04/11/2007

Mémoires de nos pères et Lettres d'Iwo Jima

 

Mémoires de nos pères2

 

Au cinquième jour de la sanglante bataille d'Iwo Jima, cinq Marines et un infirmier de la Navy hissent ensemble le drapeau américain au sommet du Mont Suribachi, tout juste repris aux Japonais. L'image de ces hommes unis face à l'adversité devient légendaire en l'espace de quelques jours. Elle captive le peuple américain, las d'une guerre interminable, et lui donne des motifs d'espérer.
Pour mettre à profit cet engouement, les trois "porte-drapeaux" sont livrés à l'admiration des foules. Leur nouvelle mission : servir leur pays en vendant les précieux Bons qui financent l'effort de guerre.
Le laconique John "Doc" Bradley, le timide Amérindien Ira Hayes et le fringant Rene Gagnon se prêtent au jeu avec un dévouement exemplaire. Ils sillonnent sans relâche le pays, serrent des milliers de mains et prononcent des allocutions. Mais, en leur for intérieur, une autre bataille se livre...

Réalisé par Clint Eastwood, avec Ryan Philippe, Adam Beach, Neal McDonough

 

Lettres d'Iwo Jima2

En 1945, les armées américaine et japonaise s'affrontèrent sur l'île d'Iwo Jima. Quelques décennies plus tard, des centaines de lettres furent extraites de cette terre aride, permettant enfin de donner un nom, un visage, une voix à ces hommes ainsi qu'à leur extraordinaire commandant.
Les soldats japonais qu'on envoyait à Iwo Jima savaient que leurs chances de survie étaient quasi nulles. Animé d'une volonté implacable, leur chef, le général Kuribayashi, exploita ingénieusement la nature du terrain, transformant ainsi la défaite éclair annoncée en 40 jours d'héroïques combats.
De nombreux soldats américains et japonais ont perdu la vie à Iwo Jima. Leur sang s'est depuis longtemps perdu dans les profondeurs du sable noir, mais leurs sacrifices, leur courage et leur compassion ont survécu dans ces Lettres.

Réalisé par Clint Eastwood, avec Ken Watanabe, Kazunari Ninomiya, Shido Nakamura.  

Ces films font partie de la Saga Iwo Jima / Clint Eastwood.

Réaliser deux films de guerre dans un face à face humaniste voilà le défi qui relie les "Mémoires de nos pères" et les "Lettres d'Iwo Jima". La couleur utilisée donne une dimension sur les combats et les évènements sans insister sur le coté sanglant. C'est un mélange unique qui ne prend jamais parti. Les hommes des deux camps traversent espoir, orgueil, et désillusion, ils sont semblables, égaux. En somme, ces deux films de guerre font l'éloge de la paix, pour que nous n'oublions jamais que derrière la guerre, se trouve toujours des Hommes.

Les commentaires sont fermés.