16/08/2009

"Eve, lève-toi" de Julie Pietri

 

16 Julie Pietri

 

Oh femme unique, péché, désir
Pour un serpent de bible
A brisé son empire
Bleu de l'enfer, couleur amour
Dessine sur la pierre
Les mots du premier jour
Saveur amère d'hommes interdits
A goûté les plaisirs
Que Dieu puni
Oh ! cœur mortel,
Eve aux yeux pâles
Délaissée par le ciel elle a mal

{Refrain:}
Eve lève-toi et danse avec la vie
L'écho de ta voix est venu jusqu'à moi
Eve lève-toi tes enfants ont grandi
En donnant la vie je serai comme toi

Eve en musique
Fille en délire
Pour un enfant d'Afrique
A perdu le sourire
Eve en velours
Chagrin d'amour
Chemin du petit jour
Même plus rien
Oh ! Femme future
Tous ces trésors
Le corps en aventure
Elle s'endort
{au Refrain}

Ne pleure pas
Mon histoire est là
Regarde-moi
Ta vie est en moi
Le temps s'efface
{au Refrain}

Eve lève-toi et danse avec la vie
L'écho de ta voix est venu jusqu'à moi.


 

 

 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eve leve-toi, julie pietri |  Facebook |

15/08/2009

"Diabolo menthe" de Yves Simon

 

15 Diabolo menthe

 

Dans tes classeurs de lycée
Y a tes rêves et tes secrets
Tous ces mots que tu n'dis jamais
Des mots d'amour et de tendresse
Des mots de femme
Que tu caches et qu'on condamne
Que tu caches petite Anne

Dans tes classeurs de lycée
Y a du sang et y a des pleurs
Les premières blessures de ton cœur
Les premières blessures
Les premières déchirures
Qui font des bleus à ton âme
Qui font des bleus petite Anne

Dans les cafés du lycée
Faut que tu bluffes, que tu mentes
Autour des diabolos menthe
Quand tu racontes les nuits
Du dernier été
De tous ces premiers amants
Que tu n'as eus qu'en rêvant

Dans tes classeurs de lycée
Y a tes rêves et tes secrets
Tous ces mots que tu n'dis jamais
Des mots d'amour et de tendresse
Des mots de femme
Que tu caches et qu'on condamne
Que tu caches petite Anne

 


 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : yves simon, diabolo menthe |  Facebook |

14/08/2009

"Sugar Baby Love" des Rubettes

14 Rubettes

Sugar baby love, sugar baby love 
I didn't make to make you blue 
Sugar baby love, sugar baby love 
I didn't mean to hurt you. 


All lovers make, make the same mistakes, yes they do 
Yes, all lovers make, make the same mistakes as me and you 


Sugar baby love, sugar baby love 
I didn't make to make you blue 
Sugar baby love, sugar baby love 
I didn't mean to hurt you. 


---speaking--- 


People take my advice 
If you love somebody 
Don't think twice. 


Love you baby love, sugar baby love 
Love her anyway, love her ev'ryday

 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : the rubettes, sugar baby love |  Facebook |

13/08/2009

"Alla Fiera dell'Est" d'Angelo Branduardi

 

13 Branduardi


Alla Fiera dell'Est
per due soldi
un topolino mio padre comprò.
E venne il gatto
che si mangiò il topo
che al mercato mio padre comprò.
Alla Fiera dell'Est
per due soldi
un topolino mio padre comprò.
E venne il cane
che morse il gatto
che si mangiò il topo
che al mercato mio padre comprò.
Alla Fiera dell'Est
per due soldi
un topolino mio padre comprò.
E venne il bastone
che picchiò il cane
che morse il gatto
che si mangiò il topo
che al mercato mio padre comprò.
Alla Fiera dell'Est
per due soldi
un topolino mio padre comprò.
E venne il fuoco
che bruciò il bastone
che picchiò il cane
che morse il gatto
che si mangiò il topo
che al mercato mio padre comprò.
Alla Fiera dell'Est
per due soldi
un topolino mio padre comprò.
E venne l'acqua
che spense il fuoco
che bruciò il bastone
che picchiò il cane
che morse il gatto
che si mangiò il topo
che al mercato mio padre comprò.
Alla Fiera dell'Est
per due soldi
un topolino mio padre comprò.
E venne il toro
che bevve l'acqua
che spense il fuoco
che bruciò il bastone
che picchiò il cane
che morse il gatto
che si mangiò il topo
che al mercato mio padre comprò.
Alla Fiera dell'Est
per due soldi
un topolino mio padre comprò.
E venne il macellaio
che uccise il toro
che bevve l'acqua
che spense il fuoco
che bruciò il bastone
che picchiò il cane
che morse il gatto
che si mangiò il topo
che al mercato mio padre comprò.
Alla Fiera dell'Est
per due soldi
un topolino mio padre comprò.
E l'Angelo della Morte
sul macellaio
che uccise il toro
che bevve l'acqua
che spense il fuoco
che bruciò il bastone
che picchiò il cane
che morse il gatto
che si mangiò il topo
che al mercato mio padre comprò.
Alla Fiera dell'Est
per due soldi
un topolino mio padre comprò.
E infine il Signore
sull'Angelo della Morte
sul macellaio
che uccise il toro
che bevve l'acqua
che spense il fuoco
che bruciò il bastone
che picchiò il cane
che morse il gatto
che si mangiò il topo
che al mercato mio padre comprò.
Alla Fiera dell'Est
per due soldi
un topolino mio padre comprò.



 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : angelo branduardi, alla fiera dell est |  Facebook |

12/08/2009

"Michèle" de Gérard Lenorman

 

12 Gérard Lenorman


Tu avais à peine quinze ans
Tes cheveux portaient des rubans
Tu habitais tout près
Du Grand Palais
Je t'appelais le matin
Et ensemble on prenait le train
Pour aller, au lycée.
Michèle, assis près de toi
Moi j'attendais la récré
Pour aller au café
Boire un chocolat
Et puis t'embrasser

Un jour tu as eu dix-sept ans
Tes cheveux volaient dans le vent
Et souvent tu chantais :
Oh ! Yesterday !
Les jeudis après-midi
On allait au cinéma gris
Voir les films, de Marilyn
Michèle, un soir en décembre
La neige tombait sur les toits
Nous étions toi et moi
Endormis ensemble
Pour la première fois.

Le temps a passé doucement
Et déchu le Prince Charmant
Qui t'offrait des voyages
Dans ses nuages
On m'a dit que tu t'es mariée
En avril au printemps dernier
Que tu vis, à Paris.

Michèle, c'est bien loin tout ça
Les rues, les cafés joyeux
Mêmes les trains de banlieue
Se moquent de toi, se moquent de moi
Michèle, c'est bien loin tout ça
Les rues, les cafés joyeux
Mêmes les trains de banlieue
Se moquent de toi, se moquent de moi....
Se moquent de moi !

 


 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : michele, gerard lenorman |  Facebook |

11/08/2009

"Le jour se lève" de Esther Galil

 

11 Esther Galil

Il est bientôt 5 heures, le matin va venir 
Vous avez tous le cœur à aimer ou dormir 
Mais moi je reste seule 

{Refrain:}
Le jour se lève sur ma peine 
Alors le monde entier fait l'amour 
Mais ça n'a pas d'importance 
Car c'est pour toi, pour toi que je danse 

Il est bientôt 5 heures, le soleil va briller 
Sur la mer et les fleurs et sur l'éternité 
Mais moi je reste seule 

{au Refrain}

Il est bientôt 5 heures, le matin va venir 
Il est bientôt 5 heures, vous allez tous partir 
Mais moi je reste seule 

{Refrain:}
Le jour se lève sur ma peine 
Alors le monde entier fait l'amour 
Le jour se lève sur ma peine 
Alors le monde entier fait l'amour 
Le jour se lève sur ma peine 
Alors le monde entier fait l'amour... 

 


 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le jour se leve, esther galil |  Facebook |

10/08/2009

"The final countdown" de Europe

 

10 Europe

Were leaving together,
But still its farewell
And maybe well come back,
To earth, who can tell? 
I guess there is no one to blame
Were leaving ground
Will things ever be the same again? 

It's the final countdown.

The final countdown.

Were heading for venus and still we stand tall
Cause maybe theyve seen us and welcome us all
With so many light years to go and things to be found
Im sure that well all miss her so.

It's the final countdown.
The final countdown.
The final countdown, Final countdown
The final countdown.
It's the final countdown.
The final countdown.
The final countdown.
It's the final countdown, final countdown.

We're leaving together.

The final countdown.

We'll all miss her so.

It's the final countdown, final countdown.
It's the final countdown.

 


 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, the final countdown |  Facebook |

09/08/2009

"Le tourbillon" de Jeanne Moreau

 

09Le tourbillon


Elle avait des bagues à chaque doigt,
Des tas de bracelets autour des poignets,
Et puis elle chantait avec une voix
Qui sitôt m'enjôla

Elle avait des yeux, des yeux d'opale
Qui m'fascinaient, qui m'fascinaient,
Y avait l'ovale d'son visage pâle
De femme fatale qui m'fut fatal {x2}

On s'est connus, on s'est reconnus,
On s'est perdus de vue, on s'est r'perdus d'vue
On s'est retrouvés, on s'est réchauffés
Puis on s'est séparés

Chacun pour soi est reparti
Dans l'tourbillon de la vie
Je l'ai revue un soir, aïe, aïe, aïe !
Ça fait déjà un fameux bail {x2}

Au son des banjos, je l'ai reconnu
Ce curieux sourire qui m'avait tant plu
Sa voix si fatale, son beau visage pâle
M'émurent plus que jamais

Je me suis soûlé en l'écoutant
L'alcool fait oublier le temps
Je me suis réveillé en sentant
Des baisers sur mon front brûlant {x2}

On s'est connus, on s'est reconnus,
On s'est perdus de vue, on s'est r'perdus de vue,
On s'est retrouvés, on s'est séparés
Puis on s'est réchauffés

Chacun pour soi est reparti
Dans l'tourbillon de la vie
Je l'ai revue un soir ah la la
Elle est retombée dans mes bras {x2}

Quand on s'est connus,
Quand on s'est reconnus,
Pourquoi s'perdre de vue,
Se reperdre de vue ?
Quand on s'est retrouvés,
Quand on s'est réchauffés,
Pourquoi se séparer ?

Alors tous deux, on est repartis
Dans l'tourbillon de la vie
On a continué à tourner
Tous les deux enlacés {x3}

 


 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeanne moreau, le tourbillon de la vie |  Facebook |

08/08/2009

"Le coeur volcan" de Julien Clerc

 

08 Julien Clerc

Comme un volcan devenu vieux
Mon coeur bat lentement la chamade
La lave tiède de tes yeux
Coule dans mes veines malades
Je pense à toi si souvent
Que ma raison en chavire
Comme feraient des barques bleues
Et même les plus grands navires

J'ai la raison arraisonnée
Dans un port désert dérisoire
Toute ma vie s'est arrêtée
Comme s'arrêterait l'Histoire
J'ai la raison arraisonnée
Dans un port désert dérisoire
Tout ma vie s'est arrêtée
Comme s'arrêterait l'Histoire

Comme un légende qui s'éteint
Comme un grand peuple en décadence
Comme une chanson qui se meurt
Comme la fin de l'espérance
Mon coeur volcan devenu vieux
Bat lentement la chamade
La lave tiède de tes yeux
Coule dans mes veines malades

Comme une armée de vaincus
L'ensemble sombre de mes gestes
Fait un vaisseau du temps perdu
Dans la mer morte qui me reste
Mon coeur volcan devenu vieux
Bat lentement la chamade
La lave tiède de tes yeux
Coule dans mes veines malades

Comme une armée de vaincus
L'ensemble sombre de mes gestes
Fait un vaisseau du temps perdu
Dans la mer morte qui me reste
Mon coeur volcan devenu vieux
Bat lentement la chamade
La lave tiède de tes yeux
Coule dans mes veines malades

 


 

03:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : julien clerc, le coeur volcan |  Facebook |

07/08/2009

"La déclaration" de France Gall

 

07 France Gall

Quand je suis seule et que je peux rêver
Je rêve que je suis dans tes bras
Je rêve que je te fais tout bas
Une déclaration, ma déclaration

Quand je suis seule et que je peux inventer
Que tu es là tout près de moi
Je peux m'imaginer tout bas
Une déclaration, ma déclaration

Juste deux ou trois mots d'amour
Pour te parler de nous
Deux ou trois mots de tous les jours
C'est tout

Je ne pourrai jamais te dire tout ça
Je voudrais tant mais je n'oserai pas
J'aime mieux mettre dans ma chanson
Une déclaration, ma déclaration

Juste deux ou trois mots d'amour
Pour te parler de nous
Deux ou trois mots de tous les jours
C'est tout

Quand je suis seule et que je peux rêver
Je rêve que je suis dans tes bras
Je rêve que je te fais tout bas
Une déclaration, ma déclaration

Je veux des souvenirs avec toi,
Des voyages avec toi
Des images avec toi
Je me sens bien quand tu es là
Une déclaration, ma déclaration

J'aime quand tu es triste
Et que tu ne dis rien
Je t'aime quand je te parle
Et que tu ne m'écoutes pas
Je me sens bien, quand tu es là
Une déclaration, ma déclaration

 


 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france gall, la declaration |  Facebook |

06/08/2009

"Le premier pas" de Claude-Michel Schönberg

 

06 Claude Michel Schonberg


Le premier pas
J'aimerais qu'elle fasse
Le premier pas
Je sais, cela ne se fait pas
Pourtant j'aimerais
Que ce soit elle qui vienne à moi
Car, voyez-vous, je n' ose pas
Rechercher la manière
De la voir, de lui plaire
L' approcher, lui parler
Et ne pas la brusquer
Lui dire des mots d'amour
Sans savoir en retour
Si elle aimera ou refusera
Ce premier pas

Le premier pas
J'aimerais qu'elle fasse
Le premier pas
On peut s'attendre longtemps comme ça
On peut rester
Des années à se contempler
Et vivre chacun de son côté
Je la rencontrerai
Au bas de l'escalier
Puis, comme tous les jours
Elle me dira : " Bonjour "
Seulement cette fois
Elle me prendra le bras
Me conduira dans sa maison
Où nous ferons

Le premier pas d'amour
Dans son lit, jour après jour
Elle me dévoilera son corps
Me donnera tous les remords
De n'avoir pas dit plus tôt
Le premier mot

Le premier mot
J'aimerais qu'elle dise
Le premier mot
La nuit, j'en rêve
Et c'est idiot
Si elle voulait
Seulement me faire signe tout bas
Alors, je ferais, je le crois

Le premier pas ...



 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le premier pas, claude-michel schonberg |  Facebook |

05/08/2009

"Balade pour un sourire" de Sylvie Vartan

 

05 Sylvie Vartan


Je t'ai attendu presque toute une année
Et maintenant tu es là
Si fragile encore
Que j'ai peur de bouger
Quand tu t'endors
Dans mes bras
Nous allons passer beaucoup de temps
L'un près de l'autre, à essayer
De nous comprendre, de nous aimer
Et bientôt tu verras
La première fleur comme elle sera jolie
A ton regard étonné
Et je sais déjà qu'après l'avoir cueillie
Tu viendras me la donner
Tu connaîtras la pluie et le vent
Et les matins ensoleillés
Les déceptions et l'amitié
Et puis, un jour viendra
Où tu partiras sans me le demander
Puisque la vie est ainsi
Je ne pourrai pas m'empêcher de pleurer
Comme tu le fais aujourd'hui
Mais il me suffit en attendant de ton sourire
Pour effacer tous les nuages de mes pensées
Qui ne sont que pour toi

Je t'ai attendu presque toute une année
Et maintenant tu es là
Je t'ai attendu presque toute une année
Et maintenant tu es là ...

 


 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sylvie vartan, balade pour un sourire |  Facebook |

04/08/2009

"L'aigle noir" de Barbara

 

04 Barbara

Un beau jour ou peut-être une nuit
Près d'un lac je m'étais endormie
Quand soudain, semblant crever le ciel
Et venant de nulle part,
Surgit un aigle noir.

Lentement, ses ailes déployées
Lentement, je le vis tournoyer
Près de moi, dans un bruissement d'ailes,
Comme tombé du ciel
L'oiseau vint se poser.

Il avait les yeux couleur rubis
Et des plumes aux couleurs de la nuit 
À son front, brillant de mille feux,
L'oiseau roi couronné
Portait un diamant bleu.

De son bec, il a touché ma joue
Dans ma main, il a glissé son cou
C'est alors que je l'ai reconnu
Surgissant du passé
Il m'était revenu.

Dis l'oiseau, ô dis, emmène-moi
Retournons au pays d'autrefois
Comme avant, dans mes rêves d'enfant,
Pour cueillir en tremblant
Des étoiles, des étoiles.

Comme avant, dans mes rêves d'enfant,
Comme avant, sur un nuage blanc,
Comme avant, allumer le soleil,
Être faiseur de pluie
Et faire des merveilles.

L'aigle noir dans un bruissement d'ailes
Prit son vol pour regagner le ciel

Un beau jour ou peut-être une nuit
Près d'un lac, je m'étais endormie
Quand soudain, semblant crever le ciel
Et venant de nulle part
Surgit un aigle noir

Un beau jour ou peut-être une nuit
Près d'un lac, je m'étais endormie
Quand soudain, semblant crever le ciel
Et venant de nulle part
Surgit un aigle noir

Un beau jour, une nuit
Près d'un lac, endormie
Quand soudain,
Il surgit de nulle part
Il surgit, l'aigle noir

Un beau jour, une nuit
Près d'un lac, endormie ...

 


 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : barbara, l aigle noir |  Facebook |

03/08/2009

"Rockollection" de Laurent Voulzy


On a tous dans l' cœur
Une petite fille oubliée
Une jupe plissée, queue d' cheval
À la sortie du lycée
On a tous dans l' cœur
Un morceau d' ferraille usé
Un vieux scooter de rêve
Pour faire le cirque dans l' quartier
Et la p'tite fille chantait
(Et la p'tite fille chantait)
Et la p'tite fille chantait
(Et la p'tite fille chantait)
Un truc qui m' colle encore
Au cœur et au corps

Everybody's doing a brand new dance now,
Come on baby, do the locomotion
I know you're gonna like it
if you give it a chance now
Come on baby do the locomotion

On a tous dans l' cœur
Le ticket pour Liverpool
Sortie d' scène, hélicoptère
Pour échapper à la foule
Excuse-me Sir mais j'entends plus
Big-Ben qui sonne
Les scarabées bourdonnent
C'est la folie à London
Et les Beatles chantaient
(Et les Beatles chantaient)
Et les Beatles chantaient
(Et les Beatles chantaient)
Un truc qui m' colle encore
Au cœur et au corps

It's been a hard day's night
and i've been working like a dog
It's been a hard day's night
Yeah yeah yeah yeeeeaaahhhh

À quoi ça va m' servir
D'aller m' faire couper les tifs ?
Est-ce que ma vie s'ra mieux
Une fois qu' j'aurai mon certif' ?
Betty a rigolé
Devant ma boule à zéro
J'lui ai dit : "Si ça t 'plait pas
T'as qu'à te plaindre au dirlo !"
Et j' me suis fais virer
(Et j' me suis fais virer)
Et les Beach Boys chantaient
(Et les Beach Boys chantaient)
Un truc qui m' colle encore
Au cœur et au corps

Round, round, get around, i get around
Get around, round, round, i get around
Get around

On a tous dans l' cœur
Des vacances à Saint-Malo
Et des parents en maillot
Qui dansent sur Luis Mariano,
Au Camping des flots bleus
J' me traîne des tonnes de cafard
Si j'avais bossé un peu
J' me serais payé une guitare
Et Saint-Malo dormait
(Et Saint-Malo dormait)
Et les radios chantaient
(Et les radios chantaient)
Un truc qui m' colle encore
Au cœur et au corps

Gloria, g,l,o,r,i,a, Gloria, g,l,o,r,i,a,

Au café d' ma banlieue
T'as vu la bande à Jimmy
Ça frime pas mal,
Ça roule autour du baby
Le pauvre Jimmy s'est fait piquer
Chez l' disquaire, c'est dingue
Avec un single des Stones
Caché sous ses fringues
Et les loulous roulaient
(Et les loulous roulaient)
Et les cailloux chantaient
(Et les cailloux chantaient)
Un truc qui m' colle encore
Au cœur et au corps

I can't get no, i can't get no satisfaction
Hey hey hey

 


 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : laurent voulzy, rockollection |  Facebook |

02/08/2009

"Crazy Love" de Guy Bonnardot

 

02 Guy Bonnardot

Crazy love, Crazy love

Cra-a-a-a-azy love
Oui, je suis fou ...
Fou d'amour
Tu me rends fou
Tu es partout
Toujours derrière moi

Crazy love, Crazy love

Cra-a-a-a-azy love
Oui, je suis fou ...
Fou d'amour
Tu as gagné
Et je vais passer
Mes nuits dans tes bras

Crazy love, Crazy love

Et dans la vie
Tous mes amis
Me quittent, s'enfuient
Et toi, tu te moques
De moi
Non, non, non
C'est fini
Je deviens fou
Ne dis rien
On va s'arrêter
De se déchirer
Oh ma Crazy love
Crazy love, Crazy love
Ma Crazy love
Crazy love, crazy love ...

 


 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crazy love, guy bonnardot |  Facebook |

01/08/2009

"Rain and Tears" de Aphrodite's Child

 

01 Rain And Tears


Rain and tears, are the same
But in the sun
Youve got to play the game

When you cry
In winter time
You can pretend
Its nothing but the rain

How many times ive seen
Tears coming from your blue eyes

Rain and tears, are the same
But in the sun
Youve got to play the game

[interlude]
Give me an answer of love
(o----ooohhh)
I need an answer of love
(o----ooohhh)
Rain and tears in the sun
But in your heart
You feel the rainbow waves

Rain and tears
Both i shun
For in my heart there ll never be a sun

Rain and tears, are the same
But in the sun
Youve got to play the game

 


 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rain and tears, aphrodite s child |  Facebook |

31/07/2009

Un petit retour nostalgique sur la musique des années 1970 : juste pour le plaisir !

 

70s

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

02:19 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hits des annees 1970 |  Facebook |

29/07/2009

"La Musique" de Nicoletta

 

nicoletta

Moi qui brûlais ma vie
Aux quatre coins des nuits
Qui marchais sans but
Au long de l'ennui

Moi qui ne croyais rien
Qu'à ces petits matins
A l'aube on peut croire
Aux rêves de gloire

Moi qui ne croyais rien
Aujourd'hui crois en mon destin
Pour trouver la vérité
Il me suffisait de chanter

Pour moi la musique
Oui, la musique
Je le sais, sera la clé
De l'amour, de l'amitié
{2x}

Alors toi mon ami
Dont les jours sont de pluie
D'heures toutes perdues
Ecoute et souris

Oui souris à la vie
Oublie tous tes ennuis
Ne sois plus triste
Le rêve existe

Ne cherche pas trop loin
Ce qui est au creux de ta main
Regarde le soleil briller
Ecoute les oiseaux chanter

Pour toi la musique
{Refrain}



 

 

02:20 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nicoletta, la musique |  Facebook |