09/10/2009

Prix Nobel de Littérature 2009 : Herta Müller

 

354px-Herta_Müller_2007

 

 

 

L'Allemande d'origine roumaine Herta Müller s'est vue attribuer, jeudi 8 octobre, le prix Nobel de littérature 2009. Elle est récompensée pour avoir "avec la densité de la poésie et la franchise de la prose, dépeint l'univers des déshérités", a précisé l'Académie Nobel.

C'est le troisième auteur de langue allemande en dix ans à être récompensé, après l'Allemand Günter Grass, en 1999 et l'autrichienne Elfried Jelinek, en 2004.

Née le 17 août 1953 à Nitchidorf, dans la province de Banat en Roumanie, au sein de la minorité allemande des Souabes, Herta Müller a étudié la littérature allemande et roumaine entre 1973 et 1976 à Timisoara. Après quoi, elle devient traductrice dans une usine de machines industrielles.

Proche dans sa jeunesse d'un groupe d'écrivains germanophones perçu par le régime de Nicolae Ceaucescu comme un "ferment d'opposition", elle est licenciée parce qu'elle avait refusé de collaborer pour la Securitate (les services secrets roumains) mais aussi mise sur écoute et menacée à maintes reprises, elle quitte la Roumanie en 1987 pour l'Allemagne de l'Ouest.

Peu connue du grand public jusqu'au début des années 2000, Herta Müller a été découverte et saluée par la critique dès 1984, avec la parution d'un recueil de récits, Bas-fonds, qu'elle avait réussi à faire sortir clandestinement de Roumanie.

Bien qu'elle vive depuis 1987 à Berlin, Herta Müller continue néanmoins à écrire sur son expérience roumaine. "En ce qui me concerne l'expérience essentielle de ma vie, a-t-elle eu l'occasion d'expliquer, c'est en Roumanie que je l'ai faite, sous la dictature. Le fait de vivre à plusieurs centaines de kilomètres de la Roumanie, ne me fera pas oublier ce que j'y ai vécu. En partant, j'ai emporté mon passé et il faut dire qu'en Allemagne la crainte de la dictature est toujours là".

"J'ai dû apprendre à vivre en écrivant et non vice-versa. Je voulais vivre à la hauteur de mes rêves, c'est tout. L'écriture fut alors pour moi une manière d'exprimer ce que je ne pouvais pas vivre effectivement. "

Parmi ses principaux livres traduits en français figurent L'Homme est un grand faisan sur terre (Maren Sell, 1991 et " Folio, 1997) et La Convocation (Ed. Métailié, 2001), où elle dépeint à mots forts et tendus la Roumanie de Ceaucescu et les années de peur et de terreur de son régime.

"Ses romans donnent avec leurs détails ciselés une image de la vie quotidienne dans une dictature pétrifiée", a souligné l'Académie suédoise.

Depuis 1995, Herta Müller est membre de l'Académie allemande de langue et littérature (Deutsche Akademie fûr Sprache und Dicthung).

 

Le renard était déjà le chasseur


Le renard était déjà le chasseur


Dans la Roumanie de Ceausescu, Adina s'aperçoit que des inconnus découpent
  jour après jour, en son absence, la fourrure de renard qui décore son appartement. A cause de cette menace, la jeune enseignante proche d'auteurs-compositeurs dissidents se sait espionnée par les services secrets et découvre qu'une de ses amies fréquente justement un officier de la securitate. Le renard est le chasseur. Les victimes se rapprochent de leurs bourreaux, les amis disparaissent ou se trahissent, et la chute du dictateur n'y changera pas grand-chose. Herta Müller réussit magistralement à nous faire vivre les difficultés matérielles et existentielles qu'elle a bien connues dans un contexte totalitaire où l'expression ne pouvait guère échapper à l'oppression. Rarement l'expérience de la dictature a atteint une telle intensité poétique. Où commence la liberté? Où finit le compromis? Rythmée comme un coeur qui bat, sa prose aux métaphores concises évoque la grandeur et la misère d'un être humain dont les choix, au positif comme au négatif, sont dictés par la peur et l'humiliation.


L'homme est un grand faisan sur terre


L'homme est un grand faisan sur terre


Roumanie. Depuis que le meunier Windisch veut émigrer, il voit la fin partout dans le village. Peut-être n'a-t-il pas tort. Les chants sont tristes, on voit la mort au fond des tasses, et chacun doit faire la putain pour vivre, a fortiori pour émigrer. Windisch a beau livrer des sacs de farine, et payer, le passeport promis se fait toujours attendre. Sa fille Amélie se donne au milicien et au pasteur, dans le même but. Un jour, ils partiront par l'ornière grise et lézardée que Windisch empruntait pour rentrer du moulin. Plus tard, ils reviendront, un jour d'été, en visite, revêtus des vêtements qu'on porte à l'Ouest, de chaussures qui les mettent en déséquilibre dans l'ornière de leur village, avec des objets de l'Ouest, signe de leur réussite sociale, et, «sur la joue de Windisch, une larme de verre».

 

La convocation


La convocation


Herta Müller est née en Roumanie. Elle déclare: «Dans le village où j'ai grandi il n'y avait pas de Roumains. Je n'ai appris le roumain qu'à l'école comme une langue étrangère... A Timisoara, la langue de l'écriture coexiste avec le dialecte (souabe) et la langue véhiculaire (roumain). A cela s'ajoutait la langue de bois du régime qui a détourné le langage à son profit. D'où notre vigilance pour éviter les mots ou les concepts violés ou souillés par la politique... Pour écrire notre réalité, nous devions sans cesse chercher un langage innocent.» Cette exigence donne aux textes de Herta Müller une saveur et une atmosphère très particulières, la force des images contrastant avec la sobriété et la concision du propos. La narratrice, ouvrière dans une usine de confection qui travaille pour l'Italie, a été convoquée par la Securitate. Elle est dans le tramway et lutte pour ne pas se laisser entraîner par son angoisse et le sentiment d'humiliation que son interrogateur va s'ingénier à provoquer dès son entrée. Elle porte la blouse de son amie disparue, elle veut résister. Pendant le trajet, elle voit en flash-back les principaux épisodes de sa vie, elle regarde aussi les passagers autour d'elle. Le tramway ne s'arrête pas à la station où elle doit descendre et elle décide de ne pas se rendre à la convocation.


 

18/09/2009

A choeurs chantant

 

 

Binche dispose, dans le cadre de sa vie associative, de trois chorales qui se produisent à l’heure actuelle de façon séparée.


A l’occasion du 120e anniversaire des Mélomanes, un concert exceptionnel avec la participation de leurs collègues d’Akwabaline et Crescendo sera organisé.


Les chorales locales vont unir leurs voix, mêlant ainsi les sons de Gospel Africain, de la Renaissance Classique à la variété française.
Une soirée haute en harmonies s’il en est !

 

Le vendredi 25 septembre (20h)
Théâtre communal de Binche 
Grand place
7130 Binche 

 


Les Mélomanes


Mélomanes


Akwabaline


Abwakaline


 

20:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : a choeurs chantant, melomanes, abwakaline |  Facebook |

16/09/2009

Variations sur Constantin Cavafis et Marguerite Yourcenar

 

variations2

 

 

Que l'on ne s'y trompe pas, ces « Variations » ne sont pas à proprement dit une pièce à l’intrigue enlevée mais plutôt une rencontre littéraire passionnante entre Marguerite Yourcenar et Constantin Cavafis. Méconnu de son vivant, le poète grec Cavafis est depuis considéré comme l’une des figures les plus importantes de la littérature du XXe siècle. Si la logistique du spectacle est minimale et la forme simplissime, le propos révèle quant à lui une source d’inspiration sans limite. Traduit en français par Marguerite Yourcenar, à qui l’on doit la Présentation critique de Constantin Cavafis, l’œuvre du poète grec trouve avec ce spectacle une nouvelle dimension empreinte de justesse et d’émotion et la sélection cohérente des textes constitue un assemblage réellement passionnant. Par ailleurs, l’actrice anglaise, si rare sur les planches, y abandonne son image de femme inaccessible et se révèle d’une humanité à la fois émouvante et bouleversante grâce à un charisme acquis par l’incroyable carrière que l’on sait. Il est vrai que Charlotte Rampling fait partie de ces actrices qui, sans tapage, écrivent leur partition et se construisent un palmarès d’exception loin des abîmes de la célébrité version people. Connue pour être avant tout une actrice de cinéma, aucune de ses précédentes prestations au théâtre n’avait réussi à vraiment éclipser ses éclatantes interprétations sur grand écran. Mais aujourd’hui, avec ce spectacle inattendu, la comédienne pourrait bien créer la surprise. Les textes sélectionnés éblouissent par ce don de raconter des histoires mêlant l’abstraction la plus métaphysique au réalisme le plus pointilleux. Et quoi de plus normal finalement puisque la vie ressemble souvent au théâtre et que le théâtre puise toujours son inspiration dans la vie. Les grands auteurs font exploser les frontières et le temps. Tant Yourcenar que Cavafis s’y emploient à la lettre et irradient cette jubilation qui les fera, l’un et l’autre, poursuivre l’aventure insensée de la création et de l’écriture dans un mouvement incessant. Créé en juin dernier à Toulouse et mis en scène par Lambert Wilson, ce spectacle nous fait découvrir une œuvre qui nous donne immédiatement l’envie de nous y replonger.

 

Le 29 septembre 2009 au Théâtre Saint-Michel (2, rue E. Devroye à 1040 Bruxelles)

 

 

15/09/2009

Patrick Swayze is "like the wind"...

patrick-swayze

 

 

 

Patrick Swayze, rattrapé par son rôle dans « Ghost », nous a quitté ce 15 septembre 2009.

Après plusieurs années dans des séries et des téléfilms, Patrick Swayze, né en 1952, acquiert une gloire instantanée en 1987 grâce à la comédie musicale « Dirty Dancing ». Dans ce film d'Emile Ardolino, Patrick Swayze, corps sculptural et mâchoire carrée, endossait le rôle d'un professeur de danse et faisait montre de son talent d'acteur, mais aussi de danseur et de compositeur - il est l'auteur du tube du film, « She's like the wind ».

C'est d'ailleurs par la danse que Patrick Swayze était entré dans le monde du spectacle. Fils d'une chorégraphe et d'un dessinateur industriel, il avait quitté en 1972 son Texas natal pour New York, où il prit des cours de danse dans les écoles des prestigieux ballets Harkness et Joffrey.

Il s'orienta ensuite vers la comédie et débuta sur le grand écran en 1979 dans « Skatetown, USA », un film musical dans la veine de « Saturday night fever ».

Après « Dirty Dancing », il aligne un deuxième grand succès dans « Ghost », où il donne la réplique à Demi Moore et Whoopi Goldberg et joue la victime d'un meurtre qui revient hanter sa petite amie.

L'année suivante, le magazine People en fait l' »Homme vivant le plus sexy » et dans « Point Break », il donne la réplique à un petit nouveau qui ne tardera pas à faire parler de lui, Keanu Reeves.

En 1992, il s'illustre dans un rôle plus dramatique dans « La Cité de la joie »", où il interprète un médecin américain désabusé parti combattre ses démons personnels à Calcutta, en Inde.

Si sa carrière, marquée par trois nominations aux Golden Globe, ne retrouve plus les sommets du box-office, il continue néanmoins à travailler régulièrement, donnant même la réplique à Jake et Maggie Gyllenhaal en 2001, dans le film culte « Donnie Darko ».




Patrick Swayze - She's like the wind

 

 

 

 

She's like the wind through my tree 
She rides the night next to me 
She leads me through moonlight 
Only to burn me with the sun 
She's taken my heart 
But she doesn't know what she's done 

Feel her breath on my face 
Her body close to me 
Can't look in her eyes 
She's out of my league 
Just a fool to believe 
I have anything she needs 
She's like the wind 

[SOLO]

I look in the mirror and all I see 
Is a young old man with only a dream 
Am I just fooling myself 
That she'll stop the pain 
Living without her 
I'd go insane 

Feel her breath on my face 
Her body close to me 
Can't look in her eyes 
She's out of my league 
Just a fool to believe 
I have anything she needs 
She's like the wind 

Feel your breath on my face 
Your body close to me 
Can't look in your eyes 
You're out of my league 
Just a fool to believe 
(Just a fool to believe) 
She's like the wind 
(Just a fool to believe) 
Just a fool to believe 
(She's like the wind) 
Just a fool to believe 
(Just a fool to believe) 
She's like the wind 
(Just a fool to believe) 
Just a fool to believe 
She's like the wind 

(Just a fool...) 
(She's like the wind) 
(She's like the wind) 
(Just a fool...) 
(She's like the wind) 
(Just a fool...)



14/09/2009

Correspondance sur la folie d'Antonin Artaud

 

correspondance-folie2

 

Carole Bouquet est loin d’avoir révélé toutes les facettes de son étonnante personnalité. En s’attaquant à l’œuvre méconnue d’Antonin Artaud, la comédienne dévoile les méandres de l'âme avec un engagement dramatique éblouissant. Cette lecture musicale n'a rien de manichéenne ni de dogmatique puisque chacun pourra trouver selon son coeur, sa raison ou ses préjugés des réponses personnelles aux multiples questions qui lui sont adressées. Cette rencontre inattendue, entre une actrice de première classe et un auteur de génie, se transforme rapidement en une captivante conversation qui dissèque le fonctionnement intime de la société et de l'individu. Ce spectacle puissant développe des thèmes universels tels que la quête de soi, de l'esprit, de la réalité mais aussi l'impossible harmonie entre le corps et la pensée et la difficulté à trouver le sens de l'être. Créateur d’une poésie mentale, presque psychotique et obsessionnelle, inspirée des idées surréalistes où l'humanité jaillit à vif, gangrenée par la douleur et la rage, face au mystère de l'incarnation, Antonin Artaud déploie une précision lexicale rare sur la souffrance humaine et ses textes donnent presque toujours à penser. Par ailleurs, le traitement scénographique, intimiste et énergique, de cette correspondance très particulière témoigne de la singulière inspiration de la comédienne qui place immédiatement le spectateur au cœur de l’humaine condition. Actuellement en répétition, Carole Bouquet ne manquera pas de captiver dès la rentrée la critique et le public sur les scènes de théâtre. Ce spectacle est présenté en création à Bruxelles avant Paris.

 

Le 22 septembre 2009 au Théâtre Saint-Michel (2, rue E. Devroye à 1040 Bruxelles)

 

 


 

07/09/2009

Des Frères Lumière aux Frères Dardenne

affichecarrée

 

 

 

L'exposition « Des Frères Lumière aux Frères Dardenne » retrace la fabuleuse aventure du 7e art, de ses débuts expérimentaux au XIXe siècle jusqu'à la technicité élaborée du XXIe siècle.

Cinéphile passionné ou simple amateur du grand écran, chacun pourra s'émerveiller devant les progrès réalisés en quelques décennies, de « La sortie d’usine » en 1895 au « Silence de Lorna » en 2008. En parcourant les salles d'exposition des trois niveaux de ce splendide bâtiment, le visiteur découvrira les diverses étapes qui jalonnèrent l'histoire de ce média tant apprécié : des premières projections des frères Lumières, à l'époque du muet en passant par l'arrivée du parlant et du technicolor, il traversera la glorieuse période des studios d'Hollywood, et soulèvera aussi le voile de la censure et de la propagande lors de la Seconde Guerre mondiale pour aboutir aux révolutions technologiques numériques du son et de l'image.

Réalisée avec de nombreuses pièces et films d'époque, issus de la collection internationalement reconnue de Jean-Pierre Verscheure et des collections du Mundaneum, cette superbe rétrospective de l'histoire du cinéma vous enchantera. Ses extraits de films, ses caméras, ses projecteurs, ses bobines, ses programmes de cinéma, ses coupures de presse, ses photos de films et ses affiches vous entraîneront à la poursuite de cet art qui doit tant à la technologie. Une occasion rare de pouvoir admirer un des cinq authentiques cinématographes Lumière en fonctionnement, des caméras Pathé de l'époque du muet, une caméra de prise de vue utilisée par Buster Keaton et D.W.Griffith, l'équipement de projection complet Vitaphone (le projecteur du premier film parlant : "The jazz Singer")…

Cette exposition a été conçue par le Mundaneum et l'asbl Cinévolution en partenariat avec l'Insas de Bruxelles et l'Institut Lumière de Lyon.

Infos

Des Frères Lumière aux Frères Dardenne

Mundaneum

Rue de Nimy, 76 à 7000 Mons

Jusqu'au 13 décembre 2009, du mardi au samedi de 13h à 17h et le dimanche jusque 18h

www.mundaneum.be


 

Lumière

 

 

Dardenne

 

 

 

Le père de Maigret disparaissait il y a 20 ans

simenon

 

 

A l’aube du 4 septembre 1989, Georges Simenon s’éteint. A sa dévouée compagne des dernières années, Teresa, il murmure « Enfin, je vais dormir » avant d’entrer dans son dernier sommeil. Cela fait vingt ans.

 

C’est rue Léopold, à Liège, que Georges Simenon naquit le vendredi 13 février 1903, mais, superstitieuse, sa mère fera enregistrer sa naissance en date du 12. Issu d’un milieu modeste, Georges perdit son père en 1921. Il fera dès lors une croix sur ses études afin d’assurer la matérielle. Autodidacte, il restera dépourvu du moindre diplôme, à l’exception de celui de docteur honoris causa de l’Université de Liège, reçu en 1973. Et s’il fut élu à l’Académie royale de langue et de littérature françaises, à Bruxelles en 1952 et où il ne siégera jamais, il n’obtiendra jamais non plus de prix littéraire : ni Goncourt, ni Rossel, pour ce géant du roman. Ni le Nobel dont il rêva. Il entre à 16 ans à « La Gazette de Liège » où cet instinctif-né fait ses premières armes de journaliste; à 17, avec « Au Pont des Arches », il rédige son premier roman et, à 20, épouse une jeune artiste peintre liégeoise, Régine Renchon. Le couple, alors sans le sou, part se fixer à Paris, début 23. Après un emploi de secrétaire chez un marquis, Georges se lance dans la littérature alimentaire avec une énergie époustouflante. Ses journées seront celles d’un bourreau de travail, le voyant pondre à un rythme d’enfer. Très vite, ce « phénomène » attire l’attention : un premier article le salue dans « Paris-Soir » le 5 juin 1925 (il n’a que 22 ans). La machine est lancée, qui ne s’arrêtera plus pendant un demi siècle, sans le concours de l’ombre d’un nègre. Dès 1925, Georges roule carrosse à Paris, s’éprenant même de l’alors illustre Joséphine Baker, avant de partir sillonner les canaux à bord de petits bateaux où l’accompagnent son épouse et une jeune Française, rebaptisée Boule, avec qui Simenon entretient sans guère s’en cacher des rapports intimes. En 1929, ayant jeté l’ancre de son cotre « L’Ostrogoth » à Delfzijl, aux-Pays-Bas, il rédige « Pietr-le-Letton », première des enquêtes du commissaire Maigret. La suite est légendaire. Dès le début des années 30, ses Maigret valent un succès inouï, qui ne se démentira plus, à un Simenon qui ne cesse d’alors voyager, de l’Afrique à Tahiti, de la Colombie à la Turquie, de New York à la Laponie. Edité chez Gallimard à 31 ans, il produit avec une fécondité stupéfiante : rien qu’en 1938, il y publie douze romans et un recueil de nouvelles. Qui fit mieux, jamais ? En 1939, naît son premier fils; il en aura deux autres, ainsi qu’une fille, Marie-Jo. Après la guerre, Simenon, qui s’est remarié avec une Canadienne - Denyse - qu’il haïra ensuite, s’installe au Canada, puis aux Etats-Unis, écrivant sans relâche, avant de regagner l’Europe, définitivement, au milieu des années 50, pour en passer ses trente bonnes dernières en Suisse romande. Il laisse derrière lui près de deux cents romans, des mémoires et des "dictées"; une œuvre traduite dans des dizaines de langues, dévorée avec délice par des centaines de millions de lecteurs.


9782260009948FS

 


 

 

00:14 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : georges simenon |  Facebook |

06/09/2009

Et bordel, qui va nous faire rire maintenant?

sim01

 

 

L'acteur et comique français Sim, de son vrai nom Simon Berryer, est décédé dimanche à l'âge de 83 ans.


 


Né le 21 juillet 1926 à Cauterets (Hautes-Pyrénées), Sim incarna l'une des figures comiques les plus populaires du théâtre et de la télévision en France depuis ses débuts aux côtés de Jean Nohain dans les années 60.


Sim libellule
 

Son personnage de "La baronne de la Tronche-en-Biais" et ses interventions dans l'émission radiophonique et télévisée des "Grosses Têtes", à laquelle il participait depuis 1977, sont restés célèbres.

 

 

Second rôle prolixe au cinéma, Sim avait notamment joué dans "Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause" de Michel Audiard (1970), "Les mariés de l'an II" de Jean-Paul Rappeneau (1971),"Pinot simple flic" de Gérard Jugnot (1984), ou encore "Astérix et Obélix aux Jeux olympiques" de Frédéric Forestier et Thomas Langmann en 2008.

 

 

 

 

04/09/2009

Une "pierre précieuse" dans le monde des rêves

 

Annemeraude

 

Annemeraude est une artiste autodidacte depuis sa jeunesse, nous dit-elle dans son blog http://annerevesdefees.blogspot.com/. Elle peint la nature, les femmes et les fées. Elle aime la musique de Kitaro, Enya et nous procure chaque jour un nouveau plaisir par ses créations de vidéos très agréables à regarder. Visitez le blog de cette éternelle "jeune" et prenez le temps d'apprécier ses compositions sur Youtube. Retenez son nom "ANNEMERAUDE" : une pierre précieuse à ne pas perdre de vue!


Merci Annemeraude!


Voici sa dernière création sur Youtube (http://www.youtube.com/user/Annemeraude)



Ecoutons le Silence!
Ecoutons le silence, 
il a tant à nous dire!
Que nous avons le temps,
le temps de nous poser,
ne serait-ce qu'un instant
dans cette longue journée!
De calmer le mental
qui court tel un cheval!
Le silence nous dit
d'écouter notre esprit
si peu sollicité
dans cette vie débridée!
De retrouver la paix
si longtemps oubliée!
D'avoir confiance en soi,
de retrouver la joie!
Homme, si tu as peur
de te laisser aller,
laisse couler en ton coeur,
tel un doux miel doré,
l 'Amour et la Lumière 
que t'offre l' Univers!
(Anne)



20:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : annemeraude |  Facebook |

02/09/2009

Woodstock, 40 ans déjà

woodstock_affiche_1969

 

 

 

Le Festival de Woodstock (Woodstock Music and Art Fair, ou Woodstock) est un festival de musique et un rassemblement emblématique de la culture hippie des années 1960. Il eut lieu à Bethel sur les terres du fermier Max Yasgur aux États-Unis, à une soixantaine de kilomètres de Woodstock dans l'État de New York.

 

Organisé pour se dérouler du 15 au 17 août 1969, et accueillir 50.000 spectateurs, il en accueillit finalement plus de 450.000, et se poursuivit un jour de plus, soit jusqu'au 18 août 1969 au matin.

 

Le festival accueillit les concerts de 32 groupes et solistes de musiques folk, rock, soul et blues. Le budget de rémunération des artistes atteignit au total 200.000 dollars. C'est un des plus grands moments de l'histoire de la musique populaire et a été classé parmi les « 50 Moments qui ont changé l'histoire du Rock and Roll. »

 

L'événement a été immortalisé par le film de Michael Wadleigh, les photos d'Elliot Landy, l'album tiré du film et enfin la chanson de Joni Mitchell « Woodstock » qui commémore ces journées et qui est reprise par Crosby, Stills, Nash and Young.

 

« Trois jours de paix et de musique. Des centaines d'hectares à parcourir. Promène-toi pendant trois jours sans voir un gratte-ciel ou un feu rouge. Fais voler un cerf-volant. Fais-toi bronzer. Cuisine toi-même tes repas et respire de l'air pur ».

 

Cette publicité ne prévoyait ni le nombre de spectateurs (évalué à 450.000), ni les embouteillages colossaux qui en découlèrent, ni la pluie, ni la boue. La programmation en fut perturbée : Richie Havens ouvrit le festival à la place du groupe Sweetwater, bloqué dans la circulation; les artistes qui ne pouvaient accéder au site y furent finalement amenés en hélicoptère de l'US Army. Ceux-ci furent également utilisés pour pourvoir aux besoins de la foule en eau, nourriture et médicaments.

 

À la fin de la première journée, quand les barrières qui délimitaient le site eurent disparu, les organisateurs décidèrent d'en rendre l'accès gratuit. « From now on, this is a free concert ! »

 

Les plus grands noms de la scène rock sont présents (Joan Baez, The Band, Blood, Sweat and Tears, Canned Heat, Joe Cocker, Country Joe McDonald (avec et sans son groupe: The Fish), Creedence Clearwater Revival, Crosby, Stills & Nash, Grateful Dead, Arlo Guthrie, Tim Hardin, Keef Hartley, Richie Havens, Jimi Hendrix, JBES, Incredible String Band, Jefferson Airplane, Janis Joplin, Melanie, Mountain, Paul Butterfield Blues Band, Quill, Santana, John Sebastian, Sha Na Na, Ravi Shankar, Sly and The Family Stone, Bert Sommer, Sweetwater, Ten Years After, Johnny Winter, The Who, Jewel). Pour certains artistes comme Joe Cocker, Woodstock sera un accélérateur de carrière. Jimi Hendrix clôt le festival à l'aube du lundi 18 août : il ne reste que 30.000 spectateurs.

 

 

 

 

 

20:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 40 ans, 1969, woodstock |  Facebook |

01/09/2009

La Regata storica à Venise

RS 01

 

 

Chaque année, le premier dimanche de septembre, Venise remonte les siècles avec la Regata Storica, un des événements les plus populaires de la Cité des Doges.

La finale Régate Historique se déroulera donc le dimanche 6 septembre 2009 sur le Grand Canal, devant les yeux de nombreux vénitiens et touristes qui pourront admirer les centaines d’embarcations semblables à celles du 16ème siècles, navigant sur les eaux calmes de la Serenissima.

Cette fête célèbre le passé glorieux de Venise et les rameurs des différents quartiers de la ville la préparent plusieurs semaines à l’avance ainsi que des équipes venues d’autres villes d’Italie comme Pise, Amalfi et Gênes, les trois autres puissances maritimes de l’époque médiévale.

Le jour de la finale les meilleurs vont s’affronter après que d’autres embarcations très colorées et richement décorées aient paradé sur les canaux de la cité pour le cortège historique (Corteo Storico).

Au cours de ce Cortège dont le premier a eu lieu en 1489 pour fêter le retour de Caterina Cornaro, une vénitienne qui fut reine de Chypre.

Pendant le cortège vous pourrez découvrir les différentes embarcations utilisées par les vénitiens comme le Sandolo, la Distona longue de 24 mètres, le très rapide Pupparin, la Mascareta très légère utilisée pour la pêche et les régates, la Caorlina remarquable par sa proue et sa poupe proéminentes, la Balotina, la très célèbre Gondole et le Gondolino spécialement conçu pour la Regata Storica.

Pour les touristes la Regata Storica est le moyen de revivre un des moments les plus forts de l’histoire de Venise avec ce défilé sur les eaux d’embarcations typiques du 15ème et 16ème siècles, des personnages en costumes d’époque, et une compétition très ancienne qui réunissait jadis les marins qui servaient la flotte vénitienne.

Le défilé des bateaux légers débute depuis la Ca’ Giardini pour emprunter le Grand Canal, passant sous le Pont de l’Acadademia pour prendre la direction de la Gare Santa Lucia. Puis le cortège prend le chemin du retour pour terminer en face de la Ca’ Foscari.

Plusieurs compétitions sont organisées lors de la Regata Storica, permettant à tous d’y participer puisque vous pourrez assister aussi à la Course des Jeunes, la Course de Femmes et à la Course des Gondoliers.


Horaire des finales et du Cortège Historique

15h15 : Début du cortège au Bacino di San Marco

16h50 : La Régate des Jeunes (Pupparin)
17h05 : La Régate des Femmes (Mascareta)
17h30 : La Régate des Hommes (Caorlina)
17h55 : La Régate des Gondoliers (Gondolino)

Les courses commencent devant les Giardi di Castello, passent devant le Bacino San Marco et sous le pont du Rialto, rejoignent le Grand Canal et arrivent devant la Ca’ Foscari.


RS 14

 

 

RS 15

 

 

RS 04

 



 

 

 

 

 

02:41 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : venise, regata storica |  Facebook |

26/08/2009

"Hotel California" des Eagles

 

26 Eagles

On a dark desert highway, cool wind in my hair
Warm smell of colitas, rising up through the air
Up ahead in the distance, I saw a shimmering light
My head grew heavy and my sight grew dim
I had to stop for the night
There she stood in the doorway;
I heard the mission bell
And I was thinking to myself,
this could be heaven or this could be hell
Then she lit up a candle and she showed me the way
There were voices down the corridor,
I thought I heard them say...

Welcome to the hotel california
Such a lovely place
Such a lovely face
Plenty of room at the hotel california
Any time of year, you can find it here

Her mind is tiffany-twisted, she got the mercedes bends
She got a lot of pretty, pretty boys, that she calls friends
How they dance in the courtyard, sweet summer sweat.
Some dance to remember, some dance to forget

So I called up the captain,
please bring me my wine
He said, we havent had that spirit here since nineteen sixty nine
And still those voices are calling from far away,
Wake you up in the middle of the night
Just to hear them say...

Welcome to the hotel california
Such a lovely place
Such a lovely face
They livin it up at the hotel california
What a nice surprise, bring your alibis

Mirrors on the ceiling,
The pink champagne on ice
And she said we are all just prisoners here, of our own device
And in the masters chambers,
They gathered for the feast
The stab it with their steely knives,
But they just cant kill the beast

Last thing I remember, I was
Running for the door
I had to find the passage back
To the place I was before
relax, said the night man,
We are programmed to receive.
You can checkout any time you like,
But you can never leave!

 


 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eagles, hotel california |  Facebook |

25/08/2009

Libération de Paris : il y a 65 ans !

 

14:35 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : liberation de paris |  Facebook |

24/08/2009

"Song sung blue" de Neil Diamond

 

24 Neil Diamond

Song sung blue
Everybody knows one
Song sung blue
Every garden grows one

Me and you are subject to the blues now and then
But when you take the blues and make a song
You sing them out again
Sing them out again

Song sung blue
Weeping like a willow
Song sung blue
Sleeping on my pillow

Funny thing, but you can sing it with a cry in your voice
And before you know it, start to feeling good
You simply got no choice

Song sung blue
Everybody knows one
Song sung blue
Every garden grows one

 


 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : song sung blue, neil diamond |  Facebook |

23/08/2009

"Le Sud" de Nino Ferrer


23 Nino Ferrer

C’est un endroit qui ressemble à la Louisiane

À l’Italie

Il y a du linge étendu sur la terrasse

Et c’est joli

 

On dirait le Sud

Le temps dure longtemps

Et la vie sûrement

Plus d’un million d’années

Et toujours en été

 

Y’a plein d’enfants qui se roulent sur la pelouse

Y’a plein de chiens

Y’a même un chat, une tortue, des poissons rouges

Il ne manque rien

 

On dirait le Sud

Le temps dure longtemps

Et la vie sûrement

Plus d’un million d’années

Et toujours en été

 

Un jour ou l’autre, il faudra qu’il y ait la guerre

On le sait bien

On n’aime pas ça mais on ne sait pas quoi faire

On dit, c’est le destin

 

Tant pis pour le Sud

C’était pourtant bien

On aurait pu vivre

Plus d’un million d’années

Et toujours en été.

 

 

 

 

09:01 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nino ferrer, le sud |  Facebook |

22/08/2009

"Supernature" de Cerrone

 

22 Cerrone

 

Once upon a time

Science opened up the door

We would feed the hungry fields

Till they couldn't eat no more

 

But the potions that we made

Touched the creatures down below

And they grow up in a way

That we'd never seen before

 

Supernature, supernature

Supernature, supernature

 

They were angry with the man

Cause changed their way of life

And they take their sweet revenge

As they trample through the night

 

For hundred miles or more

You could hear the people cry

But there is nothing you can do

Even God is on their side

(God is on, God is on, God is on their side)

 

Supernature, supernature

Supernature, supernature

 

Cars will break the light

Come flowing in the air

The creature will decide

Who goes where

 

How can I explain

Things are different today

Darkness all around

No one makes a sound

Such a sad affair

No one seems to care

 

Supernature, supernature

Supernature, supernature

 

Better watch out

There's no way to stop it now

You can't escape

It's too late

Look what you've done

There's no place that you can run

The monsters made

We must pray

 

Maybe nature has a plan

To control the ways of man

He must start from scratch again

Many battles must he win

Till he earns his place on earth

Like the other creatures do

Will there be a happy end

Now that all depends on you

 

Supernature, supernature

Supernature, supernature

 

 

 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cerrone, supernature |  Facebook |

21/08/2009

La Ducasse d'Ath

affiche09

 

 

 

Depuis le Moyen Age, la célèbre procession qui célébrait, à l'origine, la construction de l'église Saint-Julien ravit petits et grands Athois mais aussi les milliers de personnes qui viennent participer à cette liesse populaire reconnue Patrimoine oral et immatériel de l'humanité par l'UNESCO.

Ces 21, 22, 23 et 24 août, venez admirer les géants du pays d'Ath !

Le célèbre Goliath a toujours suscité l'admiration de la foule ; au fil de siècles, d'autres géants se sont joints à lui dans le joyeux cortège qui parcourt la ville. Des chars allégoriques et des groupes historiques les accompagnent également.

 

Le vendredi 21 août : dès 15h, sortie du géant Tirant et tir à l'arc sur l'Esplanade ; concert du groupe Lariguette au Palace et « Brûlage » des pantalons du géant Goliath qui respecte la coutume de brûler les pantalons du marié à la veille de ses noces. C'est le « brûlage des marronnes » ! 

 

Le samedi 22 août, dès 12h, la grosse cloche de l'église Saint-Julien et le concert de carillon annonce les festivités ; Goliath et sa femme se rendront à l'église Saint-Julien pour célébrer les vêpres nuptiales; le combat entre le berger David et Goliath s'effectuera en face de l'Hôtel de Ville d'Ath ; suivront : la sortie aux flambeaux du groupe du Canon du Mont Sarah en ville et le concert de la fanfare royale Union Saint-Martin face à l'Hôtel de Ville.

 

Le dimanche 23 août, dès 9h45, départ du cortège à la gare et défilé dans les rues de la ville d'Ath, ensuite, le cortège retraversera la Ville à partir de l'esplanade. Ne ratez pas la danse traditionnelle du couple Goliath aux ponts du Gadre et du Moulin. Les sept géants (L'aigle à deux têtes, Samson, Ambiorix, Mademoiselle Victoire, le Cheval Bayard, Goliath et son épouse Madame Goliath), les huit chars allégoriques et les groupes (les volontaires pompiers communaux, le groupe des 19 communes, la barque des pêcheurs napolitains, Saint-Christophe de Flobecq, les Bleus, le groupe du canon de Mont-Sarah, le char de l'horticulture, les hallebardiers, le char des Etats provinciaux, le char de la Navigation du XVIe siècle, le char de l'agriculture, le char d'Albert et Isabelle, les hommes d'armes du XVIe siècle, le char des Neuf Provinces, le groupe des Cinq Cantons, le char de la Ville, la garde de Goliath et le conseil communal) déambuleront toute la journée.

 

Le lundi 24 août, dès 17h, animations avec la fanfare Sainte-Cécile de Moulbaix sur l'Esplanade et festival de montgolfières. Des promenades commentées du centre urbain sont organisées en calèche de 15 à 19 heures au départ de la place des Capucins ou en face de l'Hôtel de Ville.

 

 

01

 

02

 

03

 

04

 

 

19:42 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ducasse d ath |  Facebook |

Les Triomphes de Binche

 

Triomphes de Binche 2009

 

 

 

En l’an 1548, l’empereur Charles Quint ordonna à son fils le prince Philippe d’Espagne, futur roi Philippe II, de se rendre dans les Pays-Bas afin de s’y faire reconnaître comme légitime successeur de son père. Lui et sa suite arrivèrent au printemps 1549 où ils furent reçus par l’empereur et les tantes de Philippe, la reine douairière Eléonore de France et la reine Marie de Hongrie. De grandes festivités, dont plusieurs "Joyeuses entrées", eurent ainsi lieu en 1549.

 

01

L'asbl Binche 1549 vous fera revivre l'événement historique de l'entrée de Charles Quint à Binche, en août 1549. Les spectateurs pourront apprécier les diverses animations organisées : les danseurs Renaissance Capriool de Gand, le tir à l’arbalète par le Grand Serment Royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles, le tir à l’arc par la Société Royale des Archers du Château de Binche, l'atelier Théâtre de Binche-Estinnes, les acteurs patoisants, le bivouac de chevaliers, la fauconnerie et les cracheurs de feu, la démonstration de dentellières, les chants Renaissance par l’Ensemble Polyphonia Casteleti ainsi que l'exposition historique sur le palais de Marie de Hongrie, les Triomphes et ses protagonistes à la Maison du Patrimoine.

 

02

 

 

04

 

 

03

 

 

05

 

Les spectateurs admireront également le cortège de Marie de Hongrie et sa suite qui rejoindra le parc communal et participeront à l'accueil de l’empereur Charles Quint à la porte Saint-Paul par les corporations binchoises où ils assisteront au défilé du magistrat, des corporations et compagnies militaires, au défilé des Ambassadeurs, agrémentés de danses Renaissance et de chants dans la cour du collège. Un spectacle équestre réalisé par la Garde à Cheval des Domaines de Marie de Hongrie contant l’arrivée des armées de Charles Quint aux Pays-Bas depuis l’Espagne et à travers les Alpes (avec son et lumières); «La légende de Norabroc et la délivrance des sortilèges jetés sur la ville », l'évocation de l’enlèvement de l’épée enchantée du rocher; des danses Renaissance; un tournoi à cheval, et d'autres distractions Renaissance sont aussi au programme de cette journée fastueuse qui se terminera par un splendide feu d'artifices dans le parc.

 

Le samedi 29 août 2009, dès 16h

Rue Saint-Moustier, rue Haute, Parc communal, Vieux cimetière, cour du Musée du Masque, rue des Promenades à Binche

 

http://www.binche1549.com

 


 

 

 

18:43 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : triomphes de binche 2009 |  Facebook |

"Bye bye à bientôt" de Shuky et Aviva

 

21 Shuky Aviva

Bien sûr on se reverra
Bien sûr que je te crois
Ne t'en fais pas
Oh non, non
Allez souris-moi comme avant
Allez ne regrette rien maintenant
En partant
En me quittant
Hmm

[Refrain:]
Bye bye, à bientôt, bye
Ne t'en fais pas je t'oublierai
Bye bye, à bientôt, bye
Je ne veux pas te voir pleurer

Tout s'efface avec le temps
Je ne resterai pas seul très longtemps
Oh non, non
Alors ne t'en fais pas pour moi
Alors ne pleure pas, non, surtout pas
En partant
En me quittant

[au Refrain]

Aussi vrai que tu t'en vas
Ton amitié ne me suffira pas
Oh non, non
Alors pour la dernière fois
Alors embrasse-moi
Viens dans mes bras
Souris-moi tout comme autrefois

 

 

 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bye bye a bientot, shuky et aviva |  Facebook |

09/08/2009

Willy DeVille, le chanteur de "Hey Joe", est mort

 

Willy DeVille

 

 

 

Le chanteur et guitariste américain, Willy DeVille, dandy du rock et amoureux de Piaf, s'est éteint jeudi soir à New York à l'âge de 58 ans

 

Avec sa crinière noire et son profil en lame de couteau, DeVille -né William Borsay le 25 août 1950 à Stamford (Connecticut)- s'était fait connaître à la fin des années 70 avec sa formation Mink DeVille, qui hanta notamment le club punk new-yorkais CBGB. Le groupe a signé plusieurs albums, dont « Cabretta » (1977) qui a vu le single « Spanish Stroll » atteindre le Top 20, et le francophile « Le chat bleu » (1980), avant de se séparer en 1985.

 

En solo, DeVille donnera de plus en plus libre court à son goût du R&B, de la musique cajun, du blues, du doo-wop, de la soul et du mariachi, un style qu'on retrouve sa reprise insolite du blues traditionnel « Hey Joe » (1992), popularisé avant lui par Jimi Hendrix. L'homme se battra par ailleurs toute la vie contre les démons de la drogue.

 

Son premier album solo, « Miracle » paraît en 1987, et l'artiste s'installe l'année suivante à La Nouvelle-Orléans où il côtoie les légendes locales. Des artistes qu'on retrouvera sur l'album « Victory Mixture » (1990). L'influence néo-orléanaise se retrouvera encore en 1996 sur « Big Easy Fantasy » et « Loup Garou ».

 

Plus populaire en Europe qu'aux Etats-Unis, DeVille avait fait paraître sept albums dans les années 1990 et 2000, dont des concerts comme « Live » en 2001 qui a capturé des performances données au Bottom Line à New York et l'Olympia à Paris.

 



 

 

00:04 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : willy de ville, hey joe |  Facebook |

27/07/2009

"Que serais-je sans toi" de Guillaume Musso

 

Musso - Que serais-je sans toi

 

 

 

 

Gabrielle a deux hommes dans sa vie. L’un est son père, l’autre est son premier amour. L’un est un grand flic, l’autre est un célèbre voleur. Ils ont disparu depuis longtemps, laissant un vide immense dans son cœur. Le même jour, à la même heure, ils surgissent pour bouleverser sa vie. Ils se connaissent, ils se détestent, ils se sont lancés un défi mortel. Gabrielle refuse de choisir entre les deux, elle voudrait les préserver, les rapprocher, les aimer ensemble. Mais il y a des duels dont l’issue inéluctable est la mort. Sauf si…



 

15/07/2009

Mouvement gothique

 

 

Exposé sur le mouvement gothique

Contenu : 

Introduction :
Le mouvement gothique est une sous culture. C'est a dire qu'elle s'inspire de cultures déjà existantes. Ce mouvement ne véhicule absolument aucunes idéologie, et ( à part pour acheter des habits et accessoires trop chers ) ne demande pas d'argents à ses adhérents. Ce n'est donc, en aucun cas, contrairement à ce qu'essaye de nous prouver les moult reportages et articles à ce sujet à la télé et dans la presse, une secte sataniste, ni même une pseudo religion. Il est triste que les gothiques soient montrés du doigts dans les affaires de profanations de tombes etc. En effet, malgré sa noirceur, le gothique n'est pas méchant, bien au contraire. Il prône la paix, il aime le calme, l'amour, Il aime la mort, c'est vraie, mais c'est une fascination, elle représente quelque chose de mystérieux, quelque chose qui peut faire mal, mais qui peut également être beau. N'aller donc surtout pas imaginer que, par son goût de la mort, le gothique va s'amuser à tuer quelqu'un juste pour le regarder mourir ! De plus, pourquoi un gothique s'en prendrait- il à une tombe vu qu'il est, dans la plus grande majorité des cas, athée et respectueux des autres et des cimetières qu'il trouve beau ( ce qui est légitime quand il s'agit du cimetière du père Lachaise « possibilité de le visiter sur Internet »). 
Etre gothique, c'est se maquiller et s'habiller d'une façon que des personnes pourraient confondre avec un déguisement, aller à des fêtes, des festivals etc qui sont consacrés aux gothiques. Mais toutes personnes se considérant comme étant gothique ne sont pas forcément reconnaissables dans la rue. Car être gothique c'est également une façon de penser, d'agir, bref, une façon d'être. 
D'autre encore ne sont pas gothique dans leur tête mais leurs idées, leurs œuvres, sont reprises par cette sous culture. Certains disent que l'individualité est un aspect fondamental. La diversité, les multiples facettes sont la clé de ce mouvement culturel.
Mais essayer de définir ce qu'est la Culture gothique est impossible, surtout en si peu de temps. Ce que nous allons donc vous présenter n'est pas une définition de ce mouvement, mais quelques éléments importants sur les gothiques et l'origine de ce mouvement.



Les origines :
Le mouvement gothique est apparu entre la fin des années 1970 et le début des années 1980 au Royaume-Uni. À la fin de l'année 1983, la sous-culture gothique a son existence propre et devient indépendante du punk dont elle pouvait être considérée comme un des multiples courants dans les années précédentes. Le mouvement gothique s'inspire du cinéma expressionniste allemand, du fantastique et du roman gothique


La littérature : 
La littérature gothique est courant littéraire qui apparaît à la fin du XVIIIe siècle et qui touche à la fois au roman noir et au fantastique. 
Le plus souvent se déroulant dans un cadre moyenâgeux avec des couloirs sombres, des dédales, des cavernes, des abbayes, des cryptes, des mausolées, des cachots, des jardins peuplés de statues fantomatiques... Tant d'éléments propres au cadre médiéval. Une atmosphère donc mélancolique, inquiétante et superstitieuse. La littérature gothique est inspiré des légendes celtiques mais aussi du folklore allemand et nordique. Les personnages des romans gothiques sont bien souvent issu de stéréotypes : jeune fille persécutée, homme déchiré entre Raison et Passion, mis dans des situations récurrentes : usurpations, persécutions, viol, meurtre, vengeance, prémonitions, rêves... La naissance du roman gothique est associée à une redécouverte de l'architecture gothique médiévale dans l'Angleterre de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, Horace Walpole, noble et homme politique anglais, se fait ainsi construire un faux château médiéval. Ce retour à la mode du Moyen Âge, caractéristique du romantisme, entraîne l'arrivée du thème du château hanté dans la littérature anglaise. Mais c'est avec Les mystères d'Udolphe, 1794 que le genre accède à un large succès populaire. Au tournant du siècle apparaissent des romans caractérisés par une atmosphère d'horreur plus prononcée : Vathek, conte écrit en français par William Thomas Beckford en 1786, puis le célèbre Moine de Matthew Gregory Lewis (1796). On peut également rattacher à cette période le Manuscrit trouvé à Saragosse du polonais Jean Potocki, également écrit en français. En 1818 paraît le célèbre Frankenstein de Mary Shelley, un roman charnière profondément enraciné dans la tradition gothique et considéré comme le prédécesseur de la science-fiction.
Par ailleurs, le courant gothique, s'il a eu une grande importance à la fin du XVIIIe et au début du XIXe, ne s'est pas complètement éteint après cette période. En effet, c'est en 1897 seulement que Bram Stoker fait paraître "Dracula" que le cinéma a rendu si célèbre. Dans la même période, Huysmans écrit "Là-bas", roman dans lequel un moine célèbre des messes noires.
Des écrivains contemporains continuent à faire vivre le genre. Parmi eux, Anne Rice et ses "Chroniques de vampires" dont le premier tome a été adapté au cinéma en 1994


Le Cinéma Gothique :
C'est en France et surtout en Allemagne que l'on peut placer les origines du cinéma gothique
Ce genre apparaît dès les débuts du cinéma. On considère communément Georges Méliès comme le créateur du genre, avec des films tel que Le Manoir du Diable en 1896 et La Caverne Maudite en 1898.
Le genre sera véritablement lancé grâce au cinéma expressionniste allemand avec, pour les plus connus, Le Cabinet du docteur Caligari ( de Ribert Wiene ) et Le Golem (Der Golem de Carl Boese et Paul Wegener) en 1920. C'est en 1922 que sort Nosferatu le vampire ( F.W. Murnau), probablement l'œuvre la plus importante dans l'émergence du genre. L'ambiance particulièrement morbide du film et la terrifiante prestation de Max Schreck dans le rôle de Nosferatu auront un impact considérable sur le cinéma gothique
En 1931, Universal Pictures produit trois films capitaux dans l'évolution du cinéma d'horreur : Dracula de Tod Browning( Bela Lugosi ) , Frankenstein de James Whale et Docteur Jeckyll et Mr. Hyde de Rouben Mamoulian. Le succès de ces trois films pousse Universal à produire d'autres films de monstres - que l'on nommera les "Universal Monsters" - entre 1932 et 1948, dont certains sont aujourd'hui des classiques, tel que La Momie (The Mummy - 1932) de Karl Freund, L'Homme invisible (The Invisible Man - 1933) de James Whale (d'après le roman de Herbert George Wells), et surtout La Fiancée de Frankenstein (The Bride of Frankenstein - 1935) du même réalisateur. Depuis, on ne compte plus les films de vampires, de sorcières ou autre qui sont largement inspirés par la littérature gothique


Les films d'horreur :
L'exorciste, Massacre à la tronçonneuse, la colline a des yeux , saw, the descent, etc ...


Les films fantastiques :
Le seigneur de anneaux, donjons et dragons, willow, dark crystal, legend, les films de Tim burton, etc


La Musique Gothique :
La musique est un élément essentiel de la culture gothique. Le metal reste actuellement la principale musique écoutée dans ce mouvement

Historique :
Après l'explosion du mouvement punk en 1976 et 1977 sont apparus au Royaume-Uni une multitude de groupes de musique comme Bauhaus et Siouxsie & the Banshees. On appel ce mouvement musical post-punk. En dehors de leurs origines punks, ces groupes partagent des influences venues du rock des années 1960 avec des groupes comme The Doors
On ne parle pas encore de « gothique », bien que ce terme ait été utilisé par les journalistes pour qualifier cette musique, mais de « positive punk » Un look qui, à l'époque, reprend les classiques punks comme les crêtes mais exclusivement en noir et blanc
En 1980, une seconde vague de groupes commence à émerger. On peut citer The Cure et The Sisters of Mercy. Ce sont ces groupes qui vont donner les fondements du mouvement gothique. 
L'année 1985 marque un tournant de la scène gothique avec la séparation de plusieurs groupes majeurs, comme Bauhaus et l'arrivée sur le devant de la scène de groupes plus rock (là où les fondateurs étaient plus punk ) avec des groupes comme Dead can dance et Cocteau Twins
Au milieu des années 1990, des passerelles commencent à se former entre les musiques gothiques et le metal et donne naissance au gothic metal. L'ambiance des chansons est sombre et mélancolique. Le thème principal est le romantisme et la mort. On peut y trouver des chants féminins ou des voix masculines appelées grunt. Ce sont des voix graves et gutturales qu'on peut rencontrer dans le death metal. Parfois les deux types de voix sont mêlés, on appelle ça la tendance « belle et la bête »

Principaux groupes de gothic metal :
Within Temptation, Penumbra, Sirenia, Xandria, Leave's Eyes, Craddle of Filth, Anathema, Lacrimas Profundere, Lacrimosa, Lacuna Coil, Paradise Lost, Theatre of tragedy, To die for , etc ..; a completer encore 


Looks :
Précision qu'il y a des mélanges. Chacun a son look, mais peu classé. Pas exhaustif. 

1. Post punk. goût de la provocation « afficher une apparence hors norme est un moyen de contestation efficace que le mouvement punk avait très largement exploré et dont de nombreux éléments sont encore présents dans la mode gothique actuelle, autant dans les coiffures que dans les accessoires ou les matières. » coiffure, liberté individuelle, chaînes, clous et autres pointes métalliques

2. Batcave. éléments symétriques, grosses rayures, bagnards ou au Beetle juice de Tim Burton. éléments asymétriques, superpositions de paires de collants et de résilles trouées, déchirées, couleurs différentes, bras.

3. Fétichiste. vêtements libertinage sexuel babydoll jupe plissée courte, chaussettes visibles et remontées aux genoux, coiffure exubérante dans les coloris a rapprocher.

4. Historique. baroques, médiévales, Renaissance, victoriennes ou même Empire robes à coupe cintrée sous la poitrine ou à crinoline. ombrelles, chapeaux, éventails bagues armures grelots cheville poignet des tuniques en cotte de mailles et autres coûteuses pièces d'armure. Fidélité pas recherchée. Anachronisme. Plus trop

6. Fantastique. Littérature, ciné, + SDA. Oreilles pointes. 

7.Wannabe / Spooky kid. Certains fans du chanteur Carl McCoy des Fields Of The Nephilim pourront porter des sur-pantalons ou des jambières, des chapeaux à larges bords, des gilets, des trench-coats (plus particulièrement les modèles cache-poussière à capelines) et des santiags, le tout en cuir et en matériaux noirs.
Influences indus, Influences métal, Pirate et corsaire, vampirique ( film rencontre avec un vampire ) 

Japon. Visual kei groupes japon. Mana. Moi dix moi. DEG ... France ? 1 peu now
Presque plus physique musique.
Entre visual kei et fetichsite ( baby dool ) 
Lolita Que dimanche. sweet/country lolita pastel, froufrou, jupon,ombrelle...poupées porcelaines + impressionnantes. Kamikaze girls emblématique
Elegants gothic sombre. Soigné. Longues. pas accessoire tape a l'œil. Pas couleurs. Classe !!! chapeaux gants dentelle ombrelles cannes. ( japon occident) 

Gothic lolita. + courant noir blanc . démon poupées petites robes bouffantes. Nœuds + représentatives au japon
Néo gothic melange : now jap+ goth. Chapeau haut. Arrachés effilés. Groupes. 
Autres .. exemple : Horror gothic lolita GL + sang.


CONCLUSION : 
Comme dit au début : mentalité peut être plus important que les habits pour certains ( surtout ceux qui sont attachés aux origines). ...
Nous pouvons observer une nette augmentation du nombre de personnes se disant gothique. ( physique mais pas forcément mentalité et inverse ) Il y a également de plus en plus d'objets, de festivals etc. 
( film montrant Joconde gothique, Barbie gothique, politiques gothiques. Et après : quelle sera la prochaine étape de « l'invasion » gothique ? )


00:55 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/06/2009

Mon frère (extrait des "Dix Commandements")

 

 

 


Chanson de la comédie musicale "Les Dix Commandements".


R: Bien sûr qu'un jour s'en va pour l'un et pour l'autre s'en vient
Bien sûr les étoiles se meurent quand le ciel s'éteint
C'est notre amour qui n'aura jamais de lendemain
Mon frère

M: Bien plus qu'un monde qui s'ouvre à l'un et pour l'autre chavire
Bien plus qu'une mer qui supplie quand la source est tarie
C'est tout notre amour qui s'éloigne des rives et se perd
mon frère

R: Tout s'oublie
Chacun avec sa peine
Que le temps nous reprenne
Les souvenirs
D'un frère

M: Chacun avec sa peine
Que le temps nous apprenne
A nous aimer
En frère

R: Bien sûr que la terre est brûlée quand la pluie l'oublie
Bien sûr que tout est cri puisqu'on se l'est jamais dit
Bien sûr l'amour puisqu'il ne peut plus grandir, s'enterre
Mon frère

M: Bien plus qu'un dernier regard pour décider d'une vie
Bien plus que cette fin d'espoir que le courant charrie
C'est un amour qui ne trouvera pas de rivière
Mon frère

R: Tout s'oublie
Chacun avec sa peine
Que le temps nous reprenne
Les souvenirs
D'un frère

M: Chacun avec sa peine
Que le temps nous apprenne
A nous aimer
En frère

R: Puiqu'on ne sera toujours
Que la moitié d'un tout
M: Puisqu'on ne sera jamais
Que la moitié de nous
Mon frère....
R: Bien sûr que rien ne pourra jamais nous l'enlever
M: Bien plus que tout ce que la vie peut nous accorder
M+R: L'amour sera toujours cette moitié de nous qui reste
A faire
Mon frère ...


09:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les dix commandements, mon frere |  Facebook |

10/06/2009

Terre du Soleil : l'Egypte

Durant près de trois millénaires, la vallée du Nil vit prospérer une des civilisations les plus brillantes de l'histoire. Après de nombreuses invasions et occupations diverses, le pays des pharaons tomba définitivement sous domination arabe au VIIe siècle de notre ère. Sa culture reste aujourd'hui encore fortement marquée par l'identité arabe, dont le président Nasser fut l'un des plus célèbres pionniers.

De nos jours l'Égypte musulmane s'inscrit dans un cadre politique moyen-oriental, imprégné par ses nombreux conflits avec l'État d'Israël.

Outre ses ouvrages monumentaux contemporains tels que le canal de Suez ou le barrage d'Assouan, elle demeure mondialement connue pour ses richesses archéologiques présentes dans de prestigieux musées internationaux. La disparition de nombreuses archives fait cependant que son histoire reste fragmentaire, bien que l'évolution des technologies nous permette de mieux en saisir la grandeur et la portée.

(Source Wikipédia)

 

L'Egypte ancienne en fait rêver beaucoup. Elle représente une civilisation extraordinaire et mystérieuse de près de trois mille ans. Cette civilisation fascine depuis longtemps les connaisseurs et les profanes. Je vous propose de partir à la découverte de cette civilisation magnifique par le biais de ces quelques photos. En route vers le fabuleux pays des pharaons!

 

Abou Simbel
 

Abou Simbel 01

 

Abou Simbel 02

 

 

Abou Simbel 03

 

 

Assouan

 

Assouan 01

 

 

 
 

 

Assouan - Obélisque

 

 

Assouan - Tombeau de l'Aga Khan

 

 

 

Colosses de Memnon

 

Colosses de Memnon

 

 

 

Dashour

 

Dashour - Pyramide

 

 

 

Deir el Bahri

 

Deir el Bahri 01

 

 

 

Deir el Bahri 02

 

 

Deir el Bahri 04

 

 

 

Edfou

 

Edfou 01

 

 

 

Edfou 02
 

 

 

 

Edfou 03

 

 

Esna

 

Esna

 

 

Esna 02

 

 

Gizeh
 
Gizeh 01

 

Gizeh - Intérieur pyramide

 

 

Gizeh - Sphinx

 

 

Karnak

 

Karnak 01

 

 

Karnak 02

 

 

Kom Ombo

 

Kom Ombo 01

 

 

Kom Ombo 02

 

 

Kom Ombo 03

 

 

Le Caire

 

Le Caire - Mosquée 01

 

 

Le Caire - Mosquée 02

 

 

Le Caire - Souk

 

 

Louxor

 

Louxor 01

 

 

Memphis

 

Memphis

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 

Philae

 

Philae 01

 

 

Philae 02

 

 

Philae 03

 

 

Philae 04

 

 

Philae 05

 

 

Philae 06

 

 

Saqqarah

 

Saqqarah 01

 

 

Saqqarah 02

 

 

Saqqarah 03

 

Tombe de Néfertari

 

Tombe de Néfertari

 

Nil

 

Nil

 

 

Nil - Felouque

 

 

Musée du Caire

 

Musée du Caire - Akhénaton

 

 

Musée du Caire - Chat momifié

 

 

Musée du Caire - Momie de Ramsès II

 

 

Musée du Caire - Nefertiti

 

 

Musée du Caire - Scribe

 

 

Toutankhamon

 

Toutankhamon 01

 

 

Toutankhamon 02

 

 

Toutankhamon 03

 

 

Toutankhamon 04

 

 

Toutankhamon 05

 

Toutankhamon 06

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : egypte |  Facebook |

05/06/2009

Munich (Bavière)

 

 

Logo Munich


"Munich est lovée entre l’art et la bière comme un village entre deux collines" écrivait Heinrich Heine – une citation qui est aujourd’hui encore de mise. Entre la fête de la bière et l’opéra, la Hofbräuhaus et la Pinacothèque, BMW et le FC Bayern München, Munich s’entend fort bien à concilier tradition bavaroise et activités frénétiques. Munich est une ville idyllique enracinée dans le Sud de l’Allemagne et est connue internationalement pour ses collections d'art ancien et classique.


Arbre de mai

Munich aime l’art, le design et l’architecture moderne. Son patrimoine contemporain ne le cède en rien aux monuments classiques et baroques commandés par Louis 1er de Wittelsbach et Maximilien II. Des architectes mondialement connus comme Helmut Jahn, Herzog et De Meuron et l’agence Coop Himmelb(l)au y sont représentés aux quatre coins de la ville. Munich est aussi la ville natale du designer le plus influent du moment, Konstantin Grcic.

 

 

3 Marienplatz

Marienplatz

 

 

 

4 FrauenKirche
 

 

5 Frauenkirche (2)

 

Frauenkirche

 

 

6 Altes Rathaus

 

 

Alte Rathaus

 

 

8 Karlstor & Frauenkirche

 

 

Karlstor

 

 

9 Mariensäule

 

Mariensäule

 

 

10 Neues Rathaus at Sunset

 

Neues Rathaus

 

 

11 Michaelskirche

Michaelskirche

 

 

12 Karlsplatz

 

Karlsplatz

 

 

13 King Ludwig I of Bayern

 

Roi Ludwig I de Bavière

 

 

15 Bayerische Staatsoper

Bayerische Staatsoper

 

 

 

16 Hofgarten  Residenz



 

17 Hofgarten

 

 

18 Hofgarten

 

Hofgarten

 

 

 

19 Englischer Garten

 

20 Englischer Garten 2

 

Englischer Garten

 

 

 

21 Allianz Arena

Allianz Arena

 

 

22 BMW building

 

Bâtiment BMW

 

 

23 Olympiaberg

Olympiaberg

 

 

24 Olympic Tower

 

Tour olympique

 

 

 

Les manifestations les plus connues sont le festival de l'opéra et le festival du film. La célèbre Oktoberfest, plus connue en France sous le nom de Fête de la bière, est la plus grande foire foraine et fête populaire de ce style et est visitée par des touristes du monde entier. Cette fête est également appelée Wiesn par les Munichois du fait qu'elle a lieu sur le Theresienwiese (Pré de Thérèse) ; elle fut à l'origine organisée en souvenir de la fête populaire qui eut lieu pour le mariage de la princesse Thérèse de Saxe-Hildburghausen avec Louis Ier de Bavière.

 25 Die Brauereien von München

Brasseries de Munich

 

 

26 Hofbräuhaus

 

Hofbräuhaus

 

 

27 Bayerische Bierkrug

 

Bayerische Bierkrug

 

 

28 Munich Oktoberfest

 

 

29 Oktoberfest

 

Oktoberfest

 

 

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : allemagne, baviere, munich |  Facebook |

04/06/2009

La fabrication de l'hypocras (Etterbeek 2009)

OUT 04

 

 

OUT 05

 

La recette d'Alain Hypocras est attribuée au célèbre médecin Grec Hippocrate (Vème siècle avant J.-C.).


OUT 01
 

Ecoute-moi bien !


Bien plus tard, les chevaliers chrétiens, à l'occasion d'une croisade en Orient, furent conquis par cette véritable « potion magique » et ramenèrent la recette de l'hypocras (Prononciation : i-po-kras') en Occident aux aïeux d’Alain. L’Hypocras était né. C'est grâce à ses saveurs si agréables et à ses vertus tonifiantes, digestives, antiseptiques, anti-grippales et même aphrodisiaques (demandez à Joëlle ce qu’elle en pense et regardez la queue d’Alain !) que l’hypocras devient l'apéritif à la mode au Moyen-âge, notamment. Le breuvage soulage les problèmes circulatoires, baisse le taux de cholestérol, améliore la vue (là, j’ai un doute), calme le mal des transports et de mer, le mal de tête.

 

OUT 09
 

 

OUT 08

 

Aphrodisiaque, on disait !?


Parmi ses adeptes les plus fameux, on compte : Pascal Hypocras (Menghini), Rabelais, Gargamel, Henri IV, Patrick de Neuilly, Louis XIV, Kuno von Kröpstadt, Gaston Fébus...

 

OUT 10

 

OUT 07

 

OUT 03

 

Ecoute bien, je t'explique encore une fois, tu prends du vin, tu ajoutes ... et tu fais gaffe de ne pas renverser !


OUT 11

 

Aujourd'hui, grâce à la famille Outelet-Hypocras, l’hypocras est fidèle à sa recette médiévale. L’hypocras est le résultat d'une savante alchimie qui met en oeuvre des plantes, des épices et du vin. Même si vous trouvez une recette d’hypocras sur Internet, vous ne retrouverez pas le goût du « café ardennais » d’Alain. Après quelques verres, vous ne savez plus si vous avez bu de l’hypocras ou du café amélioré. Il n’y a qu’un problème, les bouteilles d’Alain Hypocras ont un trou dans le fond : il faut donc les boire rapidement !!!

 

OUT 06
 

Le fameux café ardennais 


OUT 13

 

Mon Dieu, j'ai oublié quelque chose dans mon hydromel !

 

OUT 15

 

Je vais allumer la lumière, j'y verrai plus clair dans mes épices ...


OUT 14

 

Il a l'air méchant quand il montre ses dents mais il ne mord pas (encore) ! Ne lui volez pas ses bouteilles sur l'étalage, ça ne sert à rien ...


OUT 16

 

La relève est assurée : la prochaine génération d'Hypocras !

Bisous Tristan !


03/06/2009

Marché médiéval d'Etterbeek 2009 (4)

Voilà les anachronismes du marché médiéval !

 

ETT 02

 

 

ETT 03

 

 

ETT 04

 

 

ETT 05

 

 

ETT 06

 

 

ETT 08

 

 

ETT 09

 

 

ETT 10

 

 

ETT 11

 


 

 

Marché médiéval d'Etterbeek 2009 (3)

Le Marché médiéval d’Etterbeek était de retour les vendredi 29, samedi 30 et dimanche 31 mai 2009.

 

Outre le fait de profiter d’une animation réduite et produite par la compagnie des Fusstbusse, les sorcières d’Ellezelles, les « Cayoteu », les danseurs de Rondinella et d’autres venus d’Andalousie, des échassiers, des joueurs de cornemuse, des troubadours et la milice bourgeoise de Lessines, les « médiévistes » ont eu un immense plaisir à se retrouver.

 

Voici quelques photos de nos retrouvailles et plaisanteries !

 

 

ETT 01

 

 

ETT 02

 

Une main de fer dans un gant de velours : je ne sais plus comment on dit !


ETT 03

 

ETT 04

Notre fournisseur d'armes pour la bataille ...


ETT 05_2

 

 

ETT 07

 

Toujours prêt à tirer votre portrait de son crayon !


ETT 08

 

Sehr schöne Mademoiselle du Coq sauvage !


ETT 09

 

Le dresseur de dragons 


ETT 12

 

Gargamel et son hydromel et son chat Azraël (je ne vous montrerai pas ses pieds, non, pas question)


ETT 13

 

Lui, il n'a pas été sage quand il était petit : sa maman lui a trop tiré les oreilles et voilà ce qu'il est devenu ! 


ETT 14

 

 

ETT 16

 

 

ETT 19

 

Mon beau corsaire (il n'était pas avec une jolie fille tout à l'heure?)


ETT 20

 

Le roi Arthur ?


ETT 21

 

 

ETT 22

 

 

ETT 26

 

Un petit pas à droite, un petit pas à gauche, un petit tour, ...


ETT 27

 

La peau de nos ennemis 

02/06/2009

Marché médiéval d'Etterbeek 2009 (2)

 

Le Marché médiéval d’Etterbeek était de retour les vendredi 29, samedi 30 et dimanche 31 mai 2009.

 

Outre le fait de profiter d’une animation réduite et produite par la compagnie des Fusstbusse, les sorcières d’Ellezelles, les « Cayoteu », les danseurs de Rondinella et d’autres venus d’Andalousie, des échassiers, des joueurs de cornemuse, des troubadours et la milice bourgeoise de Lessines, les « médiévistes » ont eu un immense plaisir à se retrouver.

 

Voici quelques photos de nos retrouvailles et plaisanteries !

 

 

 

ETT 18

 

Lors de nos ripailles du samedi soir ...


 

ETT 19

 

Nos amis français, Annie et Tony, surveillés de près par Pascal Hypocras ;-)


 

ETT 20

 

 

Quand je vous disais qu'il fallait les surveiller ces deux-là !


 

ETT 21

 

La douche des Allemands ! Imaginez ce que vous voulez; nous, nous avons volé leurs vêtements !


 

ETT 22

 

La sortie de la douche d'un ami allemand ... il faut payer pour voir le dessous !


 

ETT 23

 

Allez, un petit coup de rouge sur la tête d'Annie !


 

ETT 24

 

Nos voisins bretons


 

ETT 25

 

Lilou (la chienne de Michou et Gaétan) veut jouer avec le furet


 

ETT 26

 

 

Les beaux yeux bleus de l'artisan "Karango" de Malmédy


 

ETT 27

 

Au coq sauvage !


 

ETT 28

 

 

 

ETT 29

 

Le superbe corsaire Kuno


 

ETT 30

 

 

 

ETT 32

 

Eux aussi font partie de la taverne "Au coq sauvage / Zum wilden Hahn" mais j'ai oublié leurs prénoms (bof) mais pas leur jolie frimousse ...


 

ETT 31

 

 

Marc le poilu du clan Argayl

 

ETT 33

 

Et voilà notre Gaétan national du clan Argayl aussi (bizz) !


ETT 34

 

Notre Michou préférée de "Bambou Argoil"

 

Dans mes prochains messages, je vous montrais les "anachronismes" du marché médiéval, vous dévoilerai l'histoire de l'hypocras et vous parlerai du clan Argayl ! A bientôt sur Culture Club

 


 

Marché médiéval d'Etterbeek 2009 (1)


 

Le Marché médiéval d’Etterbeek était de retour les vendredi 29, samedi 30 et dimanche 31 mai 2009.

 

Outre le fait de profiter d’une animation réduite et produite par la compagnie des Fusstbusse, les sorcières d’Ellezelles, les « Cayoteu », les danseurs de Rondinella et d’autres venus d’Andalousie, des échassiers, des joueurs de cornemuse, des troubadours et la milice bourgeoise de Lessines, les « médiévistes » ont eu un immense plaisir à se retrouver.

 

Voici quelques photos de l'épopée 2009 !

 


 

 

ETT 01

 

 

 

 

ETT 02

 

ETT 03

 

 

ETT 04

 

 

ETT 05

 

 

ETT 06

 

 

ETT 07

 

 

ETT 08

 

 

ETT 09

 

 

ETT 10

 

 

ETT 11

 

 

ETT 12

 

Je les tiens à l'oeil, ces deux-là (bisous Michou) !

ETT 13

 

 

ETT 14

 

Hou, Hou, le hibou !


ETT 15

 

Il court, il court le furet ...


ETT 16

 

 

ETT 17

 

Voilà notre mascotte : Tristan !