12/01/2008

La Mer d'Aral, un Tchernobyl silencieux

 

aral 01


 

« À la frontière de l'Ouzbékistan et du Kazakhstan, la Mer d'Aral a fait coulée beaucoup d'encre et on le comprendrait à moins. En 30 ans, le niveau de la Mer d'Aral a baissé de plus de 40 mètres, laissant derrière elle un désert salé et désolé de 28 000 km².L'assèchement de la Mer d'Aral est le fruit de la politique soviétique des années 60. Le court du fleuve Syr-Daria qui alimentait la Mer d'Aral a été détourné afin d'irriguer les champs de cotons, résultat : la Mer d'Aral a perdu plus de 75% de son volume et les chameaux ont remplacés les bateaux. Ce désastre écologique, économique et humain perpétré par les autorités soviétique a fait pas mal de bruits mais personne n'a rien fait, et les habitants de la région sont restés dans leur misères et leur paysage rongé par le sel.Figurez vous que la Mer d'Aral on pourrait bien en entendre à nouveaux parler dans un future proche et pour des raisons encore plus dramatiques qui vont nous concernés tous directement. Ce qu'on ignorait jusqu'à présent c'est que sur une île très secrète de la Mer d'Aral, l'île Vozrojdenié, situé à l'époque à plus de 100 km de la côte la plus proche, se trouvait un complexe militaire et scientifique chargé de développer des armes effroyables.L'union soviétique a rapidement compris que sur le plan nucléaire elle ne ferait pas le poids, alors elle s'ait lancée dans un immense programme biologique, bactériologique appelé BIOPREPARAT. En URSS, 30 000 personnes travaillaient sur les programmes bactériologiques. Bien après avoir signée les traités d'interdictions, la Russie d'Elstine et de Poutine a poursuivit dans le plus grand secret l'élaboration d'armes biologiques. Dans la base ultra-secrète de la Mer d'Aral à la pointe des programmes de destruction massive, on fabriquait chaque semaine 200 kg de virus mortel génétiquement modifié.Aux abords de la base, on trouve aujourd'hui des centaines de seringues, bouteilles, masque à gaz, équipements médicaux usager qui jonchent le sol. L'île a été abandonnée le 11 Avril 1992 sur ordre du président Boris Elstine. 200 tonnes d'anthrax ont été enfouit dans le sol de l'île à la va-vite dans des conteneurs en acier. De quoi tuer 3 fois la population mondiale. C'est le plus grand cimetière d'anthrax de la planète, si l'enfer existe il doit ressembler à ça.Aujourd'hui les conteneurs fuient et ils sont pillés et recyclés par la mafia locale qui récupère le métal. La Mer d'Aral : un Tchernobyl silencieux. En outre, le problème qu'on va avoir bientôt, c'est que la mer rétrécissant, l'île s'agrandit et va bientôt devenir une presqu'île, les serpents, les rats et les araignées qui vivent sous terre peuvent déjà allés là où l'anthrax est enterré. Pour l'instant, l'eau constitue encore une toute petite barrière mais dès que la zone sera asséchée, les animaux vont répandre la maladie sur le continent.L'Ouzbékistan ne possédant pas d'infrastructure médicale développée, en cas d'introduction d'anthrax sur le continent, la maladie du charbon va se développer comme une traînée de poudre. » Yves Blanc

(La Planète Bleue)

 

aral 02

 

 

aral 03
aral 04

 

 

aral 05


 

 

06:15 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mer d aral |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.