13/07/2007

Les Zwanzes de Tintin

ILLU_327

 

 

Les stiene de la Castafiore est le premier album de Tintin à être traduit en "bruxellois francophone", le patois le plus notoire et représentatif de la capitale belge à l'étranger. Le choix d’adaptation linguistique s’est probablement porté sur "Les bijoux de la Castafiore" car nos héros n'y voyagent pas, toute l'action se déroulant au château de Moulinsart. Il n’en demeure pas moins étrange de voir la Castafiore, ou les gitans adopter la langue de Beulemans, du théâtre de Toone et des fables de Pitje Scramouille !

Awèl ! peïke, c'était presque temps !... Ya watte presque temps que le plus Bruxellois des héros cause enfin comme on cause chez nous en pur plane brusseleir, comme les môvaises langues disent !... Mais les haamelaaike, les zeuresmoole, les prout-ma-chère, ils peuvent dire ce qu'ils veulent, nous on a pas affaire avec ce qu'ils pensent, on en est fiers et on continuera à babbeler
comme on veut, alleï !

Nicolas Dock, tintinophile averti, a traduit "Les Bijoux de la Castafiore" en brusseleir. Une première dans l'histoire de Tintin : l'aventure a été traduite par séquence. Nicolas Dock n'est pas un vrai capitaine mais Tintin lui a bel et bien donné le goût de l'aventure. Fan d'Hergé, Belge, Bruxellois et même Etterbeekois depuis sa plus tendre enfance, Nicolas Dock n'a même pas usé de ses talents de tintinophile pour évoquer sa passion via ce que l'on pourrait prendre pour un pseudo.

La BD que le tout-Bruxelles s'arrache est sortie à l'occasion du centième anniversaire de la naissance d'Hergé.

Des exemples, sortis tout droit de la bouche d'Archibald Haddock :

"Ah, le printemps !... Le mois de mai ça est vraiment le plus tof des mois de l'anneï... La nature elle sproeite dihors la terre ![...] Ça est léger et spitant comme de la gueuze-lambic ! Soif, ça donne !"

 

stienepl1

 

stienepl2

Les commentaires sont fermés.