17/03/2010

I Medici. Une renaissance en papier d'Isabelle de Borchgrave

 

4409081930_a01c61e1ef

 

C'est la première fois qu'une exposition importante des oeuvres de l'artiste belge Isabelle de Borchgrave est organisée dans son pays d'origine. Vingt-neuf costumes, qui ont déjà été exposés au Palazzo Medici à Florence au printemps 2009, seront en effet présentés au Musée du Cinquantenaire. Ces créations, réalisées en papier coupé, plié, collé et peint à la main, selon une technique du trompe-l'oeil qui leur donne toute l'apparence de la réalité, sont inspirées par la mode florentine en usage à la cour des Médicis à l'époque de Laurent le Magnifique (1449-1492). Du drapé aux coloris en passant par la richesse des coiffes et la sophistication des bijoux, l'illusion est absolue. Isabelle de Borchgrave, avec la rigueur d'une historienne de l'art, s'appuyant sur une recherche méticuleuse, imite à la perfection la soie, le velours, les broderies ou la dentelle de jadis. Ses oeuvres, d'une incroyable richesse, plongent le spectateur au coeur d'une époque disparue.

 

Exposition prolongée jusqu’au 29 août 2010

Musées royaux d'Art et d'Histoire - Musée du Cinquantenaire

http://www.kmkg-mrah.be

Parc du Cinquantenaire 10

1000 Bruxelles

 

4409077820_91ec47502f

 

 

4409066910_8c12f5e2f5

 

 

 

4408307173_2948cc03b8

 

 

4409066122_82b846eb31

 

 

4408288631_a51271afa3

 

 

4408298705_4fc2f3f38f

 

 

15/03/2010

"Cher Diego, Quiela t'embrasse" par Claire Chazal

 

cher-diego2

 

Il faut du culot, quand on est la présentatrice du JT de TF1, pour affronter les tréteaux. Claire Chazal n’a jamais caché son amour pour le théâtre et la scène. Une parfaite connaissance du monde du théâtre lui a d’ailleurs permis d’être nommée au conseil d’administration du Théâtre national de l’Odéon à Paris, en tant que personnalité qualifiée dans le domaine culturel. Côté scène, c’est en amoureuse des beaux mots que Claire Chazal a fait ses débuts sur les planches en 2007 avec Laissez-moi de Marcelle Sauvageot, livre déchirant adressé à un homme infidèle. En 2008, elle lisait Le Journal d’Helen ou les aveux de l’héroïne de Jules et Jim d’Henri-Pierre Roché. On était du côté de l’amour qui s’analyse, de la sexualité sans tabou qui se raconte. Pour ce nouveau spectacle, Claire Chazal s’est penchée sur l’œuvre d’Elena Poniatowska, la première femme à avoir reçu le Prix du Journalisme en 1979. Fille du prince Jean Joseph Poniatowska, descendant direct du roi Stanislas II de Pologne, et d’une mère mexicaine d’ascendance française, son œuvre exploite les différentes facettes de l’activité journalistique : entretiens avec des écrivains et personnalités du monde des arts et de la culture. Ce spectacle intimiste créé durant l’été 2008 au Festival de la Correspondance de Grignan sera présenté en exclusivité pour la Belgique le mardi 23 mars au Théâtre Saint Michel à Bruxelles.

mardi 23 mars 2010 – 20h30

Théâtre Saint-Michel

2, rue Père Eudore Devroye

1040 Bruxelles

 

13/03/2010

Jean Ferrat

jean-ferrat
 

Jean Ferrat, dès ses débuts, orientera son inspiration dans deux directions : l'engagement social et la poésie. Il ne chante pas pour passer le temps, déclare-t-il. Toujours, il cherchera à donner à ses chansons une signification militante derrière le texte populaire. Ferrat a mis en musique de nombreux poèmes de Louis Aragon.

Ma Môme (1960)

Ma môme, elle joue pas les starlettes,

Elle met pas des lunettes, de soleil.

Elle pose pas pour les magazines,

Elle travaille en usine, à Créteil.

 

Il évoque, à une époque où cela était encore dérangeant, la déportation. Sa chanson sera déconseillée de passage sur les radios, mais le public suivra, et l'album Nuit et brouillard obtiendra le prix de l'Académie Charles-Cros.

Nuit et brouillard (1963)

Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers,

Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés,

Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants,

Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent.

et surtout ces vers qui firent en leur temps couler beaucoup d'encre :

Je twisterais les mots s'il fallait les twister,

Pour qu'un jour les enfants sachent qui vous étiez.

 

Il chante l'Ardèche, région chère à son cœur et fait de cet hommage à la France paysanne un de ses plus grands succès. Il s'installe à Antraigues-sur-Volane, qu'il ne quittera plus, y devenant même plus tard conseiller municipal.

La Montagne (1964)

Ils quittent un à un le pays, pour s'en aller gagner leur vie,

Loin de la terre où ils sont nés. Depuis longtemps qu'ils en rêvaient,

De la ville et de ses secrets, du formica et du ciné.

 

Il a toujours été proche des idées du parti communiste français mais jamais encarté et reste cependant critique envers l'URSS.

Camarade (1970)

C'est un nom terrible, camarade

C'est un nom terrible à dire

Quand, le temps d'une mascarade,

Il ne fait plus que frémir

Que venez-vous faire, camarade

Que venez-vous faire ici

Ce fut à cinq heures dans Prague

Que le mois d'août s'obscurcit

 

Comme et avec son ami Georges Coulonges, il y préfère la révolte des humbles, des simples gens, encore une fois, il est interdit de télévision.

Potemkine (1965)

M'en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde

Qui chante au fond de moi au bruit de l'océan

M'en voudrez-vous beaucoup si la révolte gronde

Dans ce nom que je dis au vent des quatre vents

Ma mémoire chante en sourdine : Potemkine.

Ils étaient des marins, durs à la discipline

Ils étaient des marins, ils étaient des guerriers.

Et le cœur d'un marin, au grand vent se burine

Ils étaient des marins sur un grand cuirassé

Après un voyage à Cuba qui le marque profondément et d'où il rapportera ses célèbres moustaches, c'est Mai 68 et ses événements qu'il vivra intensément.

Jean Ferrat retourne à sa passion pour la poésie; il met en musique Louis Aragon d'une façon magistrale, redonnant à la poésie une popularité perdue.

Que serais-je sans toi (1965)

Que serais-je sans toi, qui vins à ma rencontre,

Que serais-je sans toi, qu'un cœur au bois dormant.

Que cette heure arrêtée au cadran de la montre,

Que serais-je sans toi, que ce balbutiement.

 

Dans les années 1970, Jean Ferrat se fait plus rare, chaque nouvel album est un véritable événement et ses chansons sont commentées comme de véritables prises de position intellectuelle. Il affectionne les chansons qui font passer des messages forts tout en reposant sur un texte subtil et imagé au point d’en devenir parfois allégorique :

Et pour l’exemple (1971)

On l'a cloué

Et sa misère

Sur un mur blanc au grand soleil

Un clou au cœur

Et pour l'exemple

Il a saigné sur le soleil

Dans le ciel blanc

Les oiseaux noirs

Chantent sa mort

...

Vous ne voyez

Que son espoir

Sur le soleil

Que votre espoir

Au grand soleil

 

Durant ces années-là Ferrat fustige les guerres coloniales dans Un air de liberté, attaquant nommément Jean d'Ormesson et suscite encore la polémique.


Un air de liberté (1975)

Ah monsieur d'Ormesson,

Vous osez déclarer

Qu'un air de liberté

Flottait sur Saïgon

Avant que cette ville s'appelle Ville Ho-Chi-Minh.

 

Il est encore une fois en phase avec son temps, rappelant la proximité entre deux importants combats révolutionnaires : la lutte sociale et la lutte féministe en plein essor.

La femme est l'avenir de l'homme (1975)

Le poète a toujours raison, Qui voit plus haut que l'horizon

Et le futur est son royaume. Face à notre génération

Je déclare avec Aragon, la femme est l'avenir de l'homme.

 

Il entreprend le réenregistrement de tous ses titres et sort une compilation de 11 volumes en 1980. Le nouvel album qu'il sort alors fait sensation et reflète le recul de plus en plus grand qu'il prend vis-à-vis du parti communiste de l'URSS. Néanmoins, il reste toujours fidèle au parti communiste français, qu'il avait rejoint dans sa jeunesse.

Et pour le plaisir, écoutons "Aimer à en perdre la raison"

Aimer à perdre la raison
Aimer à n'en savoir que dire
A n'avoir que toi d'horizon
Et ne connaître de saisons
Que par la douleur du partir
Aimer à perdre la raison

Ah c'est toujours toi que l'on blesse
C'est toujours ton miroir brisé
Mon pauvre bonheur, ma faiblesse
Toi qu'on insulte et qu'on délaisse
Dans toute chair martyrisée

Aimer à perdre la raison
Aimer à n'en savoir que dire
A n'avoir que toi d'horizon
Et ne connaître de saisons
Que par la douleur du partir
Aimer à perdre la raison

La faim, la fatigue et le froid
Toutes les misères du monde
C'est par mon amour que j'y crois
En elle je porte ma croix
Et de leurs nuits ma nuit se fonde

Aimer à perdre la raison
Aimer à n'en savoir que dire
A n'avoir que toi d'horizon
Et ne connaître de saisons
Que par la douleur du partir
Aimer à perdre la raison

 

 

 

 

 

08/03/2010

Claudio Baglioni à Forest National

 

 

claudio_baglioni

La star de la scène musicale italienne brille de mille feux. A 58 ans, Claudio Baglioni est le chanteur italien le plus populaire de sa génération. Une véritable star, qui collectionne les triomphes et les disques d’or.

Les concerts de Claudio Baglioni ont été présentés dans des endroits plus insolites les uns que les autres : stades, arènes, théâtres classiques, amphithéâtres et même sur des sites archéologiques. Pour la nuit du millénaire, le chanteur s’est produit devant Jean-Paul II et plus de 300.000 spectateurs à l’occasion d’une représentation exceptionnelle qui reste, à ce jour, le seul concert de musique pop organisé sur la place Saint-Pierre à Rome.

Claudio Baglioni arrive en Belgique pour un concert unique à Forest National le 24 avril prochain et, comme toujours, les places vont s’arracher...

 

 

 

 

Questo Piccolo Grande Amore - Claudio Baglioni (1972)
(Baglioni,C - Coggio,A)

Quella sua maglietta fina
tanto stretta al punto che mi immaginavo tutto
e quell' aria da bambina
che non glielo detto mai ma io ci andavo matto

e chiare sere d' estate
il mare i giochi e le fate
e la paura e la voglia
di essere nudi
un bacio a labbra salate
il fuoco quattro risate
e far l' amore giù al faro...
ti amo davvero ti amo lo giuro...ti amo ti amo
davvero!

E lei
lei mi guardava con sospetto
poi mi sorrideva e mi teneva stretto stretto
ed io
io non ho mai capito niente
visto che ora mai non me lo levo dalla mente
che lei lei era
un piccolo grande amore
solo un piccolo grande amore
niente più di questo niente più!
mi manca da morire
quel suo piccolo grande amore
adesso che saprei cosa dire
adesso che saprei cosa fare
adesso che voglio
un piccolo grande amore

Quella camminata strana
pure in mezzo a chissacche l' avrei riconosciuta
mi diceva "sei una frana"
ma io questa cosa qui mica l' ho mai creduta
e lunghe corse affannate
incontro a stelle cadute
e mani sempre più ansiose
di cose proibite
e le canzoni stonate
urlate al cielo lassù
"chi arriva prima a quel muro..."
non sono sicuro se ti amo davvero
non sono...non sono sicuro...

E lei
tutto ad un tratto non parlava
ma le si leggeva chiaro in faccia che soffriva
ed io
io non lo so quant' e' che ha pianto
solamente adesso me ne sto rendendo conto
che lei lei era
un piccolo grande amore
solo un piccolo grande amore
niente più di questo niente più
mi manca da morire
quel suo piccolo grande amore
adesso che saprei cosa dire
adesso che che saprei cosa fare
adesso che voglio
un piccolo grande amore...

20:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : claudio baglioni |  Facebook |

8 mars : Journée internationale de la femme

 

 

Appeler les femmes "le sexe faible" est une diffamation ; c'est l'injustice de l'homme envers la femme. Si la non-violence est la loi de l'humanité, l'avenir appartient aux femmes.

 

                                                                         Gandhi

 

8 mars,journee internationale de la femme

 

 

La journée internationale de la femme trouve son origine dans les manifestations des groupes et associations de femmes militantes, au début du XXe siècle en Europe et aux États-Unis. Ces femmes réclament de meilleures conditions de travail, le droit de vote et l’égalité entre les hommes et les femmes.

La création d’une « Journée internationale de la femme » a été proposée pour la première fois en 1910, lors de la 2e Conférence internationale des femmes socialistes, par Clara Zetkin.

 

 

clara-zetkin

 

 

Dès 1911, des manifestations sont organisées en Autriche-Hongrie, au Danemark, en Suisse, en Allemagne, puis les années suivantes en France, aux Pays-Bas, en Russie et en Suède.

La date du 8 mars est fixée en 1917, jour de grève des ouvrières de Saint-Pétersbourg.

Après 1945, la Journée internationale de la femme devient une tradition dans le monde entier. Ce n’est pourtant qu’en 1977 que cette journée est reconnue officiellement par les Nations unies, invitant chaque pays de la planète à célébrer une journée pour les droits des femmes.

 

 

Journée de la Femme Lundi 8 Mars 2010
envoyé par vignemale65. - L'actualité du moment en vidéo.

 

07/03/2010

Patrick Topaloff est parti rejoindre Sim ...

 

342567-patrick-topaloff

 

L'inoubliable auteur de « J'ai bien mangé, j'ai bien bu », le chanteur et acteur Patrick Topaloff est décédé dimanche à Paris d'une crise cardiaque. Selon l'attaché de presse de la tournée « Âge tendre et têtes de bois », à laquelle l'artiste participait, Patrick Topaloff, 66 ans, s'était encore produit le samedi 6 mars 2010 à Chalon-sur-Saône.


Patrick Topaloff J'ai bien mange , j'ai bien bu
envoyé par belleve. - Films courts et animations.

Presqu'aussi connu comme amuseur que comme chanteur, pour des titres comme « Où t'as mis ma chemise grise » - parodie de Grease en duo avec Sim -, Patrick Topaloff avait également tourné dans une douzaine de films, des pochades comme « La Brigade en folie » ou « Drôle de zèbre », réalisé par Guy Lux et où il partageait l'affiche avec un Sim travesti en baronne. Plus récemment, en 2009, il apparaissait dans une fiction d'Yves Boisset pour la télévision relatant « L'Affaire Salengro ».

Patrick Topaloff est né d'un père géorgien et d'une mère corse. Après des études d'histoire, il avait commencé sa carrière comme animateur sur RMC puis Europe 1, qui en fit une vedette des ondes.

En 1971, une chanson écrite par Claude François remporte un succès fulgurant : « J'ai bien mangé, j'ai bien bu »  lui assure les premières parties de la tournée de CloClo. Patrick Topaloff avait connu un accident de parcours, en 1995, avec une condamnation à six mois de prison ferme dans une affaire d'abandon de famille (une pension alimentaire non versée) et en avait purgé quatre derrière les barreaux de Fleury-Mérogis, en région parisienne. Depuis 2007, il participait à la tournée « Age tendre et têtes de bois », qui venait de reprendre samedi pour la 5e saison.

 

 

-HOMMAGE-PATRICK TOPALOFF(2)-"j'ai bien mangé..etc. (2007)"
envoyé par dividu. - Clip, interview et concert.

 

01/03/2010

Libertade

 

Affiche B

 

 

C'est lors de la 6ème édition du salon Animalia Expo, qui se déroulera le week-end de Pâques, du samedi 3 au lundi 5 avril 2010 que Jean-François PIGNON nous présentera son tout nouveau spectacle équestre «LIBERTADE» !

Déjà plébiscité précédemment par plus de 150.000 spectateurs dans le monde, Jean-François Pignon, nous offre un spectacle où se mêlent action, poésie et humour.

Ce show équestre musical haut en émotion ravira petits et grands. Nul besoin d'être un spécialiste en équitation afin d'apprécier le travail de l'artiste : en effet, la spécificité de Jean-François est de travailler ses chevaux en liberté.


Durant 2 heures, accompagné par PIERIC et le groupe musical FUEGO de RUMBA, il danse et joue avec ses fidèles compagnons. Le spectacle de Jean François, c'est de la poésie, de la douceur, de l'émotion et de l'humour. Le public vibre à l'unisson des cinq petites juments. Est-ce de la magie ? Est-ce une danse ? Est-il homme ou centaure ? On plonge sans retenue dans ces tableaux qui évoquent tous les rêves de communion qui galopent dans la tête des cavaliers du monde.

 

Halles des Foires de Coronmeuse
Quai des Wallonie
4000 Liège

 

 

libertade 2B

 

 

libertade 3B