux puces quotidien, bandes dessinées grandeur nature sur les façades, chocolat à chaque détour de rue, caricoles et impasses pittoresques, etc, cette ville cosmopolite et gourmande vit “à sa mode” et s’exprime dans un style bien à elle : tantôt frondeur et espiègle, tantôt réfléchi et posé, mais dans tous les cas toujours très sympathique.

 

 

78925636_8fyysHEB

 

Ric Hochet

 

 

plaque_bd

 

Tiré de la bande dessinée "Tintin"

 

22337535_Moulin2

 

 

Nous aussi, nous avons notre moulin "Hof ter Musschen"

 

 

99727140_tXBd7nA6_080296

 

 

Chez Toone (représentations de marionnettes en bruxellois)

 

105400614_1kXzQYjP_080621

 

Ruelle typique du centre ville

 

 

Chocolate fountain

 

Chocolat en fontaine ou ....

 

 

105400601_vrBYoyyw_080612

 

... sous forme de pralines!

 

 

de la mancha

 

Je crois qu'ils se sont trompés de pays!

 

 

Marché aux puces sur la place des halles

 

 

Marché aux puces sur la Place du Jeu de balle (tous les jours)

 

 

Mme Chapeau

 

 

Madame Chapeau

 

 

Recyclart

 

Recyclart

 

 

Manneken Pis

 

Le petit Julien

  

 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bruxelles, tour de france 2010 |  Facebook |

03/07/2010

Tour de France 2010 : Prologue à Rotterdam

 

logo

 

 

lacarte

 

 

 

 

On commence à avoir l’habitude de voir le « Tour de France » démarrer dans un pays limitrophe à la France. L’édition 2010 ne déroge pas à la tradition et prend son envol dans le pays où la petite reine a envahi les routes depuis longtemps. Je n’ai pas envie de faire le travail des journalistes sportifs, loin de moi cette idée. Je suivrai simplement le Tour en vous faisant découvrir les grandes villes traversées par les cylistes (non dopés, espérons-le). Enfourchez vos vélos et partez à la découverte de nouveaux paysages !

 

Le prologue nous fera connaître la ville de Rotterdam.

 

Rotterdam est le plus grand port d’Europe et l’un des plus importants du monde. Située dans la province de Hollande-Méridionale, en bordure de la nouvelle Meuse, l’une des rivières formant le delta du Rhin et de la Meuse, la ville compte près de 600 000 habitants pour une agglomération d’ 1,2 million de personnes. Le nom de Rotterdam remonte au XIIIe siècle et rappelle ses origines, la digue sur la rivière de la Rotte. La construction du Nieuwe Waterweg, en 1875, marque le début de l’essor de la ville. Le trafic de marchandises porte sur un volume de 420 millions de tonnes et le port génère plus de 80 000 emplois directs pour les habitants de Rotterdam et 200 000 personnes à l’extérieur de la ville. Avec une population qui rassemble 174 nationalités différentes, Rotterdam a une coloration fortement multiculturelle. Réputés pour avoir le cœur à l’ouvrage, les habitants de Rotterdam l’ont aussi sur la main.

 

 

CARTE

 

 

83954366_NJ1IKKDQ

 

Statue d'Erasme

 

 

Cube houses

 

 

Maisons Cubes

 

 

de Maagd van Holland

 

 

La Vierge de Hollande

 

 

Erasmus bridge

 

 

Le Pont Erasmus

 

 

Memorial of the destroyed city

 

 

Mémorial de la ville détruite

 

 

Sculpture by Ossip Zadkine - Memorial of the destroyed city center

 

 

Sculpture de Ossip Zadkine - Mémorial du centre de la ville détruite

 

 

Stade Feyenoord

 

 

Stade Feyenoord

 

 

Town hall

 

 

Hôtel de ville

 

 

Cranes

 

 

Port de Rotterdam

 

 

115183383_Z6xGDhcl__DSC65581

 

 

 

 

 

01/07/2010

Vive l'été et les vacances !

 

été_p1

 

Je vous souhaite à tous et toutes un bel été et de superbes vacances !

Si vous en avez l'occasion, venez suivre le "Tour de France" sur mon blog, revu à ma façon sans les coureurs.

A bientôt !

17:30 Écrit par Boubayul dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ete |  Facebook |

20/06/2010

Hommage à José Saramago

 

112795-55741_28408

 

 

L'écrivain des possibles n'est plus. L'écrivain et prix Nobel portugais José Saramago est décédé le 18 juin 2010 à l'âge de 87 ans sur l'île espagnole de Lanzarote.  José Saramago habitait le temps pour en détourner le cours, suspendait la mort et privait l'homme de ses sens pour mieux lui jeter au visage sa petitesse et l'infinitude de ses faiblesses. Il laisse un testament prophétique, une allégorie anthropologique fantasque et grave.

41-qQLLBpOL__SS500_

Blogueur impénitent, pourfendeur des injustices sociales et politiques, José Saramago était un énervé chronique, une voix contestataire de la littérature contemporaine qui avait trouvé en Internet le support idéal de sa liberté d'expression chérie. Petit-fils de fermiers illettrés, contraint d'abandonner ses études pour apprendre le métier de serrurier, il se lance sur le tard dans l'écriture. Une vingtaine de romans, quelques essais et pièces de théâtre plus tard, il est le seul lauréat lusophone du prix Nobel de littérature. Le Portugal pleure un géant des lettres et son meilleur ambassadeur dans le monde.

51K909S21VL__SS500_



Il n'écrivait ni roman historique, ni roman d'anticipation, juste des paraboles sur l'homme et ses travers, ses limites. Comme ce Monsieur José dans « Tous les noms », modeste employé du Conservatoire général de l'état civil qui collectionne les fiches d'anonymes, il embrasse des destins collectifs, des typologies et des figures désincarnées, rangées dans les cases de nos sociétés ultra régentées. Ses fables, sombres, pessimistes, intransigeantes, il les habille d'une langue à nulle autre pareille, raffinée, déliée, affranchie des règles de ponctuation ordinaires et truffée d'interventions diaboliquement caustique. Parce que s'il réserve à l'homme le rôle de la victime impuissante ou celui du tortionnaire de sa propre espèce, Saramago se moque avec élégance et un sens de l'à-propos qui au fil des ans ne se démentira jamais. Jusqu'à son dernier texte, « Le Voyage de l'éléphant », dans lequel un pachyderme nonchalant assiste perplexe aux gué-guerres de pouvoir et aux pathétiques génuflexions des croyants. Dernier avatar en date d'un grand monsieur d'une violente lucidité.

 

415K3Z1PWHL__SS500_

 



José Saramago ne craint rien ni personne. Sa renommée, largement établie, il la met au service de causes justes, envers et contre les régimes aliénants et déshumanisants. Illustration de cet engagement, son « Cahier » donne à voir l'homme en colère qui, derrière les farces métaphysiques, les métaphores édifiantes mâtinées de second degré, assiste à la chute précipitée de l'homme dans les abîmes de l'existence. José Saramago avait imaginé l'immortalité comme un cauchemar et la mort comme une faucheuse facétieuse. Elle a finalement décidé de lui adresser son ultime missive et d'offrir à son œuvre inclassable l'éternité.

 

 

 

 

18/06/2010

"L'art de la guerre pour les femmes" de Chin-Ning Chu

 

9782266182140

 

 

En s'inspirant du célèbre ouvrage de Sun Tse, "L'art de la guerre", Chin-Ning Chu donne naissance à "L'art de la guerre pour les femmes". Avec comme point de départ essentiel la sagesse de Sun Tse, elle vous montre comment acquérir une meilleure compréhension de vous-même et de celle que vous voulez devenir. Vous pourrez ainsi remporter toutes les batailles de votre vie professionnelle, aussi bien que personnelle.

 

Car quel que soit le but à atteindre, les principes et les stratégies de Maître Sun restent les mêmes : produire le meilleur résultat avec le minimum de conflits. Chin-Ning Chu vous propose donc d'apprendre à gagner sans confrontation, allier exigences éthiques et besoins matériels, développer votre capacité à avoir une vision d'ensemble afin de maîtriser la pensée stratégique, devenir plus novatrice, créative, ainsi qu'adaptable à toutes les situations.

 

En un mot, découvrez les outils essentiels pour réussir tout ce que vous entreprenez, tout en restant fidèle à vous-même.

 

16/06/2010

"Le fils du rebelle" d'Alexandra Lapierre

 

9782266197274R2

 

 

À la cour du tsar Nicolas, l'histoire vraie d'un prince du Caucase déchiré entre l'honneur et l'amour

Dilemme cornélien, entre les plaines du Caucase et les lustres du Palais d'hiver…

En 1839, au coeur des montagnes du Caucase, les cavaliers musulmans résistent à l'invasion des armées du tsar Nicolas Ier. Contraints de négocier avec les Russes, ils leur remettent le fils aîné de leur imam, garant de leur bonne foi durant les pourparlers de paix. Mais les Russes, au mépris de la parole donnée, enlèvent le petit garçon âgé de huit ans, et l'envoient à Saint-Pétersbourg. L'enfant y connaît une vie d'angoisses, de déchirures et de découvertes. Le Tsar, touché par sa dignité, le fait instruire avec ses propres fils. Il devient un lettré, peintre, musicien, excellent officier.


Cependant, il ne renie pas ses origines et reste fidèle à l'Islam. Jusqu'au jour où il tombe amoureux... Écartelé entre deux cultures et deux fidélités, le prince Djemmal-Eddin se trouve alors confronté à un impossible choix, dans un conflit intérieur où l'amour et l'honneur se combattent.

 

Le roman historique évoque l’existence d’un homme dont les choix impliquent de lourdes conséquences politiques, un homme qui sacrifie sa vie, son amour, pour sauver d’autres vies. Un homme d’honneur, déchiré entre le respect dû à son père, l’imam, et l’amour du tsar bienveillant car, fort de l’enseignement russe, il est devenu profondément pacifiste alors que pour Shamil, toute négociation signifie la reddition, la défaite.

Brinquebalé par les vicissitudes de l’histoire, Djemmal-Eddin représente également une époque violente où la trahison de la parole donnée a de terribles conséquences, où la religion qui régit la vie conduit parfois à la violence.

A travers ce récit passionnant, Alexandra Lapierre conte les prémices de la Guerre Sainte.

 

14/06/2010

"Parc en mouvement" au Château de Seneffe

 

FOUGEREinternet

 

 

Installations nomades et promenades chorégraphiques de Thierry De Mey

 

Regardez et écoutez des histoires, des contes… Observez la beauté des gestes, laissez-vous prendre par le mouvement…la nature participe à la métamorphose.

Le Domaine du Château de Seneffe vous convie à un parcours chorégraphique orchestré par Thierry De Mey de Charleroi/Danses dans le parc et les jardins.

Thierry De Mey y place des installations « nomades » dont certaines inédites. Elles réfèrent toutes aux concepts et lignes de force qui traversent l’ensemble de son travail : le mouvement, son écriture et ses traces, les proportions du corps humain face à la nature, les rythmes, les empreintes et les structures spatio-temporelles.

« Parc en mouvement » présente un parcours scénographique qui vous emmène découvrir des recoins inédits du parc et vous pousse à faire vous-même l’expérience de parcours chorégraphiés.

À chaque détour d’un chemin, dans une allée, près du théâtre, de l’orangerie, aux abords de la volière, non loin de l’étang, vous allez faire des rencontres inattendues…Sur les écrans évoluent des danseurs qui confrontent leurs mouvements au cadre de la nature. Il s’agit des « Installations » de Thierry De Mey qui réalise des films sur le mouvement, sur la danse dans des sites naturels (exemple la Mer d’Aral).

A moins que vous écoutiez l’histoire de « Barbe Bleue » racontée par 55 conteurs masculins et que vous regardiez les femmes de cette cruelle fable, dansée par les filles de la compagnie « Rosas »

Thierry De Mey vous propose de vous amuser à suivre des « Labyrinthes » qui tracent des figures évoquant des tracés au sol ou dans les airs utilisés habituellement par les danseurs pour les guider. C’est donc à vous de réaliser votre chorégraphie. Les enfants adorent !

Lorsque la nature rencontre Thierry De Mey, c’est de la pure poésie

Avec à la volière, le chant d’un oiseau capté et emprisonné dans la pierre. C’est la chose la plus évanescente qui soit et en le figeant, on arrête le temps et on le voit.

Laissez-vous surprendre par l’image jusqu’au 14 novembre 2010. La Nature du Domaine de Seneffe agira.

 

 

13/06/2010

Garden Party « Be part of the dream » à Waterloo

 

image001

 

 

  

Henri Vieuxtemps (1820-1881), de Verviers, a été une des plus grandes gloires du violon au XIXe siècle. Il a forgé, notamment en France, en Russie, en Hongrie, en Allemagne et aux Etats-Unis, le renom de l'Ecole franco-belge de violon en fusionnant la virtuosité éclatante de Paganini au sérieux de l'école allemande. En particulier, les six années qu'il passera à la Cour du tsar Nicolas Ier à Saint-Pétersbourg (1846-1852) feront de lui le héros de l'Ecole russe à venir. Appelé au Conservatoire de Bruxelles par Gevaert en 1871, il verra sa carrière écourtée par une attaque cérébrale en 1873. Ses dernières années seront consacrées à l'enseignement en privé et la composition ; il passera ses trois dernières années en Algérie, où il se fera soigner par son gendre le Dr. Landowski, dont les enfants et petits enfants perpétueront la tradition artistique de leur aïeul. La translation de ses cendres à Verviers en 1882 sera un événement national.

 

Très jeune, Vieuxtemps s'était mis à la composition : son principal maître fut aussi celui de Schubert et de Bruckner. Conjurant la mauvaise réputation des « virtuoses-compositeurs », il se fit un nom par ses œuvres de salon, mais aussi et surtout d'importants concertos pleins de lyrisme et d'émotion que toute l'Europe romantique, Berlioz en tête, admirera. Ce sont ces sept concertos qui forment l'ossature du nouveau projet de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth : pour la première fois dans l'histoire du disque, une intégrale des sept concertos rassemblera sept jeunes virtuoses issus de la même école, celle d'Augustin Dumay, héritier spirituel d'Arthur Grumiaux, lui-même disciple d'Alfred Dubois qui avait appris le violon avec l'immense Eugène Ysaÿe, élève préféré d'Henri Vieuxtemps… Ces œuvres, écrites entre 1835 et 1880, esquissent un magnifique portrait en sept facettes d'une des grandes figures du passé culturel de la Belgique.

 

Orchestre Royal de Chambre de Wallonie

Patrick Davin, direction

Vineta Sareika, violon

Harriet Langley, violon

Yury Haradzetski, ténor

Partenaire(s): Avec le soutien du Ministère de la Communauté française Wallonie-Bruxelles - Organisé en collaboration avec le Conseil de la Musique

 

Adresse:

     Waterloo, Chapelle Musicale Reine Elisabeth

     445 Chaussée de Tervuren

     1410 Waterloo

Téléphone: +32 (0)2 352 01 10

Site: www.cmre.be

E-mail: info@cmre.be

Tickets: Soirée privée/Privéavond

Réservation: mecenat@cmre.be

 

 

12/06/2010

Le MIM vous ouvre gratuitement ses portes pendant 10 jours!

 

Bruxelles_Old_England

 

 

Cela fait déjà 10 ans que l'un des plus beaux bâtiments de Bruxelles, baptisé « Old England » accueille en son sein le Musée des Instruments de Musique.

En attendant les futurs projets du Musée tels que la célébration du 200ème anniversaire d'Adolphe Sax ou la mise à l'honneur de Corneille dans la Galerie des Glaces, le Musée des Instruments de Musique fêtera son dixième anniversaire en vous ouvrant les portes gratuitement pendant 10 jours!

Le dernier jour des festivités coïncidant avec la Fête de la musique, les visiteurs pourront également découvrir la musique du monde en live dans les salles d'exposition. Un autre anniversaire sera également célébré, celui des 50 ans de l'indépendance du Congo. Des clips vidéo de musique congolaise et "La vie est belle", premier long-métrage congolais mettant en scène uniquement des acteurs noirs seront également programmés.

hpvirginalsensemble3



Sur quatre niveaux, le MIM présente un large éventail d'instruments de tous les âges et du monde entier. Ses extraordinaires collections et ses quelque 7.000 instruments font la réputation internationale du musée.

 

Premier étage : Ainsi, tout un étage du MIM présente la musique dite savante. Vous y découvrirez que le violon, aujourd'hui tellement prestigieux, fut, à l'origine, fort méprisé !

3933546703_843394c7bd_b

Deuxième étage : Par contre, les musiques traditionnelle et populaire sont exposées suivant un parcours géographique commençant par la Belgique. Dans cette salle, vous ferez le tour du monde, de la Chine à l'Afrique, en passant par le Mexique.

3933551537_90c27a5685_b

Troisième étage : Les instruments mécaniques ont leur salle spécifique. Vous ne pourrez pas y manquer l'immense componium, sans doute unique au monde. Cloches et carillons y côtoient l'expérimentation des sons du XXe siècle.

musee-instruments01

Quatrième étage : Enfin, le dernier étage est consacré aux instruments à clavier et à cordes. La réputation du MIM à ce sujet n'est plus à faire (le musée possède les plus vieux modèles au monde). Vous y apprendrez, par exemple, que les modes de fonctionnement d'un clavecin et d'un pianoforte sont totalement différents.

3934315984_c182b31abf_b

Et... Avant de quitter cet étage, ne passez pas à côté de la salle aux miroirs, où trônent certaines des pièces les plus remarquables de nos collections...

 

f238_3_l

Musée des Instruments de Musique

Du vendredi 11 juin 2010 au dimanche 20 juin 2010

Montagne de la Cour, 2

1000 Bruxelles

 

11/06/2010

Ginette Garcin a rejoint sa nouvelle "Famille d'accueil"

 

 

505747_theatre-audiovisuel-cinema-deces-garcin

 

 

 

 

 

La comédienne Ginette Garcin, figure populaire du théâtre, du cinéma et de la télévision, est décédée le 10 juin 2010 à l'âge de 82 ans.

Ginette Garcin tournait il y a encore quelques jours un épisode de la série « Famille d'accueil » pour France 3.

18895964_w434_h_q80

venait de signer pour reprendre la pièce de boulevard « Toc Toc » avec Gérard Hernandez à la rentrée à Paris.

Née le 4 janvier 1928 à Marseille, chanteuse à ses débuts, Ginette Garcin a entamé une carrière cinématographique et théâtrale au début des années 70, apparaissant notamment dans des films de Jean Yanne et Michel Audiard. Entre 1987 et 1991, elle sera l'un des piliers de la série télévisée « Marc et Sophie », diffusée sur TF1.

Pour le théâtre, elle sera l'auteur du « Clan des veuves », qu'elle jouera en compagnie de Mony Dalmès et Jacky Sardou. Cette pièce de boulevard créée en 1990, qui est restée à l'affiche à Paris et en province pendant quatre ans, avait été reprise aux Bouffes-Parisiens en 2006.

3333297560344

Ginette Garcin sera inhumée au cimetière du Mont-Valérien.

 

 

495191

 

 

Adieu, l'artiste !

 

Le fondateur du réalisme capitaliste, Sigmar Polke, a signé sa dernière peinture

 

sigmar_polke

 

 

 

 

 

 

L'un des plus grands peintres allemands contemporains, Sigmar Polke est mort vendredi, à l'âge de 69 ans.

Sigmar Polke, qui était né en Silésie, dans l'actuelle Pologne, en 1941 et avait fui la RDA en 1953, est mort à Cologne.

En 1963, il fut notamment l'un des fondateurs du mouvement pictural « réalisme capitaliste », qui se voulait une critique du « réalisme socialiste » en vigueur dans les pays du bloc communiste.

Il est également considéré comme la réponse allemande au Popart américain emmené par Andy Warhol et Robert Rauschenberg.

Polke avait notamment obtenu le Lion d'or de la Biennale de Venise en 1986, ainsi que d'autres distinctions internationales.

 

 

1173883902

 

 

02-gionico

 

 

03-canyou

 

 

04-supermarkets

 

 

05-schweine

 

 

09-aegypten

 

 

Polke_B-Mode

 

 

SilgmarPolkeQuetta

 

 

02/06/2010

18ème Marché médiéval d'Etterbeek (4/4)

Gargamiel, Azramiel, Schtroumpfielle et Hydromiel

01

 

 

Gargamiel habite dans un manoir de pierre au toit de chaume à Milfort à côté du village des Schtroumpfielles depuis son éviction de l’ancienne capitale des Comtes de Hainaut (Mons). Il est un moine alchimiste corrompu expulsé de l’ordre des Waudrusiens pour avoir tenté de devenir riche.

Depuis lors, il est condamné à aller caresser tous les jours la tête d’un petit singe en bronze. Voyez l’état de ses pieds, le pauvre !

02

 

 

  

03

 

 

Contrairement à son confrère Gargamel (que vous connaissez mieux dans les bandes dessinées), il n’a pas pu créer la Schtroumpfielle dans l’intention de nuire à la gente masculine. Cela n’a fait qu’attiser sa jalousie.

Sa grande ambition est de capturer les Schtroumpfielles dans leur village afin de pouvoir fabriquer la pierre psychologique. Il court, il court dans tous les sens mais chaque jour qui passe est couronné d’un revers. Cela n’arrange pas l’état de ses pieds ni de son moral.

 

03b

 

  

 Il occupe son temps à des expériences chimiques plus connues sous le nom d’hydromiel.

04

Le malin connaît les vertus tonifiantes du breuvage préparé avec de l’eau et du miel (et d’autres composants de son secret) et considéré depuis des siècles comme le « nectar des dieux ». Alors, son rêve est de concrétiser une « lune de miel » avec la première Schtroumpfielle qu’il pourra attraper et de faire caresser son bitoniau (dit le « Lumeçon ») par la belle. Mais ses échecs cuisants et répétés transforment ce besoin en rage voire en haine.

 

05

 

Alors, il devient incontrôlable :

 

·         Il délègue Azramiel, son chat démoniaque, pour la chasse des Schtroumpfielles.

04


·         Il devient furieux face aux amis teutons des Schtroumpfielles qui lui demandent quatre sous pour déguster leur potée aux patates. Cela prouve qu’il n’a toujours pas réussi à fabriquer la pierre psychologique.

06

·         Il distille un hydromiel adipeux pour les Schtroumpfielles afin de les rendre affreuses et gargantuesques.

 

 

07

08

(Ces 2 photos ont été réalisées par l'équipe d'Alain Outelet)

 

·         Il envisage la production d’un nouvel hydromiel champenois pour détourner les admirateurs des Schtroumpfielles.

 

 

champ 01 a

champ 01b

 

·         Pas totalement reclus de la société, son expression fétiche : « Je te déteste, non, ce n’est pas vrai, je t’aime » revient régulièrement dans la conversation, trait significatif de sa frustration.

 

  

 

En tout cas, si vous le rencontrez lors d’une fête médiévale, le personnage peut se révéler sympathique et surtout n’hésitez pas à vous laisser tenter par ses breuvages parce que c’est « De l’Hydromel, oui, mais du bon ! ».

 

10

 

11

 

 Bisous, mon Gargamiel préféré!

 

12

 

  

 

01/06/2010

Varekaï

varekai_03_0800_0600

 

Dans une forêt lointaine, au sommet d'un volcan, existe un monde extraordinaire. Un monde où quelque chose d'autre est possible. Un monde appelé Varekai.

 

L'histoire de Varekai débute lorsqu'un jeune homme tombe du ciel. Parachuté au milieu d'une forêt mystérieuse et magique, dans un lieu fabuleux habité par des créatures aux mille métamorphoses, ce jeune homme se lance dans une aventure absurde et extraordinaire. Ce jour-là, dans ce lieu lointain où tout est possible, s'amorce un hymne à la vie retrouvée.

 

Le mot Varekai signifie « peu importe le lieu » dans la langue des romanichels, ces éternels nomades. Varekai rend hommage à l'esprit nomade, à l'âme et à l'art de la tradition du cirque ainsi qu'à l'infinie passion de ceux qui poursuivent leur quête sur la route qui mène à Varekai.

 

OSTENDE, Belgique 
Sous le Grand Chapiteau blanc installé sur l'Oosteroever, dans la Fortstraat
Du 29 juillet au 29 août 2010

 

 

 

 

20:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cirque du soleil, varekai |  Facebook |

30/05/2010

18ème Marché médiéval d'Etterbeek (3/4)

 

ZWH 01

 

 

« Au Coq sauvage » (Zum wilden Hahn) est plus qu’une taverne médiévale : ce n’est que la partie émergée de l’iceberg d’une petite entreprise allemande. Vous avez certainement déjà eu le plaisir de voir cet échafaudage de bar lors de différentes fêtes médiévales.

ZWH 03

ZWH 02

Outre la bière brassée dans la petite brasserie « Gewürzweine Hahn und Wilde » (bière blonde, bière noire, bière fumée), vous pourrez goûter hypocras, clairet et même jus de fruits bio. Tout vous est servi avec le sourire dans de magnifiques chopes ou verres en terre cuite.

 

 

ZWH 04

 Demandez à Nico ce qu'il pense de l'hypocras !

 

ZWH 06

Notre Percemontagne national met les fûts en perce ... avec le sourire.

 

 

Cette année, un conteur animait les tablées : il est de nature très bavard (c’est d’ailleurs son nom « Bavar »). Le sympathique Youps aidait discrètement et efficacement tout le monde à trouver son bonheur.

ZWH 08

"Bavar"

ZWH 09

Youps

Si vous voulez vous plonger dans l’ère médiévale, une échoppe en annexe vend des vêtements. La douce et adorable Dorine vous conseille dans votre choix (même en français).

 

 

 

ZWH 11

 

 

ZWH 15

Voilà notre charmante Dorine entourée du patron du "Coq sauvage", Kuno, et de Monseigneur Patrick de Neuilly! Une bonne garde! 

 

ZWH 13

 

 

 

Vous avez un petit creux : pas de panique. Une équipe de super cuistots veille au grain, toujours aux fourneaux pour vous servir des assiettes de steaks ou saucisses garnies de pommes de terre, de légumes ou de champignons. Encore une dent creuse : une crêperie vous attend à proximité.

ZWH 16

ZWH 18

ZWH 21

 

ZWH 23


ZWH 24

Fabsch, un des membres sympathiques du "Coq sauvage", craint pour ses huîtres, à juste titre!


Que voulez-vous de plus ? A boire, à manger, des vêtements, une équipe hyper sympathique, tout y est déjà ! Ah, j’ai compris : un bon bain. Cela est prévu aussi. C’est qu’ils sont organisés nos amis allemands.

 

 

 

ZWH 25

 

 

La maison de bains (Badehaus) n’attend plus que vous. Les bains médiévaux étaient des lieux de rencontre populaires pour les citoyens. Les cuves de bain dans les maisons étaient en bois, en cuivre ou en laiton. Souvent, l'eau était chauffée par des  galets chauds placés dans le bain. Des herbes diverses étaient ajoutées à l'eau à la demande. Ici, l’eau coulait directement chaude dans la cuve en bois (un vestiaire était disponible). Si vous voulez tenter l’expérience (très agréable selon les « petits baigneurs »), un grand bain avec masseuse sera installé lors du camp médiéval de Sterckshof les 5 et 6 juin 2010. Avis aux amateurs !

ZWH 26

ZWH 27

ZWH 29

Un petit massage offert par Kuno, je ne dirais pas non ;-)

ZWH 33

ZWH 34

 

 

ZWH 35

Et pour finir, le chien monte la garde sur tout ce petit monde!

 

 

Prochain épisode : l'histoire de Gargamiel...

 

 

Gary Coleman a lâché "Arnold"...

 

weekpcjv

 

 

L'acteur américain Gary Coleman, qui jouait le petit Arnold dans la série télévisée américaine « Arnold et Willy », est mort vendredi 28 mai 2010 après une hémorragie inter-crânienne. Il avait 42 ans.

 

Gary Coleman a fait une hémorragie mercredi chez lui à Santanquin. D'après un communiqué de sa famille, il était conscient et lucide jusqu'à jeudi midi, où il a perdu connaissance. Il a alors été placé sous assistance respiratoire.

 

Gary Coleman avait dix ans lorsqu'il a commencé à jouer dans la série « Arnold et Willy » ("Diff'rent Strokes"). Il y interprétait le cadet de deux frères afro-américains adoptés par un riche homme blanc. La sitcom a été diffusée aux Etats-Unis de 1978 à 1986.

 

Le jeune acteur faisait rire avec ses mimiques et sa réplique devenue célèbre « Qu'est-ce que tu me racontes là ? » Mais après six saisons sur la chaîne NBC et deux sur ABC, le feuilleton s'est arrêté et la popularité de Gary Coleman a décliné.

 

 

 

02:15 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gary coleman, arnold et willy |  Facebook |

Dennis Hopper a pris définitivement sa liberté terrestre

 

01

 

 

L'auteur-acteur-réalisateur du mythique « Easy Rider » est décédé ce samedi des suites d'un cancer. Dennis Hopper, rebelle hollywoodien, avait 74 ans dont plus de cinquante consacrées au cinéma et à la photographie.

 

Né le 17 mai 1936 à Dodge City, Dennis Hopper n'a eu de cesse de dénoncer le rigorisme et le puritanisme de cette Amérique profonde, arc-boutée sur ses principes, dont il est lui-même issu. Dans les années 50, il fait ses débuts d'acteur notamment dans « La fureur de vivre » et « Géant », dans lesquels il fait ses débuts aux côtés d'une de ses idoles, James Dean, qui incarne le mal-être de la jeunesse.

 

Après plus d'une centaine de rôles de séries télévisées et surtout un divorce temporaire avec le cinéma qui lui permet de se consacrer à la photographie, il revient au septième art. Avec succès et maestria puisqu'il réalise une oeuvre majeure: « Easy Rider » (1969) dans lequel il tient lui-même le premier rôle avec Peter Fonda pour former un duo de motards autant mordus de bitume que de drogue. Un duo demeuré mythique qui porte cette véritable ode à la liberté, laquelle reste une fresque de référence pour tous les bikers. Cette peinture des errances de la « Woodstock Generation » vaut à Dennis Hopper le Prix de la première œuvre au Festival de Cannes.

 

dennis-hopper-and-peter-fonda-easy-rider

 

 

Point d'orgue des années 1970 : « Apocalypse Now » de Francis Ford Coppola, où il joue le rôle d'un photographe hallucinant et halluciné.

 

En 1986, après des années d'errance, David Lynch le met en scène dans « Blue Velvet », puis il apparaît dans « Le Grand Défi » aux côtés de Gene Hackman, dans le rôle d'un alcoolique qui lui vaudra une nomination aux Oscars dans la catégorie « Meilleur second rôle ». Dennis Hopper était également un peintre, dans la veine du « Pop art » d'Andy Warhol, mais également inspiré par l'impressionisme. A contre-courant du Tout Hollywood largement acquis aux démocrates, il a toujours clamé son attachement au parti républicain mais s'est publiquement prononcé pour Barack Obama, lors de la dernière campagne présidentielle.

 

En octobre 2008, à l'occasion du vernissage de l'exposition « Dennis Hopper et le Nouvel Hollywood » à la Cinémathèque française à Paris, Christine Albanel, alors ministre française de la Culture, l'avait fait commandeur dans l'ordre national des Arts et des Lettres. Le 26 mars 2010, il avait reçu son étoile sur le fameux « Walk of Fame » d'Hollywood Boulevard. Accompagné des acteurs Viggo Mortensen et Jack Nicholson, Dennis Hopper était apparu amaigri, épuisé par son cancer.

 

 

 

 

29/05/2010

18ème Marché médiéval d'Etterbeek (2/4)

 

Arrivée dans le campement de Tempus Mediélys

 

ETT 24

 

 

ETT 25

 

 

ETT 26

Monseigneur Patrick de Neuilly visite le campement et les divers artisans.

 

 

ETT 27

Franjo de Vrana, le tailleur de pierres, capitaine de Médiétriart. Toujours un plaisir de le revoir, ainsi que sa dame Thiefaine.

 

ETT 31

Ne laissez pas traîner vos doigts trop près...

 

 

ETT 28

 

Eustache, le vannier

 

 

ETT 32

et le résultat de son travail!

 

 

ETT 29

Il y a un problème avec les deux premiers cierges : j'ai pas tout compris (ils ont pris trop de Viagra?).

 

 

ETT 30

Et revoilà Hugs à sa table de travail...

 

 

ETT 33

 

 

ETT 34

 

 

ETT 36

N'est-elle pas mignonne, la petite Lisa?

 

 

ETT 37

Ils ont des chapeaux ronds, vive les Bretons, ils ont des chapeaux ronds, vive les Bretons!

 

 

ETT 38

Original, le jeu celtique!

 

 

ETT 39

Pas de Moyen-Age sans parchemins : voilà on en a trouvé!

 

 

ETT 40

Templiers, chevaliers, figés dans le temps ou le métal!

 

ETT 42

Bonjour, messire!

 

 

ETT 44

Triska, une Ducka des Compagnons du Cerf, et notre première rencontre pour de vrai. Une mauvaise langue de moine avait dit que j'aurais la gueule de bois le dimanche et que je ne pourrais pas concrétiser cette rencontre attendue de longue date. Na, il apprendra à tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler la prochaine fois!

 

 

ETT 45

Et voilà Gimli, le mari de Triska, réputé pour les bananes flambées!

 

 

ETT 48

Le groupe "Sursum Corda" clôturait le marché! C'est assez fantastique ce qu'ils font rien qu'avec des percussions. Vous aurez bientôt le plaisir de les retrouver sur Youtube.

 

 

ETT 50

Et voilà "L'ours", soulagé d'avoir retrouvé sa chienne et reparti dans ses rêves pour une prochaine fête médiévale!

 

 

ETT 43

Et je finis avec l'objet des inquiétudes de "L'Ours" et de "L'Anguille".

 

Suite dans la 3ème partie : le village allemand (à demain)

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

28/05/2010

18ème Marché médiéval d'Etterbeek (1/4)

On a qualifié ce marché d'Etterbeek de tout sauf de marché médiéval. Ce n'est pas tout à fait erroné mais voilà, en 4 parties, un ensemble de photos qui retiennent principalement le caractère médiéval de la manifestation et les retrouvailles entre "médiévistes" même s'ils sont présents sous un autre déguisement!

Bon amusement ;-)

ETT 01

 

 

ETT 02

 

 

ETT 03

 

 

ETT 04

Nos amis tchèques de KOVEX-ARS

 

ETT 05

 

 

ETT 06

Une gente dame de Vendée avec un trébuchet miniature

 

 

ETT 07

 

 

ETT 08

Une calligraphiste

 

 

ETT 09

Qui y goûte l'adopte (surtout chez Alain Hypocras) !

 

 

ETT 10

L'oeil d'aigle de notre ami Percemontagne sous son "préservatif" médiéval (avec un nom comme celui-là, il faut toujours se préserver des cailloux qui tombent sur la tête). Allez sans rancune, Philou, on t'aime tel que tu es!

 

 

ETT 11

 

Invasion de sorcières d'Ellezelles dans le village allemand

 

 

ETT 12

 

Notre ami Tiflo (infographiste dans le civil et surtout chef de la troupe "Fer de Lance" (rendez-vous à Rebecq en août pour De Fer et de Feu) et le pervers pépère des Moines de Tubize avec son breuvage diabolique, le célèbre Frère Caligula!

 

 

ETT 13

 

En voilà encore un déguisé (ou serait-il défroqué entretemps) du clergé des Enchanteurs : le père Antoine, régulièrement pris en flagrant péché de gourmandise, mais bon ça le regarde!

 

 

ETT 14

L'infernal Gargamiel (je vous en raconterai un peu plus sur lui dans un prochain article)

 

 

ETT 15

Mon ami Gepetto (petit surnom que je suis la seule à pouvoir lui dire), pour les autres, il s'agit d'Henri! Il m'a assuré une nouvellevie pendant le marché en arrangeant ma ceinture (de chasteté)... Les commentaires ne sont pas autorisés!

 

 

ETT 16

 

Bien cachés dans le stand d'Henri, les amoureux de Fer de Lance : Arn et Yasmine accompagnés par leurs filles

 

 

ETT 17

 

Et revoilà notre cher Tiflo! Et là, enfin, je fais l'amicale rencontre du calligraphiste de "La Plume en Lumière" : le beau Hugs. Silence, les jaloux!

 

ETT 18

 

Qu'est-ce que je disais? Silence, les jaloux! C'est mon privilège en tant que gente Dame!

 

 

ETT 19

 

Une extraterrestre (très sympa, ceci dit). Mignonne, non!

 

 

ETT 20

Encore un bizarroïde!

 

 

ETT 21

Il y avait un nid dans le coin. Il a de beaux yeux, vous savez!

 

ETT 22

 

Et voilà notre créatrice de bijoux préférée, Annie de "Coup de Coeur", très étonnée de voir des médiévistes en face d'elle!

 

 

ETT 23

La diseuse de bonne aventure

Suite dans la 2ème partie (à demain)!

 

 

 

 

 

 

 

 

24/05/2010

James Ensor démasqué

ENSOR 03

 

 

James Ensor, né le 13 avril 1860 à Ostende, et mort dans cette ville le 19 novembre 1949, est un artiste-peintre  Belge. Il adhère aux mouvements d'avant-garde du début du XXe siècle, et laisse une œuvre expressionniste et originale.

 

ENSOR 04

De père anglais et de mère flamande, il est né dans une famille de la petite-bourgeoisie d'Ostende, Ensor quitte peu sa ville natale il meurt dans sa ville natale ...

 

Son père, un ingénieur anglais, sombre dans l'alcoolisme. Sa mère, de souche flamande, tient un magasin de souvenirs, coquillages et masques de carnaval. Les heures passées près d'elle, dans un décor coloré et fantastique, influencent son inspiration.

 

En 1877, il s'inscrit à l'Académie des beaux-arts de Bruxelles, où il se lie d'amitié avec Fernand Khnopff et Alfred Finch et fait la connaissance de la famille Rousseau qui l'introduit dans les milieux artistiques et intellectuels de la capitale. Mais il s'insurge contre l'académisme et décide de retourner s'installer chez sa mère.

ENSOR 15

 

Dans la maison familiale où, célibataire convaincu, il vivra jusqu'en 1917, Ensor s'installe un cabinet dans les combles et commence à peindre des portraits réalistes ou des paysages inspirés par l'impressionnisme. Il entame alors une de ses périodes les plus créatrices.

 

En 1883, Octave Maus fonde le cercle artistique d'avant-garde « Les XX » et Ensor peint son premier tableau de masques, et un autoportrait auquel il ajoutera plus tard le «chapeau fleuri ». En 1889, L'Entrée du Christ à Bruxelles est refusée au Salon des XX et il est question de l'exclure du Cercle dont il est pourtant l'un des membres fondateurs. Le groupe se sépare quatre ans après.

ENSOR 02

 

À 33 ans, Ensor est déjà un homme du passé. Le pointillisme et le symbolisme semblent l'emporter. Les premières demeures de Victor Horta symbolisent un nouvel art de vivre. Il n'est plus le nain Hop-Frog, bouffon d'Edgar Allan Poe, moins encore le Christ martyr.

 

Ensor doit attendre le début du siècle suivant, alors qu'il a donné le meilleur, pour assister à la reconnaissance de son œuvre : expositions internationales, visite royale, anoblissement, Légion d'honneur. Il est désormais surnommé le « prince des peintres », mais il a une réaction inattendue face à cette reconnaissance trop longtemps attendue et trop tard venue à son goût : il abandonne la peinture et consacre les dernières années de sa vie exclusivement à la musique.

 

Il décède le 19 novembre 1949 à Ostende et est inhumé quatre jours plus tard dans le cimetière de  Mariakerke, près d'Ostende.

 

Si la vie privée d'Ensor reste mal connue, c'est parce que l'artiste l'a désiré ainsi. Le peintre s'est construit une existence de silences, de mensonges et de mystifications.

 

 

ENSOR 01

 

 

150 ans après sa naissance, James Ensor (1860-1949) fascine encore. Et ING, le Musée Royal des Beaux-Arts d’Anvers (KMSKA) et le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (BOZAR) d’unir leurs forces pour vous dévoiler le peintre ostendais sous un jour nouveau dans l’exposition "Ensor démasqué" du 7/10/2010 au 13/2/2011 à l’Espace culturel ING, Place Royale, 6 à 1000 Bruxelles.

 

 

22/05/2010

Nuestros Silencios

 

silencios

 

 

L'exposition itinérante « Nuestros Silencios » est accueillie du 21 avril au 15 juillet 2010 sur l'avenue de la Toison d'Or. Troisième présentation en Europe de l'exposition Nuestros Silencios du sculpteur mexicain Rivelino : dix sculptures monumentales en bronze et une boîte tactile pour les non-voyants sur le thème de la liberté d'expression. Le terrain « Entre Deux Portes » entièrement réaménagé pour l'occasion selon les plans de l'architecte mexicain Hector Velazquez, offrira aux visiteurs un nouvel espace culturel dans le Haut de la Ville. L'exposition de l'artiste mexicain Rivelino s'inscrit dans le programme des festivités à l'occasion du bicentenaire de l'indépendance du Mexique.

 

Déjà exposés à Lisbonne et à Madrid, et avant de continuer leur périple vers Berlin, Londres et Paris, les dix sculptures trôneront pendant 3 mois en plein cœur du quartier du Haut de la ville. Nuestros Silencios est un projet urbain, destiné à être montré dans des espaces publics d'importantes villes d'Europe avant d'être exposé au Mexique en 2011. Il s'agit d'un art surprenant parce que monumental, qui réunit dix sculptures géantes – « les gardiens » -, réalisées en bronze à la cire perdue, et une autre sculpture plus petite appelée « la boîte tactile », conçue pour les non-voyants. Cette onzième pièce de Nuestros Silencios est unique car elle permet à tous d'entrer en relation par le toucher, au-delà de la vue, avec l'œuvre, sa matière, sa forme et son concept dont l'esprit créatif est celui du partage de l'expérience esthétique. De chaque côté de la boîte, des orifices invitent à en découvrir l'intérieur où se trouvent, à portée de main, quatre sculptures à petite échelle, qui sont les reproductions des « gardiens » en taille réelle.

 

Une exposition de photos consacrée à la fabrication des sculptures et à leur arrivée en Europe ouverte au grand public sera organisée chez Gallery BMW, Boulevard de Waterloo, du 21 avril au 22 mai 2010. Une exposition consacrée à l'exposition à Bruxelles suivra à la Fnac Toison d'or en juin 2010, après l'ouverture du magasin Galerie de la Toison d'Or.

 

Les 10 oeuvres monumentales signées par le sculpteur Rivelino, désigné par le Ministère des Affaires étrangères du Mexique comme ambassadeur de la culture mexicaine à travers l'Europe, vont contribuer au rayonnement international de la capitale de l'Europe et participer, grâce à la complicité de Brussels Louise, au redéploiement de ce pôle commercial majeur. En plus de sa valeur artistique, l'exposition permettra d'alimenter les relations entre le Mexique et l'Europe, à la veille de la présidence belge de l'Union européenne.

Nuestros Silencios - 21 avril au 15 juillet 2010 - Espace « Entre Deux Portes » Avenue de la Toison d'Or à Bruxelles

 

20:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nuestros silencios, rivelino |  Facebook |

21/05/2010

Hell or Heaven for Ronnie James Dio

 

ronnie-james-dio

 

 

Ronald James Padavona dit Ronnie James Dio est un chanteur américain d'origine italienne né à Portsmouth (New Hampshire) en 1942 et décédé le 16 mai 2010.

 

Découvert comme chanteur du groupe Rainbow, Ronnie Dio est devenu mondialement célèbre en 1979 en remplaçant Ozzy Osbourne au poste de chanteur de Black Sabbath, Ronnie James Dio a par la suite formé son propre groupe, Dio, reconnu comme étant l'un des pionniers du Power Metal.

 

Ronnie James Dio tourne actuellement avec Heaven And Hell, groupe issu de la réunion du Black Sabbath du début des années 1980. Il poursuit toujours en parallèle son travail avec Dio.

 

Ronnie James Dio est également célèbre pour sa petite taille, son jeu de scène très théâtral, mais aussi pour la haine qu'il entretient à l'encontre d'Ozzy Osbourne.

 

RJ DIO est décédé le 16 mai 2010 à l'âge de 68 ans des suites d'un cancer de l'estomac pour lequel il avait été opéré il y a quelques mois.

 

 

 

 

20:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, black sabbath, ronnie james dio |  Facebook |

20/05/2010

Le 9e art a perdu son exceptionnel Philippe Bertrand

 

philippe bertrand 01

 

 

Avec les 4 albums de « Linda aime l’art », Philippe Bertrand avait signé une œuvre singulière dans la jeune histoire de la bande dessinée. Emporté par un cancer qui l'a foudroyé en quelques mois, Philippe Bertrand est décédé le 16 mai 2010 à l’âge de 61 ans.

 

02


Au début des années 1980, Philippe Bertrand fait ses premiers pas dans la bande dessinée dans le magazine Charlie Mensuel, dirigé par George Wolinski. En parallèle, il travaille pour de nombreux journaux de la presse alternative. Un peu plus tard, paraissent dans Pilote les premières pages de « Linda aime l’art ». L’album devenu mythique est publié en 1985 chez Dargaud. En quatre volumes, la série s’inscrit d’emblée comme une œuvre singulière dans la jeune histoire de la bande dessinée.

04

 

En 1995, Philippe Bertrand se passionne pour l’édition jeunesse. S’ensuivent une cinquantaine d’albums dont « Les Petits Riens » avec Elisabeth Brami au Seuil Jeunesse et » La Bataille des légumes » en tant qu’auteur complet chez Naïve. Des albums traduits dans le monde entier.

03

 

Toujours en parallèle, Philippe Bertrand réalise des décors de théâtre, des œuvres de design inclassables comme la grande verrière de la FNAC Étoile à Paris (avec Guillaume Saalburg), des dessins animés, un jeu vidéo, peint des grands pastels et écrit des romans délurés. En 2002, il fait un retour remarqué à la bande dessinée avec « Rester normal », sur un scénario de Frédéric Beigbeder, suivi en 2004 de « Rester normal à Saint-Tropez », toujours avec Beigbeder, puis en 2008 paraît « L’Amour cash », écrit par Tonino Benacquista (Dargaud).

 

05

Avec « Le Montespan », adapté du roman de son ami Jean Teulé, Philippe Bertrand développe un nouveau champ graphique et signe sa première bande dessinée « historique ».

 

 

 

19/05/2010

Robin des Bois ou Robin Hood

 

RH01

 

 

Robin des Bois est un héros archétypal du Moyen Âge anglais. Selon la légende, telle qu'elle est répandue aujourd’hui, Robin des Bois était un brigand au grand cœur qui vivait caché dans la forêt de Sherwood et de Barnsdale. Habile braconnier, mais aussi défenseur des pauvres et des opprimés, il détroussait les riches. Avec ses nombreux compagnons, il redistribuait ensuite le butin aux pauvres.

 

Son nom anglais Robin Hood signifie littéralement «Robin la Capuche», et non pas «Robin des Bois», comme la paronymie de hood avec wood l'a souvent laissé penser. Robin des Bois est aussi peut-être un personnage plus ancien de la Bretagne insulaire : hood = c'hoad en vieux breton, signifie effectivement «bois». La fameuse capuche serait donc un élément rajouté a posteriori par la légende anglo-saxonne pour expliquer le nom anglais «Robin Hood».

 

La première mention manuscrite de Robin des Bois se trouve dans Pierre le laboureur (Piers Plowman) de William Langland (1377), où Sloth, un prêtre paresseux, déclare : « Je connais des rimes de Robin des Bois. » Trois ans plus tard, le chroniqueur écossais John Fordun écrit que le personnage de Robin des Bois dans les ballades « plait mieux que tous les autres. »

 

De nombreuses versions imprimées de ces ballades apparaissent au début du XVIe siècle au moment où l'imprimerie connaît ses premiers essors en Angleterre. Robin y est qualifié de gentleman, ce qui à cette époque signifie un commerçant ou un fermier indépendant. Ce n'est qu'à la fin du siècle qu'il acquiert un titre de noblesse et prend le nom de « Robin de Loxley », ou encore de « Robert Fitz Ooth, comte de Huntington ».

 

Son association romantique avec Marianne (ou « Marion », parfois appelée « Mathilde ») date de cette période tardive. Le nom de « Marion » provient d'une pastourelle lyrique du poète français Adam de la Halle, le Jeu de Robin et Marion (vers 1283). À part les noms, rien cependant ne permet d'établir une correspondance entre les deux personnages.

 

À la fin du XVIe siècle, l'histoire de Robin des Bois recule dans le temps pour se situer vers les années 1190 au moment où le roi Richard Cœur de Lion part pour la troisième croisade. Au XVIIe siècle, Robin des Bois figure dans The Sad Shepherd (Le Triste Berger, 1641) de Ben Jonson. Puis, au XIXe siècle, Robin des Bois devient un des héros du roman Ivanhoe (1819) de Walter Scott. L'idée que Robin est un rebelle saxon combattant les seigneurs normands date de cette époque.

 

On a accusé de plagiat Thomas Love Peacock (1785-1866) pour le célèbre Maid Marian, paru trois ans après Ivanhoé. Peacock a toujours soutenu que son livre avait été écrit en 1818, un an avant la parution de celui de Scott. L’influence de Rabelais y est sensible, notamment à travers le personnage de frère Tuck.

 

Autour du personnage de Robin, de nombreuses incohérences se sont introduites au fil du temps. Il est dit que Robin le Seigneur de Loxley (chef lieu du comté de Hallamshire) fut dépossédé de ses terres par le Shérif de Nottingham et déclaré hors-la-loi. Le shérif apparaît en effet dans les premières ballades, où Robin finit par le décapiter, mais il n'y est pas question de ses terres. Ses autres ennemis sont un chasseur de primes du nom de Guy de Gisbourne, ainsi que de riches abbés, lesquels sont également tués par Robin. Mais si les anciennes ballades font mention d'un prêt accordé par Robin à un chevalier malchanceux, elles ne disent rien d'une redistribution des rapines aux pauvres. Il est dit encore que Robin réside dans la verte forêt de Sherwood, dans le comté de Nottingham, alors que les ballades le font évoluer à Barnsdale, dans le comté de York, soit à près de 80 kilomètres au nord.

 

Du Moyen Âge à nos jours, chansons et ballades, pièces de théâtre et comédies musicales, films et séries de télévision ont façonné un mythe en résonance avec leur époque, soumis au passage à de nombreuses manipulations idéologiques, comme le montrent par exemple le personnage de Marianne, qui joue tantôt le rôle d'une guerrière, tantôt celui d'une jeune fille passive, ou celui de Robin des Bois lui-même, présenté tantôt comme un vulgaire bandit, tantôt comme un résistant qui combat pour une juste cause.

 

 

 

20:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, robin hood, robin des bois |  Facebook |

Fête du Port

 

port

 

 

Le dimanche 23 mai, le Port de Bruxelles organisera la onzième édition de sa grande fête bisannuelle. Une édition qui fera la part belle aux navires de légende et aux musiques. Du bassin Béco au quai de Hembeek, la ville résonnera aux sons des jeux d'eau, animations et autres spectacles. Un rendez-vous convivial où marins d'un jour et inconditionnels des flots trouveront à s'émerveiller. L'entrée et les activités sont totalement gratuites.

 

Elément phare du «Port en fête» : la présence de grands navires, témoins privilégiés des mers. Le 23 mai, Bruxelles accueillera une flotte exceptionnelle avec «Le Mercedes», un magnifique deux mâts à voile carrées de haute technologie, «Le Nele», ce splendide voilier belge, fidèle reconstitution d'une chaloupe dundee flamande traditionnelle qui offre plus de 200 mètres carrés aménagés luxueusement, « Le Morgenster », un voilier hollandais traditionnel qui allie des détails authentiques à un luxe contemporain.

 

Dansez au rythme de Hermia/Tassin Quartet, coup de coeur du Brussels Jazz Marathon ou encore de Swing O box, coup de cœur du Brosella, un groupe de jazz manouche qui vous transportera dans une ambiance des plus chaleureuses et conviviales. Sans oublier Shantykoor de Blankenberge, une chorale de 35 voix reprenant les chants marins et enfin le Combo jazz de la Marine. Leur musique sera retransmise tout le long des quais pour vous permettre de vous balader au son de leurs voix, de leurs guitares et de leurs cuivres.

 

Toujours côté musique, le Port de Bruxelles invite les Pikniks Elektroniks, événement tendance depuis l'été dernier, à réaliser le premier « Piknik Elektronik Akwatik ». Venez vous y relaxer autour d'un pique-nique aux sonorités électroniques.

 

Parmi les nombreuses activités, les petits pourront découvrir des trésors enfouis dans le sable à l'aide de mini-pelleteuse ou encore créer des cerfs-volants et des instruments de musique pendant que les parents contempleront une vue en hauteur du port du haut de plate-forme élévatrices. Petits et grands pourront également s'initier aux joies de la plongée sous-marine grâce aux cuves installées sur le quai.

 

Et puis, n'hésitez pas à vous balader sur l'eau, d'un quai à l'autre, grâce aux navettes mises à votre disposition. Divers stands vous proposeront boissons et nourriture. De quoi partager une journée mémorable sur un air de fête...

 

Fête du port de Bruxelles - 23 mai 2010 - 10h à  19h (www.portenfete.be)

 

01:50 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/05/2010

"Excès" de Jacques Mercier

 

9782356870599

 

 

Quel âge a donc le personnage, qui, s'adressant au lecteur, raconte ses "excès" ? Coucheries, beuveries, tromperies... c'est un mari qui parle au présent d'une vie passée. Avec une curieuse et gentille voix d'adolescent, Jacques Mercier raconte l'alcool et les femmes. Mais c'est la Belgique que l'on ressent - que l'on entend - ici, à travers des références, des expressions, des lieux confortables et des rapports bon enfant. Bien que le personnage n'ait pas toujours été un enfant sage... Peut-on imaginer plus parlante littérature belge, qu'une dérive écrite et racontée par celui qui fut "Monsieur Dictionnaire" sur les ondes de la radio et de la télévision belges ? Homme d'écriture et de médias (en radio "Le Jeu des Dictionnaires", en télévision "Forts en tête" et dans la presse "Monsieur Dico"), Jacques Mercier, né à Mouscron en Belgique, compte à son actif plus de quarante ouvrages. Outre ceux consacrés à l'art de vivre et au patrimoine ou à la langue française, il est l'auteur de poèmes, de nouvelles, de livres pour enfants, de romans. Depuis peu, il ajoute une nouvelle activité créatrice : le spectacle vivant.

 

1957222385_1

Critique de Thierry Bellefroid : http://www.rtbf.be/info/node/207280

 

20:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jacques mercier, exces |  Facebook |

15/05/2010

Baleines et dauphins

 

index-2_1

 

Envie de prendre le large ?
Alors, plongez dans le grand bleu à la découverte des habitants de ce monde fascinant.

baleines_dossier_didac-4




Évoluez parmi les cétacés et observez ces plongeurs en pleine action. Revivez l’histoire de leurs origines. Découvrez leur menu gastronomique, la gloutonnerie du baleineau, admirez leurs parades amoureuses, la naissance des petits et écoutez les chants des baleines… Avant de remonter en surface, essayez de retenir votre souffle aussi longtemps que le cachalot ou d’utiliser le sonar du dauphin.

 

 

baleines_dossier_didac-32

 



De retour sur la terre ferme, prenez conscience des menaces qui pèsent sur ces animaux : chasse, pollution, pêche accidentelle… Écoutez l’avis des acteurs concernés et participez au débat ! Rien de tel qu’une promenade sur la côte belge pour rencontrer les cétacés de la mer du Nord. Chez nous, le nombre d’échouages ne fait qu’augmenter. Mais que faut-il faire quand cela arrive ? Venez en apprendre davantage auprès de nos scientifiques.

 

baleines_dossier_didac-43



Jusqu’au 29 août 2010


'Baleines et dauphins'

Muséum des Sciences Naturelles

Rue Vautier 29, 1000 Bruxelles

 

Site Internet : http://www.sciencesnaturelles.be/museum/exhibitions/whale...

 

 

 

 

20:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : exposition, baleines et dauphins |  Facebook |

12/05/2010

La Complainte de Pablo Neruda (Jean Ferrat)

 

 

Jean Ferrat
COMPLAINTE DE PABLO NERUDA
Poème d'Aragon

Je vais dire la légende
De celui qui s'est enfui
Et fait les oiseaux des Andes
Se taire au coeur de la nuit

Le ciel était de velours
Incompréhensiblement
Le soir tombe et les beaux jours
Meurent on ne sait comment

Comment croire comment croire
Au pas pesant des soldats
Quand j'entends la chanson noire
De Don Pablo Neruda

Lorsque la musique est belle
Tous les hommes sont égaux
Et l'injustice rebelle
Paris ou Santiago

Nous parlons même langage
Et le même chant nous lie
Une cage est une cage
En France comme au Chili

Comment croire comment croire
Au pas pesant des soldats
Quand j'entends la chanson noire
De Don Pablo Neruda

Sous le fouet de la famine
Terre terre des volcans
Le gendarme te domine
Mon vieux pays araucan

Pays double où peuvent vivre
Des lièvres et des pumas
Triste et beau comme le cuivre
Au désert d'Atacama

Comment croire comment croire
Au pas pesant des soldats
Quand j'entends la chanson noire
De Don Pablo Neruda

Avec tes forêts de hêtres
Tes myrtes méridionaux
Ô mon pays de salpêtre
D'arsenic et de guano

Mon pays contradictoire
Jamais libre ni conquis
Verras-tu sur ton histoire
Planer l'aigle des Yankees

Comment croire comment croire
Au pas pesant des soldats
Quand j'entends la chanson noire
De Don Pablo Neruda

Absent et présent ensemble
Invisible mais trahi
Neruda que tu ressembles
À ton malheureux pays

Ta résidence est la terre
Et le ciel en même temps
Silencieux solitaire
Et dans la foule chantant

Comment croire comment croire
Au pas pesant des soldats
Quand j'entends la chanson noire
De Don Pablo Neruda

 

 


 

pablo-neruda_1225549932

 

 

D'origine modeste, le poète chilien Neftali Ricardo Reyes dit Pablo Neruda commence à écrire dès l'adolescence et publie son premier recueil "Crépusculaire" en 1923. Il mène de front une carrière littéraire et politique : sa vie sera marquée par les voyages et l'exil. Dès 1927, Pablo Neruda occupe plusieurs postes consulaires et est élu sénateur des provinces minières du Nord du Chili en 1945. Communiste, les persécutions du président de la République, Gabriel González Videla, l'obligent à fuir son pays. En 1970, il est nommé ambassadeur du Chili du président socialiste Allende. En 1971, il reçoit le prix Nobel de littérature pour une oeuvre poétique colossale teintée de lutte politique et de révolte avec le "Chant général" (1950), mais aussi d'un lyrisme délicat avec "Vingt poèmes d'amour" et "Une chanson désespérée" (1924). Neruda est aussi le poète de la terre et de l'amour. Il meurt peu après le putsch militaire de septembre 1973 qui renverse le gouvernement socialiste et instaure la dictature de Pinochet.