04/04/2011

"Pise 1951" de Dominique Fernandez

 

51IHI++eGpL__SS500_.jpg

 

 

En octobre 1951, Octave et Robert, deux étudiants français, arrivent à Pise où ils vont passer une année d'études. Ils découvrent une Italie à peine sortie de la guerre, archaïque, pittoresque et accueillante. Tous deux vont faire la connaissance d'une jeune fille qui vit un peu à l'écart de la ville, dans la villa splendide mais délabrée de ses parents, aristocrates ruinés. Les deux garçons tombent amoureux de la jeune fille, chacun à sa façon. Le roman raconte comment, à cette époque où une jeune italienne n'a ni le droit ni la possibilité de rester en tête-à-tête avec un garçon, l'amour naissait chez des êtres qui se connaissaient à peine. Il raconte aussi les hésitations de la jeune fille, partagée entre Octave et Robert.


Ce roman fait revivre une Italie révolue, dont le charme invite à un voyage nostalgique dans le passé.

 

28/03/2011

"Prête-moi ta vie pour t’écrire là-haut" de Françoise Dorin

 

51Xszv4eKzL__SS500_.jpg

 

 

" Si je n'avais pas été la fille de mon père, j'aurais sûrement écrit un roman sur sa vie... Sur son enfance plus que modeste de petit villageois charentais, se voyant déjà en haut de l'affiche comme violoniste virtuose. Sur son obligation de concilier musique et notariat. Sur son engagement dans l'armée pour pouvoir monter à Paris... avec vue sur le Conservatoire. Sur son rêve brisé par la guerre de 1914 et son violon remplacé par un brancard ! Sur ses années de galère, après l'armistice et avant, pour lui, une réussite inattendue à la fois comme chansonnier-revuiste et comme mari d'une ravissante normande. Oui, vraiment, la vie de mon père avait tout pour devenir un roman. Alors, finalement, je l'ai racontée sous son regard, dans une tendre et joyeuse complicité. "

21/03/2011

"Le bouffon des rois" de Francis Perrin

 

Francis Perrin, Le bouffon des rois, littérature

 

 

Triboulet est le plus célèbre bouffon qu'ait connu la cour de France : dans les temps reculés du XVe siècle, il disait leur vérité aux puissants, se moquait ouvertement des courtisans et appelait François Ier  "mon cousin", en toute simplicité. Fils du peuple, il va vivre un étrange destin qui le propulse de la cour de Louis XII, "le père du peuple", le souverain qui rêvait de conquérir l'Italie, à celle de François Ier, "le père des Lettres", le grand monarque de la Renaissance qui en fera son plus proche confident. Dans cette période d'intense création artistique et d'idées nouvelles, il côtoiera Machiavel, Léonard de Vinci, Erasme, Rabelais. Il croisera aussi les plus grands personnages, de Charles Quint à Henry VIII d'Angleterre. Lire sa vie, c'est découvrir toute l'Europe de l'époque: du conseil d'état aux secrets d'alcôve, rien n'échappe au bouffon des rois. Sous la plume de Francis Perrin, Triboulet revit dans ce roman à la verve toute rabelaisienne. Du Roi s'amuse de Victor Hugo au Rigoletto de Verdi, il est devenu le symbole même de la liberté de parole et de la folie faite sagesse.

 

François Nourissier a rejoint le"Musée de l'Homme"

 

1604044940.jpg

 

 

 

Après des études universitaires chaotiques à Sciences-Po, à la Sorbonne et en Droit, François Nourissier vit de petits boulots et se consacre à l'action humanitaire avec le Secours Catholique en faveur des personnes déplacées et des réfugiés. Il entre ensuite dans le monde de l'édition en devenant secrétaire général des éditions Denoël de 1952 à 1955, puis il occupe le poste de rédacteur en chef de la revue La Parisienne de 1955 à 1958, et de conseiller aux éditions Grasset de 1958 à 1996. En tant que journaliste, il collabore à de nombreux journaux, surtout comme critique dramatique ou littéraire (Nouvelles littéraires, Le Point, Elle, Vogue, Paris Match, Le Figaro magazine.. .). L'homme qui se dit écrivain mais pas « viscéralement romancier » se fait remarquer en 1964 avec « Un petit bourgeois », considéré comme son chef-d' oeuvre, deuxième volet d'une trilogie autobiographique entamée avec « Bleu comme la nuit » en 1958 et qu'il clôt en 1966 avec « Une Histoire française », grand prix du roman de l'Académie française. Il obtient le prix Fémina quatre ans plus tard avec « La Crève », en 1970. Il est élu en 1977 à l'académie Goncourt, il en devient secrétaire général en 1983 puis président en 1996. Il quitte ses fonctions en février 2002, mais reste néanmoins membre influent du jury. Des problèmes de santé le forcent à démissionner de l'académie en 2008. Jugeant le moment opportun, François Nourissier publie la même année « Eau-de-feu », autobiographie qu'il avait écrit plusieurs années auparavant. Il y décrit la lente agonie du couple qu'il forme avec Hélène Cécile Muhlstein, artiste peintre qui sombre dans l'alcoolisme alors que lui est frappé par la maladie de Parkinson, qu'il nomme « Miss P. »

Il décède le 15 février 2010, à l'hôpital Sainte-Perine à Paris, à l'âge de 83 ans.

 

 

1013395710.jpg

 

 

 

Bibliographie

  • 1951 - L'Eau grise
  • 1952 - La vie parfaite
  • 1956 - Les Orphelins d'Auteuil
  • 1956 - Les Chiens à fouetter
  • 1957 - Le Corps de Diane
  • 1958 - Bleu comme la nuit
  • 1964 - Un petit bourgeois
  • 1965 - Une histoire française (Grand prix du roman de l'Académie française)
  • 1970 - Le Maître de maison
  • 1970 - La Crève (prix Femina)
  • 1973 - Allemande
  • 1975 - Lettre à mon chien
  • 1978 - Le musée de l'homme
  • 1981 - L'Empire des nuages
  • 1987 - En avant, calme et droit
  • 1985 - La Fête des pères
  • 1990 - Bratislava
  • 1992 - Le Gardien des Ruines
  • 1996 - Roman volé
  • 1997 - Le Bar de l'escadrille
  • 2000 - À défaut de génie
  • 2003 - Prince des berlingots
  • 2005 - La Maison Mélancolie
  • 2008 - Eau-de-feu

 

 

1492423501.jpg

 

 

 

 

 

« Ils ne me font pas sourire les inconnus qui murmurent : "Ah, si je vous racontais ma vie, quel livre vous en feriez !" Ils ont raison, ces naïfs. Rien de plus émouvant qu'une vie réputée "ordinaire", rien de plus amer, secret, étrange et étranger. Les matériaux quotidiens font la comédie humaine : une tâche sur laquelle vous saignez ; une mère qui glisse à l'absence ; une femme qu'enfin vous aimez après toutes celles que vous avez désaimées, perdues ; l'âge qui arme ses fusils... L'homme total et ordinaire méritait bien son musée. Je lui ai donné l'apparence d'un carnet de croquis : onze autoportraits de M. Tout-le-Monde. Voici le narrateur en père, fils, mari, en notable et en fantôme, en écrivain et en homme au rancart. Un petit bourgeois était une confidence sournoisement subjective - une patate chaude. Ici le conservateur a repris les choses en mains, mis de l'ordre, et il propose ce catalogue de mes expositions permanentes. » François Nourissier.







http://www.dailymotion.com/video/xf26yw_francois-nourissi...



20:00 Écrit par Boubayul dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : françois nourissier |  Facebook |

14/03/2011

"La Dame du Palatin" de Patrick de Carolis

 

51vOhvKOvCL__SS500_.jpg

 

 

 

Arelate, l'antique Arles, an 38 après Jésus-Christ. Paulina, fille du riche armateur Pompeius Paulinus, est ballottée de Charybde en Scylla : Taurus, son époux, fuit en Orient avec sa maîtresse et disparaît dans un naufrage. Son fils unique meurt. Elle embarque alors pour Rome et accoste sur un rivage de l'île de Corsica à cause d'une tempête. C'est là qu'elle rencontre le philosophe stoïcien Sénèque, exilé pour raisons politiques. Après avoir intercédé pour la réhabilitation du philosophe auprès d'Agrippine, la redoutable mère du futur Néron, la jeune Gauloise devient la dame du Palatin en épousant Sénèque. Alors qu'elle commence à apercevoir le bonheur, Paulina est confrontée aux intrigues de la cour, aux complots, aux assassinats et aux frasques de l'Empereur sanguinaire. Accompagnant le philosophe sur le long chemin de la sagesse, Paulina rencontre les personnages les plus célèbres de son siècle et notamment celui qui deviendra Saint Paul, en pleine persécution des chrétiens. Face à la cruauté qui règne sur la cour, Paulina est touchée par ce qui commence à se murmurer dans tout Rome : Dieu est amour… Patrick de Carolis nous plonge dans les décors somptueux de la Rome impériale, décrivant avec brio le faste légendaire des banquets, où l'essence des parfums les plus précieux de l'Empire se mêle au soufre des conjurations.

 

07/03/2011

"L'appel de l'ange" de Guillaume Musso

 

Guillaume Musso, L'appel de l'ange, Littérature

 

 

 

Dans leur téléphone,
il y avait toute leur vie...

New York. Aéroport Kennedy.
Dans la salle d embarquement bondée, un homme et une femme se télescopent. Dispute anodine, et chacun reprend sa route.
Madeline et Jonathan ne s étaient jamais rencontrés, ils n auraient jamais dû se revoir. Mais en ramassant leurs affaires, ils ont échangé leurs téléphones portables. Lorsqu ils s aperçoivent de leur méprise, ils sont séparés par 10 000 kilomètres : elle est fleuriste à Paris, il tient un restaurant à San Francisco.
Cédant à la curiosité, chacun explore le contenu du téléphone de l autre. Une double indiscrétion et une révélation : leurs vies sont liées par un secret qu ils pensaient enterré à jamais...


Entre comédie romantique et thriller de haute volée

Une intrigue magistrale portée par des personnages bouleversants

Un final virtuose

 

 

24/02/2011

Mort de Jean Lartéguy

 

565592-jean-larteguy-diapo-2.jpg

 

 

 

Jean Lartéguy, décédé mercredi 23 février 2011 à l'âge de 90 ans, était un baroudeur qui avait participé comme soldat et journaliste à plusieurs conflits (Seconde Guerre mondiale, Corée, Indochine, Algérie) avant de devenir écrivain à succès.

 

Auteur d'une cinquantaine d'ouvrages (grands reportages, romans, essais, documents, théâtre), largement traduits, cet homme massif aux yeux clairs se faisait le chantre d'une armée romantique dont les officiers se permettaient d'avoir des états d'âme.

 

De son vrai nom Lucien Osty, il naît "par hasard" à Maisons-Alfort (Val-de-Marne) le 5 septembre 1920, mais grandit à Aumont-Aubrac, en Lozère, dans une famille pauvre. Il s'engage en 1939 et rejoint en 1942 les Forces françaises libres. De 1943 à 1946, il sert dans les commandos d'Afrique et, en 1950, il est lieutenant dans le bataillon français de Corée.

 

Après une licence en lettres, il est de 1951 à 1975 correspondant de guerre en Corée, puis en Indochine, et devient grand reporter à Paris-Presse puis à Paris-Match. En 1955, il obtient le prix Albert Londres pour des articles sur la guerre d'Indochine.

 

1926747.jpg

 

 

A partir de 1959, il publie Les centurions (adapté au cinéma avec Anthony Quinn et Alain Delon), Les mercenaires (700.000 exemplaires vendus), Les prétoriens, Le paravent japonais, Les dieux meurent en Algérie, Les baladins de la Margeride (sur son enfance), Soldats perdus et fous de dieu, Liban, huit jours pour mourir, Mourir pour Jérusalem, Tout homme est une guerre civile et Traquenard, son dernier livre en 1996.

 

Jean Lartéguy a longtemps partagé sa vie entre son appartement parisien décoré de belles antiquités asiatiques et sa demeure proche de Cannes, avant d'être admis en juin 2005 à l'Institution nationale des Invalides à Paris. Il était le père de l'actrice Ariane Lartéguy, née d'un premier mariage.

 

Publications

  • La ville étranglée (1955)
  • Les âmes errantes (1956)
  • La tragédie du Maroc interdit (1957)
  • Les dieux meurent en Algérie (1960)
  • Les Centurions (1960)
  • Les baladins de la Margeride (1962)
  • Les mercenaires (1963)
  • Les chimères noires (1963)

·         Les prétoriens (1964)

  • Le paravent japonais (1964)
  • Le mal jaune (1965)
  • Un million de dollars le Viet (1965)
  • Sauveterre (1966)
  • Les guérilleros (1967)
  • Les chimères noires (1967)
  • Les murailles d'Israël (1968)
  • Les tambours de bronze (1969)
  • Ces voix qui nous viennent de la mer (1969)
  • Tout homme est une guerre civile
  • Voyage au bout de la guerre (1971)
  • Lettre ouverte aux bonnes femmes (1972)
  • Enquête sur un crucifié (1973)
  • Les Rois mendiants (1975)
  • L'adieu à Saïgon (1975)
  • Tout l'or du diable (1975)
  • Les rois mendiants (1977)
  • La guerre nue (1977)
  • Les naufragés du soleil
  • Dieu, l'or et le sang (1980)
  • Le commandant du nord (1982)
  • Marco Polo espion de Venise (1984)
  • Soldats perdus et fous de Dieu, Indochine 1954-1955 (1986)
  • L'or de Baal (1987)
  • Tahiti (1988)
  • Le Roi noir, (1991)
  • Mourir pour Jérusalem (1995)

 

9782877062398.gif

 

 

 

01:23 Écrit par Boubayul dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean lartéguy |  Facebook |

21/02/2011

Diane Gabaldon : "L'écho des coeurs lointains"

 

51z279P+KgL__SS500_.jpg

 

 

Les treize colonies sécessionnistes ont signé leur déclaration d'indépendance le 4 juillet 1776, mais la guerre contre l'Empire britannique n'est pas pour autant terminée. Jamie Fraser, le highlander rebelle installé avec sa femme Claire à Fraser's Ridge, en Caroline du Nord, sait que les Américains finiront par l'emporter, si improbable que cela puisse paraître à ce moment-là. Malgré son soutien indéfectible aux sécessionnistes, Jamie ne parvient pas à se réjouir de cette victoire prochaine, car une terrible perspective l'angoisse : il préférerait mourir plutôt que d'avoir à affronter sur un champ de bataille William Ransom, son fils illégitime, lieutenant dans l'armée britannique. Afin d'éviter une telle confrontation, Jamie décide de repartir pour l'Ecosse avec Claire et d'y rester jusqu'à ce que la guerre se termine. Pendant ce temps-là, au XXe siècle, leur fille Brianna et son mari Roger ont racheté et retapé le manoir de Lallybroch, propriété des Fraser. Ils suivent les aventures de Claire et de Jamie grâce aux lettres que ces derniers leur ont laissées dans un coffre...

 

14/02/2011

Carlos Ruiz Záfon "Marina"

 

36084912_8138397.jpg

 

 

 

Oscar Drai, quinze ans, a disparu pendant une semaine du pensionnat où il est interne. Où est-il allé et que lui est-il arrivé ? Quand l'histoire commence, Oscar vagabonde à travers Barcelone. Attiré par une mystérieuse maison apparemment abandonnée, il pénètre à l'intérieur. Se croyant seul, il commence ses investigations. Alors qu'il est en train d'examiner une curieuse montre à gousset laissée sur une table, il se rend compte que quelqu'un l'observe. Terrorisé, il s'enfuit. En rentrant au pensionnat, il s'aperçoit ... Lire la suite qu'il a gardé la montre. Tenaillé par les remords, il retourne quelques jours plus tard dans la grande maison. Il y fait alors la connaissance de Marina, fille du propriétaire. Elle a son âge, de l'audace et une intelligence très vive. Elle entraîne son nouveau compagnon dans l'élucidation d'un mystère qui la tourmente : au coeur du plus vieux cimetière de Barcelone, une vieille femme voilée visite une tombe anonyme sur laquelle figure le dessin d'un papillon noir. Qui est-elle, et qui dort sous la pierre tombale ? En menant leur enquête, les deux adolescents franchissent les limites d'une propriété privée délaissée. Dans la serre qui la jouxte, des pantins en partie amputés de leurs membres pendent dans les airs. Soudain, ils descendent lentement et semblent s'animer. Une odeur pestilentielle envahit la serre... Sur le fronton, un papillon noir identique à celui de la tombe paraît contempler l'épouvantable scène.

Parcourant les plus effrayants endroits de Barcelone, s'égarant dans les entrailles de souterrains où vivent des créatures de cauchemar, s'enfonçant dans les coulisses d'un inquiétant théâtre désaffecté, Oscar et Marina réveillent les protagonistes d'une tragédie vieille de plusieurs décennies. La vengeance est en route, mue par une armée de fantômes, guidée par un savant de génie et une amoureuse désespérée. Entraînés dans la folie homicide de ces ombres tout droit sorties du passé, Oscar et Marina frôlent la mort. Pourtant, celle-ci les attaquera là où ils ne l'attendaient pas...

 

 

11/02/2011

Le dernier message d'Andrée Chedid

 

chedid.jpg

 

 

« Nous ne donnons rien au poème qu'il ne nous rende au centuple ». Ainsi Andrée Chédid considérait-elle son rapport au verbe.

 

Faire surgir la vie à travers toutes les ombres. C'était la grande quête de la poétesse et romancière Andrée Chédid qui s'est éteinte dimanche 6 février 2011 à Paris, à l'âge de 90 ans. Née Andrée Saab le 20 mars 1920 au Caire (Egypte), d'origine libanaise chrétienne, elle est la mère du chanteur Louis Chedid et de la peintre Michèle Chédid-Koltz, ainsi que la grand-mère du chanteur Matthieu Chedid.

 

L'auteur du "Sixième jour" (1960) et de "L'Autre" (1969), tous deux portés à l'écran, a créé en cinquante ans une œuvre riche et variée, imprégnée d'humanisme, et inspirée en partie par sa double attache orientale et française.

 

Issue d'une famille chrétienne libanaise immigrée en Egypte dans les années 1860, Andrée Chedid s'était installée à Paris en 1946. Elle a publié une vingtaine de romans et de recueils de nouvelles, et son œuvre poétique est réunie dans deux volumes : "Textes pour un poème" (1949-1970) et "Poèmes pour un texte" (1970-1991).

 

Andrée Chedid a également écrit de nombreux livres pour enfants, des pièces de théâtre ("Le Montreur", "Echec à la Reine"), ainsi que des chansons pour son fils Louis et son petit-fils, "M".

 

Mathieu_Chedid_et_Andree_Chedid.jpg

 

Licenciée ès lettres de l'université américaine du Caire, élevée dans trois langues, l'arabe, l'anglais et le français, elle écrit très jeune de la poésie et publie ses premiers textes en anglais, avant de choisir le français.

 

Poète du "Double pays", titre d'un de ses recueils, André Chedid concevait son art comme l'expression à la fois d'une vie intérieure et d'un rapport au monde.

 

Dès 1952, avec "Le Sommeil délivré", elle choisit de s'exprimer aussi à travers le roman. Inspirée de son Orient natal, son oeuvre romanesque campe, dans un style à la fois sobre et lyrique, des drames individuels et collectifs, pour dire sa foi en l'Homme : "La Cité fertile" (1972), "Les Marches de sable" (1981) "La Maison sans racines" (1985), "L'Enfant multiple" (1989), "Le Message" (2000).

 

Andrée Chedid a reçu de très nombreux prix littéraires, notamment l'Aigle d'or de la poésie (1972) et le Goncourt de la nouvelle en 1979 pour "Le Corps et le temps".

 

Officier de la légion d'honneur en France, mariée au professeur Louis-Antoine Chedid, elle était aussi arrière-grand-mère d'une petite Billie.

 

 

 

 

20:20 Écrit par Boubayul dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : andrée chedid, littérature |  Facebook |

08/02/2011

183ème anniversaire de la naissance de Jules Verne

 

Jules Verne, Littérature

 

 

 

Google fête en ce mardi 8 février 2011 le 183e anniversaire de la naissance de Jules Verne en modifiant son Doodle (Logo Google). Jules Verne était un grand écrivain français de romans de science-fiction et d’anticipation. Le premier roman de Jules Verne a été 5 semaines en ballon qui a été un succès colossal à travers le monde. Jules Verne a mis près de quarante ans pour finaliser les 64 volumes de ses Voyages Extraordinaires. Les romans de Jules Verne ont été traduit plus de 4000 fois. L’année 2005 a été décrété année Jules Verne. C’est donc un très beau logo Google qui nous rappel, à l’occasion de son 183e anniversaire de sa naissance, l’immense talent du romancier Jules Verne.

 

 

 

Jules Verne, Littérature

 

 

 

 

 

03:47 Écrit par Boubayul dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jules verne, littérature |  Facebook |

07/02/2011

Patrick Rambaud : "Chroniques du règne de Nicolas Ier"

 

Chronique du règne de Nicolas Ier

 

Patrick Rambaud, Chronique du règne de Nicolas Ier, Livre, Littérature

 

« Même parvenu, Notre Précieux Souverain ne trouva point la paix en lui-même, tant il restait secoué en continu par des nervosités. Qui l’a vu fixe et arrêté ? Il ne bougeait que par ressorts. Si vous le retardiez dans sa course, vous démontiez la machine. Il marchait des épaules avec une façon personnelle de se dévisser le cou, remuant par courtes saccades comme s’il était engoncé dans un costume que lui taillait pourtant à sa mesure un artiste italien de renom. (…) Quand il parlait en public, plusieurs fois dans une même journée, il se rengorgeait ainsi qu’un pigeon et se livrait à de curieuses contorsions pour animer ses dires… » P.R.
Amusé, atterré, ébloui, agacé par la passion, l’amour et l’attention que suscite notre nouveau président – notre nouvel empereur, devrait-on dire –, Patrick Rambaud s’est lancé dans une chronique un peu particulière : conter, au jour le jour, l’éclosion de ce nouveau monarque, se fondant sur des faits vrais, mais dans l’esprit, avec la drôlerie et la cruauté de Saint-Simon… Dans cette chronique irrévérencieuse, on croise ainsi un souverain trépidant, une impératrice pincée qui règne sur son empereur, un dauphin de dix ans, des ministres empoudrés et fébriles, un duc de Bordeaux tragique, des barons à genoux… Rien n’échappe à la plume de notre chroniqueur, ni le short, ni le renouveau de la lampe Empire, ni les flagorneries des princes, ni les courbettes des petits marquis… ni, enfin, la folie amoureuse d’autres chroniqueurs et portraitistes un peu moins agacés.

 

Deuxième chronique du règne de Nicolas Ier

 

Patrick Rambaud, Chronique du règne de Nicolas Ier, Livre, Littérature

 

« C'est parce que nous sommes nombreux à souffrir votre règne, Sire, que j'ai entrepris de le raconter, afin qu'en demeurent les péripéties et, oserais-je le dire, une manière de trace. La plume m'en tremble entre les doigts, mais Votre Compulsive Grandeur doit comprendre que, selon les lois de la nature et celles de la politique, la pluie succède au beau temps. Voici venue pour Votre Omnipotence la saison des orages. » P. R.

 

Troisième chronique du règne de Nicolas Ier

 

Patrick Rambaud, Chronique du règne de Nicolas Ier, Livre, Littérature

 

" La Première Chronique fut scintillante et burlesque, quand la Cour s'installa. La Deuxième à la fois grave et ridicule, qui vit paraître la comtesse Bruni. La Troisième, que vous tenez en main, est plus sombre parce qu'elle présente un Souverain remodelé en Tarzan dans un pays devenu dépressif et répressif. "

 

Quatrième chronique du règne de Nicolas Ier

 

Patrick Rambaud, Chronique du règne de Nicolas Ier, Livre, Littérature

 

"L’année qui court de l’été 2009 à l’été 2010 consacre la dégringolade de Nicolas Ier dans l’opinion. Les événements ne se succèdent plus pour s'effacer, mais ils se chevauchent et restent en mémoire. De la cruelle estocade portée au duc de Villepin, en passant par les déboires du Prince Jean à l'EPAD, ce ne sont que mensonges, rumeurs, coups de force et raclée électorale, jusqu'au feu d'artifice de l'affaire Woerth-Bettencourt que seules les vacances interrompent."

 

 

 

31/01/2011

"Le siècle - La chute des géants" de Ken Follett

 

9782221110829.jpg

 

En 1911, les grandes puissances vivent leurs derniers instants d’insouciance. Bientôt la guerre va déferler sur le monde... Cinq familles – américaine, russe, allemande, anglaise et galloise – vont se croiser, s’aimer, se déchirer, au rythme des bouleversements de l’Histoire : la Première Guerre mondiale et la Révolution russe. Cette gigantesque fresque dépeint toute la gamme des sentiments humains et dresse une galerie de portraits saisissants. Des personnages exceptionnels, passionnés, attachants, tourmentés, qui, en dépit des tragédies, bravent les obstacles et les peurs pour s’accomplir. Entre saga historique et roman d’espionnage, histoire d’amour et lutte des classes, Le Siècle, la nouvelle épopée de Ken Follett en trois volumes, traverse la période la plus violente et la plus complexe des temps modernes : la grande aventure du XXe siècle…

20:30 Écrit par Boubayul dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/01/2011

"Et l'Egypte s'éveilla" de Christian Jacq

 

T1.jpg

 

Tome 1 – La Guerre des clans

 

Auteur de romans historiques consacrés à l’Égypte ancienne, Christian Jacq publie une trilogie où l’histoire et la mythologie se confondent pour raconter le mystère de la dynastie zéro, à l’origine de la civilisation égyptienne.

 

Christian Jacq révèle le mystère de la dynastie zéro : comment le pays des Deux Terres, plongé dans le chaos, donna naissance à l'Egypte des pharaons, mère d'une civilisation éternelle... Vers 3500 avant J.-C. '' L'Egypte est la proie de plusieurs clans qui s'entre-déchirent. Dans les marais du Nord, le village du jeune Narmer est attaqué, tous les habitants sont massacrés, le clan Coquillage anéanti. Sauvé in extremis par une petite voyante sauvagement assassinée, Narmer se jure de la venger et part vers un monde inconnu. Mais il doit d'abord traverser la vallée des Entraves, dont aucun humain n'est sorti vivant. L'Ancêtre, messager des dieux, fixe au jeune homme sept étapes pour parvenir à construire un monde nouveau. Sur sa route, Narmer rencontre un guerrier aussi séduisant qu'impitoyable : Scorpion. Le voici plongé au sein de la guerre des clans, entre le Nord et le Sud, la puissance de Taureau, la folie d'Oryx, la ruse de Crocodile, l'ambition de Lion, le mystère de Chacal...

 

 

 

T2.jpg

 

Tome 2 – Le feu du scorpion

 

La guerre des clans a marqué la fin d un monde. Au Nord, les envahisseurs libyens déploient leur férocité ; au Sud, l ambitieux Lion et le terrifiant Crocodile tentent d imposer leur tyrannie.

Les Deux Terres sont la proie de la désolation. Habité par les âmes des chefs de clan disparus, Narmer parviendra-t-il à surmonter les épreuves imposées par l Ancêtre et à sortir du chaos, au risque de perdre la prêtresse de Neit, son unique amour ?

Aidé de son frère par le sang, l indomptable Scorpion, soutenu par le puissant Taureau, mais affaibli par la traîtrise d un proche, Narmer réussira-t-il à faire naître un monde nouveau ?

 

 

 

 

 

 

 

T3.jpg

 

Tome 3 – L’œil du Faucon

 

Aidé par le valeureux Scorpion et la magie de la prêtresse Neit, Narmer a réussi à pacifier le sud des Deux Terres où reviennent peu à peu la sérénité et la vie.

Pourtant cette harmonie n’est qu’illusion, et loin de se reposer sur ses succès, Narmer repart courageusement à l’assaut des redoutables Libyens, alliés aux troupes du rusé Crocodile.

Mais là n’est pas le pire danger : parviendra-t-il à franchir la dernière étape imposée par l’Ancêtre, qui mettra à l’épreuve bien plus que son courage, son cœur lui-même ?

S’il triomphe des embûches semées sur sa longue route, Narmer deviendra le premier pharaon… et l’Égypte s’éveillera pour l’éternité.

 

Dans ce tome qui clôt une série éblouissante, Christian Jacq poursuit la révélation du mystère de la dynastie zéro : comment le pays des deux terres, plongé dans le chaos, donna naissance à l’Égypte des pharaons, mère d’une civilisation éternelle…

 

 

18/01/2011

L'esprit de Jean Dutourd est parti voltiger vers d'autres cieux...

 

1232852_photo-1295305119239-2-0.jpg

 

 

Jean Dutourd est né à Paris, le 14 janvier 1920. Sa mère mourut quand il avait sept ans. À vingt ans, il fut mobilisé et fait prisonnier au bout de quinze jours de guerre. Il s'évada six semaines plus tard, revint à Paris et passa une licence de philosophie à la Sorbonne. Licence incomplète, car il ne parvint jamais à décrocher le certificat de psychologie. Il se maria en 1942 avec Camille Lemercier. Le philosophe Gaston Bachelard fut son témoin. Ensuite de quoi il entra dans la Résistance. Arrêté au début de 1944, il s'évada à temps pour participer à la libération de Paris.

Son premier ouvrage, « Le Complexe de César », parut en 1946 et obtint le prix Stendhal. En 1950, il eut le prix Courteline pour Une tête de chien et, en 1952, le prix Interallié pour « Au bon beurre », scènes de la vie sous l'Occupation. Le prix Prince Pierre de Monaco lui fut décerné, en 1961, pour l'ensemble de son œuvre. En 2001, alors qu'il pensait avoir de beaucoup passé l'âge des récompenses, il reçut le prix Saint-Simon pour Jeannot, mémoires d'un enfant.

Le 14 juillet 1978, une bombe fit sauter son appartement, déposée par des gens qui n'aimaient pas son style. Les intellectuels parisiens en éprouvèrent quelque dépit, n'ayant pas, généralement, causé autant de bruit avec leurs écrits. Cet incident néanmoins eut une heureuse conséquence : Jean Dutourd fut élu à l'Académie française, au fauteuil de Jacques Rueff, le 30 novembre de la même année (31e fauteuil).

Il put constater par la suite combien Voltaire voyait juste en affirmant que cette Compagnie «est toujours une espèce de rempart contre les fanatiques et les fripons».

Jean Dutourd est décédé ce 17 janvier 2011 à Paris.

 

Retenons quelques-unes de ses citations :

 

«Faire parler un homme politique sur ses projets et son programme, c’est comme demander à un garçon de restaurant si le menu est bon.»

 

«Les voyages, comme les belles femmes, sont faits pour les hommes sans imagination.»

 

«La marque distinctive du XXe siècle est l’encombrement, la prolifération des objets, c’est-à-dire l’hégémonie de la matière.»

 

 

 

 

17:24 Écrit par Boubayul dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : jean dutourd, academie francaise |  Facebook |

17/01/2011

"Le mystère Napoléon" de Steve Berry

 

9782749118642.jpg

Après La Prophétie Charlemagne, la nouvelle aventure de Cotton Malone, à Paris, sur les traces du trésor perdu de Napoléon.

Lors de sa mort, en 1821, à Sainte-Hélène, Napoléon emporta bien des secrets dans sa tombe. Durant ses années de conquête, il avait en effet eu accès à de nombreuses richesses mais aussi à des archives occultes, en particulier celles du Vatican et des Chevaliers de Malte.

C'est à la quête d'un des secrets de l'Empereur, peut-être le mieux gardé, que se lance cette fois Cotton Malone. Pour quelles raisons Napoléon a-t-il, peu de temps avant sa mort, demandé à son fidèle serviteur Saint-Denis de remettre à son fils un ouvrage consacré aux royaumes mérovingiens ? Quels sont les secrets que renferme ce livre ? Et qu'en est-il de ces mystérieux documents que se sont disputés dans l'ombre l'Empereur et son ancien complice, devenu son ennemi juré, le comte Pozzo di Borgo ?

Du Paris historique à la tour Santa Maria au Cap Corse en passant par un mystérieux château de la Loire, Steve Berry nous propose encore un fabuleux voyage en compagnie de Cotton Malone, plein de mystères, d'énigmes et de retournements.