31/10/2009

Samain, Halloween ou Toussaint?

witchcauldronku8

 

 

 

La Samain était une fête celtique encore appelée Saman et Samhain ou Samonios chez les Gaulois. Elle marque le début et la fin de l'année celtique et annonce le début du Temps Noir. En effet Samain n’appartient ni à l’année qui se termine ni à celle qui commence : c’est un jour en dehors du temps qui permet aux vivants de rencontrer les défunts. Et elle permet aussi aux défunts, non réincarnés, de passer dans le monde des vivants pour y retrouver les lieux et les personnes qui leur étaient chers. On situe ce jour au premier Novembre de notre calendrier. Mais comme toutes les principales fêtes celtiques, Samain compte trois jours de solennités : le premier est consacré à la mémoire des héros, le deuxième à celle de tous les défunts et le troisième est livré aux réjouissances populaires et familiales marquées par des réunions, des banquets, des festins de toutes sortes qui pouvaient se prolonger pendant une semaine.

 

La veille de la nuit de Samain avait lieu la cérémonie de la renaissance du feu. Les propriétaires des maisons éteignaient les feux de l’âtre avant de se rassembler à la nuit tombante sur la place où les druides procédaient à l’allumage d’un nouveau feu sacré en frottant quelques bois secs du chêne sacré. Ils allaient ensuite allumer de grands feux de joie sur les collines environnantes pour éloigner les esprits malfaisants. Puis chaque maître de maison repartait avec quelques braises tirées du nouveau feu sacré pour rallumer un nouveau feu dans l’âtre de sa maison qui devait durer jusqu’à la prochaine fête de Samain et protéger ainsi le foyer tout au long de l’année.

 

Dans la nuit du 31 octobre – les fêtes celtes commencent à la tombée de la nuit - on croyait que le monde des morts, des fées et des sorcières entrait en contact avec celui des vivants. On croyait ainsi que les âmes des défunts revenaient errer autour des maisons des vivants. C'est pourquoi on laissait la porte entre ouverte et une place à table et on plaçait des lanternes sur les chemins pour les guider.

 

La tradition de Samain n’a pas complètement disparu ni avec la romanisation de la Gaule, ni avec le développement du catholicisme. Et c’est sans doute par référence à cette fête celte que le pape Grégoire IV décida, en 840, de faire du 1er novembre, le jour de tous les saints. La référence à Samain devenait encore plus claire lorsque, trois siècles plus tard, à la fête des saints et des martyrs, on adjoignit la fête de tous les morts.

 


 

 

 

 

La douceur convulsive des ventres funéraires 
Accouche de revenants aux yeux pâles & meurtris 
Parmi les os broyés des squelettes en poussière 
Couronnés de lauriers desséchés & flétris 

De généreuses harpies aux aboiements lubriques 
Offrent leur cellulite & leurs nichons blafards 
A de quelconques fouines en robes synthétiques 
Fendues jusqu'aux néons de leur croupe ovipare 

Mouvement chorégraphique d'un trip au bord du vide
Où le danseur en croix sodomise un lépreux 
Devant les caméras saturnales & fétides 
De la pensée commune aux troubles nauséeux 

La nuit de la samain, sainte citrouille halloween 
Carnaval souterrain, lampions dans les latrines 
La nuit de la samain, gueule de pine halloween 
Jocrisses & palotins, sulfateuses endocrines 

Je vois des cavaliers qui te sucrent tes tours 
Sur l'échiquier barbare au style mahométan 
& puis ta reine en garde & tes pions qui débourrent 
En cramant la mosquée où je fume en afghan 

Projection primitive d'un logiciel sans fin 
J'attends la fleur féline aux yeux mouillés de chrome
Sous le plumage poisseux des regards clandestins
Rivés sur le cockpit de mon vaisseau fantôme 

La nuit de la samain, sainte citrouille halloween 
Carnaval souterrain, lampions dans les latrines 
La nuit de la samain, gueule de pine halloween 
Jocrisses & palotins, sulfateuses endocrines 

La vidéo mentale projette sur mes capteurs 
L'imago populaire, hystérique & banal 
D'un égout surpeuplé de monstres tapageurs 
En quête d'une orgie sur l'écran terminal 

La nuit de la samain, sainte citrouille halloween 
Carnaval souterrain, lampions dans les latrines 
La nuit de la samain, gueule de pine halloween 
Jocrisses & palotins, sulfateuses endocrines

Paroles de Thiéfaine / Musique de Roberto Briot.
Extrait de l'album "Scandale mélancolique".

Réalisation : Soeur Sparadrap des Coeurs Estropiés.

www.myspace.com/hubertfelixthiefaine

 


20:54 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : halloween, samain |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.