31/07/2007

Espaces Speculoos

nouveau_header

 

Le vrai passage à l’été, c’est avec Espaces Spéculoos qu’on le vit. Devenu le rendez-vous d’un public toujours plus nombreux, Espaces Spéculoos ravive chaque samedi de juillet, août et septembre la Place de la Monnaie, irradie Bruxelles de manière inattendue... Espaces Spéculoos vous propose chaque été depuis 2001 le meilleur des Arts de la rue au centre-ville.

Espaces Spéculoos célèbre ses 6 ans (+1) avec une programmation aux accents belges en mettant à l’honneur les artistes de nos régions. Des invités étrangers (en provenance de France, des Pays-Bas, du Royaume-Uni, d’Autriche, d’Argentine, de Grèce) seront aussi de cet été pour dompter le pavé bruxellois ! Venus des arts du cirque ou du monde forain, nourris de l’énergie du théâtre de rue ou baignés dans la culture « street », ces artistes se donneront le mot pour nous faire voyager de mouvements dansés en balles jonglées, de fanfares endiablées en marionnettes éveillées, d’acrobaties courageuses en drôleries contagieuses. En toute simplicité.

http://www.es-pass.be/index.php

 

 

06:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : espaces speculoos |  Facebook |

Commentaires

La Ville de Bruxelles se débarrasse des artistes de rue… Après plus de 6 ans d'une tentative moderne et originale d'intégration des arts de la rue dans Bruxelles, la Ville a annoncé vouloir mettre un terme à celle-ci en supprimant les subsides à l'asbl Espaces Speculoos.



Créée dans la foulée de Bruxelles 2000, cette association a pour vocation d'être un outil entre autorités publiques, police, commerçants et artistes de rue. Et surtout elle a pour volonté de faire connaître et découvrir ce secteur culturel en plein essor.



Des espaces balisés et encadrés d'un règlement d'utilisation voyaient ainsi le jour dans le centre ville et ce pour les 3 mois d'été. En 6 ans d'ailleurs, cette formule sans sélection préalable n'a connu aucun incident majeur. Chaque saison, ce sont donc plus de 300 artistes au chapeau qui pouvaient ainsi profiter d'un accueil et d'un lieu d'expression à l'image des autres grandes capitales du monde.



Chaque samedi d'été c'était également une programmation professionnelle et internationale qui était offerte gratuitement Place de la Monnaie à un public belge et touristique (plus de 35 spectacles chaque saison). En 2007 encore plus de 35.000 personnes ont pu découvrir le meilleur des arts de la rue et ainsi découvrir ce secteur culturel en plein développement dans notre pays.



Cette annonce surprend, peut-être car elle arrive très vite après le départ de Madame Milquet, qui dans son interview "bilan" annonçait encore faire de Bruxelles la capitale des arts de la rue et du cirque (sic). Mais surtout elle dénote avec la déclaration de politique générale de la majorité actuelle qui citait nommément notre association pour la poursuite des ces missions.



Ce qui surprend surtout c'est que cette décision est annoncée oralement à moins de deux mois du lancement de la saison, alors que la Région (budget image de Bruxelles) a déjà marqué son accord pour 2008.



Plus grave encore pour nous dans ce choix, c'est qu'il marque le retour en arrière de la culture à Bruxelles. Ville, capitale qui avait su ces dernières années se montrer dynamique, moderne et inventive en matière d'offre culturelle. Ici nous assistons au retour du socio culturel mou, de la peur, et du mépris de la création contemporaine. Nous sommes inquiets pour la place future donnée aux artistes dans cette ville. Pour nous donc c'est clair, le nouvel Echevin de la culture veut se débarrasser des artistes de rue.



Face à cette annonce, les bénévoles de l'association sont au regret d'annoncer qu'il n'y aura pas de 7ème saison de théâtre de rue cet été à Bruxelles. Que les artistes qui souhaitent se produire en rue doivent faire une demande auprès du service du commerce de la Ville.



Si vous voulez découvrir ou soutenir le projet.

www.espacesspeculoos.be

Écrit par : espaces speculoos | 05/05/2008

Les commentaires sont fermés.