20/05/2008

Ishtar au Concours Eurovision de la Chanson 2008

 

large_332072

 

 

La vigueur de la formule Ishtar est que des musiciens formés dans la tradition classique font renaitre les mélodies traditionnelles d'orgine européenne d'une façon unique.Ishtar joue aussi bien des chansons du 11ième siècle que des chansons contemporaines. Toutes ces pièces de musique ont en commun le meme sujet : l'amour. Les chansons repêchées par Ishtar sont le plus souvent très simples de mélodie et de structure et sont chantées dans la langue originale. Elles témoignent d'une vigueur intime qui surmonte sans problèmes toute barrière linguistique et culturelle. Le collectif musical Ishtar se compose de 10 musiciens professionnels.
Leur amitié, leur passion pour la musique et leur fascination pour les mélodies de différentes cultures ont mené à une collaboration enthousiaste parmi ces musiciens. Le groupe a été nommé d'après la Déesse babylonienne de l'amour : Ishtar.
 Le 20 mai, Ishtar représentera la Belgique à Eurovision à Belgrade (Serbie) avec O julissi na jalini :

C'est une chanson plein de joie et d'optimisme, chantée dans une langue imaginaire.
 

 

 

21:41 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ishtar, eurosong 2008, belgrade |  Facebook |

Demain matin ... Jeff Bodart ne sera plus là!

 

 

Jeff Bodart

Jean-François Bodart alias Jeff Bodart, est un chanteur belge né à Charleroi.

C'est en 1985 que Jeff Bodart déboule sur la scène musicale belge. Ce carolo de 21 ans est alors le chanteur du groupe Gangsters d'Amour. "Meurtre à Hawaï", "Baron rouge", "Coûte que coûte",… autant de succès que le groupe interprète sur toutes les scènes belges mais aussi en Chine, en Russie, en Turquie et aux Etats-Unis.  Un second album du groupe sort en 1989. Ce sera le dernier. Jeff Bodart se lance dans une carrière solo qui se concrétise en 1994 avec son premier album "Du vélo sans les mains" et un titre comme "Chacun son histoire". Suivront trois autres albums en 97, 2001 et 2003. C'est l'époque des concerts, des virées avec ses potes de la scène belge : Marka, Philippe Lafontaine et un autre carolo, William Dunker.  "Et parfois, c'est comme ça", c'est son dernier album sorti en 2007. Un album où l'on retrouve ses auteurs et compositeurs fétiches : Miossec, Duvall, Bergman, Bernheim. "Et parfois c'est comme ca" est son album le plus personnel. Jeff Bodart le défendait depuis plusieurs mois sur scène... Sur l’album, la chanson "Demain matin" : "Demain matin, dès les premières heures le vide"…  

Jeff Bodart est décédé ce mardi 20 mai 2008 après-midi. Le chanteur belge a été récemment victime d'un accident cérébral et hospitalisé en avril. Il avait été placé en coma artificiel. Il est décédé à l'âge de 43 ans…

 

http://www.jeffbodart.net/

 

21:25 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeff bodart, chanteur belge |  Facebook |

Au marché médiéval d'Etterbeek ...

 

MME 00

Le Marché médiéval d’Etterbeek était de retour les vendredi 9, samedi 10 et dimanche 11 mai 2008. Un événement riche en surprises dont la renommée dépasse depuis de nombreuses années les frontières d’Etterbeek. Cette popularité, on la doit bien sûr à la qualité du programme mais surtout au dynamisme et au dévouement de Jean-Claude LAURENT, Echevin de l’Animation, qui a créé ce marché de toutes pièces voici déjà 16 ans.

JCL

 

Aujourd’hui, les artisans viennent par centaines, parfois de très loin, et, depuis quelques années, leurs stands s’alignent sur l'avenue du 2ème Régiment de Lanciers. Comme de coutume, l’accent a été mis sur la gastronomie, l’artisanat, le folklore et les animations médiévales plus vraies que nature. On y a croisé, par exemple, un bouffon acrobate, les sorcières d’Ellezelles, une milice bourgeoise de Lessines, des batteurs d’armure, des joueurs de cornemuse et une dizaine de géants.

MME 01

 

MME 02

Coup de coeur de ... Clairefontaine en Yvelines

MME 03

Chevalier de mon coeur

MME 04


 

MME 05

Il fait beau là-haut?

MME 06

Milice bourgeoise de Lessines

MME 07

 Blue Stone Pipes

 

MME 08

 Cornebidouille

 

MME 09


 

MME 10

Sorcières d'Ellezelles

MME 12


 

MME 13


 

MME 15

Quelques armures ...

MME 16

... de Kovex-Ars (République tchèque)

MME 17

Tiens, voilà Perce-Montagne!

MME 18

Zum wilden Hahn ...

MME 19

... et son gardien Skipper!

MME 20

Groupe de chant Renaissance "Voix des collines"

 

MME 11

Vous ne me croirez pas, mais ces deux personnes sympathiques viennent de New York.

Le monde est petit, quand même!

MME 21

La relève de Roland?

MME 22

C'est dur, la vie médiévale à Etterbeek ...

Iztougoud

... surtout après un passage chez Iztougoud!

 

A l'année prochaine!

 

19/05/2008

La parade des toucans à Walsrode (2002)

 

TUK 01

 

 

TUK 02

 

 

TUK 03

 

 

TUK 04

 

 

TUK 05

 

 

TUK 06

 

 

TUK 07

 

 

TUK 08

 

 

TUK 09

 

 

TUK 10

 

 

 

18/05/2008

Les Gérard du cinéma

 

article_gerard

 

Les résultats des Gérard du cinéma sont tombés. Les mauvais films de l'année 2007 ont été récompensés. Le jury était composé d'une vingtaine de journalistes de différents médias français. "Astérix aux Jeux Olympiques" a été sacré plus mauvais film. Retrouvez tous les résultats!Gérard du film où on sait pas si on s’en va, si on revient, ou alors quoi ? : Pars vite et reviens tard de Régis Wargnier Gérard de l’acteur qui aurait vraiment mieux fait de continuer à faire des sketches :Jean-Paul Rouve dans Ce soir, je dors chez toi Gérard de l’actrice que les journalistes s’obstinent à appeler « mademoiselle » alors qu’elle a plutôt une tête à ce qu’on l’appelle « mémé »Catherine Deneuve dans Après lui Gérard du mauvais timingTaxi 4 avec Samy Naceri Gérard de l’ersatzClovis Cornillac dans Scorpion Gérard du plus mauvais animal dans un rôle d’animalJean-Paul Rouve dans Ce soir, je dors chez toi Gérard de la compromission alimentaireAlexandre Astier dans Astérix aux Jeux Olympiques Gérard du film dont on a appris l’existence en préparant les catégories des GérardTrès bien, merci (d’Emmanuelle Cuau) Gérardu du filmu roumanescuPatru luni, trei saptamani si doua zile de Cristian Mungiu Gérard du désespoir masculinFranck Dubosc dans Astérix aux Jeux Olympiques Gérard du désespoir fémininMonica Bellucci dans Le Deuxième souffle Gérard du plus mauvais film de l’histoire du cinéma en 2007Astérix aux Jeux Olympiques de Frédéric Forestier et Thomas Langmann Gérard de l’actrice qui bénéficie le mieux des réseaux de son mari

Arielle Dombasle dans Gradiva

 

 

http://www.paris-premiere.fr/content/emissions/gerard/ind...

 

23:22 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gerard du cinema |  Facebook |

L'effet Mentos-Coca Cola!

 

L’effet geyser du mélange mentos-boisson gazeuse est lié au dégazage brutal du gaz carbonique dissous dans la boisson gazeuse lors de l'immersion de la friandise. Il a commencé par être popularisé aux États-Unis sous le nom de Mentos eruption, Diet coke eruption, Mentos-Diet Coke Geyser et variantes similaires.Cette réaction s'est fait connaître du grand public en 2006. Phénomène physico-chimique intrigant, elle est rapidement devenue un phénomène de pop culture.

Pour réaliser le geyser, il suffit de mettre une ou plusieurs pastille(s) de Mentos dans une bouteille de Coca-Cola ou équivalent.

Un nouveau record a été battu à Louvain dernièrement.

 

 

15/05/2008

La parade des éléphants à Hannovre (2004)

 

HAN 01

 

 

HAN 02

 

 

HAN 03

 

 

HAN 04

 

 

HAN 05

 

 

HAN 06

 

 

HAN 07

 

 

HAN 08

 

 

HAN 09

 

 

HAN 10

 

 

12/05/2008

Hans Hummel à Hambourg (2003)

 

HH 10

 

HH 11

Né en 1787, Johann Bentz, surnommé Hans Hummel, officiait dans les rues étroites et insalubres du Gängeviertel et dans les quartiers populaires de la Neustadt, la ville 17ième. Les enfants y avaient pris l’habitude de chahuter le pauvre homme en lui criant "Hummel, Hummel !". Handicapé par ses seaux d’eau, ce dernier répondait en les insultant en patois hambourgeois : "Mors mors !". Ce "salut hambourgeois", popularisé par les soldats pendant la première guerre mondiale, est utilisé aujourd’hui aussi bien lors des matchs de football que par le célèbre groupe de rap hambourgeois Fettes Brot. Hans Hummel quant à lui, devenu chômeur après le raccordement du quartier au réseau de distribution d’eau en 1845, a lui aujourd’hui droit à sa statue dans le Rademachergang, à l’ombre du clocher du "Michel".

HH 01

 

 

HH 02

 

HH 03

 

HH 04

 

HH 05

 

HH 06

 

HH 07

 

HH 08

 

HH 09

 

HH 12

 

HH 13

 

 

HH 15

 

HH 16

 

HH 17

 

HH 18

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans hummel, hambourg |  Facebook |

08/05/2008

Rhinocéros à Dortmund

 

 

La CowParade ou Vach'Art en français, est une exposition apparentée à de l'art qui se tient ou s'est tenue dans diverses villes autour du monde.Après chaque exposition, qui dure plusieurs mois, les vaches sont vendues aux enchères et les profits donnés à des organisations caritatives.Le succès de cette entreprise a inspiré de nombreuses autres villes à accueillir des projets de collecte de fonds. L'idée et la philosophie derrière ces expositions sont uniques: Avec son approche internationale et sa symbolique, cette synthèse des arts échelle mondiale favorise la tolérance, la compréhension internationale et une coexistence pacifique. L'idée a saisi plus de villes sur le choix des animaux pour les différents projets d'art public avec des sculptures peintes.

Je vous ai déjà présenté les lions à Munich, les United Buddy Bears, les chameaux à Dubaï. Aujourd'hui, je vous montre les rhinocéros de Dortmund (2005-2006). Je vous montrerai aussi des éléphants, Hans Hummel, des ânes, des poissons, des cochons, des toucans, des pingouins. Suivez-moi dans mes prochains articles.

 

DORT 01

 

 

DORT 02

 

 

DORT 03

 

 

DORT 04

 

 

DORT 05

 

 

DORT 06

 

 

DORT 07

 

 

DORT 08

 

 

DORT 09

 

 

DORT 10

 

 

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rhinoceros a dortmund |  Facebook |

07/05/2008

L'art urbain

 

AM 01

 

Le Street art ou art urbain est un mouvement artistique contemporain. Parfois remplacé par post-graffiti, ce terme regroupe les artistes de rue qui utilisent l'affiche, le sticker, le pochoir, mais aussi la peinture et les installations dans l'espace urbain.

AM 02

 Ces artistes ont en commun une activité (illégale ou non) d'interventions urbaines. La principale distinction avec le graffiti « traditionnel » est que les street-artistes n'ont pas systématiquement recours à la lettre et à l'outil aérosol. Les buts sont variés : comme celui du graffiteur montrer un nom, ou dans le cas du street art une image, d'autres ont des intentions plus politiques. La plupart veulent simplement que leur art soit vu du public, et pouvoir s'exprimer.

 

 

AM 03

 

 

AM 04

 

 

AM 05

 

 

AM 06

 

 

AM 07

 

 

AM 08

 

 

AM 09

 

 

AM 10

 

 

AM 11

 

 

AM 12

 

 

AM 13

 

 

AM 14

 

 

AM 15

 

 

AM 16

 

 

AM 17

 

 

AM 18

 

 

AM 19

 

 

AM 20

 

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : street art, art urbain, art mural |  Facebook |

05/05/2008

Les Rencontres photographiques d'Arles 2008

 

Affiche 2008

 

 

 

Le couturier Christian Lacroix, commissaire invité des Rencontres photographiques d'Arles 2008, a dévoilé sa programmation qui sera composée d'images de sa ville, Arles, de photographie "vestimentaire" et d'expositions de nombreux artistes contemporains.Le célèbre couturier, originaire d'Arles, a présenté mercredi devant la presse la programmation de la 39ème édition des Rencontres de photographie d'Arles qui accueilleront du 8 juillet au 14 septembre dans toute la ville quelque 60 expositions de photographie.Christian Lacroix est le commissaire invité de cette nouvelle édition, au cours de laquelle il entend "rendre à la ville ce qu'elle m'a donné, montrer de la mode mais pas sur papier glacé bling bling et jouer le rôle de passeur des écrivains d'images", a-t-il dit.Outre un hommage à Richard Avedon, le photographe à Vogue et Harper's Bazaar aujourd'hui disparu, la programmation du couturier propose une vingtaine d'expositions personnelles de photographes contemporains, souvent français, amis de longue date ou rencontres récentes, liés ou non à l'univers de la mode: Jean-Christian Bourcart, Françoise Huguier, Patrick Swirc, mais aussi Peter Lindbergh, Samuel Fosso, Paolo Reversi, Tim Walker ou Joachim Schmid.Christian Lacroix présentera également les fonds photographiques de sa maison de couture, faits de polaroïds, images accumulées ou découpées, de cahiers de collages.Une exposition "photographie vestimentaire", composée de plusieurs sections, évoquera la photographie de défilés, les natures mortes du magazine Vogue, les usages professionnels de la photographie dans la mode et la vidéo de mode.Les Rencontres proposeront également des expositions sur les Salin-de-Giraud, Mimmo Jodice ou Paolo Pellegrin, outre les traditionnels colloques, stages, prix et événements festifs divers.

 

03/05/2008

Pinguinale à Wuppertal en 2006

 

kopf_3kopf_4

 

 

 

Ping 01

 

Ping 02

 

Ping 03

 

Ping 04

 

Ping 05

 

Ping 06

 

Ping 07

 

Ping 08

 

Ping 09

 

Ping 11

 

 

02/05/2008

Expo 58 - Le pavillon du bonheur

 

 

PBP 03 bis


Construction d’un pavillon provisoire, dans l’esprit de 1958, mais avec les matériaux et répondant aux attentes de 2008. La mission architecturale menée par le bureau V+ (Vers Plus de Bien-être) consiste en la construction d'un pavillon temporaire qui célébrera le cinquantième anniversaire de l'Exposition universelle de Bruxelles. Erigé avec 33.000 bacs de boisson, selon un principe constructif qui en fait un bâtiment universel et démontable, le Pavillon accueille une exposition/spectacle qui revient sur les grandes expositions et celle de 58 en particulier, sur les idées, les mythes et les rêves qu’elles continuent à véhiculer.

17 avril 2008 - fin novembre - A deux pas de l'Atomium au rond-point Steens

 

 

PBP 02 bis

 

 

PBP 01 bis

 

 

PBP 04 bis


 

 

30/04/2008

Musée d'art fantastique à Bruxelles

 

MuseeArtFantastique
Michel Dircken, la quarantaine tonitruante, a fondé il y a cinq ans le musée d'Art fantastique dans sa belle maison de Saint-Gilles à quelques pas d'un autre musée: la maison personnelle de Victor Horta.

Amoureux des arts plastiques et du fantastique en général, le malicieux a plus d'un tour (démoniaque) dans son sac. Pénétrer dans sa demeure vous entraînera dans un monde peuplé de créatures étranges et diaboliques: momies, aliens, hommes-mouches, dragons... sont les hôtes pas très sympathiques de ces lieux. En sortir ne vous laissera pas indemne: gare aux cauchemars!

Dès l'entrée, Xam le Troll vous accueille de son petit air goguenard. Si vous lui offrez une petite pièce, le drôle sera électrocuté et vous remettra une surprise maléfique. Le ton est donné.

Outre la traditionnelle semaine de Halloween, point d'orgue de la saison du musée, Michel Dircken lance chaque année une nouvelle idée issue de son imagination débordante qui ne semble jamais se tarir!

Après Elephant Man, les momies, les aliens et l'histoire du professeur D., place aux sorcières!

Ce nouveau concept, expérimenté pendant la semaine de Carnaval, investira le musée pendant tous les week-ends du mois de mai et coïncidera ainsi avec le parcours d'artistes organisé dans la commune.

Un endroit étonnant, niché dans une maison patricienne de la rue Américaine, à deux pas du musée Horta. Un musée, pas très grand par la taille, certes, mais qui peut rivaliser avec beaucoup d'autres, tant son concepteur, Michel Dircken, a soigné les moindres détails de la présentation en offrant sur trois niveaux de visite un aperçu parfois baroque, parfois pointu, souvent surréaliste du monde fantastique. Un endroit bouillonnant, où alterneront expositions temporaires et collections de fond.

Du jeudi 1er mai 2008 au mardi 30 septembre 2008 (Uniquement le samedi et le  dimanche)

http://www.maisonbizarre.be

 

29/04/2008

Les cochons de Schweinfurt de 2006

 

plakat

 

albert schweinstein

 

 

der bayer

 

 

gambrinus

 

 

gluehdirne

 

 

kultursau

 

 

meister eber

 

 

pigasso

 

 

pigmac

 

 

primatonna

 

 

saugetier

 

 

sparschwein

 

 

waldschrat

 


seniorita

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les cochons de schweinfurt |  Facebook |

28/04/2008

Expo 58 - Entre utopie et réalité

 

 

P4200263


 

L’exposition aura lieu du 18 avril au 19 octobre 2008 (dates de l’Expo en 58) à l’Atomium et occupera différentes sphères du bâtiment afin de permettre un parcours thématique.

P4200019

 

Documents d’archives, tels que les plans de l’Expo 58, objets estampillés fifties, films d’époque illustrant l’activité dans les allées de l’Expo, plusieurs maquettes, dont celle de la Flèche du Génie civil ou celle du pavillon info de la Place de Brouckère, plongent le visiteur dans la galaxie 58 et la magie de cet événement unique.

P4200020

 

Première manifestation du genre de l’après deuxième Guerre Mondiale, l’Expo 58 a été, en pleine guerre froide, un moment d’évasion et de fraternité naïve entre les peuples. Un nouvel humanisme s’esquissait, mettant les sciences et les techniques au service de l’homme.

P4200022

 Devenue un symbole de ces années d’optimisme, l’Expo 58 a laissé aux Belges l’image idyllique d’une période d’espoir et d’utopie que l’exposition permet de découvrir ou de redécouvrir.

P4200023

 

P4200030

 

P4200033

 

P4200040

 

P4200052

 

P4200056

 

P4200072

 

P4200074

 

P4200154

 

P4200253

 

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expo 58, entre utopie et realite |  Facebook |

27/04/2008

Blue Man Group à Bruxelles

 

blue man

Le Blue Man Group présentera son nouveau spectacle "How to be a Megastar Tour" le 27 mai prochain à Forest National. Ce groupe, composé de trois énigmatiques personnages chauves, bleus, vous fera vivre une expérience unique en mélangeant habilement la musique, le théâtre, l'art, la science, l'éclairage... sur le sujet "Comment créer un concert rock parfait".

 

06:01 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blue man group |  Facebook |

26/04/2008

Salzsauparade à Lunebourgen 2000

 

PIG 12

 

 

L'exposition s’est tenue dans le centre de la ville de Lunebourg de juin à octobre 2000. Les objets d'art, au centre desquels la truie occupait une grande place, ont transformé la ville de Lunebourg en grande galerie de plein air.

 PIG 01

 

PIG 02

 

PIG 03

 

PIG 04

 

PIG 05

 

PIG 06

 

PIG 07

 

PIG 08

 

PIG 09

 

PIG 10

 

PIG 11

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : salzsauparade a lunebourg |  Facebook |

22/04/2008

Les poissons de Kaiserslautern en 2001

 

FISH 01

 

 

Même si la ville a une histoire riche, quelques bâtiments historiques restent pour rappeler aux visiteurs le passé de la ville. En 1152, Frederick I (appelé Barberousse à cause de sa barbe rouge) a commencé à fortifier le Palatinat, la construction d'un château à Kaiserslautern. Connu sous le nom de Burg Nanstein, aujourd'hui il est en ruines.

Le poisson de Kaiserslautern La légende veut qu’en 1497, un gigantesque poisson a été capturé dans le plus grand étang de la ville et il portait l'un de ses anneaux de Barberousse autour de son cou et on a affirmé que l'empereur l’avait relâché au même endroit quelque 300 ans auparavant.

Kaiserslautern a célébré en 2001 son 725 anniversaire. Dans le cadre des célébrations, la ville a invité les adultes et les enfants à revoir la conception du poisson qui apparaît dans le centre des armoiries. Cela s'est traduit par de nombreux poissons colorés.
 

 

 

FISH 02

 

 

FISH 03

 

 

FISH 04

 

 

FISH 05

 

 

FISH 06

 

 

FISH 07

 

 

FISH 08

 

 

FISH 09

 

 

FISH 10

 

 

FISH 11

 

 

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poissons de kaiserslautern |  Facebook |

19/04/2008

Light drawing ou painting

 

 

LD 01

 

Le 'Light painting', aussi appelé 'Light drawing', est une technique photographique qui consiste à utiliser le mouvement d’une source de lumière (ou à l’inverse, le mouvement de l’appareil photo) dans un environnement sombre, afin de dessiner des traînées lumineuses.

Pour permettre au capteur de l’appareil photo d’enregistrer les mouvements de la source de lumière, il est nécessaire d’utiliser un temps d’exposition suffisamment long, de 20 à 60 secondes.

Outre la technique de réalisation, c’est de la qualité et de la précision du dessin réalisé avec la source lumineuse dont va dépendre le rendu de l’exposition sur la photographie. C’est pourquoi on retrouve aussi cette technique du light painting chez les grapheurs ou autres artistes urbains (on parle alors de Light Graffiti).

Aujourd’hui remise au goût du jour, la technique du light Painting réapparaît dans la photographie amateur et même professionnelle puisqu’on peut voir ce type d’images en publicité par exemple.

 

 

 

 

17/04/2008

La musique en mai 68

 

 

Même si de nouveaux romantiques font une apparition très remarquée au hit-parade, tels Salvatore Adamo ("Mes mains sur tes hanches"), Hervé Vilard ("Capri, c'est fini"), Christophe ("Aline"), Pascal Danel ("La plage aux romantiques"), l'heure est à la contestation et un parfum de révolte souffle sur la chanson française, annonciatrice des événements de Mai 68. "Les élucubrations" d'AntoineMa mère m'a dit Antoine fais-toi couper les ch'veux... ») font l'effet d'une véritable bombe et deviennent l'hymne de toute une génération en totale opposition avec l'autorité parentale, voire la société tout entière.


 
 
 

L'uniforme de la jeunesse devient les cheveux longs et la chemise à fleurs. Affolé par ce vent de liberté et d'insolence, Jean-Michel Rivat, parolier de Joe Dassin monte un canular et chante "Les hallucinations" sous le pseudonyme d'Edouard, tandis que Johnny titillé par Antoine rétorque avec "Cheveux longs et idées courtes", avant de céder à son tour au Flower-Power avec "San Francisco" (1967), adapté de l'hymne de Scott McKenzie.

 

 

Dans le sillage d'Antoine, de nombreux chanteurs choisissent pour armes le cynisme et la provocation, répondant aux attentes d'une jeunesse moins fleur bleue et insouciante que la génération précédente, en prise avec une conscience politique plus grave : Nino Ferrer déclare "Je veux être Noir" tout en cherchant "Mirza" (1966) et Jacques Dutronc, aidé de son parolier Jacques Lanzman, réussit à imposer son phrasé particulier et son allure décontractée en alignant tube sur tube : "Mini, mini, mini", "Les cactus", "J'aime les filles", "Les play-boys", "Et moi et moi et moi", etc.

Le très sage Michel Delpech se risque à un insolent "Inventaire 66", tandis qu'un certain Michel Polnareff entame une formidable carrière avec les non moins subversifs "La poupée qui fait non" et "L'amour avec toi", en s'imposant comme le premier authentique «beatnik français». En 1968, après la guerre des Six Jours, même Adamo s'engage avec "Inch'Allah".

 

Résolument moderne et romantique, incarnation parfaite d'une certaine idée de la liberté, Julien Clerc, aidé de ses complices Maurice Vallet et Etienne Roda-Gil, lâche "La cavalerie" aux premiers jours de Mai 1968. Tout ce petit monde contestataire est gentiment parodié par les Charlots, un groupe de cinq garçons issus des Problèmes, l'ancien groupe d'Antoine.

 

Reflet d'une société en pleine libération sexuelle, la chanson de variété joue aussi la carte de l'ambiguïté : de Stone ("Est-ce une fille ou un garçon ?"), à Dani ("Garçon manqué"), de Sylvie Vartan ("Comme un garçon") à Michel Polnareff ("Je suis un homme").

 
 
 
 
 
 

Gainsbourg, quant à lui, continue de collectionner les tubes personnels et les égéries de charme : il offre "Harley Davidson" (1967) à une Brigitte Bardot plus star que jamais et "Comment te dire adieu" à Françoise Hardy (1968).

 

 

A l'étranger, on retiendra un "Rain and Tears" des Aphrodite's Childs, un "Mrs Robinson" de Simon et Garfunkel ou un "Lady Madonna" des Beatles.

  

 

 
 
 
 
 
 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique en mai 68 |  Facebook |

Inauguration des fêtes du 50ème anniversaire de l'EXPO 58

 

ATOM 01

 

 

Un feu d’artifice de grande qualité sera tiré depuis les boules de l’Atomium à l’occasion de l’inauguration des six mois de festivités le 17 avril 2008 à 22h15.

ATOM 02

Cette date correspond également avec l’inauguration de Art Brussels (grande foire d’art contemporain), au Palais des Expositions. A cette occasion, une oeuvre en plein air sera posée sur le boulevard du Centenaire à proximité du Parc des Expositions.

 

 

ATOM 03

 

15/04/2008

Les personnages de mai 68

 

 

MAI 68 00

Voici les personnalités phares qui ont marqué le mouvement, du côté des contestataires, du pouvoir gaulliste... et entre les deux camps.



DANIEL COHN-BENDIT




En Mai 68, il a 23 ans et étudie à l’université de Nanterre, en banlieue parisienne. Lors de l'occupation de la faculté de Nanterre, il crée le "mouvement du 22 mars" qui le consacre, sous le nom de "Dany le rouge", comme porte-parole et leader de la révolte. Expulsé, le 22 mai 1968, de France vers l'Allemagne, dont il a également la nationalité, il revient clandestinement sur le sol français quelques jours plus tard. Ce n'est qu'en 1978 que les autorités françaises lèvent l'interdiction de séjour qui pèse sur lui depuis dix ans. En 1984, il adhère au parti vert allemand, "Die Grünen", puis au parti français des Verts, des bannières sous lesquelles il est élu député européen.


ALAIN GEISMAR



En Mai 68, il a 28 ans et, tout en travaillant comme maître assistant au laboratoire de physique de la rue d'Ulm, il occupe la fonction de secrétaire général du Syndicat national de l’enseignement supérieur (SNE Sup). Avec Daniel Cohn-Bendit et Jacques Sauvageot, c'est la troisième grande figure contestataire de Mai 68. Le soir du 3 mai, il lance un appel à la grève générale dans l’enseignement supérieur. Après 1968, il dirige, avec Benny Lévy, une organisation maoïste, la Gauche prolétarienne (GP). Il est incarcéré en 1970 à la suite d'un retentissant procès. Inspecteur général de l'Education nationale en 1990, il devient membre des cabinets des ministres de l'Education dans les gouvernements de Michel Rocard puis d'Edith Cresson. Aujourd'hui, il est maître de conférences à l'IEP de Paris.


JACQUES SAUVAGEOT



En Mai 68, il a 25 ans et étudie le droit et l'histoire de l’art à la Sorbonne. Il est également membre des étudiants du PSU et vice-président de l'Union nationale des étudiants de France (UNEF). Le 3 mai, il fait partie de la délégation chargée de négocier le départ des CRS qui viennent de débouler dans la cour de la Sorbonne occupée par les étudiants. Bilan de l'opération, il fait partie des 571 personnes arrêtées ce jour là par les forces de l'ordre. En mai 1969, il devient président d'honneur de l'UNEF, et adhère au PSU de Michel Rocard. Aujourd'hui, il est professeur d’histoire de l’art et directeur de l’Ecole des Beaux-Arts de Rennes.


JEAN-PAUL SARTRE



En Mai 68, il a 63 ans. L'écrivain-philosophe, qui prône l'engagement politique de l'intellectuel et qui a soutenu les indépendantistes algériens du Front de Libération Nationale (FLN) et la révolution cubaine, est un militant actif. On le voit soutenir la contestation dans la presse (il interviewe Daniel Cohn-Bendit dans Le Nouvel Observateur), en passant par la Sorbonne et les usines en grève. C'est lui qui lance le célèbre slogan "Elections, pièges à con". Sur le plan international, il condamne, en août 1968,  l'intervention soviétique contre le "Printemps de Prague" en Tchécoslovaquie. En mai 1973, il fait partie des pères fondateurs du quotidien Libération. Mais il doit très vite abandonner la partie : fatigué, atteint de quasi-cécité, il interrompt presque toutes ses activités liées à l’écriture. Il meurt en avril 1980 à Paris.


ALAIN KRIVINE



En Mai 68, il a 27 ans. Secrétaire de rédaction chez Hachette, il dirige le mouvement trotskiste de la Jeunesse communiste révolutionnaire (JCR), qu'il a lui-même fondé avec Henri Weber. Dès le 3 mai, il descend dans la rue aux côtés des étudiants, et fait partie des 574 personnes interpellées lors de l’intervention des CRS à la Sorbonne. Ayant vu la JCR dissoute par le gouvernement en juin, il est emprisonné en juillet, et libéré à l’automne. En 1969, il créé la Ligue communiste. Aujourd'hui, il est l'un des trois porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), avec notamment Olivier Besancenot.


JEAN-LUC GODARD



En Mai 68, il a 37 ans. Cinéaste militant, le chef de file de la "Nouvelle vague" n'a pas attendu Mai 68 pour se lancer dans l'action politique – son film "La Chinoise" (1967) préfigure la révolte de 68 –, et les années 60 le voient appeler les techniciens de la CGT à saboter les interventions télévisées du général de Gaulle, s'opposer au départ, voulu par le pouvoir, d'Henri Langlois de la tête de la Cinémathèque française, interpeller André Malraux depuis un "pays", la "France libre", que celui-ci, disait André Malraux, avait désormais déserté, et, en Mai 68, interrompre le Festival de Cannes. Avec le groupe "Dziga Vertov", fondé en 1969 avec des militants marxistes-léninistes, il se consacre pleinement au cinéma politique pendant plusieurs années avant de s'orienter, à partir de 1972, vers des films moins engagés.


ROMAIN GOUPIL



En Mai 1968, il a 16 ans. Déjà politiquement engagé, il crée les Comités d'action lycées, qui seront à la pointe de la révolte étudiante. A cause de son activité politique, il est exclu du lycée Condorcet, à Paris. Chargé du service d'ordre des Trotskistes, il prépare militairement la révolution. Il prend ensuite ses distances avec la LCR (alors LC). Son premier long-métrage, "Mourir à trente ans", est réalisé à partir de rushes qu'il a tournés avant et après Mai 68 avec le projet d'en faire un film militant. Ce cinéaste, un des piliers du militantisme pendant les événements, est aujourd'hui socialiste.


JAKIE LE KATANGAIS



En Mai 68, il a l'âge d'un étudiant, mais il ne l'est pas. Il se dit ex-mercenaire du Katanga, au Congo, et dirige le groupe dit des "
Katangais". Cette bande de jeunes armés a constitué un Comité d'Intervention Rapide (CIR) et occupe la Sorbonne avec les étudiants. Le 14 juin, lorsque le Comité d'occupation de la Sorbonne prend la décision de fermer l'université pendant deux jours, pour des raisons d'hygiène, les rapports tendus entre étudiants et Katangais tournent à l'affrontement.




MAURICE GRIMAUD




En Mai 68, il a 55 ans et est, depuis 1967, préfet de police Paris. Il est connu pour être "l’homme qui a évité le bain de sang", par sa réticence à employer la force contre les manifestants. Le 3 mai, il refuse d'envoyer les CRS à la Sorbonne, mais le général de Gaulle a le dernier mot : l'évacuation des étudiants de la faculté est l’étincelle qui met le feu aux poudres. Nommé secrétaire général à l'Aviation civile en 1971, il quitte le public pour le privé en 1975 puis devient, en 1981, directeur de cabinet du ministre de l'intérieur Gaston Defferre, puis conseiller de Pierre Joxe jusqu’en 1986. Délégué auprès du médiateur de la République jusqu’en 1992, il est aujourd'hui à la retraite.


LE GENERAL DE GAULLE




En Mai 68, il a 77 ans et est président de la République française depuis 1959. Le général de Gaulle est débordé par le mouvement, qu'il qualifie de "chienlit", préférant le recours à la force plutôt qu'à la conciliation, prônée par son Premier ministre Georges Pompidou, auquel il laisse finalement les rênes pour tenter de résoudre la crise. Les accords de Grenelle, conclus le 27 mai entre le gouvernement, les représentants des syndicats et du patronat, aboutissent à un certain nombre de mesures sociales mais ne résolvent pas immédiatement la crise. Le 29 mai, le président se rend en secret à Baden-Baden où il est reçu par le général Massu. Le lendemain, son allocution radiodiffusée jette un coup de froid sur le mouvement : lançant son célèbre "Je ne me retirerai pas", Charles de Gaulle annonce la dissolution de l’Assemblée nationale. Ses partisans organisent une immense manifestation sur les Champs-Élysées. En 1969, Le général se retire après le "non" des Français à son référendum sur la décentralisation. Il meurt le 9 novembre 1970.


GEORGES POMPIDOU




En Mai 68, il a 57 ans et est Premier ministre depuis 1962. Prônant une politique de conciliation face à la révolte, il parvient à convaincre le général de Gaulle, après les premières émeutes du Quartier latin, de ne pas continuer à faire usage de la force. Il est le maître d'œuvre des accords de Grenelle, le 27 mai, et c'est encore lui que l'on retrouve derrière la décision prise par le général de Gaulle de dissoudre l’Assemblée nationale plutôt que d’organiser un référendum. Sorti renforcé par les législatives anticipées qui voient la droite s'imposer, le général remercie son Premier ministre, et le remplace par Maurice Couve de Murville. En 1969, de Gaulle quitte l’Elysée après le "non" à son référendum et George Pompidou est élu président de la République le 15 juin. Il mourra avant la fin de son mandat, le 2 avril 1974.


LE CRS



En Mai 68, il a 23 ans, c'est un homme et est toujours en groupe. Figure emblématique de la répression du mouvement étudiant, il appartient aux "Compagnies républicaines de sécurité", des forces mobiles créées en décembre 1944. Quarante compagnies sont utilisées simultanément à Paris pour réprimer les émeutes. Des unités sont également déployées dans les villes de province. De véritables combats de rue opposent, à plusieurs reprises, les CRS, affublés de leur matraque, de leur gaz lacrymogène, et de leur bouclier, aux barricades, aux pavés, aux cocktails Molotov et au slogan "CRS=SS" des étudiants. Les CRS dénombrent, à la fin des émeutes, 656 blessés.


PIERRE GRAPPIN

En Mai 68, il a 53 ans. Auteur du dictionnaire franco-allemand "le Grappin", il est surtout, en tant que Doyen de l'Université de Nanterre, en première ligne lors des événements de 68. Le 2 mai, face aux risques de débordement de la révolte estudiantine, qui a repris de plus belle depuis que l'on sait que huit étudiants ayant participé au mouvement du 22 mars sont convoqués devant le conseil de discipline, le "Doyen Grappin" décide, en accord avec le ministre Alain Peyrefitte, de suspendre les cours à l’Université de Nanterre « jusqu’à nouvel ordre » à compter du lundi 6 mai à 9 heures. « Après avoir marqué le coup, nous prévoyons de la rouvrir progressivement si la situation le permet », annonce-t-il. Il meurt en 1997.




WALDECK ROCHET



En Mai 68, il a 63 ans. Secrétaire général du Parti communiste français depuis 1964, il choisit de ne pas "aller à l'insurrection", qui est, à ses yeux, "la position aventuriste de certains groupes ultra-gauchistes". Il préfère, dit-il, "agir en sorte que la grève permette de satisfaire les revendications essentielles des travailleurs et poursuivre, en même temps, sur le plan politique, l’action en vue de changements démocratiques nécessaires dans le cadre de la légalité." Partisan modéré d'une déstalinisation du PCF, il prend, pour la première fois dans l'histoire du communisme français, ses distances avec l'Union soviétique, en condamnant l'intervention du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie. Il devient président d'honneur du parti de 1970 à 1979. Il meurt le 15 février 1983.


GEORGES SEGUY



En Mai 68, il a 41 ans. Il est secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT) depuis un an et le restera jusqu'en 1982. Il est aussi membre du bureau politique du Parti communiste depuis 1960, qu'il quittera en 1970. A l'instar du Parti communiste, la CGT ne soutient pas pleinement le mouvement de Mai 68, dont le contrôle lui échappe et dont elle craint le gauchisme. Pour Georges Séguy, il s'agit d'un "mouvement lancé à grand renfort de publicité qui, à nos yeux, n'a pas d'autre objectif que d'entraîner la classe ouvrière dans des aventures en s'appuyant sur le mouvement des étudiants". Il fait partie des principaux négociateurs des accords de Grenelle, qui seront conclus le 27 mai entre syndicats, patronat et gouvernement, et appelle les grévistes au retour au travail. En 1969, il crée le Centre confédéral de la jeunesse (Ccj), rebaptisé depuis en "Jeunes-Cgt". Aujourd'hui il est président d'honneur de l'Institut CGT d'histoire sociale (IHS-CGT).


PIERRE MENDES-FRANCE



En Mai 68, il a 61 ans. Il est député de Grenoble sous la bannière du Parti socialiste autonome (PSU). Figure de référence de la gauche française en cours de reconstruction, il apparaît comme l'homme providentiel pour sortir de la crise. Il apporte un soutien tacite au mouvement étudiant en se rendant au meeting du stade Charléty le 27 mai, durant lequel il reste cependant silencieux, ce qui lui sera reproché par la suite. "Cela aurait pu être le moment d'une mutation profonde", à laquelle "aspirait une immense masse de Français", regrettera-t-il plus tard. En juin 68, il est battu aux élections législatives et quitte le PSU. En 1969, il mène campagne aux côtés de Gaston Defferre pour les élections présidentielles. Malade, il prend ses distances avec la vie politique française à partir de 1972 et se consacre au conflit du Proche-Orient. En 1981, il soutient la candidature de François Mitterrand à l'élection présidentielle. Il meurt le 18 octobre 1982.
02

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : personnalites de mai 68 |  Facebook |

13/04/2008

Mai 68 : affiches et slogans

 

 

  • Il est interdit d'interdire.
  • L'imagination prend le pouvoir !
  • À bas la société spectaculaire marchande.
  • Ne travaillez jamais.
  • Je prends mes désirs pour des réalités car je crois en la réalité de mes désirs.
  • Fin de l'université.
  • Vivre sans temps mort et jouir sans entrave.
  • L'ennui est contre-révolutionnaire.
  • Pas de replâtrage, la structure est pourrie.
  • Nous ne voulons pas d'un monde où la certitude de ne pas mourir de faim s'échange contre le risque de mourir d'ennui.
  • Ceux qui font les révolutions à moitié ne font que se creuser un tombeau.
  • On ne revendiquera rien, on ne demandera rien. On prendra, on occupera.
  • Plébiscite : qu'on dise oui qu'on dise non, il fait de nous des cons.
  • Depuis 1936, j'ai lutté pour les augmentations de salaire. Mon père avant moi a lutté pour les augmentations de salaire. Maintenant j'ai une télé, un frigo, un VW. Et cependant, j'ai vécu toujours la vie d'un con. Ne négociez pas avec les patrons. Abolissez-les.
  • Le patron a besoin de toi, tu n'as pas besoin de lui.
  • Travailleur : tu as 25 ans mais ton syndicat est de l'autre siècle.
  • Veuillez laisser le Parti communiste aussi net en sortant que vous voudriez le trouver en y entrant.
  • Soyez réalistes, demandez l'impossible.
  • On achète ton bonheur. Vole-le.
  • Sous les pavés, la plage
  • Autrefois, nous n'avions que le pavot. Aujourd'hui, le pavé.
  • L'âge d'or était l'âge où l'or ne régnait pas. Le veau d'or est toujours de boue.
  • La barricade ferme la rue mais ouvre la voie.
  • Il n'y aura plus désormais que deux catégories d'hommes : les veaux et les révolutionnaires. En cas de mariage, ça fera des réveaulutionnaires.
  • Le réveil sonne : PREMIÈRE humiliation de la journée !
  • Imagine : c'est la guerre et personne n'y va !
  • Laissez la peur du rouge aux bêtes à cornes.
  • Cours camarade, le vieux monde est derrière toi.
  • Les murs ont la parole.
  • Élections, piège à cons.
  • (sur une bouteille de poison) Presse : ne pas avaler.
  • ORTF : La police vous parle tous les soirs à 20 heures.
  • Prenez vos désirs pour la réalité.
  • Nous sommes tous des Juifs allemands.
  • Les murs ont des oreilles, vos oreilles ont des murs.

En réponse à la violente répression, des affiches sérigraphiées disent :

  • Les CRS aussi sont des hommes : la preuve, ils violent les filles dans les commissariats.
  • CRS=SS
  • Il n'y a peut-être aucun rapport... Mais peut-être aucun.

 

 

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mai 68, affiches, slogans |  Facebook |

11/04/2008

Mai 68 : souvenirs en vidéos

 

Au cours des années soixante, les profondes mutations de l'économie française suscitent des inquiétudes et des aspirations sociales nouvelles auxquelles la multiplication de nouveaux médias (radio à transistor, développement de la télévision) contribue à donner aussitôt un écho national. Les événements de mai-juin 1968 vont les catalyser. La révolte des étudiants, qui se produit dans de nombreux pays industrialisés, atteint la France. les universités où ils sont de plus en plus nombreux, ne sont pas préparées à les recevoir. Des affrontements avec les forces de l'ordre se produisent, surtout à Paris en mai 1968.


Mai 68
envoyé par ina

La semaine "des barricades" du 6 au 13 mai 1968 vue par les Actualités Françaises : Images d'affrontements entre manifestants et CRS au Quartier latin.
Les différents intervenants : Daniel COHN-BENDIT, Jacques SAUVAGEOT, Alain GEISMAR, le professeur KASTLER, Alain PEYREFITTE, le recteur Jean ROCHE, Maurice GRIMAUD... 

Les grèves généralisées : la France paralysée !

Daniel Cohn-Bendit fait un discours dans la cour de la Sorbonne pour appeler à lutter contre les étudiants d'extrême droite.

Déclaration du 1er ministre Georges POMPIDOU lors d'une conférence de presse. Il annonce une réunion de négociations entre les syndicats, le patronat et le gouvernement pour le lendemain au ministère des affaires sociales (ouverture des négociations de Grenelle).

Sous le titre les ouvriers, les actualités françaises montrent les obsèques de Pierre BEYLOT, ouvrier de Peugeot à , tué lors de manifestations à Sochaux et de Gilles TAUTIN, étudiant, mort noyé à Flins au cours de heurts violents des ouvriers avec la police.

Film annonce de la bande dessinée d'Alexandre Franc (dessin) et Arnaud Bureau (scénario) "Mai 68. Histoire d'un printemps", qui raconte les événements de mai 1968 en France, à paraître le 25 avril 2008 aux éditions Berg International. Préface de Daniel Cohn-Bendit.

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mai 68 en videos |  Facebook |

09/04/2008

Mai 68 : 40 ans déjà !

 

MAI 68 00

Mai 68 est un important mouvement à la fois étudiant et social français du printemps 1968, qui s'inscrit dans un ensemble d'événements dans les milieux étudiants d'un grand nombre de pays de part et d’autre du Rideau de fer, notamment en Allemagne, aux États-Unis, en Tchécoslovaquie, au Japon, en Italie, au Mexique et au Brésil.

MAI 68 01

 

En France, ces événements prennent cependant une ampleur particulière car ils sont accompagnés de puissantes manifestations d'étudiants, puis de la plus importante grève générale depuis le Front populaire, elle paralyse complètement le pays (des camions militaires devront assurer des transports de fortune). Ce mouvement s'accompagne d'une vague de réunions informelles à l'intérieur des organismes, des entreprises, des administrations, des lycées et des universités, des théâtres, des maisons de jeunes, des maisons de la culture.

MAI 68 02

 

Le président Charles de Gaulle qualifiera cette révolution sociale de « chienlit ». Elle l'amènera à dissoudre l'Assemblée nationale et à organiser des élections anticipées.

MAI 68 03

 

Le mouvement du 22-Mars, prenant le relais de la contestation menée par de petits groupes tels les anarchistes et les Enragés de René Riesel, se fait connaître ce jour-là en occupant les locaux de l'université de Nanterre. Sa principale revendication est la protestation contre les arrestations opérées lors des manifestations contre la guerre du Vietnam, selon les historiens.

MAI 68 04

 

Le mouvement joue aussi de thèmes touchant à la vie de tous les jours, comme par exemple le droit d'accès pour les garçons aux résidences universitaires des filles. La figure de proue de ce mouvement se nomme Daniel Cohn-Bendit. Il devient le symbole de la remise en cause de l'autoritarisme. L'écrivain Robert Merle, prix Goncourt 1949 et professeur d'anglais à la fac de Nanterre, a consacré un roman entier à la journée du 22 mars et celles qui l'ont précédé.

MAI 68 05

 

Les archives de l'INA, ouvertes au public en 2008, permettent de comprendre un mouvement parti des universités et qui va s'étendre aux usines, jusqu'à rassembler 10,5 millions de grévistes.

MAI 68 06

 

Les causes de ce mouvement sont diverses selon les analystes. Leurs analyses tournent à la fois autour de l'idée qu'une grande rigidité cloisonnait les relations humaines et les mœurs et de la constatation d'un début de dégradation des conditions matérielles après la période de reconstruction suivant la II° guerre mondiale. Le mécontentement naissant dans le milieu étudiant sera relayé par celui qui se profilait depuis plusieurs années dans le secteur ouvrier. Ainsi, après la grande grève des mineurs en 1963, un nombre important de grèves se manifestent entre 1966 et 1967. Les deux premiers syndicats français seront divisés sur le mouvement: la CFDT le soutient du début jusqu'à la fin. La CGT, d'abord hostile, prendra ensuite le train en marche, avant de s'y opposer à nouveau, lorsque des assemblées générales de jeunes ouvriers rejettent les accords de Grenelle en scandant "Ce n'est qu'un début, continuons le combat".

MAI 68 07

 

Surtout dans l'Ouest du pays, récemment industrialisé, des ouvriers, des paysans et des étudiants s'organiseront en dehors des structures syndicales, dans des regroupements tels que les comités d'action, le Conseil de Nantes, le comité Censier,....

MAI 68 08

D'une manière générale, Mai 68 sera la plus grande contestation de l'ordre existant. La singularité française sera le lien entre la contestation intellectuelle et le monde ouvrier. Mai 68 est une ouverture brutale de la culture française au dialogue social et médiatique, qui s'infiltrera dans tous les rouages de la société et de l'intimité familiale, et une étape importante de prise de conscience de la mondialisation de la société moderne (après les guerres « mondiales ») et de la remise en cause du modèle occidental de la « société de consommation ».

MAI 68 09

 

Retrouvez l’historique complet des événements : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mai_68.

 

 

MAI 68 10

 

 

MAI 68 11

 

 

 

MAI 68 12

 

 

 

MAI 68 13

 

 

 

MAI 68 14

 

 

 

MAI 68 15

 

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mai 68 |  Facebook |

08/04/2008

Ben Hur a quitté la Planète des Singes

 

CH 10

 

L'acteur américain Charlton Heston, né John Charles Carter, est mort le 5 avril 2008 à l'âge de 83 ans.

 

Né en 1924 dans l'Illinois, Charlton Heston étudie la comédie à la Northwestern University avant de passer devant la caméra en 1941 ("Peer Gynt"). Opérateur radio durant la seconde guerre mondiale, il relance sa carrière en 1947 dans les pièces "Antoine et Cléopâtre" et "Jules César". Athlétique et viril, ces rôles lui offrent son premier passage au cinéma dans "La main qui venge". Jusqu'à "La Planète des singes" en 2001, l'acteur Américain joua dans les plus grandes productions hollywoodiennes comme "Les dix Commandements" et "Le Cid". En 1959, son rôle dans Ben-Hur lui offrit l'oscar du meilleur acteur.

 Fervent démocrate, Charlton Heston fut au côté de Martin Luther King en 1963, lors du mouvement des droits civiques. Mais c'est son discours très conservateur qui a marqué la fin de sa carrière. Contre l'avortement, il était aussi président de la National Riffle Association, et militait pour la libre circulation des armes dans le pays. L'une de ses dernières apparitions à l'écran date de 2002, dans "Bowling for Columbine" de Michael Moore. Interviewé, l'acteur y défendait la liberté de posséder une arme à feu. CH 01

 

CH 02

 

CH 03

 

CH 04

 

CH 06

 

CH 08

 

CH 09

 

CH 11

 

22:36 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : charlton heston |  Facebook |

06/04/2008

Marc Wendelski - Nage libre

 

 

MW 01

 

 

Né en 1978, Marc Wendelski s’est orienté vers la photographie dès la fin de ses études secondaires à l’Académie des Beaux-Arts de Verviers, sa ville natale. Ensuite ce sera Saint-Luc Liège, où il se signale dès ses travaux d’études par une grande inventivité, un talent sans esbroufe mais posé, appliqué, qui lui permet de juxtaposer des sujets aussi divers que l’architecture géométrique et impersonnelle des grandes villes ou de petites mises en scène loufoques, cabochardes et débridées (« Gamins de merde », sa première série exposée). Il a partagé, depuis lors, son temps entre sa propre création, l’enseignement et un travail (pour le Centre culturel Les Chiroux à Liège) de commissariat et de prospection au service des autres photographes. Remarqué lors des concours Talent FNAC et surtout lors de la deuxième biennale de Marchin en 2005, exposé depuis notamment à l’Emulation à Liège, il progresse à présent en « nage libre », nom qu’il a donné à sa série en cours.


MW 02
«Nage libre» est un monde flottant amarré à un regain de maîtrise et de maturité : une plus sûre et une plus grande amplitude d’image, recadrée par un regard qui sait ce qu’il veut, qui a placé ses balises et qui, mine de rien, questionne les limites (du visible, du format, du cadre, de sa propre photographie, du rapport au spectateur).  Mark Wendelski "Nage libre"

Jusqu’au 4 mai 2008

Musée de la Photographie

Avenue Paul Pastur, 11

Mont-sur-Marchienne (Charleroi)

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marc wendelski |  Facebook |

03/04/2008

Sleeveface

 

 

SF 01

Le "sleeveface" est le nouveau phénomène venu du web.

SF 02

 



On vous l'a dit, le principe est des plus simples. Il consiste à prendre la pose avec un disque vinyle (de préférence un 33t) de telle manière que ce dernier s'intègre parfaitement à l'environnement dans lequel vous vous situez. L'idée est de créer l'illusion parfaite et ne faire qu'un avec le disque.

 

 

SF 03
 

 

SF 04

 

 

SF 05

 

SF 06
 

 

 

En savoir plus : http://www.sleeveface.com/

 

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sleeveface |  Facebook |

Un éléphant dessine son portrait

 

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : elephant peintre |  Facebook |