15/11/2009

Rome. La peinture d'un empire

 

grande1

 


 

« Pour les Grecs comme pour les Romains, le véritable art majeur était la peinture. »

Portraits retrouvés dans l'oasis égyptienne du Fayoum, morceaux de fresques arrachés aux ruines de Pompéi, d'Herculanum ou de la villa Farnesina à Rome, scènes quotidiennes, tableaux mythologiques : « Rome. La peinture d'un empire » réunit une centaine d'oeuvres, du IIIe siècle av. J.-C. jusqu'au IVe siècle de notre ère. Toutes témoignent d'une égale virtuosité.

 

04a

 

05a

 


L’exposition rattrape un morceau de passé sans chercher à la relier à toute force à l'époque contemporaine. Ici un portrait, là un paysage suffisent à eux-mêmes. L'anonymat des auteurs tout comme celui des sujets ajoutent à ce plaisir. Exposée sur des fonds gris comme suspendus dans une lumière individualisée, chaque oeuvre témoigne d'une vie disparue, parvenue presque intacte jusqu'à nous, ainsi que la découverte, sur l'une d'elles, de graffitis tracés par une main d'enfant il y a vingt siècles environ.

 

15


Scuderie del Quirinale

Rome

Jusqu'au 17 janvier 2010

scuderiequirinale.it

 


 

Les commentaires sont fermés.