13/12/2010

Dans le cabinet de curiosités des Médicis

 

hs466-0_grandejpg-z.jpg

 

Du XIVe au XVIIIe siècle, les Médicis ont été marchands, banquiers, potentats, tyrans, ducs, grands ducs, princes, papes même. Ils ont conduit, gagné et perdu des guerres, les premières avec la seule Toscane pour champ de bataille et, plus tard, des provinces entières. Ils ont excellé dans l'art des alliances matrimoniales afin d'agrandir leurs territoires, renforcer leur pouvoir et augmenter leur fortune. Ils ont traité d'égal à égal avec les princes allemands, la République de Venise et la papauté romaine - jusqu'à déléguer l'un des leurs sur le trône de saint Pierre. Deux de leurs filles, Catherine et Marie, sont devenues reines et régentes de France. La chronique de leur famille occuperait des volumes. Les Médicis ont été de véritables patrons des arts et des sciences, protégeant quelques-unes des plus importantes personnalités artistiques et scientifiques de leurs époques : Michel-Ange, Raphaël, Rubens, Galilée...

 

Portrait de Marie de Médicis.jpg

 

 

 

De Florence, ils ont fait leur fief, leur capitale et le symbole de leur grandeur. Par leurs palais et aménagements, ils ont déterminé la forme de la ville et cela se voit encore aujourd'hui, entre place de la Seigneurie, galerie des Offices, palais Pitti et jardin de Boboli. Par leurs mécénats, leurs goûts et leurs faveurs, ils ont immensément influencé le cours de l'histoire de la peinture, de la sculpture et de l'architecture, de Fra Angelico à Michel-Ange en passant par Botticelli et Bronzino.

 

Vue du palais Pitti et du jardin de Boboli.jpg

 

 

 

Une exposition qui veut raconter cette histoire en détail doit vider tous les musées de Florence et largement puiser dans quelques autres. Elle est donc irréalisable. Le Musée Maillol, qui n'est déjà pas le plus vaste de Paris, a trouvé une solution prudente - et fort ingénieuse. Sous un titre un peu tape-à-l’œil, "Trésor des Médicis", elle montre à peu près 150 objets ayant appartenu aux générations successives de la famille. Par objets, il faut entendre aussi bien des œuvres d'art (tableaux, bronzes, marbres), objets décoratifs (camées, porcelaines), bijoux, mosaïques de pierres dures, objets scientifiques, livres et objets dits "de curiosité" parce qu'ils surprenaient ou venaient de loin.

 

Berceau.jpg

 

 

 

  

Ils ont été commandés par un ou une Médicis, ou achetés par un émissaire, ou reçus en cadeau diplomatique ou en dot. Quelques-uns ont été trouvés dans les champs : ceux qui révélaient le passé antique, à commencer par l'admirable statue de bronze de L'Orateur, dont les sept morceaux, découverts en 1566, furent finement soudés un peu plus tard. Posséder un tel chef-d’œuvre romain était, pour les Médicis, la manière la plus directe de s'inscrire dans la continuité de l'histoire.

 

 

Fontaine à vin.jpg

 

 

 

 

Grâce aux objets collectionnées par les illustres membres de la lignée florentine (Laurent de Médicis, le pape Clément VII, la reine Catherine de Médicis…), l’exposition met en valeur une culture universaliste et humaniste, dont le goût se portait sur les arts majeurs (peinture et sculpture), mais aussi sur les bijoux, les médailles, les antiques (objets grecs et romains) ou sur des objets de curiosité, comme des vases chinois et des masques sud-américains. Une exposition érudite, éclectique et réussie, qui se visite à la manière d’un cabinet de curiosités.

 

Atelier grand-ducaux sur un dessin de Giulio Parigi.jpg

 

 

 

"Trésor des Médicis", Musée Maillol, 61, rue de Grenelle, Paris 7e. Tous les jours, de 10 h 30 à 19 heures, le vendredi jusqu'à 21 h 30. Entrée : 11 €. Jusqu'au 31 janvier 2011. Tél. : 01-42-22-59-58.

 

 

10:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : trésors des médicis, exposition |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.