30/07/2007

Meyboom 2007

wallpaper1

 

Comme chaque année à l'approche de la Saint-Laurent, l'echtebrusseleir se prend des envies de jardinage et répond à l'irrésistible appel d'une vieille tradition des bas-fonds de Bruxelles qui l'invite à planter impérativement le Meyboom !

Un peu d'histoire. En l'an de grâce 1213, des bourgeois de Bruxelles, en bons vivants qu'ils sont, descendent quelques pintes lors d'une noce quand soudain une meute de Louvanistes avinés les agresse à propos de la perception de la taxe sur la bière.

L'échauffourée prend une mauvaise tournure pour les Bruxellois jusqu'à l'arrivée providentielle des compagnons de Saint-Laurent qui boutent les assaillants dehors. En récompense de leur bravoure, le duc Jean de Brabant leur octroie le statut de corporation.

A ce titre, il leur est accordé le droit de planter le Meyboom la veille (c'est-à-dire le 9) de la fête de leur saint patron, le 10 août.

Mais attention! Pas à n'importe quelles conditions. Le feuillu doit être impérativement planté avant les cinq coups de l'après-midi sous peine de voir le privilège passer aux mains de ces dike nek de Louvanistes !

Depuis des siècles, les Bruxellois n'ont jamais manqué le rendez-vous. Ponctuellement.

Le Meyboom est l'une des attractions folkloriques les plus attachantes de la capitale. Chaque année, la plantation attire une foule nombreuse venue s'imprégner de l'ambiance chaleureuse et un peu éthylique !

Tout l'après-midi, "Poupe-droeghers" et autres "Buem-droueghers" défilent au son des cuivres de la fanfare du Meyboom. A leur côté, les géants Bompa et Boma, les "Joyeux Turlurons", la roue de la bonne aventure, le petit train ou encore une Cadillac forment un cortège hétéroclite.

En 2007, on fêtera le 9 août la plantation du 699e arbre à la rue des Sables en chantant

Viva Boma, pataten met saucissen en dikke cervelas

et en levant un verre de kriek !

 

18:00 Écrit par Boubayul dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : meyboom, bruxelles |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.