29/05/2009

La dernière "surprise sur prise" de Marcel Béliveau

marcel-beliveau-le-createur


 

Le Québécois Marcel Béliveau, père de l'émission de caméra cachée « Surprise sur prise », est décédé jeudi 28 mai à Montréal à l'âge de 69 ans des suites d'un cancer, a annoncé la télévision publique Radio-Canada.

 

Marcel Béliveau avait lancé son émission humoristique « Surprise sur prise » dans la province francophone en 1987 et l'avait exportée à l'étranger l'année suivante. Le concept consistait à piéger des célébrités, sous l'œil d'une caméra cachée. Ce concept a été repris dans pas moins de 93 pays, générant des recettes évaluées à 487 millions de dollars canadiens (313 millions d'euros).

En France, l'émission a été diffusée sur Canal +, TF1 puis France 2, multipliant les bonnes cotes d'audimat jusqu'à sa dernière, en 1998.

 

Marcel Béliveau avait refait surface pour la dernière fois en 2006 avec son projet Cinéma-Académie. Il cherchait alors à recruter une vingtaine d'acteurs inconnus pour jouer dans son premier film, « George-Henri T. est décédé ». Chaque postulant avait dû débourser entre 10 et 30 dollars canadiens (entre 6,4 et 19,3 euros) pour obtenir le privilège d'une audition.

 

 

 

 

 

 

 

15:35 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marcel beliveau, surprise sur prise |  Facebook |

Bad Bentheim (Allemagne)

 

P4300010


 

 

Entouré de milliers d’hectares de forêt mixte, le centre thermal de Bad Bentheim a établi sa réputation de clinique spécialisée et de centre de santé au fil des ans. Déjà en 1711 on utilisait les vertus curatives de l’eau minérale sulfureuse. Les autres remèdes locaux sont les eaux salines à 27 pour cent et les marais naturels.   

P4300019

   

L’imposant « Burg Bentheim » (Fort de Bad Bentheim) fait partie intégrante de la physionomie de la ville. Depuis des siècles, cet édifice colossal visible de loin caractérise la ville et en est son symbole. Il a été marqué par son histoire mouvementée : cette forteresse fut initialement érigée à des fins de défense. Son existence est mentionnée pour la première fois en 1050 dans le registre foncier de Essen-Werder. Lors de la visite de cette forteresse bien conversée, on constate que les bâtiments allient les styles romantique, gothique, et Renaissance. Par temps dégagé, on peut laisser errer votre regard sur la région contiguë de la Westphalie et sur les Pays-Bas voisins depuis le donjon haut de 30 mètres, ladite tour de la poudrière.

 

 

P4300021

 

P4300022

 

P4300029

 

P4300032

 

P4300035

 

P4300037

 

P4300042

 

P4300043

 

P4300051

 

P4300052

 

P4300053

 

P4300058

 

P4300060

 

P4300066

 

P4300069

 

P4300071

 

P4300073

 

P4300082

 

P4300085

 

P4300087

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : allemagne, bad bentheim |  Facebook |

25/05/2009

"Aimer, mûrir et trahir avec la coiffeuse"

 

Frederic-Recrosio-Aimer-Murir-Et-Trahir-Avec-La-Coiffeuse_theatre_fiche_spectacle_une

 

Le syndrome de Stockholm, c'est quand on tombe amoureux de son preneur d'otage, mais alors le couple, c'est quoi ?

Après le triomphe de "rêver, grandir et coincer des malheureuses", Frédéric Recrosio, le "phénomène" suisse débarque à nouveau en France et revient disséquer avec tendresse et intelligence nos comportements amoureux. 


En France, on l'a vu sur Canal+ dans "L'Edition Spéciale" et on l'écoute sur France Inter dans "Le Fou du Roi". 

 

http://www.recrosio.ch

 

 

 

 

Frédéric Recrosio joue très bien l'autodérision et dresse un portrait de la vie de couple, ainsi que du célibat, criant de vérité. Cet homme est d'une justesse, un sociologue des sentiments, un poète des mots! 

 

 


 

 

24/05/2009

"Cher Amour" de Bernard Giraudeau

 

Cher amour

 

 

Résumé


Un homme écrit à la femme qu'il n'a pas encore rencontrée, il lui parle de ses voyages : de l'Amazonie au Cambodge en passant par le Chili, l'Indonésie ou Djibouti, il décrit des paysages et des vies quotidiennes. A ses retours à Paris, où il cherche encore cette inconnue, il parle de ses expériences sur des tournages de film ou au théâtre.


"Je suis en arrêt de jeu, sur le clos, paupières closes. Je sais que vos mains, fines, élégantes, déliées, sont une harmonie, une musique pour saisir mes lettres, les déplier et les tenir comme la plus précieuse découverte de notre vie. Cette main qui repousse une mèche de cheveux reste suspendue pendant que vous lisez, attentive, les mots sacrés de ce voyageur infatigable qui a fini par s'arrêter dans votre jardin. Je vous aime depuis si longtemps, depuis avant le début. Ces lettres qui ne pourraient jamais finir sont celles de mes mouvements géographiques et de mes voyages immobiles sur la scène. Mais probablement y verrez-vous un autre voyage plus complexe, plus hardi, plus désespéré. Voyager, dit-on, on n'en revient jamais. Le prendrez-vous ce temps de me lire pour me prolonger un peu en vous ? Avec un don irrésistible pour dire le clair-obscur des sentiments, Bernard Giraudeau embarque ses lecteurs, en compagnie de l'inconnue qu'il veut séduire, vers des ailleurs nés d'un imaginaire construit sur l'aventure, le désir de vivre et d'aimer."


 

 


01:20 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bernard giraudeau, cher amour |  Facebook |

21/05/2009

Un nouveau look pour nos trottoirs par Julian Beever

 

Connaissez-vous l'anamorphose ?

Non. Il s'agit de « l'art de la perspective secrète ». Le dessin est déformé afin qu'il ne soit compréhensible qu'en utilisant un système optique (un miroir, une loupe), ou en regardant l'œuvre sous un angle bien précis. Aujourd'hui, on utilise cette technique pour créer des fresques en trompe-l'œil en milieu urbain.

 

JB 4

 

Connaissez-vous Julian Beever ?

Non, pourtant, vous avez déjà vu ses tableaux sortir des trottoirs de Bruxelles. Je vous le présente.

Julian Beever est un artiste britannique doué d'un certain talent pour faire sortir des tableaux en trois dimensions du sol. Il travaille essentiellement sur les trottoirs des grandes agglomérations. On a pu voir ses créations inspirées de l'anamorphose en France, en Angleterre, en Écosse, en Belgique, aux Pays-Bas, au Mexique, aux États-Unis, au Canada ou en Australie. Leur réalisation peut durer jusqu'à trois jours. Un travail long et éphémère, puisque la moindre goutte de pluie peut tout effacer. Il ne reste alors que les photos, prises avec un appareil grand angle, pour témoigner de son travail.

 

JB 2

 

Il y a même de l'or dans les trottoirs ...

 

JB 5

 

 

Après avoir réalisé ses dessins de rue, Julian Beever se met en scène avant de prendre le cliché qui révelera l'effet d'optique. En effet, c'est grâce à un appareil grand angle que le résultat est si surprenant.

 

 

JB 1

 

Le trompe l'œil est encore une fois impressionnant. Julian Beever se sert de l'environnement urbain pour renforcer ses effets. Ici le muret où il est appuyé représente le mur de l'immeuble en flammes qu'il vient de réaliser. Les pavés du sol semble avoir été nettement retirés pour laisser apparaître une scène de ville souterraine.

 

 

JB 3

 

 

Avec un peu de gymnastique, la vue n'est pas mal !

 

 

JB 6

 

 

Vous ne croyez pas que les mouches extra-terrestres résistent à Julian.

 

JB 7


 

Avec des pastels grand format, il a encore plus de ressources, notre artiste !

 

JB 8

 

 

Vous voyez? Vous en voulez encore : allez voir le site de Julian (http://users.skynet.be/J.Beever) que je remercie de m'avoir autorisée à publier quelques-unes de ses oeuvres!


Bonne continuation, Julian !

 


"Sous le vent" (Céline Dion et Garou)

 

 

 

 

Garou:
Et si tu crois que j'ai eu peur
C'est faux
Je donne des vacances ŕ mon coeur
Un peu de repos

Et si tu crois que j'ai eu tort
Attend
Respire un peu le souffle d'or
qui me pousse en avant et...

Fais comme si j'avais pris la mer
J'ai sortit la grande voile
Et j'ai glissé sous le vent

Fais comme si je quittais la terre
J'ai trouvé mon étoile
Je l'ai suivie un instant

Sous le vent...

Celine Dion:
Et si tu crois que c'est fini
Jamais
C'est juste une pause, un répit
Aprčs les dangers

Et si tu crois que je t'oublie
Écoute
Ouvre ton corps aux vents de la nuit
Et ferme les yeux
Et...

Fais comme si j'avais pris la mer
J'ai sortis la grande voile
Et j'ai glissé sous le vent

Fais comme si je quittais le terre
J'ai trouvé mon étoile
Je l'ai suivie un instant

Sous le vent

Et si tu crois que c'est fini
Jamais
C'est juste une pause un répit
Aprčs les dangers

Fais comme si j'avais pris la mer
J'ai sortit la grande voile
J'ai glissé sous le vent (j'ai glissé sous le vent)

Fais comme si je quittais la Terre
J'ai trouvé mon étoile
Je l'ai suivie un instant (suivi un instant)

Fais comme si j'avais pris la mer
J'ai sortit la grande voile
Et j'ai glissé sous le vent (j'ai glissé sous le vent)

Fait comme si je quittais la terre
J'ai trouvé mon étoile
Je l'ai suivie un instant (suivi un instant)



09:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : celine dion et garou, sous le vent |  Facebook |

18/05/2009

"Et la retraite bordel!" de Sim

 

925943284-09052009143613

 

 

 

 

L'humour ne prend jamais de retraite. Sim nous raconte avec sa verve habituelle les aventures de quelques retraités pas comme les autres. 

 

De la compagne d'un célèbre gangster brutalement décédé qui dilapide les économies de ce dernier au casino de Monte-Carlo à une vieille fille qui cherche l'amour dans les petites annonces, en passant par les aventures du troisième âge au fil des croisières maritimes ou la retraite d'un vieux curé protégé par les enfants qu'il n'a pas pu avoir... Et aussi un couple de septuagénaires sportifs qui passent leur temps entre les escalades en montagne et les séjours à l'hôpital pour réduire leurs fractures ; une dame pipi de l'aéroport d'Orly qui collectionne les pièces jaunes pour voir Venise avant de mourir ; un ex-travesti de chez Michou, pseudo-Marilyn Monroe, devenu un vieux monsieur pathétique ; les surprises du sexe dans les maisons de retraite... 

 

Que vous soyez retraité ou pas, ce festival de cocasseries vous apportera des éclats de rire aux couleurs de la tendresse.

 

 

 

 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sim, et la retraite bordel |  Facebook |

17/05/2009

Les 120 ans de la Tour Eiffel

 

paris_240107_800

 

 

 

 

Le 8 janvier 1887, Eugène Poubelle, préfet de la Seine, confie officiellement à Gustave Eiffel un projet fou, celui d'une tour de fer de trois cents mètres de hauteur, une structure gigantesque mais provisoire, qui doit durer le temps de l'Exposition universelle, du 6 mai au 31 octobre 1889. Pari tenu. Le 31 mars de cette année, la tour est terminée et devient le plus haut monument du monde.


Grâce à son succès considérable auprès du public et à sa solidité, l'édifice résistera aux idées de démolition qui n'ont pas manqué après la fin de l'Exposition universelle. Devenue la « Vieille dame », la Tour Eiffel est sans conteste le symbole de Paris et de la France. C'est aujourd'hui le monument payant le plus visité au monde. Record battu en 2008 avec 6,9 millions de visiteurs...


Pour son cent vingtième anniversaire, elle fait peau neuve. La dix-neuvième campagne de peinture va en effet durer près d'un an. C'est le temps qu'il faut pour appliquer les soixante tonnes de laque qui raviveront sa couleur bronze (une teinte qui a changé plusieurs fois depuis la construction).

 

 

 

0204

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tour eiffel, 120 ans |  Facebook |

"Mangez-le si vous voulez" de Jean Teulé

 

Jean Teulé

 

 

Nul n’est à l’abri de l’abominable. Nous sommes tous capables du pire ! Le mardi 16 août 1870, Alain de Monéys, jeune périgourdin, sort du domicile de ses parents pour se rendre à la foire de Hautefaye, le village voisin. C’est un jeune homme plaisant, aimable et intelligent. Il compte acheter une génisse pour une voisine indigente et trouver un couvreur pour réparer le toit de la grange d’un voisin sans ressources. Il veut également profiter de l’occasion pour promouvoir son projet d’assainissement des marais de la région. 


Il arrive à quatorze heures à l’entrée de la foire. Deux heures plus tard, la foule devenue folle l’aura lynché, torturé, brûlé vif et même mangé. Comment une telle horreur est-elle possible ? Comment une population paisible (certes angoissée par la guerre contre l’Allemagne et sous la menace d’une sécheresse exceptionnelle) peut-elle être saisie en quelques minutes par une telle frénésie barbare ? Au prétexte d’une phrase mal comprise et d’une accusation d’espionnage totalement infondée, six cents personnes tout à fait ordinaires vont pendant deux heures se livrer aux pires atrocités. Rares sont celles qui tenteront de s’interposer. Le curé et quelques amis du jeune homme s’efforceront d’arracher la malheureuse victime des mains de ces furieux et seule Anna, une jeune fille amoureuse, risquera sa vie pour le sauver. 


Incapable de condamner six cents personnes d’un coup, la justice ne poursuivra qu’une vingtaine de meneurs. Quatre seront condamnés à mort, les autres seront envoyés aux travaux forcés. Au lendemain de ce crime abominable, les participants hébétés n’auront qu’une seule réponse : « Je ne sais pas ce qui m’a pris. » 


Avec une précision redoutable, Jean Teulé a reconstitué chaque étape de cet atroce chemin de croix qui constitue l’une des anecdotes les plus honteuses de l’Histoire du XIXe siècle en France. 

 


16/05/2009

Millenium : le film

 

19070375

 

 

Mikael Blomkvist est journaliste économique dans le magazine Millenium. Condamné pour diffamation, il décide de prendre de la distance avec sa vie et son métier. Mais Henrik Vanger, grande figure de l'industrie suédoise, fait appel à lui afin d'enquêter sur un meurtre non élucidé, celui d'Harriet Vanger, nièce du grand homme et disparue à l'âge de seize ans. Au cours de ses recherches, Blomkvist se rend compte que La famille Vanger semble cacher bien des haines et des secrets. Dans le cadre de son enquête, le journaliste est amené à rencontrer Lisbeth Salander. La jeune femme de vingt-quatre ans possède un don exceptionnel, celui de découvrir des informations introuvables. Tous deux vont être amenés à se croiser dans une enquête qui va révéler beaucoup plus que ce que chacun aurait pu imaginer...

 

 

Plus d'infos sur ce film

 

 

 

19:22 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, millenium, stieg larsson |  Facebook |

14/05/2009

L'envie d'aimer (extrait des "Dix Commandements"

 

 

 

Chanson de la comédie musicale "Les Dix Commandements".

Moïse:

C'est tellement simple
L'amour
Tellement possible
L'amour
A qui l'entend
Regarde autour
A qui le veut
vraiment

C'est tellement rien
D'y croire
Mais tellement tout
Pourtant
Qu'il vaut la peine
De le vouloir
De le chercher
Tout le temps

Ce sera nous, dès demain
Ce sera nous, le chemin
Pour que l'amour
Qu'on saura se donner
Nous donne l'envie d'aimer

C'est tellement court
Une vie
Tellement fragile
Aussi
Que de courir
Après le temps
Ne laisse plus rien
A vivre

Ce sera nous, dès demain
Ce sera nous, le chemin
Pour que l'amour
Qu'on saura se donner
Nous donne l'envie d'aimer

Ce sera nous, dès ce soir
A nous de le vouloir
Faire que l'amour
Qu'on aura partagé
Nous donne l'envie d'aimer
{2x}

C'est tellement fort
C'est tellement tout

L'amour

Puisqu'on attend
De vies en vie
Depuis la nuit
Des temps

Ce sera nous,
Ce sera nous,
Ce sera nous,
Pour que l'amour
Qu'on saura se donner
Nous donne l'envie d'aimer

Ce sera nous, dès ce soir
A nous de le vouloir
Faire que l'amour
Qu'on aura partagé
Nous donne l'envie d'aimer ...

 


12/05/2009

Anges et démons

 

19091795

 

 

Une antique confrérie secrète parmi les plus puissantes de l'Histoire, les "Illuminati", qui s'était juré autrefois d'anéantir l'Eglise catholique, est de retour. Cette fois, elle est sur le point de parvenir à son but : Robert Langdon, expert en religions d'Harvard, en a la certitude.


Langdon a peu de temps pour comprendre ce qui se trame contre le Vatican et déjouer ces nouveaux crimes. Une course contre la montre et contre les tueurs qui démarre tel un jeu de piste : des églises romaines aux cryptes enfouies, des catacombes les plus profondes aux majestueuses cathédrales...


Pour l'aider à comprendre toutes ces énigmes, Langdon va rencontrer Vittoria Vetra, une scientifique aussi belle que mystérieuse.


Cette fois, il sait à qui il se cnfronte. Cette enquête diabolique est un piège, chaque secret est une clé, chaque révélation un danger...


 

 

 

 



 

09:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, anges et demons |  Facebook |

10/05/2009

"Tu trouveras" (Natasha St-Pier - Pascal Obispo)

 

 

 

 


Comme tout le monde j'ai mes défauts
J'ai pas toujours les mots qu'il faut
Mais si tu lis entre les lignes
Tu trouveras dans mes chansons
Tout c'que je n'ai pas su te dire

Il y a des fautes d'impression
Des "Je t'aime" un peu brouillon
Malgré mes accords malhabiles
Tu trouveras dans mes chansons
Tout ce que je n'ai pas osé te dire

{Refrain:}
Tu trouveras...
Mes blessures et mes faiblesses
Celles que j'n'avoue qu'à demi-mot
Mes faux pas mes maladresses
Et de l'amour plus qu'il n'en faut
J'ai tellement peur que tu me laisses
Sache que si j'en fais toujours trop
C'est pour qu'un peu tu me restes
Tu me restes

Il y en a d'autres que tu aimeras
Bien plus belles, plus fortes que moi

[Je leur laisserai bien sûr la place
Quand je n'aurai plus dans mes chansons
Plus rien à te dire en face
Le temps vous endurcit de tout
Des illusions, des mauvais coups]

Si je n'ai pas su te retenir,
Sache qu'il y a dans mes chansons
Tout c'que je n'ai pas eu le temps de te dire

Le temps vous endurcit de tout
Des illusions, des mauvais coups
Si je n'ai pas su te retenir,
Sache qu'il y a dans mes chansons
Tout c'que je n'ai pas eu le temps de te dire

{au Refrain: x3}
Tu trouveras...
Mes blessures et mes faiblesses
Celles que j'n'avoue qu'à demi-mot
Mes faux pas, mes maladresses
Et de l'amour plus qu'il n'en faut
J'ai tellement peur que tu me laisses
Sache que si j'en fais toujours trop
C'est pour qu'un peu tu me restes
Tu me restes.



"De Fer Rouge" à Rebecq

 

20090809rebecq
 

 


Comme chaque été depuis six ans, les compagnies « Fer de Lance » et « Compagnons de Rougemont » vous invitent à découvrir la vie d’un campement de guerre moyenâgeux, avec ses tentes, armes et armures, la soldatesque et les ribaudes...

 

Ils vous accueilleront dans un cadre de verdure où vous pourrez vous restaurer et boire un verre (ou deux!) de boissons d’époque, marchander avec les artisans, visiter le campement, assister aux tirs d’artillerie et combats en lice, tirer à l’arc ou lancer des haches, essayer des armures....

 

Les compagnons se feront un plaisir d’expliquer l’utilité ou la provenance des armes employées, les différents stands vont aider à comprendre la vie de l’époque moyenâgeuse, apprendre comment nos aïeuls fabriquaient des bougies ou de la corde …

 

Les forgerons fabriqueront des couteaux ou pointes de flèches, La Grande Inquisition s’emparera encore une fois des infidèles, les destriers défileront et les combattants entreront en lice pour gagner les coeurs des dames!

 

Il y aura aussi d'autres animations participatives : le mât de cocagne (avec des gains à la clé), tir à la corde, course de planches, les duels aux bâtons rembourrés etc. Bien sur, notre bar servira aussi bien des boissons “pour les adultes”, que des bulles légères pour les petits !

 

8 – 9 août 2009 à Rebecq

Entrée : 5 euros pour adulte - 3 euros pour moins de 12 ans - gratuit pour les moins de 6 ans

 

 

 

02:13 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : de fer rouge, fer de lance, rougemont |  Facebook |

26ème Fête des Fleurs à Watemael-Boitsfort

 

Maxi29159

 

 

 

Spectacles de rue et animations se dérouleront les samedi 16 et dimanche 17 mai à Watermael-Boitsfort, autour de la Maison Communale.

 

Initiative fondatrice de la Vénerie, la Fête des Fleurs combine une fête de quartier, à l’ambiance conviviale et familiale, à un festival des arts de la rue, forains et du cirque. Ainsi, 30 stands associatifs côtoient 30 spectacles professionnels. En 2007, plus de 11.000 personnes s’y sont rendues. La Fête des Fleurs participe à la cohésion sociale, ouvre des horizons, favorise l’esprit de curiosité et de participation. Cette année, le thème est (R)évolution, reprenant les mots révolution (en référence à mai 68 ainsi qu’à l’aspect artistique de la fête), évolution (représenté par le Village de la Solidarité) ainsi que rêve (en rapport à la mémoire et à la littérature) et solution (en corrélation avec le développement durable).

 

Dès l'ouverture du samedi à 14h jusqu'à la Marche aux Flambeaux du dimanche soir, jongleurs, acrobates, marionnettistes, bonimenteurs arpentent en permanence l'espace de la fête. Plus de 30 groupes musicaux et spectacles de rue de toute l’Europe.

 

  •       Sienta la Cabeza

 

  •       Fanfare sur Tandem
  •       Maras ijs Show



  •       GIGN
  •       Rires et Rides
  •       Hobo Jungle
  •       Déchets sans Frontières 
  •       Buguel Noz
  •       Trangéniquement Vôtre
  •       Le CinérotiC 



  •       Klezmic Zirkus

 

 

http://www.lavenerie.be

 

 

Maxi26778

 

 

00:47 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : watermael-boitsfort, fete des fleurs |  Facebook |

08/05/2009

Besalù (Catalogne)

BES 01

 

 

Cette petite ville réunit, dans les ruelles médiévales qui composent sa trame urbaine, plusieurs exemples de la cohabitation entre la communauté juive installée dans la région dès le début du Moyen-Âge et les chrétiens. Preuves de cette cohabitation sont les églises de Sant Pere, de Sant Vicenç, de Santa Maria et de Sant Martí, qui côtoient harmonieusement les vestiges de la culture juive comme, par exemple, les miqwé ou bains juifs et la structure traditionnelle des rues du call, la juiverie. Besalú commença à acquérir de l’importance en tant que capitale de comtat indépendant en 902, après la mort de Guifré el Pilós (Wifred le Velu), mais elle perdit cette condition plus tard lorsqu’elle devint partie intégrante de la Maison de Barcelone.

À voir : le magnifique pont médiéval qui fait communiquer la ville avec l’extérieur, les arcs, la Curie Royale, l’hôpital de Sant Julià, le palais de Sant Romà, la rue Tallaferro et la superbe place de la Liberté auxquels on doit, entre autres lieux, une impressionnante atmosphère médiévale.

www.besalu.cat/

 

BES 02

 

 

 

BES 03

 

 

BES 04

 

 

 

BES 05

 

 

BES 06

 

 

 

BES 07

 

 

BES 08

 

 

 

BES 09

 

 

BES 10

 

 

 

BES 11

 

 

BES 12

 

 

 

BES 13

 

 

BES 14

 

 

 

BES 15

 

 

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : espagne, catalogne, besalu |  Facebook |

07/05/2009

Journées européennes de l'Opéra

photo

 

 

Fêtez l'année européenne de la créativité et de l'innovation lors de la troisième édition des Journées européennes de l'Opéra le 9 mai prochain ! De Londres à Brno et de Barcelone à Tallinn, les maisons d'opéra sont ouvertes à tous.

 

 

À cette occasion, la Monnaie (http://www.lamonnaie.be) place la création mondiale de House of the Sleeping Beauties de Kris Defoort sous les feux des projecteurs. Ce tout nouvel opéra s'inspire du roman Les Belles endormies de l'auteur japonais et prix Nobel de littérature Yasunari Kawabata. Afin de faire découvrir l'étonnant dialogue entre univers japonais et opéra, le théâtre ouvre grand ses portes et propose un éventail d'activités riches, variées et gratuites. Des ateliers voix, danse, écriture, des visites guidées inédites, des rencontres, des lectures d'extraits du roman de Kawabata, des cérémonies du thé, des ateliers pour enfants : un programme captivant pour tous !