07/11/2007

Grand Prix du roman de l'Académie française 2007

 

 

9782234057937

 

Le Grand prix du roman de l'Académie française 2007 a été attribué jeudi 25 octobre à Vassilis Alexakis pour son livre "Ap. J.-C." (Stock), a annoncé le secrétaire perpétuel Hélène Carrère d'Encausse.

Résumé du livre 

L’histoire commence aujourd’hui, à Athènes, chez Nausicaa, une dame de quatre-vingt-neuf ans, qui demande à l’étudiant qu’elle héberge de mener une enquête sur les moines du Mont Athos. Songe-t-elle à leur laisser sa fortune ? Espère-t-elle retrouver parmi eux son frère disparu il y a cinquante ans ? Bien qu’il ne s’intéresse qu’à l’histoire ancienne et aux présocratiques, le jeune homme accepte.
Son enquête le mènera loin, mille ans en arrière, à l’époque de la construction du premier monastère. Plus loin encore, jusque dans l’Antiquité quand l’Athos était déjà habité. Il découvrira que le christianisme ne s’est imposé qu’au prix de destructions et de massacres qui ont duré des siècles et que les dieux olympiens ont connu eux aussi leurs martyrs. Ses investigations lui feront rencontrer des personnages de plus en plus singuliers : un journaliste qui considère la messe orthodoxe comme une œuvre d’art, un historien qui affirme que le christianisme ne prolonge pas l’Antiquité mais qu’il la suit « comme la nuit suit le jour », un moine défroqué, un poète péruvien installé sur la Sainte Montagne, les membres d’une étrange communauté près de Salonique qui ont l’habitude, deux fois l’an, de danser pieds nus sur des charbons ardents. Cinq femmes aussi, dont une plongeuse du département d’archéologie sous-marine qui lui fera cadeau de trois noisettes trouvées dans un bateau espagnol coulé en mer Ionienne en 1600. Il fera la connaissance d’un moine français, propriétaire d’une maison en Normandie où l’abbé Prévost écrivit Manon Lescaut, et d’un fou de Dieu, qui salue les avions qui passent avec un drapeau byzantin. Il apprendra que, sur le Mont Athos, en principe interdit aux femmes, des femmes ont dansé il n’y a pas bien longtemps. Il découvrira surtout une communauté richissime, qui pèse d’un poids considérable sur la vie politique du pays et dont personne ne prend le risque de contester les privilèges ni de dévoiler les secrets.
 

 

liv09

Le Grand Prix du Roman est un prix littéraire français, créé en 1918, décerné chaque année par l'Académie française.

Liste des lauréats

  • 2006 : Jonathan Littell, pour Les Bienveillantes (Gallimard)
  • 2005 : Henriette Jelinek, pour Le Destin de Iouri Voronine (Editions de Fallois)
  • 2004 : Bernard du Boucheron, pour Court serpent (Gallimard)
  • 2003 : Jean-Noël Pancrazi, pour Tout est passé si vite (Gallimard)
  • 2002 : Marie Ferranti, pour la Princesse de Mantoue (Gallimard)
  • 2001 : Éric Neuhoff, pour Un bien fou (Albin Michel)
  • 2000 : Pascal Quignard, pour Terrasse à Rome (Gallimard)
  • 1999 : (ex æquo) François Taillandier, pour Anielka (Stock)
  • 1999 : (ex-æquo) Amélie Nothomb, pour Stupeur et tremblements (Albin Michel)
  • 1998 : Anne Wiazemsky, pour Une poignée de gens (Gallimard)
  • 1997 : Patrick Rambaud, pour la Bataille (Grasset)
  • 1996 : Calixthe Beyala, pour les Honneurs perdus (Albin Michel)
  • 1995 : Alphonse Boudard, pour Mourir d'enfance (Robert Laffont)
  • 1994 : Frédéric Vitoux, pour la Comédie de Terracina (Seuil)
  • 1993 : Philippe Beaussant, pour Héloïse (Gallimard)
  • 1992 : Franz-Olivier Giesbert, pour l'Affreux (Grasset)
  • 1991 : François Sureau, pour l'Infortune (Gallimard)
  • 1990 : Paule Constant, pour White Spirit (Gallimard)
  • 1989 : Geneviève Dormann, le Bal du dodo (Albin Michel)
  • 1988 : François-Olivier Rousseau, pour la Gare de Wannsee (Grasset)
  • 1987 : Frédérique Hébrard, pour le Harem (Flammarion)
  • 1986 : Pierre-Jean Rémy, pour Une ville immortelle (Albin Michel)
  • 1985 : Patrick Besson, pour Dara (Seuil)
  • 1984 : Jacques-Francis Rolland, pour Un dimanche inoubliable près des casernes (Grasset)
  • 1983 : Liliane Guignabodet, pour Natalia (Albin Michel)
  • 1982 : Vladimir Volkoff, pour Le Montage (Julliard)
  • 1981 : Jean Raspail, pour Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie (Albin Michel)
  • 1980 : Louis Gardel, pour Fort Saganne (Seuil)
  • 1979 : Henri Coulonges, pour l'Adieu à la femme sauvage (Stock)
  • 1978 : Pascal Jardin, pour le Nain jaune (Julliard)
  • 1977 : Camille Bourniquel, pour Tempo (Julliard)
  • 1976 : Pierre Schoendoerffer, pour le Crabe-tambour (Grasset)
  • 1975 : prix non décerné
  • 1974 : Kléber Haedens, pour Adios (Grasset)
  • 1973 : Michel Déon, pour Un taxi mauve (Gallimard)
  • 1972 : Patrick Modiano, pour les Boulevards de ceinture (Gallimard)
  • 1971 : Jean d'Ormesson, pour la Gloire de l'Empire (Gallimard)
  • 1970 : Bertrand Poirot-Delpech, pour la Folle de Lituanie (Gallimard)
  • 1969 : Pierre Moustiers, pour La Paroi (Gallimard).
  • 1968 : Albert Cohen, pour Belle du Seigneur (Gallimard)
  • 1967 : Michel Tournier, pour Vendredi ou les Limbes du Pacifique (Gallimard)
  • 1966 : François Nourissier, pour Une histoire française (Grasset)
  • 1965 : Jean Husson, pour le Cheval d'Herbeleau (Seuil)
  • 1964 : Michel Droit, pour le Retour (Julliard)
  • 1963 : Robert Margerit, pour la Révolution (Gallimard)
  • 1962 : Michel Mohrt, pour la Prison maritime (Gallimard)
  • 1961 : Pham Van Ky, pour Perdre la demeure (Gallimard)
  • 1960 : Christian Murciaux, pour Notre-Dame des désemparés (Plon)
  • 1959 : Gabriel d'Aubarède, pour la Foi de notre enfance (Flammarion)
  • 1958 : Henri Queffélec, pour Un royaume sous la mer (Presses de la Cité)
  • 1957 : Jacques de Bourbon Busset, pour le Silence et la Joie (Gallimard)
  • 1956 : Paul Guth, pour le Naïf locataire (Albin Michel)
  • 1955 : Michel de Saint-Pierre, pour les Aristocrates (La Table ronde)
  • 1954 : (ex-æquo) Paul Mousset, pour Neige sur un amour nippon (Gallimard)
  • 1954 : (ex-æquo) Pierre Moinot, pour la Chasse royale (Grasset)
  • 1953 : Jean Hougron, pour Mort en fraude (Donnat)
  • 1952 : Henri Castillou, pour le Feu de l'Etna (Albin Michel)
  • 1951 : Bernard Barbey, pour Chevaux abandonnés sur le champ de bataille (Julliard)
  • 1950 : Joseph Jolinon, pour les Provinciaux (Milieu du Monde)
  • 1949 : Yvonne Pagniez, pour Évasion (Flammarion)
  • 1948 : Yves Gandon, pour Ginèvre (Henri Lefèvre)
  • 1947 : Philippe Hériat, pour Famille Boussardel (Gallimard)
  • 1946 : Jean Orieux, pour Fontagre (Éditions de la Revue Fontaine)
  • 1945 : Marc Blancpain, pour le Solitaire (Flammarion)
  • 1944 : Pierre de Lagarde, pour Valmaurie (Baudinière)
  • 1943 : J. H. Louwyck, pour Danse pour ton ombre (Plon)
  • 1942 : Jean Blanzat, pour l'Orage du matin (Grasset)
  • 1941 : Roger Bourget-Pailleron, pour la Folie d'Hubert (Gallimard)
  • 1940 : Édouard Peisson, pour le Voyage d'Edgar (Grasset)
  • 1939 : Antoine de Saint-Exupéry, pour Terre des hommes (Gallimard)
  • 1938 : Jean de La Varende, pour le Centaure de Dieu (Grasset)
  • 1937 : Guy de Pourtalès, pour la Pêche miraculeuse (Gallimard)
  • 1936 : Georges Bernanos, pour Journal d'un curé de campagne (Plon)
  • 1935 : Albert Touchard, pour la Guêpe (Les éditions de France)
  • 1934 : Paule Régnier, pour l'Abbaye d'Évolayne (Plon)
  • 1933 : Roger Chauviré, pour Mademoiselle de Bois-Dauphin (Flammarion)
  • 1932 : Jacques Chardonne, pour Claire (Grasset)
  • 1931 : Henri Pourrat, pour Gaspard des montagnes (Albin Michel)
  • 1930 : Jacques de Lacretelle, pour Amour nuptial (Gallimard)
  • 1929 : André Demaison, pour le Livre des bêtes qu'on appelle sauvages (Grasset)
  • 1928 : Jean Balde, pour Reine d'Arbieu (Plon)
  • 1927 : Joseph Kessel, pour les Captifs (Gallimard)
  • 1926 : François Mauriac, pour le Désert de l'amour (Grasset)
  • 1925 : François Duhourcau, pour l'Enfant de la victoire (La Vraie France)
  • 1924 : Émile Henriot, pour Aricie Brun ou les Vertus bourgeoises (Plon)
  • 1923 : Alphonse de Châteaubriant, pour La Brière (Grasset)
  • 1922 : Francis Carco, pour l'Homme traqué (Albin Michel)
  • 1921 : Pierre Villetard, pour Monsieur Bille dans la tourmente (Fasquelle)
  • 1920 : André Corthis, pour Pour moi seule (Albin Michel)
  • 1919 : Pierre Benoit, pour l'Atlantide (Albin Michel)
  • 1918 : Camille Mayran, pour Gotton Gonnixloo (Plon)

Les commentaires sont fermés.