28/02/2011

Partie pour ne plus revenir : Adieu Annie Girardot !

 

girardot-annie-02-g.jpg

 

 

 

L’actrice Annie Girardot est décédée “paisiblement” lundi 28 février 2011 à l’hôpital Lariboisière à Paris, à l’âge de 79 ans.

 

Elle était devenue un symbole de la maladie d’Alzheimer dont les ravages étaient apparus dans « Ainsi va la vie », documentaire de Nicolas Baulieu qui l’a filmée pendant huit mois. “Aujourd’hui, Annie ne sait plus rien d’Annie Girardot”, concluait-il.

 

Née le 25 octobre 1931 à Paris, Annie Girardot entre au Conservatoire de Paris, après son baccalauréat et des études d’infirmière. Elle y remporte le premier prix de comédie en 1954, année où elle intègre la Comédie Française pour interpréter notamment “La machine à écrire” de Jean Cocteau.

 

 

38795_Annie_Girardot_i2.jpg

 

 

 

Parallèlement, elle fait ses débuts au cinéma avec “Treize à table” d’André Hunebelle, en 1955. Deux ans plus tard, elle quitte la Comédie Française, et se lance dans le théâtre de boulevard avec “Deux sur une balançoire”, mis en scène par Visconti.

 

Après quelques films commerciaux, “Rocco et ses frères” toujours de Visconti (1960) lance véritablement sa carrière au cinéma. Jouant beaucoup, alternant grands rôles et films médiocres, elle s’illustre notamment dans “Le mari de la femme à barbe” (1963), “Dillinger est mort” (1969) de Marco Ferreri, “Vivre pour vivre” de Claude Lelouch (1967), ou encore “Mourir d’aimer” d’André Cayatte (1971).

 

En 1982, sa revue au Casino de Paris est un échec et, hormis quelques rôles remarqués – “Liste noire” (1984), “Partir revenir” (1985), “Comédie d’amour” (1989) – elle disparaît quasiment du grand écran au début des années 80. Elle se consacre alors au théâtre avec notamment “L’avare” (1986), “Descente aux plaisirs” (1997), “Le 6ème ciel” (1998), et à la télévision avec de grandes sagas comme “Le vent des Moissons” ou “Orages d’été”.

 

 

annie_girardot_cesar1.jpg

 

 

 

En 1977, elle est couronnée par le César de la meilleure actrice pour son rôle dans “Docteur Françoise Gailland” (Jean-Louis Bertucelli) puis, en 1996, par le César du meilleur second rôle dans “Les Misérables” de Claude Lelouch, après avoir été longtemps boudée par la profession. Ce soir là, vêtue d’une petite robe noire, le visage inondé de larmes, tenant son César comme une revanche, elle avait lancé au public: “Je ne sais pas si j’ai manqué au cinéma français mais à moi, le cinéma français a manqué follement… éperdument… douloureusement”. La salle entière, extrêmement émue, s’était ensuite levée pour lui rendre un long hommage.

 

En 2002, elle reçoit un nouveau César, celui du meilleur second rôle féminin pour “La Pianiste” de Michael Haneke. La même année, le Molière de la meilleure comédienne lui est décerné pour “Madame Marguerite”.

 

 

Annie%20Girardot.jpg

 

 

 

Annie Girardot était divorcée de l’acteur italien Renato Salvatori (décédé en mars 1988), le père de sa fille Giulia. En 2006, sa famille avait révélé sa maladie d’Alzheimer, diagnostiquée deux ans plus tôt.

 

 

 

 

22:10 Écrit par Boubayul dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : annie girardot |  Facebook |

27/02/2011

Césars 2011 : le palmarès

 

Meilleur Film : Des Hommes Et Des Dieux de Xavier Beauvois

 

 

 

Meilleur Acteur : Eric Elmosnino dans Gainsbourg (vie Héroïque)

 

 

 

Meilleure Actrice : Sara Forestier dans Le Nom Des Gens

 

 

 

Meilleur Acteur dans un Second Rôle : Michael Lonsdale dans Des Hommes Et Des Dieux

 

Meilleur Réalisateur : Roman Polanski pour The Ghost-writer

 

 

 

Meilleur Espoir Masculin : Edgar Ramirez dans Carlos, Le Film

 

 

 

 

Meilleur Espoir Féminin : Leïla Bekhti dans Tout Ce Qui Brille

 

 

 

Meilleur Premier Film : Gainsbourg (vie Héroïque) de Joann Sfar

 

Meilleur Scénario Original : Baya Kasmi, Michel Leclerc pour Le Nom Des Gens

 

Meilleure Adaptation : Robert Harris et Roman Polanski pour The Ghost-writer

 

Meilleur Film Etranger : The Social Network de David Fincher

 

 

 

Meilleur Film d'animation : L'Illusionniste de Sylvain Chomet

 

 

 

Meilleur Film Documentaire : Océans de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud

 

 

 

Meilleur Court-Métrage : Logorama réalisé par H5 (François Alaux, Hervé De Crécy, Ludovic Houplain)

 

 

 

Meilleure Musique Ecrite pour Un Film : Alexandre Desplat pour The Ghost-writer

 

Meilleur Son : Daniel Sobrino, Jean Goudier, Cyril Holtz pour Gainsbourg (vie Héroïque)

 

Meilleure Photo : Caroline Champetier pour Des Hommes Et Des Dieux

 

Meilleur Montage : Hervé De Luze pour The Ghost-writer

 

Meilleurs Costumes : Caroline De Vivaise pour La Princesse De Montpensier

 

 

 

Meilleurs Décors : Hugues Tissandier pour Les Aventures Extraordinaires D’Adèle Blanc-sec

 

 

 

César d'honneur : Quentin Tarantino

 

Césars 2011, Cinéma

 

 

01:25 Écrit par Boubayul dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : césars 2011, cinéma |  Facebook |

25/02/2011

Fusion

 

3773_154_fr.jpg

 

 

 

C'est l'histoire de deux oiseaux blessés et de leur renaissance. Patrick Dupond, le célèbre danseur étoile et Leïla Da Rocha offrent un spectacle rare, né de la fusion de leurs arts, la danse classique et la danse sacrée orientale, né aussi de leurs histoires.


Patrick Dupond a subi un grave
accident il y a dix ans. Son corps est en morceaux et un retour sur scène semble impossible. Quand à Leïla, c'est une ancienne sportive de haut niveau qui a vu sa carrière stoppée net pour cause de blessure. Elle se tourne alors vers la danse orientale et contact le danseur étoile pour des conseils.


« Ce fut le coup de foudre artistique immédiat. Notre spectacle raconte cette rencontre, entre l'Orient et l'Occident, et basée sur l'émotion », raconte Patrick Dupond. Des extraits de Mozart, L'Egyptien d'Hugues de Courson et de musiques traditionnelles d'aoud, luth oriental, Fusion est un spectacle qui raconte une histoire d'amour. A 50 ans et 39 ans, les deux danseurs offrent au public de l'émotion pure.

 

Cirque Royal à Bruxelles

Le 26 mars 2011

 

 



Découvrez Le spectacle de la renaissance du danseur Patrick Dupond sur Culturebox !

 

 



Découvrez Patrick Dupond et Leila Da Roca, nouveau départ en "Fusion" sur Culturebox !

 

 

00:09 Écrit par Boubayul dans Spectacle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : patrick dupond, leila da rocha, danse, fusion |  Facebook |

24/02/2011

Mort de Jean Lartéguy

 

565592-jean-larteguy-diapo-2.jpg

 

 

 

Jean Lartéguy, décédé mercredi 23 février 2011 à l'âge de 90 ans, était un baroudeur qui avait participé comme soldat et journaliste à plusieurs conflits (Seconde Guerre mondiale, Corée, Indochine, Algérie) avant de devenir écrivain à succès.

 

Auteur d'une cinquantaine d'ouvrages (grands reportages, romans, essais, documents, théâtre), largement traduits, cet homme massif aux yeux clairs se faisait le chantre d'une armée romantique dont les officiers se permettaient d'avoir des états d'âme.

 

De son vrai nom Lucien Osty, il naît "par hasard" à Maisons-Alfort (Val-de-Marne) le 5 septembre 1920, mais grandit à Aumont-Aubrac, en Lozère, dans une famille pauvre. Il s'engage en 1939 et rejoint en 1942 les Forces françaises libres. De 1943 à 1946, il sert dans les commandos d'Afrique et, en 1950, il est lieutenant dans le bataillon français de Corée.

 

Après une licence en lettres, il est de 1951 à 1975 correspondant de guerre en Corée, puis en Indochine, et devient grand reporter à Paris-Presse puis à Paris-Match. En 1955, il obtient le prix Albert Londres pour des articles sur la guerre d'Indochine.

 

1926747.jpg

 

 

A partir de 1959, il publie Les centurions (adapté au cinéma avec Anthony Quinn et Alain Delon), Les mercenaires (700.000 exemplaires vendus), Les prétoriens, Le paravent japonais, Les dieux meurent en Algérie, Les baladins de la Margeride (sur son enfance), Soldats perdus et fous de dieu, Liban, huit jours pour mourir, Mourir pour Jérusalem, Tout homme est une guerre civile et Traquenard, son dernier livre en 1996.

 

Jean Lartéguy a longtemps partagé sa vie entre son appartement parisien décoré de belles antiquités asiatiques et sa demeure proche de Cannes, avant d'être admis en juin 2005 à l'Institution nationale des Invalides à Paris. Il était le père de l'actrice Ariane Lartéguy, née d'un premier mariage.

 

Publications

  • La ville étranglée (1955)
  • Les âmes errantes (1956)
  • La tragédie du Maroc interdit (1957)
  • Les dieux meurent en Algérie (1960)
  • Les Centurions (1960)
  • Les baladins de la Margeride (1962)
  • Les mercenaires (1963)
  • Les chimères noires (1963)

·         Les prétoriens (1964)

  • Le paravent japonais (1964)
  • Le mal jaune (1965)
  • Un million de dollars le Viet (1965)
  • Sauveterre (1966)
  • Les guérilleros (1967)
  • Les chimères noires (1967)
  • Les murailles d'Israël (1968)
  • Les tambours de bronze (1969)
  • Ces voix qui nous viennent de la mer (1969)
  • Tout homme est une guerre civile
  • Voyage au bout de la guerre (1971)
  • Lettre ouverte aux bonnes femmes (1972)
  • Enquête sur un crucifié (1973)
  • Les Rois mendiants (1975)
  • L'adieu à Saïgon (1975)
  • Tout l'or du diable (1975)
  • Les rois mendiants (1977)
  • La guerre nue (1977)
  • Les naufragés du soleil
  • Dieu, l'or et le sang (1980)
  • Le commandant du nord (1982)
  • Marco Polo espion de Venise (1984)
  • Soldats perdus et fous de Dieu, Indochine 1954-1955 (1986)
  • L'or de Baal (1987)
  • Tahiti (1988)
  • Le Roi noir, (1991)
  • Mourir pour Jérusalem (1995)

 

9782877062398.gif

 

 

 

01:23 Écrit par Boubayul dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean lartéguy |  Facebook |

21/02/2011

Diane Gabaldon : "L'écho des coeurs lointains"

 

51z279P+KgL__SS500_.jpg

 

 

Les treize colonies sécessionnistes ont signé leur déclaration d'indépendance le 4 juillet 1776, mais la guerre contre l'Empire britannique n'est pas pour autant terminée. Jamie Fraser, le highlander rebelle installé avec sa femme Claire à Fraser's Ridge, en Caroline du Nord, sait que les Américains finiront par l'emporter, si improbable que cela puisse paraître à ce moment-là. Malgré son soutien indéfectible aux sécessionnistes, Jamie ne parvient pas à se réjouir de cette victoire prochaine, car une terrible perspective l'angoisse : il préférerait mourir plutôt que d'avoir à affronter sur un champ de bataille William Ransom, son fils illégitime, lieutenant dans l'armée britannique. Afin d'éviter une telle confrontation, Jamie décide de repartir pour l'Ecosse avec Claire et d'y rester jusqu'à ce que la guerre se termine. Pendant ce temps-là, au XXe siècle, leur fille Brianna et son mari Roger ont racheté et retapé le manoir de Lallybroch, propriété des Fraser. Ils suivent les aventures de Claire et de Jamie grâce aux lettres que ces derniers leur ont laissées dans un coffre...

 

16/02/2011

Au-delà

 

19623706_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101217_040037.jpg

 

 

 

Trois personnages hantés par la mort et les interrogations qu'elle soulève vont croiser leur destin. George est un américain d'origine modeste, affecté d'un "don" de voyance qui pèse sur lui comme une malédiction. Marie, journaliste française, est confrontée à une expérience de mort imminente, et en a été durablement bouleversée. Et quand Marcus, un jeune garçon de Londres, perd l'être qui lui était le plus cher et le plus indispensable, il se met désespérément en quête de réponses à ses interrogations. George, Marie et Marcus sont guidés par le même besoin de savoir, la même quête. Leurs destinées vont finir par se croiser pour tenter de répondre au mystère de l'au-delà.

 

Réalisé par Clint Eastwood

Avec Matt Damon, Cécile de France, Thierry Neuvic

 

 

 

 

20:30 Écrit par Boubayul dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : au-delà, film |  Facebook |

15/02/2011

Poutine chante

 

 

Poutine chante devant Delon, Depardieu, Sharon Stone


Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a exhibé ses talents de musicien en acceptant de jouer quelques notes de piano avant d'entonner l'air de Blueberry Hill devant un parterre de stars lors d'un concert de bienfaisance à Saint-Pétersbourg.

 

 

14/02/2011

Carlos Ruiz Záfon "Marina"

 

36084912_8138397.jpg

 

 

 

Oscar Drai, quinze ans, a disparu pendant une semaine du pensionnat où il est interne. Où est-il allé et que lui est-il arrivé ? Quand l'histoire commence, Oscar vagabonde à travers Barcelone. Attiré par une mystérieuse maison apparemment abandonnée, il pénètre à l'intérieur. Se croyant seul, il commence ses investigations. Alors qu'il est en train d'examiner une curieuse montre à gousset laissée sur une table, il se rend compte que quelqu'un l'observe. Terrorisé, il s'enfuit. En rentrant au pensionnat, il s'aperçoit ... Lire la suite qu'il a gardé la montre. Tenaillé par les remords, il retourne quelques jours plus tard dans la grande maison. Il y fait alors la connaissance de Marina, fille du propriétaire. Elle a son âge, de l'audace et une intelligence très vive. Elle entraîne son nouveau compagnon dans l'élucidation d'un mystère qui la tourmente : au coeur du plus vieux cimetière de Barcelone, une vieille femme voilée visite une tombe anonyme sur laquelle figure le dessin d'un papillon noir. Qui est-elle, et qui dort sous la pierre tombale ? En menant leur enquête, les deux adolescents franchissent les limites d'une propriété privée délaissée. Dans la serre qui la jouxte, des pantins en partie amputés de leurs membres pendent dans les airs. Soudain, ils descendent lentement et semblent s'animer. Une odeur pestilentielle envahit la serre... Sur le fronton, un papillon noir identique à celui de la tombe paraît contempler l'épouvantable scène.

Parcourant les plus effrayants endroits de Barcelone, s'égarant dans les entrailles de souterrains où vivent des créatures de cauchemar, s'enfonçant dans les coulisses d'un inquiétant théâtre désaffecté, Oscar et Marina réveillent les protagonistes d'une tragédie vieille de plusieurs décennies. La vengeance est en route, mue par une armée de fantômes, guidée par un savant de génie et une amoureuse désespérée. Entraînés dans la folie homicide de ces ombres tout droit sorties du passé, Oscar et Marina frôlent la mort. Pourtant, celle-ci les attaquera là où ils ne l'attendaient pas...

 

 

Bonne Saint-Valentin !

 

Peynet 01.jpg

 

Bonne fête aux amoureux ! 

 

 

 

18:14 Écrit par Boubayul dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saint-valentin, peynet |  Facebook |

11/02/2011

Le dernier message d'Andrée Chedid

 

chedid.jpg

 

 

« Nous ne donnons rien au poème qu'il ne nous rende au centuple ». Ainsi Andrée Chédid considérait-elle son rapport au verbe.

 

Faire surgir la vie à travers toutes les ombres. C'était la grande quête de la poétesse et romancière Andrée Chédid qui s'est éteinte dimanche 6 février 2011 à Paris, à l'âge de 90 ans. Née Andrée Saab le 20 mars 1920 au Caire (Egypte), d'origine libanaise chrétienne, elle est la mère du chanteur Louis Chedid et de la peintre Michèle Chédid-Koltz, ainsi que la grand-mère du chanteur Matthieu Chedid.

 

L'auteur du "Sixième jour" (1960) et de "L'Autre" (1969), tous deux portés à l'écran, a créé en cinquante ans une œuvre riche et variée, imprégnée d'humanisme, et inspirée en partie par sa double attache orientale et française.

 

Issue d'une famille chrétienne libanaise immigrée en Egypte dans les années 1860, Andrée Chedid s'était installée à Paris en 1946. Elle a publié une vingtaine de romans et de recueils de nouvelles, et son œuvre poétique est réunie dans deux volumes : "Textes pour un poème" (1949-1970) et "Poèmes pour un texte" (1970-1991).

 

Andrée Chedid a également écrit de nombreux livres pour enfants, des pièces de théâtre ("Le Montreur", "Echec à la Reine"), ainsi que des chansons pour son fils Louis et son petit-fils, "M".

 

Mathieu_Chedid_et_Andree_Chedid.jpg

 

Licenciée ès lettres de l'université américaine du Caire, élevée dans trois langues, l'arabe, l'anglais et le français, elle écrit très jeune de la poésie et publie ses premiers textes en anglais, avant de choisir le français.

 

Poète du "Double pays", titre d'un de ses recueils, André Chedid concevait son art comme l'expression à la fois d'une vie intérieure et d'un rapport au monde.

 

Dès 1952, avec "Le Sommeil délivré", elle choisit de s'exprimer aussi à travers le roman. Inspirée de son Orient natal, son oeuvre romanesque campe, dans un style à la fois sobre et lyrique, des drames individuels et collectifs, pour dire sa foi en l'Homme : "La Cité fertile" (1972), "Les Marches de sable" (1981) "La Maison sans racines" (1985), "L'Enfant multiple" (1989), "Le Message" (2000).

 

Andrée Chedid a reçu de très nombreux prix littéraires, notamment l'Aigle d'or de la poésie (1972) et le Goncourt de la nouvelle en 1979 pour "Le Corps et le temps".

 

Officier de la légion d'honneur en France, mariée au professeur Louis-Antoine Chedid, elle était aussi arrière-grand-mère d'une petite Billie.

 

 

 

 

20:20 Écrit par Boubayul dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : andrée chedid, littérature |  Facebook |

10/02/2011

Gary Moore got the final Blues

 

600full-gary-moore.jpg

 

 

 

Le guitariste de rock Gary Moore, ancien membre du groupe Thin Lizzy, a été retrouvé mort dimanche 6 février 2011 dans une chambre d’hôtel en Espagne. Gary Moore, âgé de 58 ans, avait fait ses débuts dans le groupe irlandais Skid Row avant de rejoindre le groupe Thin Lizzy où il a remplacé Eric Bell.

 

Né à Belfast, en Irlande du Nord, Gary Moore avait commencé à apprendre la guitare à l’âge de huit ans. Il a mené une carrière en solo entre deux participations au groupe Thin Lizzy, collaborant avec George Harrison, les Beach Boys et Ozzy Osbourne.

 

mooremain.jpg

 

Le chanteur et bassiste de Thin Lizzy, Phil Lynott, participe en 1979 à son deuxième album solo, Back on the Streets , et est l’auteur du titre Parisienne Walkways , le plus grand succès commercial de Gary Moore avec Still got the Blues (paru en 1990).

 

Depuis 1973, Gary produisait régulièrement des albums solo, sous son nom ou sous l’étiquette de groupes de circonstance : Gary Moore Band , G-Force , Bruce-Baker-Moore , etc. Dans les années 1970, il mêle hard rock et blues rock, et participe à quelques autres expériences, notamment de jazz-rock (ou jazz fusion) avec Colosseum.

 

 

 

09/02/2011

Black Swan

 

19627032_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101223_112619.jpg

 

 

Nina est ballerine au sein du très prestigieux New York City Ballet. Sa vie, comme celle de toutes ses consœurs, est entièrement vouée à la danse.

Lorsque Thomas Leroy, le directeur artistique de la troupe, décide de remplacer la danseuse étoile Beth Mcintyre pour leur nouveau spectacle, « Le Lac des cygnes », son choix s'oriente vers Nina. Mais une nouvelle arrivante, Lily, l'impressionne également beaucoup. « Le Lac des cygnes » exige une danseuse capable de jouer le Cygne blanc dans toute son innocence et sa grâce, et le Cygne noir, qui symbolise la ruse et la sensualité. Nina est parfaite pour danser le Cygne blanc, Lily pour le Cygne noir.

Alors que la rivalité de Nina et Lily se mue peu à peu en une amitié perverse, Nina découvre, de plus en plus fascinée, son côté sombre. Mais s'y abandonner pourrait bien la détruire...

 

Réalisé par Darren Aronofsky

Avec Natalie Portman, Mila Kunis, Vincent Cassel

 

 

 

 

 

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1775/Oscars/article/detail/122...

 

 

20:30 Écrit par Boubayul dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : black swan, film |  Facebook |

08/02/2011

"Bretonne" de Nolwenn Leroy

 

nolwenn-leroy-bretonne-cover.jpg

 

 

Nolwenn Leroy est une artiste qui aime surprendre, et une fois encore elle le prouve avec son nouvel album Bretonne, sorti il y a quelques jours.

Dans cet opus, la chanteuse rend hommage à ses origines du Finistère en reprenant des chansons traditionnelles celtes et bretonnes. Un pari osé mais le résultat est aussi agréable qu’insolite.

Le grand public connait déjà la plupart des titres comme La jument de Michao, Tri Martolod ou encore Les prisons de Nantes mais c’est là l’occasion de les redécouvrir avec la voix de la jeune chanteuse.

Nolwenn interprète même la moitié des chansons en breton comme pour montrer à ceux qui en doute qu’elle a la légitimité pour proposer cet album.

 

 

 

 

 

20:32 Écrit par Boubayul dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nolwenn leroy, bretonne |  Facebook |

183ème anniversaire de la naissance de Jules Verne

 

Jules Verne, Littérature

 

 

 

Google fête en ce mardi 8 février 2011 le 183e anniversaire de la naissance de Jules Verne en modifiant son Doodle (Logo Google). Jules Verne était un grand écrivain français de romans de science-fiction et d’anticipation. Le premier roman de Jules Verne a été 5 semaines en ballon qui a été un succès colossal à travers le monde. Jules Verne a mis près de quarante ans pour finaliser les 64 volumes de ses Voyages Extraordinaires. Les romans de Jules Verne ont été traduit plus de 4000 fois. L’année 2005 a été décrété année Jules Verne. C’est donc un très beau logo Google qui nous rappel, à l’occasion de son 183e anniversaire de sa naissance, l’immense talent du romancier Jules Verne.

 

 

 

Jules Verne, Littérature

 

 

 

 

 

03:47 Écrit par Boubayul dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jules verne, littérature |  Facebook |

07/02/2011

Patrick Rambaud : "Chroniques du règne de Nicolas Ier"

 

Chronique du règne de Nicolas Ier

 

Patrick Rambaud, Chronique du règne de Nicolas Ier, Livre, Littérature

 

« Même parvenu, Notre Précieux Souverain ne trouva point la paix en lui-même, tant il restait secoué en continu par des nervosités. Qui l’a vu fixe et arrêté ? Il ne bougeait que par ressorts. Si vous le retardiez dans sa course, vous démontiez la machine. Il marchait des épaules avec une façon personnelle de se dévisser le cou, remuant par courtes saccades comme s’il était engoncé dans un costume que lui taillait pourtant à sa mesure un artiste italien de renom. (…) Quand il parlait en public, plusieurs fois dans une même journée, il se rengorgeait ainsi qu’un pigeon et se livrait à de curieuses contorsions pour animer ses dires… » P.R.
Amusé, atterré, ébloui, agacé par la passion, l’amour et l’attention que suscite notre nouveau président – notre nouvel empereur, devrait-on dire –, Patrick Rambaud s’est lancé dans une chronique un peu particulière : conter, au jour le jour, l’éclosion de ce nouveau monarque, se fondant sur des faits vrais, mais dans l’esprit, avec la drôlerie et la cruauté de Saint-Simon… Dans cette chronique irrévérencieuse, on croise ainsi un souverain trépidant, une impératrice pincée qui règne sur son empereur, un dauphin de dix ans, des ministres empoudrés et fébriles, un duc de Bordeaux tragique, des barons à genoux… Rien n’échappe à la plume de notre chroniqueur, ni le short, ni le renouveau de la lampe Empire, ni les flagorneries des princes, ni les courbettes des petits marquis… ni, enfin, la folie amoureuse d’autres chroniqueurs et portraitistes un peu moins agacés.

 

Deuxième chronique du règne de Nicolas Ier

 

Patrick Rambaud, Chronique du règne de Nicolas Ier, Livre, Littérature

 

« C'est parce que nous sommes nombreux à souffrir votre règne, Sire, que j'ai entrepris de le raconter, afin qu'en demeurent les péripéties et, oserais-je le dire, une manière de trace. La plume m'en tremble entre les doigts, mais Votre Compulsive Grandeur doit comprendre que, selon les lois de la nature et celles de la politique, la pluie succède au beau temps. Voici venue pour Votre Omnipotence la saison des orages. » P. R.

 

Troisième chronique du règne de Nicolas Ier

 

Patrick Rambaud, Chronique du règne de Nicolas Ier, Livre, Littérature

 

" La Première Chronique fut scintillante et burlesque, quand la Cour s'installa. La Deuxième à la fois grave et ridicule, qui vit paraître la comtesse Bruni. La Troisième, que vous tenez en main, est plus sombre parce qu'elle présente un Souverain remodelé en Tarzan dans un pays devenu dépressif et répressif. "

 

Quatrième chronique du règne de Nicolas Ier

 

Patrick Rambaud, Chronique du règne de Nicolas Ier, Livre, Littérature

 

"L’année qui court de l’été 2009 à l’été 2010 consacre la dégringolade de Nicolas Ier dans l’opinion. Les événements ne se succèdent plus pour s'effacer, mais ils se chevauchent et restent en mémoire. De la cruelle estocade portée au duc de Villepin, en passant par les déboires du Prince Jean à l'EPAD, ce ne sont que mensonges, rumeurs, coups de force et raclée électorale, jusqu'au feu d'artifice de l'affaire Woerth-Bettencourt que seules les vacances interrompent."