19/11/2009

Au Pays du Dragon : Arts sacrés du Bhoutan

 

f60b5f8bb7d19bbf77e863f3fae09a21

 

Le Musée Guimet présente pour la première fois une centaine d'objets sacrés originaires du royaume himalayen.

On peut s'amuser à les compter : ce Bodhisattva grimaçant a onze têtes et mille bras. Ce n'est pas la plus fantasmagorique des divinités qui hantent actuellement le Musée Guimet. Sculptures et peintures, toutes viennent du Bhoutan, petit royaume himalayen très préservé, qui se dévoile pour la première fois à l'étranger à travers plus de cent pièces sacrées.

 

Vajrakila


Toutes ces pièces, qu'elles soient anciennes - les plus vieilles datent du VIIe siècle -, sont toujours des objets de culte. D'ailleurs, deux moines les accompagnent pour les purifier régulièrement durant le temps de leur séjour à l'étranger. Au quatrième étage, dans la rotonde du musée, ils composent un mandala, merveille mi-figurative mi-abstraite, cercle complexe et éphémère de sable coloré. 

 

3270_xxl


Le Bhoutan, récemment doté d'une Constitution et dont le roi promeut une politique de développement du BNB, «Bonheur national brut», est le seul pays au monde où le tantrisme est religion officielle. Cette forme ésotérique du bouddhisme, né en Inde au Ve siècle, s'exprime dans un art très coloré et d'une formidable richesse de détails. Les divinités semblent innombrables au profane et il faut être un spécialiste pour discerner les particularismes locaux d'avec ceux du Tibet voisin.


3272_xxl


Au demeurant, le Bhoutan, dont les monastères perchés à plus de 4 000 mètres d'altitude ne sont parfois accessibles qu'après plusieurs heures de marche, a pu préserver plus longtemps son âge d'or. Une période née au XVIIe et qui ne se serait terminée qu'à la fin du XIXe.

 

Les toiles appelées thangkas, peintes durant ces siècles, se révèlent notamment d'un grand raffinement. D'habitude, elles ne sortent de leurs coffres que lors des grandes célébrations. Au Musée Guimet, le visiteur contemplera les seize arhats, êtres illuminés cultivant la vacuité de l'âme et du monde. Il sera également fasciné par ces guerriers auréolés de flammes et vêtus d'une peau de tigre, ces panthéons de chamans à têtes d'animaux ou ces déesses couronnées d'un diadème et tenant dans leurs mains un vase de longue vie ou un plat de riz.


3269_xxl


Quant aux sculptures, moins spectaculaires, ce sont des bouddhas en bronze doré, assis sur leur socle de pétales de lotus, parfois avec une déesse sur les genoux, en posture d'union intime. Certains tiennent un foudre-diamant ou une clochette.


Bodhisattva


Musée Guimet
6, place d'Iéna
75116 Paris

Jusqu'au 25 janvier 2010

 

 

 

 

21:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musee guimet, arts sacres du bhoutan |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.