30/04/2009

Mozart, l'opéra rock

 

mozart_opera_rock

 

Après les comédies musicales “Dix Commandements” et “Roi Soleil”, les producteurs Albert Cohen et Dove Attia se lancent un nouveau défi : créer le premier Opéra Rock consacré au plus grand compositeur de tous les temps: Wolfgang Amadeus Mozart.

 

Ce spectacle grandiose et 100% Live joué en costumes et décors d'époque raconte l'irrésistible ascension de la première rock star de l’histoire : Mozart. Eternel adolescent à l'insouciance arrogante, artiste sensible et profond, il est en quête d'un absolu musical et de la reconnaissance d'un père dont il ne pourra jamais s'affranchir. Il est également le premier artiste libre de tous les temps, un génie révolutionnaire et précurseur.

 

La musique, l’amour et l'humour sont les ingrédients essentiels de cette nouvelle production musicale qui présente de nombreuses innovations : l’humour imprégné de la personnalité originale de Mozart, une bande son composée de grands classiques de Mozart, mais aussi des chansons pop rock originales. Ces éléments sont intégrés dans une mise en scène importante comprenant la présence de chanteurs pop et lyriques, de comédiens et de danseurs, mais aussi d’une quinzaine de musiciens classiques et modernes en costumes.

 

Le premier single « Tatoue-moi » a déjà été numéro 1 en France pendant cinq semaines consécutives en ce début d’année. Et il continue à grimper rapidement dans nos classements belges.

 

La mise en scène est signée du grand réalisateur de cinéma français Olivier Dahan à qui l’on doit entre autres « Les Rivières Pourpres 2» et plus récemment « La Môme ».

 

Les chanteurs sont : Mikelangelo Loconte, Melissa Mars, Claire Perot, Solal, Maeva Meline, Florent Mothe.

 

Le spectacle sera présenté à Forest National à partir de fin avril 2010.

 


 

 

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/04/2009

Les Molières 2009

Molieres2009

 

 

Née en 1987, la cérémonie des Molières rassemble le monde du théâtre, l'espace d'une soirée, afin de distinguer les meilleures créations de l'année comme les meilleures interprétations. En tout, ce sont dix-sept catégories qui sont récompensées.

La Nuit des Molières est organisée par l'Association professionnelle et artistique du théâtre (APAT), créée par des directeurs de théâtres publics et privés. La composition de l'APAT reflète toute la richesse et la diversité de la scène française. L'association accueille dans l'Académie des Molières environ 1600 membres.

Le Conseil d'Administration de l'APAT propose désormais un site Internet pour permettre à tous ceux qui s'intéressent au théâtre et à son activité de pouvoir disposer d'informations sur l'organisation et le contenu de la cérémonie des Molières. Grâce à ce site, vous pourrez accéder aux palmarès des vingt dernières années, aux archives photographiques et à une présentation de la prochaine cérémonie des Molières.

Cette 23ème Nuit des Molières a été présidée par Bernard Giraudeau et animée par Frédéric Mitterrand.

Nuit des Molières 2009 : les récompenses

- Meilleur comédien : Patrick Chesnais, pour son rôle dans « Cochons d'Inde». Dans ce spectacle, le comédien apparaît en victime de la mondialisation et du business international.

- Meilleure comédienne : Anne Alvaro, pour «Gertrude (Le Cri)», du Britannique Howard Barker.

- Meilleure pièce comique : «Cochons d'Inde».

- Meilleur metteur en scène : Christian Schiaretti, pour «Coriolan», une pièce de Shakespeare.

- Meilleur auteur francophone vivant : Jean-Claude Grumberg pour «Vers toi terre promise».

- Meilleur second rôle féminin : Monique Chaumette, pour «Baby Doll».

- Meilleur second rôle masculin : Roland Bertin, pour «Coriolan».

- Révélations théâtrales : Aude Briant et David Lescot, respectivement pour «Journal à quatre mains» et «La commission centrale de l'enfance».

- Molière de l'adaptateur: Zabou Breitman pour «Des gens» (d'après «Urgences» et «Faits divers» de Raymond Depardon)

- Théâtre public : « Coriolan», Shakespeare/Christian Schiaretti, TNP Villeurbanne

- Compagnies : « L'Oral et Hardi», Jean-Pierre Verheggen/Jacques Bonnaffé, Cie Faisan

- Théâtre privé : «Des gens», Raymond Depardon/Zabou Breitman, Petit Montparnasse

- Théâtre musical : «L'Opéra de Sarah - Avant l'Amérique», Alain Marcel, Théâtre de l'œuvre

- Metteur en scène : Christian Schiaretti pour «Coriolan»

- Révélations théâtrales :

. Aude Briant dans «Journal à quatre mains»

. David Lescot dans «La commission centrale de l'enfance»

- Décorateurs/Scénographe : Catherine Bluwal pour «Le Diable rouge»

- Créateur costumes : Claire Risterucci pour «Madame de Sade»

- Créateur lumière : Marie-Hélène Pinon pour «Le Diable rouge»

- Jeune public :

. «86 cm», Alice Laloy, La Compagnie s'appelle Reviens

. «In 1 et 2», Isabelle Hervouët, Cie Skappa

  

 

 

19:40 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : molieres 2009 |  Facebook |

Un îlot de fleurs dans un pays tourmenté


Cette année, les pluies qui se sont abattues au printemps sur la province de Jawzjan, dans le nord de l’Afghanistan, à l’ouest de la grande ville de Mazar-e Charif, ont permis la floraison de millions de coquelicots et autres fleurs sauvages à la frontière avec le Turkménistan. Une manne d’une beauté à couper le souffle qui prédit aux agriculteurs des vallées une belle récolte. À l’image de ce paysan qui inspecte lentement ses champs. Un îlot de paix aussi puisque la province de Jawzjan n’est pas l’un des terrains habituels de l’insurrection menée par les talibans, chassés du pouvoir à la fin 2001, qui est active essentiellement dans l’est et dans le sud du pays. (Zabi/Xinhua/Xinhua Press/Corbis)

 

Vu dans le Figaro Magazine

 

Afghanistan

 

 

19:07 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Amour félin


L'histoire est connue. Il y a déjà dix ans, Ana Julia Torres sauvait Jupiter, un lion africain qui appartenait à un cirque ambulant où il était maltraité. Elle l’avait recueilli, soigné et nourri dans sa villa ‘Lorena’ à Cali (Colombie), où elle recueille des animaux blessés. Visiblement, Jupiter est toujours aussi reconnaissant à l'égard de sa sauveteuse... Trop mignon !

 

Ana-Julia-Torres-et-le-lion

Vu dans Paris Match


19:02 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jupiter, ana julia tores |  Facebook |

27/04/2009

Rome célèbre les 2 000 ans de la naissance de Vespasien

Vespasianus 01


Le Colisée fête à partir du 27 mars 2009 les 2000 ans de la naissance de Vespasien (9-79), le «père» du plus grand et du plus célèbre amphithéâtre romain, avec une exposition consacrée à l'histoire de cet empereur et de sa dynastie, les Flaviens.

Le parcours de l'exposition Divus Vespasianus, partagée entre le Colisée, les forums romains et le forum palatin, permet aux visiteurs de découvrir à travers des statues, des objets de la vie quotidienne et des fragments de monuments l'histoire de Vespasien et de sa famille.

Selon le commissaire de l'exposition, Filippo Coarelli, la construction du Colisée s'inscrit dans une série de grands travaux qui ont marqué le règne des Flaviens - Vespasien et ses fils Titus et Domitien, qui régnèrent successivement sur Rome jusqu'en 96.

«Vespasien trouva la ville en ruines après le grand incendie» de Rome qui eut lieu en 64, sous Néron (37-68), explique M. Coarelli, soulignant que «la reconstruction de Rome est l'oeuvre des Flaviens», qui stabilisèrent l'empire après le règne mouvementé de Néron.

La construction du Colisée débuta entre 70 et 72 et se termina en 80, sous le règne de Titus.

Parmi les oeuvres des Flaviens figurent aussi l'Arc de Titus, construit par Domitien en honneur de son frère, le forum Vespasien, le palais Flavien sur le Palatin, le temple de Jupiter sur le Capitole.

L'exposition est ouverte jusqu'au 10 janvier 2010.

 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : colisee, 2000 ans de vespasien |  Facebook |

24/04/2009

Dubrovnik : Perle de l'Adriatique

 

dubrov 01

 

Entre d'imposants remparts faisant face aux flots, quelques ruelles et rues se croisent dans une succession de beautés architecturales : voici Dubrovnik, une cité vaillante, dont les siècles et les périples ne firent que passer sur ses merveilles. Après un important chantier de restauration entrepris par l'Unesco, le cœur de la vieille ville est désormais fidèle à sa splendeur passée. Depuis les hauteurs, les toits mêlent leurs chaudes couleurs dorées aux dômes, statues et clochers, qui signent autant d'indices pour une halte culturelle... à moins que l'animation du port ou la tranquillité des remparts ne soient préférées pour un repos mérité.

dubrov 02


dubrov 03

dubrov 04

dubrov 05

dubrov 06

dubrov 07

dubrov 08

dubrov 10

dubrov 11

dubrov 12

dubrov 13

dubrov 14

dubrov 15

dubrov 16

dubrov 17

dubrov 18

dubrov 19

dubrov 20

dubrov 21

dubrov 23

dubrov 24

dubrov 25

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : croatie, dubrovnik |  Facebook |

20/04/2009

Regards Croisés de la bande dessinée belge

RC BD


Dans le cadre prestigieux des Musées royaux des beaux-arts de Belgique, l’exposition «Regards Croisés de la BD belge» présente, au travers du regard de 20 auteurs belges contemporains, cent ans de bande dessinée, mettant en évidence les liens entre l’école belge et les grands courants de la bande dessinée mondiale. L’approche choisie est trans-générationnelle, multi-disciplinaire et internationale. En effet, l’exposition est composée de vingt espaces disposant chacun d’une scénographie spécifique. Chaque espace est dédié au travail d’un auteur contemporain et à son «musée personnel». Celui-ci est composé de ses lectures de jeunesse et des sources graphiques de son travail. Le musée personnel rend autant hommage aux «Anciens» de la bande dessinée belge qu’aux géants de la bande dessinée mondiale. Outre les 20 auteurs mis en lumière, plus d’une centaine d’autres sont exposés. Se trouvent ainsi, entre autres, aux cimaises des originaux de grands classiques américains comme Winsor McCay («Little Nemo»), Alex Raymond («Flash Gordon»), Schultz («Peanuts») ou européens comme Pratt («Corto Maltese») ou Tardi («Adèle Blanc-Sec»).

Avec Jean Van Hamme, Raoul Cauvin, Hermann, François Walthéry, Marvano, Ptiluc, Benoît Sokal, Frank Pé, Didier Comès, Jean Dufaux, Bernard Yslaire, François Schuiten, Philippe Geluck, Midam, Philippe Tome, Johan De Moor, Her Seele, Jean-Philippe Stassen, Dominique Goblet Thierry Van Hasselt

Du 27 mars au 28 juin 2009 aux Musées royaux des beaux-arts de Belgique, rue de la Régence, 3 à 1000 Bruxelles

 

adele

 

 

corto maltese

 

 

flash gordon

 

 

little nemo

 

peanuts

 

 

17/04/2009

Médiéval des Moines Sanglants à Tubize en 2009


Les Moines Sanglants remercient tous les participants et visiteurs du Médiéval des Moines Sanglants de 2008. Ils espèrent de vous revoir tous très nombreux les 5 et 6 septembre 2009 pour la prochaine édition du médiéval qui se déroulera bien comme prévu en collaboration avec la maison des jeunes Anti-Static !

 

Pour toute information, veuillez contacter les seuls organisateurs :

Père Caligula et Père Fectine (fondateurs du Médiéval des Moines Sanglants à Tubize) à l’adresse e-mail unique : lesmoinessanglants@gmail.com.

 

flyers-med09front

 

flyers-med09back

 

 

Seal traînera sa soul à Forest National

Seal 02


Londonien d’origine et né de parents nigérians, Seal Henry Olusegun Olumide Adelo Samuel alias Seal se fait connaitre au début des années ’90 pour avoir prêté sa voix sur le titre «Killer» du groupe Adamski ainsi que grâce au désormais célèbre «Crazy».

Ces deux singles présents sur son premier album éponyme (1991) lui ouvrent les portes de la gloire.

Porté par ce succès Seal livre en 1994 son deuxième album et surtout des titres aussi puissants que «Kiss from A Rose» (extrait de la BO du film Batman Forever) et «Don’t Cry».

Son style empli d’émotion, saupoudré d’un brin de romantisme et soutenu par une voix hors du commun, a su séduire un large public. Son talent multiple lui permet également de manier avec tout autant de succès un genre plus dance/pop apprécié tant par ses nombreux fans que par la critique.

Seal peut être fier d’une carrière de bientôt 20 ans comptant cinq albums, auréolée de 3 Grammy Awards et plus de 15 millions d’exemplaires vendus.

Fin 2008, Seal a présenté son sixième opus «Soul», produit par David Foster. Cet album est sans doute l’une de ses plus belles réussites. Pour l’occasion, le chanteur s’est approprié une série de onze titres phares de l’histoire de la soul musique avec une grâce infinie (de James Brown à Al Green en passant par Otis Redding). Le premier single qui en est extrait est une magnifique reprise de Sam Cook «A Change Is Gonna Come».

Laissez-vous emporter par le charme et le charisme d’un des plus grands chanteurs de ces dernières années, Seal vous donne rendez-vous à Forest National le 14 juillet 2009.

 

Seal 01

 

 

 

 

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : forest national, seal, soul |  Facebook |

15/04/2009

La fin d'un grand homme : Maurice Druon

 

mauricedruon300

 

Auteur du « Chant des partisans » et des « Rois maudits », écrivain particulièrement fécond, ministre des Affaires culturelles en 1973-74, l'académicien Maurice Druon est décédé mardi 14 avril 2009 à Paris, à l'âge de 90 ans.

Né le 23 avril 1918 à Paris, d'un père russe originaire d'Orenbourg dans l'Oural, il avait été élu à l'Académie française en 1966 à 48 ans. Il avait reçu le Prix Goncourt en 1948 pour son ouvrage « Les Grandes Familles ». Auteur du « Chant des partisans » avec son oncle Joseph Kessel, Maurice Druon avait également publié la monumentale fresque « Les Rois maudits »", dans laquelle il évoquait la décadence des derniers Capétiens.

Maurice Druon avait été élu secrétaire perpétuel de l'Académie française en 1985, une fonction de laquelle il avait démissionné en 1999 pour se consacrer à l'écriture.

Maurice Druon a consacré une grande partie de sa vie et sa carrière à la défense de la langue française, en tant qu'écrivain, député, ministre et académicien. Son oeuvre est notamment marquée par la trilogie « La Fin des hommes » (« Les Grandes Familles » (1948), « La Chute des corps » (1950), « Rendez-vous aux enfers » (1951)), et par « Les Rois maudits », devenus une série télévisée très populaire.

A 90 ans, Maurice Druon était le doyen d'élection de l'Académie française, le doyen d'âge étant Claude Lévi-Strauss, qui a fêté ses 100 ans en 2008.

 

 

 

 

 

 

13112

http://les-rois-maudits.france2.fr/

 

 

13/04/2009

Vegetal City de Luc Schuiten

00_b

 


À quoi ressemblera notre futur ? Nous savons déjà qu'il ne pourra se construire dans la continuité de notre présent, car les ressources planétaires s'épuisent bien plus vite que nous ne leur laissons le temps de se régénérer.

 

L'architecte visionnaire bruxellois, Luc Schuiten, estime que nous avons peut-être trop vite oublié que nous sommes avant tout des êtres biologiques installés sur une planète elle même vivante.

 

À travers différentes perspectives futuristes, maquettes, films d'animation et scénographies d'architectures végétales, le visiteur sera immergé dans un monde cohérent et poétique, faisant appel à l'imaginaire. Il sera interpellé par les propositions originales présentées et les visions d'un avenir lumineux à travers la création d'une nouvelle relation entre l'homme et son environnement naturel.

 

 

Lien : www.archiborescence.net

 

Lieu : Musée du Cinquantenaire

Parc du Cinquantenaire 10

1000 Bruxelles

Dates : 03/04/09 - 30/08/09

 

 

 

00_a

 

09:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : luc schuiten, vegetal city |  Facebook |

12/04/2009

Bonne fête de Pâques

 

 

1-paques

18:34 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/04/2009

Looking at the US 1957-1986

2375355256

 

Un papa, en Géorgie, peignant les lettres du Ku Klux Klan sur les flancs de sa voiture sous le regard de sa fillette. Un shérif devant sa bière, un père étreignant son enfant le jour du Veterans Day, un couple de fermiers texans vieillissants, le visage insondable de Martin Luther King se relaxant avant de prononcer un discours. Sous le regard des photographes Wendy Watriss et de Frederick C. Baldwin, plus de trente ans de l'histoire contemporaine des Etats-Unis défilent dans les salles d'exposition du Musée de la Photographie de Charleroi. Sans manichéisme, sans monolithisme, sans se laisser enfermer dans la facilité des stéréotypes ou des frontières de la couleur de la peau.

Ce qui intéresse ce couple, par ailleurs créateur en 1986 des rencontres internationales de la Fotofest à Houston - Texas, ce qui les a toujours intéressés, avant même de se rencontrer, c'est l'Amérique, la vraie. De 1971 à 1979, complices au point de signer ensemble les photos de leur Suite texane, ils ont traversé dans une caravane le grand Etat du Texas, pour offrir le constat d'une Amérique pluriculturelle, moins "cow-boy" qu'il n'y paraît, et dont les différentes composantes sont en définitive les richesses. "Beaucoup de valeurs dont Obama parle, à partir de son origine et de son engagement au sein de la population de Chicago, sont les nôtres. On a vécu avec des gens qui ne sont pas au pouvoir mais font la vie là-bas" a expliqué Wendy Watriss lors de l'inauguration de cette puissante exposition.

Par ailleurs, le Musée met également en évidence le travail individuel des deux photographes. Entre 1957 et 1970, Baldwin a braqué son objectif sur le Ku Klux Klan, sur la lutte pour la défense des droits civiques des Afro-Américains. Quant à Wendy Watriss, elle a entrepris, de 1981 à 1986, un reportage sur les ravages de l'Agent Orange, une substance toxique utilisée par l'armée américaine au Viêtnam, condamnant ses propres soldats, et leurs enfants, à de profonds handicaps. Bouleversant. Inédite, cette expo ne tombe pas seulement juste à point au moment d'une élection historique. Elle nous oblige à relire, avec honnêteté, humanité et une émotion retenue, le cheminement multiple d'un pays à la fois si proche et si étranger. - P.N.

Looking at the US 1957-1986. Jusqu'au 24/5. Musée de la Photo à Charleroi, avenue Paul Pastur 11, 6032 Charleroi (Mont-sur-Marchienne).

www.museephoto.be

 

mPhoto

 

dd63add3fc

 

wf2

 

572b665ede

 

 

Le bleu de Delft

 

 

Delft (Johannes Vermeer)

 

Delft est une ville de la province néerlandaise de Hollande-Méridionale (Zuid-Holland). Elle est située entre La Haye (Den Haag) et Rotterdam.

Le nom vient de « delven » qui veut dire « creuser » en référence au plus ancien canal de la ville, de oude delft. Delft est une ville de plus de 750 ans et elle obtient ses droits de cité du comte Guillaume II de Hollande en 1246.

 

Delft 01

 

Delft 02

 

Delft 04

Delft 05

 

Delft 06

Delft 07

 

En 1572, Guillaume d'Orange s'installe à Delft. Il est la figure principale de la révolte contre l'Espagne qui conduit à l'indépendance des Provinces-Unies, ce qui lui vaut le surnom de « père de la patrie » (vader des vaderlands). Guillaume d'Orange est assassiné en 1584 à Delft et enterré dans la nieuwe kerk (église nouvelle). Ses descendants (dont les actuels souverains des Pays-Bas) se font depuis lors inhumer à Delft.

Guillaume (Nieuwe kerk)

 

Nieuwe kerk

Delft était également l'un des sièges de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (créée en 1602) qui détenait le monopole du commerce entre l'Asie et les Provinces-Unies. Ce commerce est à l'origine de la fabrication de porcelaine dans la ville.

La porcelaine de Delft devrait en réalité s'appeler la faïence de Delft.

Ce qui a fait la célébrité des faïences de Delft est justement l'aspect de porcelaine que les faïenciers réussissaient à leur donner. La réputation des manufactures de faïences de Delft date du XVIIe siècle, l'âge d'or hollandais. Ces manufactures produisaient ce qui était appelé de façon erronée la 'Hollants Porcelyn' puisqu'ils produisaient de la céramique non translucide, c'est-à-dire de la faïence (et non pas de la porcelaine).On ne connaît généralement des faïences de Delft que les faïences blanches à décor bleu, appelé Bleu de Delft, il en existe pourtant de très colorées. 

 

DF 02
 

DF 04

Delft 09

Centre Vermeer à Delft

Delft 08

Delft 10

Delft 11

Delft 12

Delft 13

Delft 14

Gemeenlandshuis

Gemeenlandshuis


 

Gemeenlandshuis 2


Gemeenlandshuis 3

Grotius

Grotius

Oostpoort

Oostpoort

Oude Delft

Oude delft

Ouwe Jan (Oude Kerk)

Ouwe Jan 1

Ouwe Jan 2

Ouwe Jan 3

Prinsenhof

Prinsenhof-Delft

St Lucas Gilde

St Lucas Gilde

Stadhuis

Stadhuis

Moulin "De Roos"

Roos

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pays-bas, delft |  Facebook |

09/04/2009

Décès du chanteur et peintre belge Jacques Hustin

 

 

 

Jacques Hustin est un chanteur belge né à Liège le 15 mars 1940 et mort le 6 avril 2009. Très tôt intéressé par l’expression musicale et picturale, après des études de dessin et de peinture, il est tour à tour illustrateur, décorateur de grand magasin, décorateur de théâtre et compositeur de musiques de scène.

Ses premières apparitions en public datent de ses quinze ans. À vingt ans, la voie de Jacques Hustin paraissait tracée, non pas vers la chanson mais plutôt dans le domaine de la peinture artistique.

En 1965, l’académicien Marcel Achard lui remet le Premier Prix au Festival de la Chanson dans la Ville de Spa (ville) (actuellement « Francofolies de Spa »). Il enregistre son premier album 30 cm en 1966 puis débarque à Paris pour apprendre le métier de la scène. Il commence par le difficile apprentissage des cabarets où l’on chante devant des dîneurs en goguette (1966-1968).

Jacques Hustin représente la Belgique au Grand Prix du Concours Eurovision de la chanson en 1974 à Brighton (Angleterre) avec sa chanson Fleur de liberté qui arrive en 9ème place.

En 1975, la Télévision belge lui ouvre une série d’émissions (La guimbarde), où il accueille ses amis musiciens et chanteurs.

De 1976 à 1987, il se produit successivement au Canada, en Afrique, en Pologne, en Allemagne, en Roumanie, en Suisse, en France, et bien sûr en Belgique.

Jacques Hustin fut également très actif pour la défense du droit des artistes de Belgique où il présida l’Union Professionnelle des Artistes du Spectacle, travaillant entre autres à la recherche d’un statut original propre aux artistes de variétés.

En 1988, fatigué de courir les routes, Jacques Hustin décide de mettre un terme à sa carrière dans la chanson pour revenir définitivement à la peinture.

Pendant près de dix ans, il animera un atelier artistique dans les Ardennes. Il met fin à cette expérience en 1997 et continuera à se consacrer à la peinture.

 

 

Reviens sur la Terre, fleur de liberté,

Reviens sur la Terre, nos cœurs sont prisonniers.

Il y a tant à faire et tant à aimer.

Reviens sur la Terre, fleur de liberté.

 

Est-ce vraiment un enfant du Bon Dieu

Que j'ai vu passer ce matin ?

Il avait l'air déjà d'un petit vieux

Qui n'attend rien du lendemain.

Est-ce vraiment un homme à qui j'ai parlé ?

Il me regardait sans me voir.

Pourtant rien d'autre ne nous séparait

Que le grillage d'un comptoir.

 

Reviens sur la Terre, fleur de liberté,

Reviens sur la Terre, nos cœurs sont prisonniers.

Il y a tant à faire et tant à aimer.

Reviens sur la Terre, fleur de liberté.

 

Toi qui étais la princesse du vent,

Est-ce bien ici que tu vis,

Dans ce palais de verre et de ciment

Où les arbres sont l'ennemi ?

Tu as les doigts crispés sur l'avenir

Sans voir que le présent est mort.

L'heure est venue pour moi de repartir,

Ce soir, je serai seul encore.

 

Reviens sur la Terre, fleur de liberté,

Reviens sur la Terre, nos cœurs sont prisonniers.

Il y a tant à faire et tant à aimer.

Reviens sur la Terre, fleur de liberté.

Reviens sur la Terre, fleur de liberté,

Reviens sur la Terre, nos cœurs sont prisonniers.

Il y a tant à faire et tant à aimer.

Reviens sur la Terre, fleur de liberté.

 

07/04/2009

Les 20 ans du Parc Astérix

 

 

Quand Parc Astérix, le plus fou des parcs à thème, vous invite à fêter ses 20 ans, forcément les surprises se bousculent!
Tous les jours, grande parade d'anniversaire en présence des personnages de la bande dessinée, gâteau d'anniversaire sur le lac pour déguster une bonne tranche de rire, nocturnes en juillet et en août pour vivre le parc comme jamais.
Le tout ponctué par des attractions sensationnelles comme Le Défi de César, Goudurix ou des spectacles renversants avec le ballet de dauphins ou les intrépides cascadeu! rs de Main Basse sur la Joconde.
Cabrioles, rigolade et régalade sont garanties en 2009 au Parc Astérix ! Une parade d'anniversaire à vous défriser les moustaches (PLAILLY 04/04 - 04/11)

 

 

00:56 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/04/2009

Cléopâtre, la dernière reine d'Egypte

cleopatre

 

 

Dans l'imaginaire collectif, Cléopâtre incarne la séduction, le pouvoir, la passion mais aussi la tragédie...

Celle qui fut la dernière Reine d'Egypte symbolise à elle seule la toute puissance de son peuple et a conquis, par son charme et son tempérament, le coeur des hommes.

Kamel Ouali s'est naturellement inspiré de cette icône glamour intemporelle pour retranscrire une personnalité aux multiples facettes dans un spectacle résolument moderne, faisant de Cléopâtre "une femme d'aujourd'hui".

Des décors aux inspirations antiques, où luxe et splendeur se côtoient, prendront vie par des scénographies et des chorégraphies uniques.

Cléopâtre? Elle existe, c'est Sofia Essaïdi, candidate malheureuse de la «Star Ac' 3». Elle a 25 ans, elle est belle, intelligente, bourrée de talent. Pour trouver ses partenaires, Kamel Ouali mettra... une année et demie.

Florian Etienne, le Belge, sera Marc Antoine, Mehdi Kerkouche, Ptolémée (danseur apprenti sur «Le Roi-Soleil» puis doublure de Christophe Maé) et Dominique Magloire, Charmion la grande prêtresse (vue et entendue, magnifique, dans «Autant en emporte le vent», également chorégraphié par Kamel Ouali).

César se révèle être le plus dur à cuire d'entre tous quand Christopher Stills se présente à l'audition. Christopher Stills? Un beau gars de Californie, musclé comme un imperator à la parade. Au civil, il est auteur et interprète de chansons pop-folk plutôt délicates, le fils de Stephen Stills et Véronique Sanson. Simultanément, le chorégraphe auditionne les danseurs (1876 exactement, venus de partout) et des artistes de cirque, des comédiens... Enfin, ils sont quarante-huit à fouler les planches, à danser ou à voler à travers les cintres. Car, dans ce spectacle-ci, Kamel Ouali convoque les danses urbaines en empruntant les codes du Cirque du Soleil et de la compagnie Royal de Luxe. Magie, mystère, poésie, sensualité, spectaculaire: l'oeil est sans cesse sollicité par des numéros stupéfiants, des exécutions époustouflantes.

Les 18 et 19 septembre 2009 à Forest National

 

http://www.cleopatre.com

 CLEO 01

 

 

 

 

 

05/04/2009

Eternal Flame

Pour me faire un petit plaisir ...

 

 

 

 

Eternal Flame - The Bangles


Close your eyes, give me your hand, darling
Do you feel my heart beating, do you understand?
Do you feel the same, am I only dreaming?
Is this burning an eternal flame?

I believe it's meant to be, darling
I watch when you are sleeping, you belong to me
Do you feel the same, am I only dreaming
Or is this burning an eternal flame?

Say my name, sun shines through the rain
A whole life so lonely, and then you come and ease the pain
I don't want to lose this feeling

Say my name, sun shines through the rain
A whole life so lonely, and then you come and ease the pain
I don't want to lose this feeling

Close your eyes and give me your hand
Do you feel my heart beating, do you understand?
Do you feel the same, am I only dreaming
Or is this burning an eternal flame?

Is this burning an eternal flame?

An eternal flame?

(Close your eyes and give me your hand
Do you feel my heart beating, do you understand?
Do you feel the same, am I only dreaming
Or is this burning an eternal flame?)

17:43 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : the bangels, eternal flame |  Facebook |

03/04/2009

Herculanum (Italie)

 

 

HER 00

 

Herculanum était une ville romaine antique située dans la région italienne de Campanie.

HER 01

 

Comme le révèle clairement son nom, l’origine d’Herculanum est liée à la figure mythique du demi-dieu Hercule. D’après la légende, c’est lui qui a fondé la ville. Du VIIe au Ve siècle, la ville était peuplée d’Osques, d’Étrusques et de Grecs. En effet de récentes recherches historiques conduisent à attribuer à Herculanum, comme à Pompéi, une origine étrusque. L’histoire de ces villes suivit des destins parallèles jusqu’à la fin de la guerre sociale en 89 avant JC. Si en 80 avant JC Pompéi devient une colonie de droit romain, en punition de son comportement durant cette guerre des alliés de Rome, Herculanum a dû attendre la fin des années 30 avant notre ère pour obtenir le statut de municipe.

HER 02

 

Herculanum se développa comme station balnéaire très appréciée par les riches Romains et comme ville résidentielle des grandes familles patriciennes, attirés par la splendide position panoramique du promontoire sur lequel elle est bâtie, par son climat et par les produits typiques de la campagne environnante. En revanche, Pompéi fut également une ville productive et commerciale, avec davantage de diversité sur le plan de la vie sociale et des modèles d’architecture. L’une et l’autre connurent une phase de remarquable développement urbain sous Auguste, mais subirent de graves dommages lors du tremblement de terre de 62 après JC, avant d’être rayées comme Stabies et Oplontis de la carte par l’éruption de 79, d’une façon différente mais tout aussi radicale. Un écoulement pyroclastique a précédé l'éruption principale, tuant beaucoup de résidents, dont les corps ont été «enrobés» par les cendres, ce qui a préservé (figé) leur posture d'agonie. À Pompéi, les cavités laissées vides par les chairs décomposées ont permis de réaliser des moulages des corps en y versant du plâtre. La couche relativement fine et cohérente des matériaux éruptifs qui recouvrirent Pompéi laissa ses ruines libres de toute construction postérieure. La dure croûte de tuf qui recouvrit l’antique Herculanum permit de construire la nouvelle ville de Résina en surface. Herculanum fut ensevelie sous une couche de plus de quinze mètres d'épaisseur par un flux pyroclastique, masse de gaz et fragments de roches qui se transforma en roche dure, rendant les conditions de fouilles extrêmement difficiles. Toutefois, en 1969, cette ville reprit son nom antique.

HER 03

 

Dans les abris entreposant les bateaux, de nombreux squelettes furent découverts.

HER 11

 

L'excavation commença dans l’Ercolano moderne, une banlieue de Naples, en 1738. La publication des Antiquités d’Herculanum sous le patronage de Charles II d'Espagne, roi des Deux Siciles, eut un effet sur le Néoclassicisme naissant en Europe, hors de proportion avec sa diffusion plutôt limitée. À la fin du XVIIIe siècle, les motifs propres à Herculanum firent leur apparition sur l'ameublement, les tapisseries, les tables et les tasses à thé.

HER 04

 

HER 05

 

HER 06

 

HER 07


 

HER 08
 

HER 09

 

HER 10

 

HER 12

 

HER 13

 

HER 14

 

HER 15

 

HER 16

 

HER 17

HER 18

 

HER 19
 

HER 20

 

HER 21

 

HER 22


 

HER 23

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : italie, herculanum |  Facebook |